Parc naturel régional des Grands Causses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc naturel régional des Grands Causses
Larzac10.jpg

Paysage du Larzac

Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
3 279,35 km2
Population
67900
Création
Administration
Syndicat mixte
Site web
Localisation sur la carte de l’Aveyron
voir sur la carte de l’Aveyron
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

Le Parc naturel régional des Grands Causses est un Parc naturel régional créé en 1995 qui s’étend sur 93 communes au nord-est de la région Occitanie, au nord-est et sud du département de l’Aveyron. D’une superficie de 327 935 ha, il est le troisième parc le plus grand de France après celui des Volcans d'Auvergne et celui de Corse. Il regroupe 67 900 habitants (INSEE, janvier 2011).

Le paysage des causses, situés pour partie dans le périmètre du Parc, comme leur économie, a été façonné par l'activité pastorale. En 2011, 22 communes du Parc, faisant partie du site Les Causses et les Cévennes, ont été distinguées par l'UNESCO reconnaissant leur valeur universelle exceptionnelle comme « paysages culturels de l'agro-pastoralisme méditerranéen » permettant leur inscription sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité.

Géographie[modifier | modifier le code]

Périmètre du PNR.

Les différentes entités[modifier | modifier le code]

Le parc regroupe six entités :

Paysages[modifier | modifier le code]

Le parc naturel régional des Grands Causses présente une mosaïque de paysages différents.

Rivières et ruisseaux parcourant ou bordant le territoire du Parc[modifier | modifier le code]

  • Le Lot en bordure nord du parc.

Territoires des communes constituant le parc[modifier | modifier le code]

Causse de Sévérac Causse du Larzac Causse Noir Millavois et causse Rouge Lévézou et Raspes Rougier, Saint-Affricain et pays de Roquefort

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine des Causses[modifier | modifier le code]

Logo du parc
Toit citerne en lauze dans le hameau de Montredon (Larzac).
  • Les maisons et mas traditionnels construits avec les moellons de calcaire des clapas et parfois quelques pannes de chênes rare à l'époque sur les causses.
  • Les voûtes et arcades de pierres, omniprésentes.
  • Les jasses (jaças [(d)ʒaso] en occitan rouergat) ou bergerie en français : bâtiments agricoles traditionnels de pierres hourdées au mortier de terre/chaux dévolus aux troupeaux de brebis.
  • Les lavognes (lavanhas [laβaɲo] en occitan rouergat), mares de forme conique maçonnées sur un tapis d'argile destinées à recueillir et conserver l'eau de pluie pour les troupeaux.
  • Les dolmens ; les caselles de berger en pierres sèches particulièrement abondantes sur le causse Rouge.

Patrimoine des Avants-Causses[modifier | modifier le code]

  • Les grands domaines monastiques ont organisé le territoire autour de leurs granges ou granges-étables.
  • Les clapas, amoncellements parfois impressionnant de pierres qui sont le résultat de l'épierrement continu et immémorial des champs labourés par les paysans.
  • Les « caves à fleurines », l'air qui circule facilement entre les rochers a été apprivoisé par l'homme qui s'en est servi dans les caves de Roquefort ou dans le village de Compeyre.

Patrimoine des Rougiers[modifier | modifier le code]

  • Les statues-menhirs découvertes dans la région sont le témoin d'une civilisation préhistorique ayant occupé ce pays.
  • Des bâtiments construits avec du grès écarlate témoignent de la richesse du pays.

Patrimoine des Monts[modifier | modifier le code]

  • Des jasses (bergeries) qui servent pour l'estive.
  • Des châtaigneraies à perte de vue.

Faune et flore du parc[modifier | modifier le code]

Sur les causses[modifier | modifier le code]

  • D'immenses pelouses calcaires présentant une extrême diversité floristique, en particulier en orchidées dont certaines sont endémiques.
  • Les buis et les genévriers communs innombrables.
  • Les lavognes concentrent la vie animale avec des amphibiens (crapauds, grenouilles, tritons, salamandres), des oiseaux (bergeronnette, pouillot, engoulevent, merle noir, grive, épervier, vautour) et des chauves souris.
  • Les forêts des causses sont constitués de chênes pubescents et de pins sylvestres envahissants les parcours.
  • Le vautour fauve a été réintroduit depuis 1982. Il niche en colonies dans les falaises des gorges du Tarn et de la Jonte. On compte 140 couples. Le vautour moine, plus foncé et un peu plus grand que le vautour fauve, niche dans les arbres où il construit avec des branchages un nid imposant. Les vautours moines ont été réintroduits entre 1992 et 2004. On compte aujourd’hui 18 couples dans les Grands Causses. Quelques couples de vautours percnoptères reviennent d'Afrique pour se reproduire sur les causses.
  • Le castor a élu territoire et colonisé certaines rivières du Parc. Sa présence est signalée dans le Tarn, la Dourbie. Sur la Muse, on le rencontre en amont de Saint-Beauzély.

Sur les Avants-Causses[modifier | modifier le code]

Sur les Rougiers[modifier | modifier le code]

Sur les Monts[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du pays est fondée sur l'élevage extensif de brebis laitières de race Lacaune dont le lait emprésuré donnera les fromages de lait cru roquefort et pérail.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :