Cadarcet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cadarcet
Cadarcet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Germain Jolibert
2014-2020
Code postal 09240
Code commune 09071
Démographie
Gentilé Cadarcetois
Population
municipale
230 hab. (2015 en diminution de 2,54 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 43″ nord, 1° 30′ 00″ est
Altitude Min. 386 m
Max. 917 m
Superficie 11,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Cadarcet

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Cadarcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cadarcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cadarcet

Cadarcet est une commune française, située au centre du département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Cadarcetois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le massif du Plantaurel. La commune est incluse dans le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cadarcet[1]
La Bastide-de-Sérou Aigues-Juntes
Montels Cadarcet Baulou
Alzen Serres-sur-Arget Saint-Martin-de-Caralp

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Berny, Fourest, Gayet, Guerredoumenc, Lamolle, Lasfajanes, Pérazam, Ponsou, Serre de Cor, La Serre...

Berny, hameau de la commune de Cadarcet, compte 29 habitants[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du nom du village est incertaine mais certaines hypothèses sont probables:

Il est possible que son étymologie vienne de « Catanum » (genévrier) ou de « Cadaxot, Caduxourt, Cadexourt ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire du village[modifier | modifier le code]

Un sarcophage romain en marbre fut retrouvé et entreposé au Musée du Louvre en 1881.

Raimond de Vernajoul reconnait l'église de Cadarcet dès 1160. Son château est cité en 1272 et portait le nom de Fort de Lilhac ou de « Serre de Corne ».

En 1390, le dénombrement du Comté de Foix attribue 26 feux à Cadarcet (soit, selon la règle de Voltaire : 117 habitants). En 1896, Cadarcet comprend 145 maisons pour 147 ménages et 600 habitants. Au début du XXe siècle, deux instituteurs et un curé y exercent pour Cadarcet et la commune comporte 144 maisons.

Ouverte en 1902, la ligne ferroviaire de Foix à Saint-Girons sera fermée en 1955. Une voie verte valorisera l'ancienne emprise de la voie ferrée vers 2010.

Passé minier[modifier | modifier le code]

Le village Cadarcet fut habité et exploité déjà par les Romains dans l'Antiquité. En effet, le sous-sol du village est riche en plomb, en galène, en fer et en argent; depuis cette époque, les mines et les concessions se multiplient. Ainsi, l'histoire et la prospérité de Cadarcet est due à cette exploitation minière qui dura jusqu'au XXe siècle.

En 1906, l'exploitation de bauxite reprit[2] sur les hauteurs du village.

En 1838, à Montcoustans, le sieur Sarrazi de Foix, mit à découvert un filon de fer hydroxydé riche et abondant mais chargé de galène cubique. Ce fer fut essayé à la forge du Mas-d'Azil, mais à chaud comme à froid, le fer était cassant, et le filon fut donc abandonné[3].

Histoire politique[modifier | modifier le code]

En décembre 1897, le président de la République Félix Faure, dissous le conseil municipal du village par décret exécuté par le ministre de l'intérieur Louis Barthou. En effet il était constitué de deux parties opposées et numériquement égales, et aucunes actions ne pouvait aboutir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Michel Caujolle    
mars 2014 en cours Germain Jolibert SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2015, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en diminution de 2,54 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
527601622612859722745743814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
734718701744741755710662600
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
592585540426389396357349320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
256220197197167215220234233
2015 - - - - - - - -
230--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • Fête de Cadarcet, organisée par le comité des fêtes, pendant 3 jours se déroulant le 15 août.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIe siècle située sur la place centrale.
  • Fontaine de Laguail avec son wagonnet rappelant le passé minier.
  • Monument aux morts

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'Écho des mines et de la métallurgie, Société Publications minières et métallurgiques, (lire en ligne)
  3. Jules (1808-1890) Auteur du texte François, Recherches sur le gisement et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées et particulièrement dans l'Ariège,... / par M. Jules François,..., Carilian-Goeury et V. Dalmont, (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :