Illartein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Illartein
Illartein
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Alain Bourgeon
2014-2020
Code postal 09800
Code commune 09141
Démographie
Gentilé Illarteinais
Population
municipale
73 hab. (2016 en diminution de 10,98 % par rapport à 2011)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 16″ nord, 0° 58′ 00″ est
Altitude Min. 555 m
Max. 1 721 m
Superficie 3,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Illartein

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Illartein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Illartein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Illartein

Illartein est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Illarteinais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le Castillonnais en Couserans dans la vallée de la Bellongue sur l'ancienne route nationale 618. Bien qu'entièrement enclavée dans le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, la commune n'en est pas membre mais elle fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Illartein[1]
Buzan
Orgibet Illartein Aucazein
Augirein Antras Bonac-Irazein
(par un quadripoint)

Histoire[modifier | modifier le code]

A l’entrée du village se trouvait un château qui fut démantelé pendant la Révolution.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Alain Bourgeon DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Le 29 avril 2018, la commune a voté pour le projet de fusion avec les communes limitrophes d'Orgibet, Saint-Jean-du-Castillonnais et Buzan[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4]. En 2016, la commune comptait 73 habitants[Note 1], en diminution de 10,98 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
265265321330398407462473423
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
434425430507380345327280255
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
23321317215312812012611083
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
726760465477728076
2016 - - - - - - - -
73--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Germier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henri-Raymond Cazalé, météorologue, plus connu en tant qu'écrivain auteur, entre autres, de La ballade du Miquelet, 1989, sur les bases de la résistance en Ariège et l'épopée de la Brigade espagnole, Ma furie Lambertine, 1993, une des figures féminines de la Révolution française et enfin, Raymond la Flibuste, 1994.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :