Aleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aleu
Aleu
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
André Vidal
2014-2020
Code postal 09320
Code commune 09005
Démographie
Gentilé Aleusiens
Population
municipale
122 hab. (2015 en diminution de 19,74 % par rapport à 2010)
Densité 8,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 37″ nord, 1° 16′ 01″ est
Altitude Min. 496 m
Max. 1 105 m
Superficie 13,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Aleu

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Aleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aleu

Aleu est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie. La commune fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Ses habitants sont appelés les Aleusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Pyrénées sur l'Arac et sur l'ancienne route nationale 618 entre Lacourt et Massat.

L'artère principale du village part de la place du Coudénié (située en bas du village) passe devant la mairie et aboutit à l'église du village (lieu-dit nommé Espouech). Très raide, cette route surnommée "La Carrère" nécessite des jambes d'acier si l'on souhaite la remonter à pied et des freins excellents pour la descendre à vélo, sous peine d'aller goûter les haies de buis en bas du village.

Le village est composé d'un réseau impressionnant de chemins (boueux, herbeux, broussailleux, plus ou moins larges, plus ou moins pentus) qui permettent d'atteindre chaque hameau et chaque vallée environnante. Les chemins les plus célèbres sont la piste de Joubac, la Carasse ou encore la Serre de Cominac réputée pour ses fameuses ornières.

L'altiport de Joubac[modifier | modifier le code]

Aleu est connu pour son altiport de classe D agréé par la Fédération française aéronautique. Situé sur les hauteurs du village et mesurant environ 75 mètres, cette piste herbeuse se termine par une zone de stationnement récemment aménagée pour les avions. Ce site a été présenté dans l'émission Des Racines et des Ailes diffusée en 2013 sur France 3. Un barbecue permet de passer des moments conviviaux en été.

L'altiport est dominé par le Taus de Joubac (1049 m) qui offre un magnifique panorama sur les sommets principaux du Couserans (Pique Rouge de Bassies, Monts Rouch, Mont Valier ...).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aleu[1]
Soulan
Aleu Biert
Ercé

Hameaux[modifier | modifier le code]

Hormis le village important de Castet d'Aleu situé sur la route départementale, les hameaux sont Aliou, Bataillet, La Bernadole, Biech, Bourdasse, Coumarba, Coumelary, Coumes, Espoueix, Fontale, Galas, Goulet, Picaret, Pinsou, Rouaich, La Rouère...

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, Aleu faisait partie de la seigneurerie de Soulan, elle-même comprise dans la vicomté du Couserans.

La commune d'Aleu a été créée à la Révolution française, prenant la suite de la communauté d'Aleu qui avait été détachée en 1776 de celle de Soulan.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours André Vidal SE Retraité de l'enseignement
mars 2001 2008 Louis Gilabert    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 122 habitants[Note 1], en diminution de 19,74 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0951 1071 2051 0691 1751 3431 3311 2831 204
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1361 1741 1301 1621 1511 0761 1511 1481 032
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
974921790695595531516386293
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
204211135127134122141144146
2013 2015 - - - - - - -
125122-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

"Auberge de l'Arac" au Castet-d'Aleu, des gîtes de groupes et des gites ruraux existent également en divers lieux.

L'épicerie Rogalle également café, station service n'est plus mais elle a laissé un souvenir impérissable dans le cœur des habitants du village et des Saint-gironnais se rendant vers Massat, s'y arrétant après la route désertique des gorges de la Ribaute et avant de reprendre la route également désertique et tortueuse jusqu'à Biert.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Benoît
  • Église Saint-Benoît d'Aleu
  • Église Sainte-Germaine et Saint-Roch du Castet d'Aleu (vitraux du XIXe siècle)
  • Castelet du Castet d'Aleu datant du XIIe ou du XIIIe siècle

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Le village est réputé pour sa fête qui se déroule durant le week-end de la Saint Julien. Les points d'orgue de ces 3 jours sont notamment les concours de pétanque, le passe-rue, la course à l'œuf ainsi que la soupe à l'oignon qui rassemblent toutes les générations. Le vendredi soir, lorsque les marmites en cuivre se sont vidées et les convives ont pu apprécier le repas, arrive le moment des chants. Entonnés avec charisme par J-L.S et repris par les plus fervents, "La Camionneta", "Montagnes Pyrénées" ou encore "Les Copains d'Abord" résonnent avec intensité sous le barnum et jusque loin dans les montagnes. Quand vient l'heure de reprendre la chanson d'Aleu commençant par "Toi qui n'est jamais monté, Comment peux-tu comprendre, Que j'ai le cœur serré, Quand il faut en descendre", chacun apprécie se remémorer les bons moments vécus qui tissent année après année ce lien affectif inextricable avec le village et ses habitants.

Comme tous les concours de pétanque, ceux d'Aleu possèdent leurs habitudes et anecdotes. Alors que la topographie du village pourrait laisser croire qu'il n'existe aucune surface plane pour jouer correctement, il existe quelques coins de paradis où résonneront le vendredi et samedi après-midi les plus profondes réflexions parmi lesquelles :

- "J'y reviens ?"

- "Allez, vas au jeu, il est là le jeu"

- "Allez petit hé !"

- "Allez, fais plaisir"

- "Il y a une boule mat et une brillante, c'est trompeur !"

- "Z'avez pas un mètre ?"

Les terrains de la cour de l'école sont réputés être les meilleurs et les plus recherchés. Il faut dire qu'à 2 mètres de la table d'inscription et de la buvette, l'emplacement est stratégique, mais les places sont chères. Près du tilleul, quelques racines viennent troubler cette surface régulière et poussiéreuse. Méfiance ...

Près de l'église, il existe 4 ou 5 terrains qui nécessitent de remonter une sévère pente pouvant stratégiquement fatiguer les équipes les moins préparées physiquement. Le potentiel est donc élevé à condition que ces derniers ne soient pas monopolisés par des voitures. Si tel est le cas, elles seront systématiquement caillassées par les plus fervents pratiquants. En effet, si ces terrains et ceux de la cour de l'école sont occupés, il faut alors descendre sous la cour de l'école dans des endroits haïs par les joueurs aleusiens. Des surfaces de jeu où le béton est roi et où l'arrêt de la boule ne tient qu'à un gravillon.

A Aleu, les inscriptions se déroulent tout à fait normalement et n'ont rien d'originales. Assis à l'ombre ou accoudés au bar, les joueurs attendent tranquillement le tirage pour pouvoir passer un moment convivial. Mais parfois, cette harmonie est troublée. Voici le témoignage poignant d'un aleusien anonyme :

"Je m'étais inscrit en avance pour pouvoir avoir mon numéro fétiche : le 09, comme l'Ariège. Même si Nina avait oublié de mettre le sirop dans le demi-pêche que j'avais commandé, tout se passait bien, les sensations étaient là et je ne loupais rien à l'échauffement. Les nuages n'étaient pas sur le Mont Valier et l'orage estival n'aurait pas lieu, nous permettant d'avoir toutes nos chances d'accéder en finale au regard du plateau peu relevé cette année. Mais tout à coup, j'ai vu Paul de Tatchi se réfugier chez lui et j'ai compris qu'il se passait quelque chose de mauvais. D'un coup, les chiens du moulin ont commencé à couiner et un vent froid a balayé la cour de l'école. Le soleil s'est voilé et les volets mal accrochés claquaient tous un à un. Même Gogo lâcha sa bière, ce qui me fit paniquer.

Un bruit de moteur vint rompre ce silence effrayant, ils avaient dépassé le lacet du lavoir. La voiture blanche passa devant la cour de l'école : en un regard, le conducteur connaissait les scores de chaque partie d'échauffement et par combien de points il gagnerait la finale un peu plus tard dans l'après-midi. Tout le monde se regardait, ils étaient là, ceux que la buvette ne verrait pas, ceux qui ne décochent pas un mot, ceux qui arrive à l'heure à la seconde près, ceux qui ont 120% de réussite au tir, ceux qui viennent rafler la mise pour repartir aussitôt : les gens du voyage.

Par chance, nous les avons évité au tirage, mais avons perdu contre une équipe de filles. Une défaite humiliante à l'issue de laquelle je ne suis revenu au village que quelques années plus tard."

Comme tous les villages, Aleu possède ses légendes, ses récits, ses sources, ses itinéraires de randonnées ou encore ses fameux coins à champignons. Le succès d'une cueillette n'est jamais expressément signalé. Au contraire, le montagnard aleusien aime décrire vaguement la composition de sa cueillette afin d'éviter un mouvement de foule dans les bois du village. De plus, il répondra "Par là-bas" en montrant avec dédain l'ensemble des forêts du village lorsqu'on lui demandera où il est allé.

Une concurrence a longtemps existé entre les chercheurs de champignons motorisés et les puristes qui remontent la Carasse à pied ou qui se font avaler leurs chaussures dans les méandres boueux du Bois de Cane. Les projets de sabotage de quads et autres motos n'ont jamais abouti. Finalement, les deux camps cohabitent sans le moindre mal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :