Parc naturel régional du Doubs Horloger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Parc naturel régional du Doubs Horloger
Image dans Infobox.
Les gorges du Doubs depuis la corniche de Goumois
Géographie
Pays
Région
Département
Coordonnées
Ville proche
Superficie
1 039 km2
Population
60 000 hab.
Administration
Type
Catégorie UICN
V
Création
Administration
Fédération des parcs naturels régionaux de France
Site web

Le parc naturel régional du Doubs Horloger est un parc naturel régional de l'Est de la France créé le . Situé dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté, il s'étend le long de la frontière franco-suisse et est mitoyen du parc naturel régional du Doubs côté suisse.

Couvrant une superficie de 103 918 hectares au sein du massif du Jura, il compte quelques sommets d'altitude modérée tels que le mont Châteleu (1302 mètres), le Meix Musy (1287 mètres), le mont Vouillot (1160 mètres) ou le Faux Verger (985 mètres). Il intègre plusieurs unités paysagères dont la haute-vallée du Doubs, la vallée du Dessoubre, le val de Morteau et les plateaux de Maîche, Le Russey et Belleherbe.

Sa dénomination fait référence à l'activité majeure de cet espace géographique, berceau de l'horlogerie française située au cœur de l'arc jurassien franco-suisse dont les savoir-faire en mécanique horlogère ont été inscrits par l'Unesco sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité en 2020.

La principale ville située au sein du parc est Morteau et les sites touristiques les plus importants sont le saut du Doubs, le cirque de Consolation et les Échelles de la Mort.

Histoire[modifier | modifier le code]

Logo du parc

Le projet d'un parc naturel dans cette zone géographique nait dans les années 1990, incluant des acteurs des deux côtés de la frontière franco-suisse au sein d'un groupe de réflexion dénommé « Groupe Doubs ».

Entre 2007 et 2009, une première étude préalable d'opportunité et de faisabilité est réalisée par la région Franche-Comté. Fin 2009, les conclusions de l'étude étant positives, la région confie au Pays Horloger le portage et la responsabilité d’élaboration d’un projet de développement.

De 2015 à 2018 sont élaborés de manière participative la Charte, le plan du parc et les documents de candidature.

L'enquête d’utilité publique se déroule entre le et le [1]. Elle permet de recueillir les avis des habitants dans chacune des 94 communes concernées.

À l'occasion du conseil de défense écologique qui se tient le à l'Élysée, la Ministre de la Transition écologique et solidaire Élisabeth Borne annonce la création de quatre nouveaux parcs naturels régionaux dont celui du Doubs Horloger[2].

Le , le conseil départemental du Doubs approuve sans réserve et à l'unanimité la charte 2020-2035 du PNR[3].

Sa création, prévue pour le [4], intervient finalement le [5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La superficie du parc naturel est de 1 039 km2, incluant le territoire de 94 communes situées dans l'est du département du Doubs dont il représente près de 20% de la superficie totale. Il est limitrophe de la Suisse (cantons du Jura et de Neuchâtel) et du parc naturel régional du Doubs. Il est situé à 30 km à l'est de Besançon, 20 km au sud de Montbéliard et à 14 km au nord-est de Pontarlier. Il s'étend sur près de 50 km d'est en ouest et du nord au sud. Situé au sein du massif du Jura, son altitude minimale est de 354 mètres à l'endroit ou la rivière du Doubs quitte la commune de Dampjoux et son altitude maximale est de 1 302 mètres au mont Châteleu sur la commune de Grand'Combe-Châteleu.

Paysages et reliefs[modifier | modifier le code]

D'après l'atlas des paysages de Franche-Comté, le parc intègre six unités paysagères: le Premier plateau, le Second plateau, le Jura plissé, la vallée du Dessoubre, les gorges du Doubs et la bordure jurasienne.

Relief et hydrographie du parc naturel du Doubs horloger.

Les gorges du Doubs[modifier | modifier le code]

L'unité paysagère des gorges du Doubs forme une bande située à l'est et au nord-est du territoire du parc, faisant office de frontière naturelle entre la France et la Suisse sur plusieurs dizaines de kilomètres entre Villers-le-Lac et Indevillers.

La vallée du Dessoubre[modifier | modifier le code]

L'unité paysagère de la vallée du Dessoubre, dont l'altitude varie de 400 mètres à 840 mètres à la Roche du Prêtre, constitue la jonction entre le premier et le second plateau.

Le premier plateau[modifier | modifier le code]

Cette zone du parc correspond au territoire d'une vingtaine de communes situées à l'ouest et au nord-ouest du périmètre, de Flangebouche à Chamesol en passant par Pierrefontaine-les-Varans et Belleherbe. Elle est intégrée à la partie supérieure du Premier plateau, soit la partie la moins élevée du massif du Jura en France, et présente une altitude moyenne de 700 mètres. Quatre sous-unités paysagères se distinguent dans cet espace : le Plateau de Valdahon, le Plateau d'Orsans à Terres-de-chaux, le Plateau d’Aissey-Sancey-Feule et le Plateau de Montécheroux-Chamesol.

Le second plateau[modifier | modifier le code]

La majeure partie du parc, sa partie centrale, soit une cinquantaine de communes, intègre l'unité paysagère du Second plateau. Cette zone est partiellement enclavée entre les gorges du Doubs à l'est et la vallée du Dessoubre à l'ouest et son altitude varie de 703 mètres à 1 158 mètres au mont Vouillot.

Le Jura plissé des Grands Monts[modifier | modifier le code]

Le Mont Châteleu

À l’extrémité sud du PNR, entre Ville-du-Pont et Villers-le-Lac, se trouve une structure anticlinale insérée entre le Doubs et le val de La Brévine côté suisse. Elle est dominée par le Mont Châteleu, point culminant du parc naturel régional avec une altitude de 1 302 mètres. L'autre sommet important de cette zone est le Meix Musy qui culmine à 1 287 mètres. Les Gras, Grand'Combe-Châteleu, ansi que les hameaux de Derrière le Mont (commune de Montlebon) et Le Chauffaud (Villers-le-Lac) sont les principales implantations humaines du secteur. Au nord de l'anticlinal, le col des Roches permet le passage entre la France et la Suisse.

La bordure jurassienne[modifier | modifier le code]

À l'extrême nord du territoire du PNR, le paysage est marqué par la présence du Lomont, un massif en épine dorsale orienté est-ouest. Cette zone comprise dans la partie nord des communes de Montécheroux et Chamesol est dominée par le Mont Écheroux qui culmine à 817 mètres et le Fort du Lomont (835 mètres).

Zones naturelles remarquables[modifier | modifier le code]

Le PNR du Doubs Horloger intègre la majeure partie du site Natura 2000 des Vallées du Dessoubre, de la Réverotte et du Doubs[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Le territoire du parc naturel régional du Doubs Horloger est sous l’influence d’un climat semi-continental, humide en toute saison, caractérisé par des précipitations abondantes comprises entre 100 et 150 mm selon le mois et une température moyenne de -1 à 4°C durant les mois d'hiver et de 16 à 17°C en juillet et août.

Relevés de la station météorologique de Maîche (statistiques 1992-2010 et records 1992-2021)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −4,6 −4,4 −1,9 1,1 5,5 8,4 10,4 10,2 6,6 3,7 −1,1 −3,8 2,5
Température moyenne (°C) −0,3 0,2 3 6,5 10,8 14,1 16 15,7 11,7 8,7 3,2 0,1 7,5
Température maximale moyenne (°C) 4 4,8 7,9 11,9 16,2 19,8 21,5 21,3 16,7 13,7 7,5 4 12,5
Record de froid (°C)
date du record
−24,1
25/01/2000
−26,3
01/02/2003
−26,8
01/03/2005
−15,3
10/04/2005
−5,1
06/05/2019
−2
03/06/2006
2
17/07/2000
−0,4
29/08/1998
−3,1
30/09/1995
−14,7
25/10/2003
−20,2
27/11/2010
−25,2
24/12/2001
Record de chaleur (°C)
date du record
21
30/01/2002
20,1
24/02/2021
22,1
31/03/2021
25,6
28/04/2012
28,5
25/05/2009
33,8
26/06/2019
34,9
25/07/2019
34
13/08/2003
28,7
01/09/2009
28,6
07/10/2009
21,9
08/11/2015
17,8
20/12/2015
Nombre de jours avec gel 24,1 22,8 19,5 11,4 1,8 0,3 0 0,1 0,9 5,2 16,9 22,9 125,9
Précipitations (mm) 101,4 98,6 112,4 107,7 138,1 113,6 138 148,5 130,4 132,3 120 129,6 1 470,6
Nombre de jours avec précipitations 12,8 12,4 12,3 12,2 14,9 12,1 13,4 13,1 11,7 13,2 13,4 14,4 155,9
Source : Météo France


Hydrographie[modifier | modifier le code]

Deux cours d'eau principaux traversent le parc, le Doubs et son affluent le Dessoubre. Les cours d'eau secondaires sont le Théverot, la Rançonnière, la Reverotte et la Barbèche. Enfin, parmi les petits ruisseaux se trouvent le Pissoux, le ruisseau de Varin, le Bief de Vau, le Bief de la Vauclusotte et le Ruisseau de la Forge.

Débit moyen mensuel du Doubs (en m3/s) mesuré à la station hydrologique de Goumois

Débit moyen mensuel du Dessoubre (en m3/s) mesuré à la station hydrologique de Saint-Hippolyte

Cinq barrages hydroélectriques sont présents sur le parcours du Doubs au niveau du parc naturel, le barrage du Châtelot, La Goule, Grosbois, Le Refrain et Vaufrey.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'activité agricole est très largement dominée par l'élevage laitier.

Industrie horlogère[modifier | modifier le code]

L'industrie horlogère, qui représente 1 000 emplois et 40 établissements sur le territoire du parc, contribue à 40 % du chiffre d'affaires de l'horlogerie française. Les principales marques présentes sont Pequignet et Yema à Morteau, Herbelin et Saint-Honoré à Charquemont.

Population[modifier | modifier le code]

Les cinq communes les plus peuplées, Morteau (6 935 habitants en 2017), Villers-le-Lac (4 985 habitants), Maîche (4 286 habitants), Les Fins (3 162 habitants) et Charquemont (2 668 habitants) représentent plus du tiers de la population du parc naturel.

Fonctionnement du parc[modifier | modifier le code]

Le parc est administré par un syndicat mixte dont le siège est situé aux Fontenelles[7]. Le bureau syndical est composé de 29 membres dont 3 représentants de la région Bourgogne-Franche-Comté, 2 représentants du département du Doubs, 12 représentants des communes et 12 représentants des intercommunalités[8]. Le premier président du parc naturel régional, élu en 2021, est Denis Leroux, par ailleurs maire de la commune de Grand’Combe des Bois.

Périmètre[modifier | modifier le code]

Localisation des communes du parc naturel du Doubs horloger et du parc naturel régional du Haut-Jura dans le département du Doubs.

Son périmètre comprend les 43 communes de la communauté de communes du Pays de Maîche, les 17 communes de la communauté de communes du Plateau du Russey, les 8 communes de la communauté de communes du Val de Morteau, 15 des 47 communes de la communauté de communes des Portes du Haut-Doubs, 10 des 27 communes de la communauté de communes du Pays de Sancey-Belleherbe et 2 des 16 communes de la communauté de communes de Montbenoît.

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Battenans-Varin 25046 CC du Pays de Maîche 6,38 81 (2014) 13
Belfays 25049 CC du Pays de Maîche 3,20 137 (2014) 43
Belleherbe 25051 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 16,13 598 (2014) 37
Bief 25061 CC du Pays de Maîche 3,81 102 (2014) 27
Bonnétage 25074 CC du Plateau de Russey 17,71 872 (2014) 49
Bretonvillers 25095 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 13,66 275 (2014) 20
Burnevillers 25102 CC du Pays de Maîche 6,74 45 (2014) 6,7
Cernay-l'Église 25108 CC du Pays de Maîche 5,95 304 (2014) 51
Chamesey 25113 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 6,42 124 (2014) 19
Chamesol 25114 CC du Pays de Maîche 10,21 384 (2014) 38
Charmauvillers 25124 CC du Pays de Maîche 10,47 264 (2014) 25
Charmoille 25125 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 10,14 334 (2014) 33
Charquemont 25127 CC du Pays de Maîche 21,44 2 599 (2014) 121
Consolation-Maisonnettes 25161 CC des Portes du Haut-Doubs 4,31 32 (2014) 7,4
Cour-Saint-Maurice 25173 CC du Pays de Maîche 4,47 164 (2014) 37
Courtefontaine 25174 CC du Pays de Maîche 7,70 244 (2014) 32
Dampjoux 25192 CC du Pays de Maîche 2,31 183 (2014) 79
Damprichard 25193 CC du Pays de Maîche 21,90 1 845 (2014) 84
Domprel 25203 CC des Portes du Haut-Doubs 9,40 163 (2014) 17
Les Écorces 25213 CC du Pays de Maîche 9,51 706 (2014) 74
Ferrières-le-Lac 25234 CC du Pays de Maîche 2,47 172 (2014) 70
Fessevillers 25238 CC du Pays de Maîche 6,16 160 (2014) 26
Flangebouche 25243 CC des Portes du Haut-Doubs 23,27 737 (2014) 32
Fleurey 25244 CC du Pays de Maîche 8,04 90 (2014) 11
Fournet-Blancheroche 25255 CC du Pays de Maîche 13,08 361 (2014) 28
Fournets-Luisans 25288 CC des Portes du Haut-Doubs 27,71 662 (2014) 24
Frambouhans 25256 CC du Pays de Maîche 10,10 869 (2014) 86
Fuans 25262 CC des Portes du Haut-Doubs 11,10 486 (2014) 44
Germéfontaine 25268 CC des Portes du Haut-Doubs 11,16 133 (2014) 12
Glère 25275 CC du Pays de Maîche 15,93 221 (2014) 14
Goumois 25280 CC du Pays de Maîche 5,83 172 (2014) 30
Grand'Combe-des-Bois 25286 CC du Plateau de Russey 11,87 137 (2014) 12
Grand'Combe-Châteleu 25285 CC du Val de Morteau 21,46 1 464 (2014) 68
Guyans-Vennes 25301 CC des Portes du Haut-Doubs 19,67 807 (2014) 41
Indevillers 25314 CC du Pays de Maîche 22,81 230 (2014) 10
La Bosse 25077 CC du Plateau de Russey 5,13 75 (2014) 15
La Chenalotte 25148 CC du Plateau de Russey 4,88 464 (2014) 95
La Grange 25290 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 6,16 91 (2014) 15
La Longeville 25347 CC de Montbenoit 15,66 758 (2014) 48
La Sommette 25550 CC des Portes du Haut-Doubs 7,37 226 (2014) 31
Landresse 25325 CC des Portes du Haut-Doubs 14,43 232 (2014) 16
Laval-le-Prieuré 25329 CC du Plateau de Russey 5,29 34 (2014) 6,4
Laviron 25333 CC des Portes du Haut-Doubs 19,92 342 (2014) 17
Le Barboux 25042 CC du Plateau de Russey 11,26 250 (2014) 22
Le Bélieu 25050 CC du Val de Morteau 10,72 401 (2014) 37
Le Bizot 25062 CC du Plateau de Russey 7,85 292 (2014) 37
Le Luhier 25351 CC du Plateau de Russey 5,21 202 (2014) 39
Le Mémont 25373 CC du Plateau de Russey 3,16 40 (2014) 13
Le Russey 25512 CC du Plateau de Russey 24,17 2 256 (2014) 93
Les Bréseux 25091 CC du Pays de Maîche 7,37 481 (2014) 65
Les Combes 25160 CC du Val de Morteau 17,58 731 (2014) 42
Les Fins 25240 CC du Val de Morteau 25,39 3 035 (2014) 120
Les Fontenelles 25248 CC du Plateau de Russey 8,38 558 (2014) 67
Les Gras 25296 CC du Val de Morteau 14,99 807 (2014) 54
Les Plains-et-Grands-Essarts 25458 CC du Pays de Maîche 10,35 225 (2014) 22
Les Terres-de-Chaux 25138 CC du Pays de Maîche 14,49 145 (2014) 10
Liebvillers 25335 CC du Pays de Maîche 3,03 167 (2014) 55
Longevelle-lès-Russey 25344 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 2,56 40 (2014) 16
Loray 25349 CC des Portes du Haut-Doubs 14,39 487 (2014) 34
Maîche 25356 CC du Pays de Maîche 17,42 4 233 (2014) 243
Mancenans-Lizerne 25366 CC du Pays de Maîche 6,09 188 (2014) 31
Montancy 25386 CC du Pays de Maîche 8,86 148 (2014) 17
Montandon 25387 CC du Pays de Maîche 12,71 403 (2014) 32
Montbéliardot 25389 CC du Plateau de Russey 3,80 114 (2014) 30
Mont-de-Laval 25391 CC du Plateau de Russey 8,44 176 (2014) 21
Mont-de-Vougney 25392 CC du Pays de Maîche 7,03 170 (2014) 24
Montécheroux 25393 CC du Pays de Maîche 13,13 592 (2014) 45
Montjoie-le-Château 25402 CC du Pays de Maîche 5,39 31 (2014) 5,8
Montlebon 25403 CC du Val de Morteau 27,27 2 010 (2014) 74
Morteau 25411 CC du Val de Morteau 14,11 6 827 (2014) 484
Narbief 25421 CC du Plateau de Russey 3,47 67 (2014) 19
Noël-Cerneux 25425 CC du Plateau de Russey 6,36 397 (2014) 62
Orchamps-Vennes 25432 CC des Portes du Haut-Doubs 24,79 2 047 (2014) 83
Orgeans-Blanchefontaine 25433 CC du Pays de Maîche 4,83 52 (2014) 11
Péseux 25449 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 6,63 106 (2014) 16
Pierrefontaine-les-Varans 25453 CC des Portes du Haut-Doubs 28,90 1 404 (2014) 49
Plaimbois-du-Miroir 25456 CC du Plateau de Russey 11,71 234 (2014) 20
Plaimbois-Vennes 25457 CC des Portes du Haut-Doubs 10,80 99 (2014) 9,2
Provenchère 25471 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 6,97 133 (2014) 19
Rosières-sur-Barbèche 25503 CC du Pays de Sancey-Belleherbe 5,31 118 (2014) 22
Rosureux 25504 CC du Pays de Maîche 6,14 78 (2014) 13
Saint-Hippolyte 25519 CC du Pays de Maîche 11,01 909 (2014) 83
Saint-Julien-lès-Russey 25522 CC du Plateau de Russey 10,01 154 (2014) 15
Soulce-Cernay 25551 CC du Pays de Maîche 8,55 120 (2014) 14
Thiébouhans 25559 CC du Pays de Maîche 5,81 243 (2014) 42
Trévillers 25571 CC du Pays de Maîche 10,74 480 (2014) 45
Urtière 25573 CC du Pays de Maîche 2,15 6 (2014) 2,8
Valoreille 25584 CC du Pays de Maîche 7,58 128 (2014) 17
Vaucluse 25588 CC du Pays de Maîche 5,01 117 (2014) 23
Vauclusotte 25589 CC du Pays de Maîche 7,62 98 (2014) 13
Vaufrey 25591 CC du Pays de Maîche 9,37 157 (2014) 17
Vennes 25600 CC des Portes du Haut-Doubs 7,31 148 (2014) 20
Ville-du-Pont 25620 CC de Montbenoit 15,02 303 (2014) 20
Villers-le-Lac 25321 CC du Val de Morteau 30,17 4 750 (2014) 157

