Bonac-Irazein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bonac-Irazein
Bonac-Irazein
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Nadine Nény
2020-2026
Code postal 09800
Code commune 09059
Démographie
Gentilé Bonacois
Population
municipale
119 hab. (2018 en diminution de 7,75 % par rapport à 2013)
Densité 3,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 41″ nord, 0° 58′ 29″ est
Altitude Min. 672 m
Max. 2 750 m
Superficie 38,13 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Girons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Couserans Ouest
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Bonac-Irazein
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Bonac-Irazein
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonac-Irazein
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonac-Irazein

Bonac-Irazein est une commune française, située dans la vallée du Biros qui se trouve dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Bonacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cette commune de montagne est située dans les Pyrénées centrales en Couserans, vallée du Biros au sud-ouest du département en Castillonnais. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises et est frontalière avec l'Espagne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bonac-Irazein est limitrophe de huit autres communes dont une dans le Val d'Aran en Espagne.

Carte de la commune de Bonac-Irazein et de ses proches communes.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Irazein, Lascous...

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le Lez, qui y reçoit l'Orle.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 813 hectares ; son altitude varie de 672 à 2 750 mètres[3].

En matière de géologie, les plus grands cristaux connus de tétraédrite ont été extraits de la mine d'Irazein.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec les routes départementales D 618 et D 204.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bonac-Irazein est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Girons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 70 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (91,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (51,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (23,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (16,7 %), zones agricoles hétérogènes (8,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Irazein a une origine inconnue, mais une influence basque comme dans le val d'Aran tout proche est possible.

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennes mines de cuivre, de plomb et de zinc. À proximité du port d'Orle (2 318 m), la mine de la Mail de Bulard, dite "la mangeuse d'hommes", était la plus haute d'Europe à 2 350 m et exploitée dans des conditions extrêmes.

Autrefois, avant l'avènement de l'automobile, de nombreux échanges commerciaux s'effectuaient entre le Val d'Aran et le Castillonnais par le port d'Orle (2 318 m) uniquement à pied et pour les produits qui manquaient le plus. Ainsi, du sel était colporté par des Espagnols lesquels, bien entendu, ne repartaient pas à vide de Castillon.

Cependant, le tramway électrique de la ligne de Saint-Girons à Castillon et à Sentein a desservi Bonac de 1913 à 1937. L'ancienne gare a été préservée et la déviation routière du village emprunte le tracé de la ligne.

Le port d'Orle fut l'un des passages utilisés en 1944 par des Républicains espagnols pour une tentative d'invasion du Val d'Aran alors peu défendu par les franquistes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[10],[11].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton du Couserans Ouest (avant le redécoupage départemental de 2014, Bonac-Irazein faisait partie de l'ex-canton de Castillon-en-Couserans ) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes du Castillonnais.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
... 1986 Pierre Pudarrieu PS  
1986 2001 Lucien Gaston    
mars 2001 2008 Michel Prat    
mars 2008 2014 Claude Morezzi    
mars 2014 En cours Nadine Neny SE Retraitée de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13].

En 2018, la commune comptait 119 habitants[Note 3], en diminution de 7,75 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8285339667979691 0371 0731 0731 004
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
905932876838820836798725600
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
594596577507412410383310216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
14110987846198137135121
2018 - - - - - - - -
119--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[16] 1975[16] 1982[16] 1990[16] 1999[16] 2006[17] 2009[18] 2013[19]
Rang de la commune dans le département 93 128 137 113 134 138 141 141
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Petit marché chaque jeudi de 17 h à 19 h durant la saison estivale et relais montagnard à Bonac[20], une production de miel et une boulangerie bio au moulin de montagne reconstitué à Irazein, une brasserie artisanale.

Culture, vie pratique et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Cyclisme, pêche, randonnée,

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bonac-Irazein fait partie de l'académie de Toulouse.

Les élèves sont scolarisés préférentiellement à Sentein mais accessoirement à Castillon-en-Couserans.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La déchetterie intercommunale la plus proche se trouve à Audressein.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Lac artificiel de Bonac, sur le Lez, avec aire de camping-car[21].
  • Église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste de Bonac, restaurée en 1873. La porte date de 1668, avec une inscription latine : « Angusta porta et arcta via quae ducit ad vitam » signifiant en français « Étroite est la porte et étroit est le chemin qui mène à la vie ».
  • Église Saint-Michel d'Irazein.
  • Ancienne mine de zinc et de plomb de la mail de Bulard (2750 m et point culminant de la commune) vers le port d'Orle, avec ruines et système de transport du minerai ferroviaire et par câble.
  • Grotte d’Aulignac.
  • Cascade du Rouet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 2 février 2018)
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 13 septembre 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  17. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  18. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. « LE RELAIS MONTAGNARD - BONAC IRAZEIN », sur www.ariegepyrenees.com (consulté le 13 décembre 2017)
  21. Non signé, « L'aire de camping car attire de plus en plus », La Dépêche du midi,‎