Orgibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orgibet
Orgibet
Orgibet (centre-bas) et Saint-Jean-du-Castillonais vues du ciel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Yvette Delclaux
2020-2026
Code postal 09800
Code commune 09219
Démographie
Gentilé Orgibetois
Population
municipale
191 hab. (2018 en augmentation de 22,44 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 05″ nord, 0° 56′ 11″ est
Altitude Min. 587 m
Max. 1 613 m
Superficie 7,45 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Girons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Couserans Ouest
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Orgibet
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Orgibet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orgibet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orgibet
Liens
Site web http://mairieorgibet.org/

Orgibet est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Orgibetois.

Elle dispose d'un site internet[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le Castillonnais en Couserans au sud-ouest de Saint-Girons dans la vallée de la Bellongue.

Elle fait partie de la communauté de communes Couserans-Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte avec les communes environnantes

Hameaux[modifier | modifier le code]

Également sur la commune Augistrou et les hameaux de Bernech, Lariole, Ruhau, Cobe, Mousquaire, Bernidech, Sampalè, Gausières, Capures, Fretech, Toulet, Pouticayre.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bouigane, le ruisseau de Nédé, le ruisseau des Souls... sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Orgibet[2]
Saint-Jean-du-Castillonnais Buzan
Orgibet Illartein
Augirein

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Orgibet est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Girons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 70 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (81,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (80,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (74,4 %), prairies (15,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (7,1 %), zones urbanisées (3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Orgibet se trouve sur le chemin du piémont pyrénéen, un des Chemins de Compostelle, entre Saint-Lizier et Saint-Bertrand-de-Comminges.

En 1668, Louis de Froidour, Grand-maître des Forêts nommé par Colbert, réglemente les droits d’usage des communautés de Saint-Lary, Augistrou et Orgibet.

Sous le Consulat et l'Empire, l'État reprend les forêts aux communes et en , les besoins en charbon de bois des forges d'Engomer ont nettement contribué à la « guerre des Demoiselles » qui commença dans le Castillonnais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 En cours Yvette Delclaux SE Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Le , la commune a voté « oui » pour le projet de fusion avec les communes limitrophes de Buzan, Illartein et Saint-Jean-du-Castillonnais[9].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11]. En 2018, la commune comptait 191 habitants[Note 3], en augmentation de 22,44 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6825446798259089429331 020987
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
905915919852885801736847722
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
704675619582500502438314280
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
266263177164144164172162183
2018 - - - - - - - -
191--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Café-concert-restaurant-traiteur-épicerie « Le Noste Courtiu ».
  • Boulangerie-pâtisserie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé David Cau-Durban [14] (1844-1908), est né à Orgibet. Prêtre ordonné en 1869, curé aux Bordes-sur-Lez et archéologue-historien réputé du Couserans, il est l'auteur de nombreux ouvrages historiques et fut membre de la Société archéologique du Midi.
  • Le philosophe Georges Canguilhem (1904-1995) a passé une partie de sa jeunesse au village, sa mère ayant hérité d'une ferme[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
Notes de type "Carte"

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mairie d'Orgibet »
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  9. « Commune nouvelle : le «oui» l'emporte d'une voix », sur ladepeche.fr (consulté le 8 mars 2019)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. « David Cau-Durban », sur Bibliothèque nationale de France
  15. Roudinesco E, Philosophes dans la tourmente, chapitre I Georges Canguilhem, une philosophie de l'héroïsme, Edition Fayards, Points essais, 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard, Jules-Marie (1845-1920) Mélange-cuve baptismale d'Orgibet, Lacour, coll. « Rediviva », Nîmes, 2002 (fin XIXe), 16 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :