Pic du Montcalm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pic de Montcalm)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pic du Montcalm
Pic du Montcalm vu de la Pique d'Estats
Pic du Montcalm vu de la Pique d'Estats
Géographie
Altitude 3 077 m[1]
Massif Massif du Montcalm (Pyrénées)
Coordonnées 42° 40′ 20″ nord, 1° 24′ 23″ est[2]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Ascension
Première 18 juillet 1807 par Candolle et Simon Faure
Voie la plus facile Par le refuge du Pinet (France)
ou le Vall Ferrera (Espagne)
Géologie
Roches Schiste, grès

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Pic du Montcalm

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Pic du Montcalm

Le pic du Montcalm est un sommet des Pyrénées françaises culminant à 3 077 mètres et situé sur la commune d'Auzat dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pic du Montcalm depuis la vallée de Vicdessos

Topographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le département de l'Ariège au sud d'Auzat dans le Vicdessos, il se trouve légèrement en retrait de la crête frontière[2]. C'est le plus oriental des sommets pyrénéens dépassant 3 000 m entièrement en France.

La pique du Montcalm (comme il s'appelle en Ariège), la pique d'Estats et le pic du Port de Sullo sont les trois principaux sommets du massif du Montcalm, les deux derniers étant frontaliers avec l'Espagne et la pique d'Estats étant le plus haut sommet de Catalogne.

Le sommet est situé dans le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géologie des Pyrénées.

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat des Pyrénées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Corabœuf et Testu observant au Montcalm, dessin de Testu (1827).

Le , première ascension du Montcalm par Candolle et le guide Simon Faure[4],[5].

En 1827, un signal géodésique est installé au sommet dans des conditions difficiles par le lieutenant-colonel Corabœuf et le lieutenant Testu. C'est un point de premier ordre dans le cadre de la triangulation de la France à la base de la carte d'État-Major. Le sommet fait maintenant partie du réseau de détail français du RGF93, sous la référence 0903001.

En 1817, Reboul et Vidal établissent l'altitude du Moncalm à 1 668 toises (3 250 m)[6].

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Vue du col et du chemin au fond montant au pic du Montcalm. Au premier plan, le chemin pour la montée finale vers la pique d'Estats.

Côté français, trois principaux itinéraires sont possibles pour aborder la pique :

  • Par le vallon de Pujol et le Pla Subra : cet itinéraire était l'ancien itinéraire normal, utilisé dès l'époque des pionniers du pyrénéisme. Cet itinéraire débute au chalet du Montcalm (parfois appelé aussi « refuge du Montcalm ») situé au bord de la route de l'Artigue, à 1 km après le hameau de Marc. Les vestiges de ce chalet en bois subsistent encore, mais dans un état de dégradation avancée. Certains passages difficiles de cet itinéraire historique, en dessous et au-dessus des « Tables du Montcalm » ont contribué à son délaissement progressif comme voie d'accès normale.
  • Par la vallée de Soulcem et le couloir de Riufret : certains passages difficiles en font plus un itinéraire de montée que de descente (passage d'éboulis dans une cheminée...). Il n'est plus indiqué aujourd'hui que par des cairns et un balisage sporadique.
  • Par le refuge du Pinet situé à côté du lac du même nom : ce chemin, balisé en rouge et blanc, est désormais l'itinéraire le plus emprunté, car plus facile, notamment pour la descente.

On peut également y accéder par le versant espagnol : par le Val Ferrera, l'accès se fera cependant en passant préalablement par la Pique d'Estats d'où l'on rejoindra le Montcalm par le col du même nom situé légèrement en contrebas, versant français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 3000 pyrénéens par massif
  2. a et b Source : Géoportail avec carte IGN à l'échelle 1:25000
  3. Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises
  4. A. P. De Candolle, Le voyage de Tarbes, éd. Loubatières, Portet S/Garonne, 1999, pages 191, note 112 ; ouvrage retranscrit, annoté et commenté par Alain Bourneton
  5. A. Bourneton, « Deux siècles d'ascensions dans le massif Montcalm-Estats », Pyrénées, n° 200, 1999, pages 343-358 ; n° 201, pages 5-16 ; n° 202, pages 127-136 ; n° 203, pages 229-238
  6. Reboul, Henri, « Nivellement des principaux Sommets de la chaîne des Pyrénées », Annales de chimie et de physique,‎ , p. 257 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]