Vallée de Vicdessos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vallée du Vicdessos)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vicdessos (homonymie).

Vallée de Vicdessos
La vallée de Vicdessos et le pic de Montcalm
La vallée de Vicdessos et le pic de Montcalm
Massif Pyrénées
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Communes Auzat, Vicdessos
Coordonnées géographiques 42° 42′ 48″ nord, 1° 27′ 05″ est[1]

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Vallée de Vicdessos

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Vallée de Vicdessos
Orientation nord puis nord-est
Longueur 33 km environ
Type Vallée glaciaire
Écoulement Vicdessos
Voie d'accès principale D 24

La vallée de Vicdessos (ou vallée du Vicdessos) est une vallée des Pyrénées françaises située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Vicdessos (vallée et rivière) vient de la commune de Vicdessos, issu de la racine latine vicus, petite agglomération romaine, et de dessos pouvant signifier en gascon « dessus » ou « d'en haut ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Vicdessos correspond au bassin du Vicdessos (rivière), principal affluent de l'Ariège à Tarascon-sur-Ariège.

La vallée de Vicdessos est adossée aux frontières de l'Andorre et de l'Espagne (région de la Catalogne). Il s'agit d'une longue vallée glaciaire, d'orientation nord-sud en fond de chaîne et jusqu'à Auzat, et d'orientation nord-est jusqu'à Tarascon-sur-Ariège. Elle s'étire sur près de 33 km.

Elle est composée de plusieurs vallées hautes : d'ouest en est on rencontre la vallée de l'Artigue, la vallée de Mounicou, la vallée d'Artiès, la vallée de Siguer. La vallée principale est orientée nord-est.

Dans cette vallée, se dressent les plus hauts sommets d'Ariège et les plus orientaux des sommets pyrénéens dépassant 3 000 m d'altitude. De nombreux sommets s'approchent également des 3 000 mètres.

Sommets principaux :

Sommets secondaires :

Principales localités de la vallée : Auzat, Capoulet-et-Junac, Goulier, Niaux, Vicdessos, Sem, Suc-et-Sentenac auxquelles s'ajoutent Gestiès, Lercoul et Siguer (vallée de Siguer).


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Auzat 09030 CC de la Haute Ariège 162,74 521 (2015) 3
Capoulet-et-Junac 09077 CC du Pays de Tarascon 2,78 170 (2015) 61
Gestiès 09134 CC de la Haute Ariège 27,46 23 (2015) 1
Goulier 09135 CC de la Haute Ariège 10,22 45 (2015) 4
Lercoul 09162 CC de la Haute Ariège 19,01 26 (2015) 1
Niaux 09217 CC du Pays de Tarascon 3,99 182 (2015) 46
Vicdessos 09334 CC de la Haute Ariège 6,01 537 (2015) 89
Sem 09286 CC de la Haute Ariège 5,22 23 (2015) 4
Siguer 09295 CC de la Haute Ariège 38,73 100 (2015) 3
Suc-et-Sentenac 09302 CC de la Haute Ariège 31,69 51 (2015) 2

Principaux lieux-dits de la vallée : L'Artigue, Artiès, Marc, Mounicou, Saleix.

La vallée se trouve dans le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Femme sauvage du Vicdessos.

L'histoire de la vallée a été caractérisée par l'extraction du minerai de fer en divers endroits mais surtout à la mine de Rancié qui ferme en 1929. Ce fer du Vicdessos a été transformé dans des forges à la catalane bien au-delà de la vallée, transporté sur des charrois ou sur des animaux bâtés. Les Forges de Niaux sont une entreprise familiale moderne quoique bicentenaire liée à cette histoire du fer. Elle a su au fil des ans s'adapter avec des produits très spécifiques, exporter dans les cinq continents et produire avec 120 salariés en 2017.

Ce ne fut pas le cas des deux alumineries d'Auzat et de Sabart (commune de Quié) qui ont souffert du démantèlement du groupe Pechiney, ex-fleuron national, et d'une succession d'OPA hostiles dans les années 2000. L'enclavement de la haute Ariège rendant peu compétitives les conditions d'acheminement de l'alumine, l'énergie électrique disponible en Vicdessos était le seul atout cependant de moins en moins favorable, comparativement à certains pays producteurs comme le Canada. Ainsi, l'usine d'Auzat, en fond de vallée, fermera en 2003 malgré sa production de produits aluminiers de très haute qualité. L'usine de Sabart, devenue Sabart AeroTech, après plusieurs changement d'actionnaires et moins de quarante salariés en mars 2018, bénéficie encore des commandes du pôle mondial de construction aéronautique de la région toulousaine, mais la présence d'investisseurs chinois semble inquiéter les clients dans ce secteur hautement stratégique[3] .

Activités[modifier | modifier le code]

Hydroélectricité[modifier | modifier le code]

La vallée compte une production hydroélectrique conséquente, due principalement aux barrages de Gnioure, d'Izourt, de Soulcem et à la centrale de Bassiès, qui fut rendue nécessaire par les alumineries Pechiney d'Auzat et de Sabart.

La production de la vallée est intégrée dans l'activité d’Électricité de France Hydraulique Aude-Ariège qui, en 2015[4], a généré avec 14 barrages et 17 centrales hydroélectriques une production de 1 480 GWh (soit l'équivalent de la consommation résidentielle de l'Ariège et de l'Aude) avec 137 salariés et 17 millions d'euros d'investissements. Les barrages de Laparan (vallée d'Aston), Gnioure, Izourt et Soulcem contribuent au soutien de l'étiage de la Garonne pour 12,4 millions de m3 d'eau restitués.

Pastoralisme[modifier | modifier le code]

La construction du barrage de Soulcem a noyé un vaste plateau (Pla) autrefois dédié au pastoralisme. En effet, on comptait au plus fort de l'activité pastorale, près de 40 000 animaux[réf. souhaitée] en estive, comme en témoignent les nombreux orris encore présents. Cependant, aujourd'hui encore, 5 000 hectares de parcours d'estive sont entretenus par 3 000 ovins de race tarasconnaise, 80 bovins de race gasconne et 10 équins de race lourdaise.

L'estive des orris du Carla, dans la vallée de Vicdessos.

Le pâturage des animaux s'effectue de juin à octobre. Les 14 éleveurs transhumant au sein des groupements pastoraux du Carla (rive droite) et du Montcalm (rive droite) bénéficient d'un droit de pâturage pour leur troupeaux moyennant une redevance acquittée à l'Office national des forêts. Un pâtre permanent et des éleveurs travaillent l'estive et veillent à la bonne exploitation des ressources fourragères et à la qualité sanitaire des cheptels transhumés durant toute la saison.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées médianes de la vallée, source : Google maps et cartes IGN
  2. Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises
  3. « Les salariés de Jinjiang Sabart Aéro Tech inquiets », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  4. « EDF Hydraulique dans les vallées de l'Ariège », sur EDF hydraulique Aude-Ariège, bilan 2015 - perspectives 2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]