Port de Lers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Port de Lers
Image illustrative de l’article Port de Lers
Port de Lers
Altitude 1 517 m
Massif Lherz et Trois-Seigneurs (Pyrénées)
Coordonnées 42° 48′ 23″ nord, 1° 24′ 42″ est
PaysDrapeau de la France France
ValléeVallée de l'Arac
(ouest)
Vallée de Vicdessos
(est)
Ascension depuisMassat Vicdessos
Déclivité moy.5,2 % 7,0 %
Déclivité max.8,9 % 10,9 %
Kilométrage16,6 km 11,5 km
AccèsD 18 D 18

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Port de Lers

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Port de Lers
Le port de Lers est un site important de vol libre

Le port de Lers ou port de l'Hers ou port de Massat est un col de la chaîne pyrénéenne, dans le département de l'Ariège. Il culmine à 1 517 m, au pied du pic des Trois-Seigneurs. Il est emprunté par la route des cols.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ers (ou Hers) vient vraisemblablement de l'ancien occitan ers ou erz, participe passé du verbe erzer qui signifie « ériger, redresser », lui-même issu du latin vulgaire ergere. Il pourrait donc se traduire par « pentu » ou « escarpé »[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le port de Lers permet de passer de la vallée du Garbet dans le Haut-Couserans à la vallée de Vicdessos et la haute vallée de l'Ariège par la D18 en passant par Le Port. En hiver, la route est fermée, généralement de décembre à mai. Une branche du sentier de randonnée GR10 y passe.

Le col est situé entre le pic des Trois-Seigneurs au nord, et le pic de Girantès au sud, dans le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Profil de l'ascension[modifier | modifier le code]

Depuis le croisement des routes D8 et D18 (715 m) à Vicdessos sur le versant est, l’ascension est longue de 11,45 km pour une moyenne de 7 %. Après quelques hectomètres, on rencontre des rampes très difficiles à 10 % dans un kilomètre à 8,5 %. Après 1,75 km à 7,9 % depuis le départ, on rejoint le croisement (852 m) avec la route de Suc-et-Sentenac. Après cela, on trouve un replat de plusieurs kilomètres et une route plus étroite et assez rectiligne. La route devient ensuite assez ombragée pendant près de 6 km, ce qui permet de se préserver des fortes chaleurs. Ce n’est qu’après une épingle et une cascade que la pente se durcit à nouveau. Le huitième kilomètre est le plus difficile avec une moyenne de 9,5 % en passant à côté de deux nouvelles cascades proches du lieu-dit « Biert » vers 1 275 m d'altitude. Le paysage se découvre ensuite avec des pourcentages toujours abrupts et une route plus sinueuse sauf dans les 500 derniers mètres. La descente est rapide sur ce versant.

Sur le versant ouest, l'ascension démarre environ 1 km après Massat au croisement (650 m)[3] de la route D18 et de la route D318 (route de Liers) pour un total de 15,45 km à 5,6 %. Une première courte rampe suit le carrefour mais elle est suivie d'un faux-plat montant jusqu'au hameau de Le Port (710 m environ). À partir de ce hameau, les quatre kilomètres suivants grimpent fréquemment sur des pourcentages avoisinant les 5 et 6 %. Mais la pente se durcit sur les 5 km qui précèdent l'étang de Lers avec des pourcentages moyens affichés de 7 à 8,5 % et un passage à 11 % au maximum vers le km 8,5[4]. Arrivé au carrefour (1 300 m) entre les routes D8f (descente du col d'Agnès) et la D18, à proximité du lieu-dit « Courtal de Bastard » et juste au-dessus de l’étang de Lers[5], il ne reste que 3,8 km à 5,7 %. Cette dernière portion grimpe souvent dans des pourcentages proches de 7 et 7,5 % sauf l'avant-dernier kilomètre qui est presque plat.

Tour de France[modifier | modifier le code]

Cinq étapes du Tour de France se sont déroulées sur les pentes du port de Lers. Il a été franchi pour la première fois par le Tour de France 1995 où il est classé en 2e catégorie. C'est l'Italien Marco Pantani qui passe en tête à cette occasion. Le Danois Michael Rasmussen passe le col en première position en 2004 lors de la 13e étape et Gorka Izagirre en 2011 lors de la 14e étape ; il est classé en 3e catégorie lors de ces deux franchissements[6],[7]. Le , lors de la 14e étape du Tour 2012, il est classé en 1re catégorie et est franchi en tête par le Portugais Sérgio Paulinho. Le , lors de la 12e étape du Tour 2015, il est encore classé en 1re catégorie et est franchi en tête par le Polonais Michał Kwiatkowski.

Cyclisme amateur[modifier | modifier le code]

Ce col est très prisé des cyclotouristes sportifs et constitue le dernier col de la course cyclosportive l'Ariégeoise si l'arrivée est jugée à Auzat ou l'avant-dernière difficulté lors d'une arrivée à Goulier-Neige sur le parcours de l'Ariégeoise XXL.

Autres loisirs[modifier | modifier le code]

Les pentes du port de Lers sont propices à la randonnée en raquettes ou à ski. Côté Massat, il constitue un site de décollage en parapente très prisé. Une petite base de loisirs y accueille des pêcheurs en été et des skieurs de fond l'hiver[8].

Des grottes karstiques importantes, tel le gouffre Georges, existent dans le périmètre mais elles ne sont pas d'un accès grand public.

Des géologues amateurs viennent observer la lherzolite, une roche issue du manteau terrestre, sur les hauteurs de l'étang de Lers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]