Milieu naturel[modifier | modifier le code]

Flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Le territoire du parc est favorable aux mammifères terrestres nécessitant de vastes espaces, que ce soient de grands carnivores tels que le lynx, le chat forestier et le renard ou de grands herbivores comme le chevreuil, le chamois et le cerf. Du fait de la géologie du parc qui présente de nombreuses cavités, la présence de chiroptères est très importante avec 28 espèces représentées parmi les 33 espèces recensées en France : les plus emblématiques sont le Minioptère de Schreibers, le Grand rhinolophe, le Petit rhinolophe, le Grand murin, le Petit murin, le Rhinolophe euryale, le Vespertilion de Bechstein, le Vespertilion à oreilles échancrées et la Barbastelle d’Europe. Concernant les oiseaux, les prairies abritent deux espèces en déclin, le Tarier des prés et la Pie-grièche grise tandis que les espaces forestiers accueillent la Gelinotte des bois, le Pic cendré, la Chouette de Tengmalm et la Bondrée apivore. Le milan royal est présent sur les zones mixtes de forêts et prairies, et, au niveau des escarpements rocheux et des falaises ont été recensés le hibou Grand duc et le Faucon pèlerin. Des espèces remarquables de papillons profitent de la présence de milieux humides et de praires naturelles, telles que la Bacchante, le Fadet des tourbières, le Solitaire, le Nacré de la canneberge, l’Azuré du serpolet, le Cuivré de la bistorte, l’Azuré de la croisette, le Nacré prophyrin et le Mélibée. Les eaux du Doubs et du Dessoubre étant relativement polluées, la qualité piscicole est bien inférieure au potentiel de ces cours d'eau avec notamment une régression des truites, ombres, chabots, loches et vairons : on y trouve toutefois des espèces emblématiques comme le blageon, la lamproie de Planer et le toxostome, et l'apron.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Monuments et sites touristiques[modifier | modifier le code]

Le site touristique majeur du parc naturel est le Saut du Doubs, une chute d'eau de 27 mètres qui attire chaque année entre 100 000 et 200 000 visiteurs[9].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sites inscrits et classés[modifier | modifier le code]

Le parc compte dix sites classés : le site de Gigot à Bretonvillers et Plaimbois-du-Miroir, les grottes et le château de la Roche à Chamesol, les rochers de la Cendrée à Charquemont, les gorges de Remonot aux Combes, le trésor et les grottes de Remonot aux Combes, le col des Roches à Villers-le-Lac, les bassins et le saut du Doubs à Villers-le-Lac, le défilé d'Entre-Roches à La Longeville et à Ville-du-Pont, le tilleul de Loray, le château de Montjoie à Montjoie-le-Château.

Le parc compte également 16 sites inscrits : les roches du Bourbet aux Bréseux, le point de vue de la Corniche de Goumois à Charmauvillers, les échelles et rochers de la Mort à Charquemont, le signal de Greuresse à Charquemont, le défilé du Coin de la Roche (communes des Combes et de Grand'Combe-Chateleu), les rochers de la Roche Fleurie (communes des Combes et de Grand'Combe-Chateleu), l'église et le cimetière de Vaufrey, le cirque de Consolation à Consolation-Maisonnettes, la corniche de Goumois (communes de Goumois et Fessevillers), le bassin de Chaillexon à Villers-le-Lac, les grottes de l'Ermitage à Mancenans-Lizerne, la cascade de Waroly à Mancenans-Lizerne, la falaise et le ravin de Mouillevillers à Montandon et Saint-Hippolyte, les ruines du moulin des Épais Rochers à Pierrefontaine-les-Varans et Plaimbois-Vennes, le ruisseau du val à Pierrefontaine-les-Varans, les rives du Dessoubre à Rosureux.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs églises du secteur sont protégées au titre des monuments historiques : l'église Saint-Léger de Chaux-lès-Châtillon, la collégiale Notre-Dame de Saint-Hippolyte, l'église Saint-Georges du Bizot, l'église Saint-Pierre de Maîche, l'église Saint-Maurice de Fessevillers, l'église Saint-Antoine de Cernay-l'Église, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Pierrefontaine-les-Varans, l'église Saint-Sulpice de Laval-le-Prieuré, l'église Saint-François-d'Assise du Bélieu et l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Morteau.

