Castillonnais (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castillonnais.

Castillonnais
Image illustrative de l’article Castillonnais (Ariège)
Vallée de la Bouigane à Augirein

Subdivision administrative Occitanie
Subdivision administrative Ariège
Villes principales Castillon-en-Couserans
Relief Pyrénées
Production (bovins castillonaise et casta)
Cheval de Castillon
Bethmale
Communes 25
Régions et espaces connexes Couserans
Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises

Le Castillonnais est un territoire pyrénéen situé dans le Couserans, en Ariège, constitué de 26 communes (25 au avec la fusion[1] de Bordes sur Lez avec Uchentein) auxquelles on pourrait rattacher la commune de Portet-d'Aspet qui est cependant en Haute-Garonne. Il s'agit du groupement de quatre vallées : la vallée du Biros, la vallée de Bethmale, la vallée de Balaguères, et la vallée de la Bellongue avec le bourg de Castillon-en-Couserans en position centrale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toutes les rivières et ruisseaux convergent vers le Lez, lui-même affluent du Salat. Son territoire est frontalier avec l'Espagne avec les comarques du Val d'Aran (communes de Canejan et Naut Aran) et du Pallars Sobira (commune d'Alt Aneu) mais seul l'accès pédestre est possible ; le passage le plus aisé étant le port d'Orle (2 318 m). Le point culminant du Castillonnais et du Couserans est le pic de Maubermé (2 880 m). Quant au pic de Crabère, il matérialise la limite avec la Haute-Garonne et le Val d'Aran.

Le Castillonnais communique à l'ouest avec le Comminges par la route départementale 618 qui conduit en Haute-Garonne par la commune de Portet-d'Aspet et son célèbre col du même nom (1 069 m), très fréquemment escaladé par le Tour de France cycliste. A l'est, par la vallée de Bethmale et le col de la Core (1 395 m) la route départementale 17 ouvre l'accès vers le Haut-Salat surtout en période favorable.

La couverture des toits en ardoise singularise le Castillonnais par rapport aux autres territoires du Couserans. Il est dans le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Antras 09011 CC Couserans-Pyrénées 20,02 64 (2015) 3
Argein 09014 CC Couserans-Pyrénées 11,09 195 (2015) 18
Arrien-en-Bethmale 09017 CC Couserans-Pyrénées 14,59 111 (2015) 8
Arrout 09018 CC Couserans-Pyrénées 3,02 81 (2015) 27
Aucazein 09025 CC Couserans-Pyrénées 6,02 62 (2015) 10
Audressein 09026 CC Couserans-Pyrénées 3,98 139 (2015) 35
Augirein 09027 CC Couserans-Pyrénées 9,84 75 (2015) 8
Balacet 09034 CC Couserans-Pyrénées 2,12 23 (2015) 11
Balaguères 09035 CC Couserans-Pyrénées 17,84 198 (2015) 11
Bethmale 09055 CC Couserans-Pyrénées 31,61 96 (2015) 3
Bonac-Irazein 09059 CC Couserans-Pyrénées 38,13 121 (2015) 3
Bordes-Uchentein 09062 CC Couserans - Pyrénées 54,48 182 (2015) 3
Buzan 09069 CC Couserans-Pyrénées 8,55 28 (2015) 3
Castillon-en-Couserans 09085 CC Couserans-Pyrénées 4,94 410 (2015) 83
Cescau 09095 CC Couserans-Pyrénées 5,32 133 (2015) 25
Engomer 09111 CC Couserans-Pyrénées 7,60 284 (2015) 37
Galey 09129 CC Couserans-Pyrénées 9,35 116 (2015) 12
Illartein 09141 CC Couserans-Pyrénées 3,97 74 (2015) 19
Orgibet 09219 CC Couserans-Pyrénées 7,45 174 (2015) 23
Saint-Jean-du-Castillonnais 09263 CC Couserans-Pyrénées 4,74 25 (2015) 5
Saint-Lary 09267 CC Couserans-Pyrénées 33,91 132 (2015) 4
Salsein 09279 CC Couserans-Pyrénées 5,73 46 (2015) 8
Sentein 09290 CC Couserans-Pyrénées 59,18 154 (2015) 3
Sor 09297 CC Couserans-Pyrénées 1,08 30 (2015) 28
Villeneuve 09335 CC Couserans-Pyrénées 5,00 38 (2015) 8

Histoire[modifier | modifier le code]

Une importante jacquerie appelée Guerre des Demoiselles [2]débuta dans le Castillonnais entre le printemps 1829 et le printemps 1830. Déguisés en femmes et grimés, les révoltés étaient nombreux et déterminés. Ce mouvement s'est progressivement élargi à d'autres parties forestières de l'Ariège. C'est le vote, le 27 mai 1827, d'une nouvelle réglementation du code forestier, effectivement appliquée à partir de 1829, qui mit le feu aux poudres. Ce nouveau code impose « une nouvelle réglementation de l'usage des forêts, en particulier concernant le ramassage du bois, les coupes et surtout le pâturage désormais mis en défens (interdit), le droit de marronnage, et les droits de chasse, de pêche et de cueillette ». Il s'agit surtout de la rupture de l'équilibre entre le système traditionnel agro-sylvo-pastoral pyrénéen et le système technico-économique de propriétaires s'appuyant sur le code forestier et désirant intensifier le charbonnage afin d'alimenter principalement l'industrie naissante.

Économie[modifier | modifier le code]

Fait remarquable pour une vallée quelquefois présentée comme enclavée, l'industrie est assez présente dans le Castillonnais notamment par l'hydroélectricité (usine hydroélectrique EDF de Bordes), la papeterie Léon Martin à Engomer et les deux fromageries de l'Alliance agro-alimentaire à Arrien-en-Bethmale et Cescau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Célébration de l'union entre les Bordes et Uchentein », sur La Dépêche du Midi,
  2. François Baby, La Guerre des Demoiselles en Ariège (1829-1872), Cairn, (ISBN 9782350682600)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]