D'autres édifices religieux se retrouvent sur cette liste : la grotte-chapelle de Remonot, le petit séminaire de Consolation, le couvent des Minimes de la Seigne, la chapelle du cimetière de Cour-Saint-Maurice, le couvent des Ursulines de Saint-Hippolyte, la chapelle Saint-Roch d'Urtière, la chapelle Saint-Joseph-aux-Bassots de Villers-le-Lac.

Le patrimoine religieux classés est complété de huit croix : croix du Bélieu, croix de chemin de Bief, croix de cimetière de Chamesol, croix de chemin de Domprel, croix de Flangebouche, croix de Germéfontaine, croix de cimetière de Laval-le-Prieuré, croix de cimetière de Loray.

Un certain nombre de fermes, maisons et immeubles d'habitation sont protégés : maison du Cheval Blanc au Bélieu, ferme de la Verrerie au Bélieu, Maison Sorribès à Belleherbe, maison de justice du Bizot, ferme aux Combes, maison Camboly à Fleurey, fermes à Grand'Combe-des-Bois et à Grand'Combe-Châteleu, ferme Cairey-Remonnay à Montlebon, immeuble à Morteau, maison au 12 grand rue à Saint-Hippolyte, maison des Pourcelot à Vauclusotte, ferme Sur la Roche à Villers-le-Lac, hôtel de Granvelle à Maîche.

Les châteaux de Montalembert à Maîche, de Montjoie-le-Château, et Pertusier à Morteau ainsi que les hôtels de ville de Morteau et du Russey font également partie des édifices civils inscrit ou classés monuments historiques.

La fontaine-lavoir de Loray, la scierie de Plaimbois-du-Miroir et la station préhistorique de Villers-le-Lac complètent la liste des monuments protégés du parc naturel.

Musées[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Saucisse de Morteau
  • Saucisse de Morteau
  • Jambon fumé du Haut-Doubs
  • Comté
  • Morbier
  • Mont d'Or
  • Cancoillotte
  • Chocolaterie Klaus
  • Limonade et sirops Rième

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Parc naturel régional du Doubs Horloger : l'enquête d'utilité publique a commencé », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le )
  2. AFP, « Davantage d’aires protégées, prévention des inondations, « forfait mobilité durable »… Les annonces du quatrième conseil de défense écologique », sur lemonde.fr, (consulté le )
  3. « Logement, insertion et Parc naturel régional du Doubs Horloger », sur doubs.fr, (consulté le )
  4. Fred Jimenez, « Coup de pouce présidentiel au Parc naturel régional du Doubs horloger », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)
  5. Décret no 2021-1150 du 4 septembre 2021 portant classement du parc naturel régional du Doubs Horloger (région Bourgogne-Franche-Comté).
  6. Fiche FR4301298 - Vallée du Dessoubre (consulté le ).
  7. L'adresse exacte du siège est 18 rue du Couvent 25210 Les Fontenelles.
  8. « Composition du bureau du syndicat mixte du Parc naturel régional du Doubs Horloger » [PDF], sur http://pays-horloger.fr/ (consulté le )
  9. Observatoire régional du tourisme, « Les chiffres clés du tourisme dans les Montagnes du Jura – édition 2021 », sur pros.bourgognefranchecomte.com (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Poupard, Autour de la montre en Pays horloger : Doubs, Lyon, Éditions Lieux dits, , 128 p. (ISBN 978-2-36219-171-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]