Lagopède alpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lagopus muta

Lagopus muta
Description de cette image, également commentée ci-après
Couple de Lagopèdes alpins : le mâle (à gauche) porte encore une grande partie de son plumage hivernal
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Lagopus

Nom binominal

Lagopus muta
(Montin, 1776)

Synonymes

Lagopus mutus

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le Lagopède alpin[1] (Lagopus muta ou, de manière erronée, lagopus mutus) est une espèce d'oiseaux de taille moyenne de la famille des Phasianidae. Il est également appelé lagopède des rochers, perdrix des neiges ou encore ptarmigan[2]. Il a été décrit par Lars Johan Montin en 1776[3]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Il existe plus de vingt sous-espèces :

  • Lagopus muta muta (Montin, 1781) ;
  • Lagopus muta rupestris (Gmelin, 1789) ;
  • Lagopus muta helvetica (Thienemann, 1829) Lagopède des Alpes ;
  • Lagopus muta japonica (H. L. Clark, 1907) ;
  • Lagopus muta millaisi (Hartert, 1923).

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau de trente-quatre à trente-six centimètres de longueur et 54 à 60 centimètres d'envergure est plus petit d'environ 10% que le lagopède des saules. Il est totalement blanc en hiver (à l'exception des rectrices sous-caudales qui restent sombres), puis se recouvre de brun en été. En automne, il devient grisâtre avec le dessous blanc. Le mâle a une livrée nuptiale où domine le gris-brun, la femelle est d'un rouge-brun.

Son cri est bas et rauque. Le cri d'alarme et d'envol est râpeux, à sonorités creuses : keurr-keurr-keurr-kè-kè-kè et aussi kerrrrk.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

C'est un oiseau sédentaire vivant en Amérique du Nord, au nord-est de l'Asie (notamment dans l’Oblast de Tioumen, en Russie), ainsi qu'en Europe du Nord sur les pentes montagneuses rocheuses et dans la toundra. Il est répandu dans la Cordillère Arctique et on trouve des populations isolées dans les Alpes, les Pyrénées, en Écosse, en Bulgarie, dans l'Oural, dans le Pamir, dans l'Altaï et dans certaines régions du Japon. Au cours de la dernière période glaciaire, l'espèce était beaucoup plus répandue en Europe continentale. Il a également été introduit en Nouvelle-Zélande, en Géorgie du Sud, aux îles Kerguelen et aux îles Crozet. La petite population qui vit sur la Terre François-Joseph dans l'Extrême-Arctique russe hiverne pendant la nuit polaire et survit en se nourrissant d'une riche végétation sur et sous les hautes falaises où se trouvent les colonies d'oiseaux marins en été.

En haute montagne, il vit en zone nivale à la limite des neiges éternelles, sur les terrains pierreux, broussailleux ou dénudés, parfois plus bas par mauvais temps. Dans le Grand Nord, il habite les toundras. Il niche à l'abri d'un rocher ou sous la végétation basse. En raison de l'habitat éloigné dans lequel il vit, il n'a que quelques prédateurs - comme l'aigle royal - et il peut se laisser étonnamment approcher.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Lagopus muta - Muséum de Toulouse

Le lagopède alpin atteint la maturité sexuelle à l'âge de six mois. De mai à juin, le lagopède construit son nid à même le sol, souvent derrière un buisson où la femelle pond huit à douze œufs qu'elle couve seule pendant vingt deux à vingt six jours. En octobre, les jeunes sont devenus adultes. Plusieurs familles se rassemblent en groupes de quinze à vingt individus.

Rôle de la crête des lagopèdes alpins mâles[modifier | modifier le code]

Mis à part la crête, le lagopède alpin mâle n'a pas d'ornements typiques des tétraonidés des régions tempérées. Des études sur d'autres tétraonidés ont montré qu'il existe de grandes variations dans la taille et la couleur des crêtes entre les espèces et que la crête est utilisée pour la parade nuptiale et les interactions agressives entre mâles. De nombreuses études ont montré qu'il existe une forte corrélation entre la taille de la crête et le taux de testostérone chez les mâles; un rapport de 1981 montre que la quantité de testostérone est liée à la agressivité envers d'autres mâles.

La crête du mâle a fait l'objet d'études sur la sélection sexuelle. Des études portant sur une population de lagopèdes alpins mâles du lac Scarpa, au Nunavut, ont montré qu'au cours de la première année, le succès de l'accouplement chez les mâles était influencé par la taille et la condition des crêtes, et que les mâles bigames avaient des crêtes plus grandes que les mâles monogames. La corrélation avec la taille a disparu après la première année, mais la corrélation avec l'état de la crête est demeurée, ce qui est conforme à une autre étude de la même population de L. muta qui a montré que le succès de l'accouplement dans son ensemble est corrélé avec l'état de la crête.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Son alimentation change selon les saisons. En été, il se nourrit de bourgeons, notamment de saules, de baies, d'insectes, de larves et autres invertébrés. En hiver, il mange des graines, bourgeons et divers végétaux.

Menaces liées à l'homme[modifier | modifier le code]

La sous-espèce alpine Lagopus muta helvetica est sensible au réchauffement climatique[4]. Adaptée aux conditions de froid extrême, elle tolère mal les températures plus chaudes. Dans les Alpes suisses, le lagopède monte de plus en plus en altitude en quête de fraîcheur. Son aire de répartition diminue en conséquent, et la population suisse est en déclin.

D'autres menaces possibles sont la popularité montante des sports d'hiver et de la randonnée, ainsi que la chasse.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre du lagopède, Lagopus, vient du grec ancien lagos (λαγώς lagṓs), qui signifie " lièvre ", et de pous (πούς poús), " pied ", en référence aux plumes de l'oiseau.

Le nom de l'espèce, muta, vient du nouveau latin et signifie "muet", en référence au simple chant du mâle. Il a longtemps été mal orthographié mutus, dans la croyance erronée que la fin de Lagopus dénote le genre masculin. Cependant, comme le terme grec ancien λαγώπους lagṓpous est féminin, et que le nom de l'espèce doit être en accord avec cela, la muta féminine est correcte.

Le nom anglais de l'espèce, ptarmigan, vient du gaélique écossais tàrmachan, littéralement crocodile. L'initiale silencieuse p a été ajoutée en 1684 par Robert Sibbald sous l'influence du grec, surtout pteron (πτερόν pterón), "wing", "feather", ou "pignon".

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La viande de lagopède alpin est une partie populaire des repas de fête dans la cuisine islandaise. La chasse au lagopède alpin a été interdite en Islande en 2003 et 2004 en raison du déclin de sa population. La chasse est de nouveau autorisée depuis 2005, mais elle est limitée à certains jours, qui sont révisés chaque année, et tout commerce de lagopèdes alpins est illégal.

En langue same, cet oiseau a donné son nom à la ville suédoise de Kiruna.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Fossé, « Liste française des oiseaux du monde », (consulté le 9 novembre 2008)
  2. Les perdrix, les ptarmigans, fuyant vers des régions plus tempérées, passaient en grand nombre, et fournirent une viande fraîche et saine. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  3. Montin (1776). Phys. Sälsk. Kandl. 1: 155.
  4. « vogelwarte.ch - Le lagopède alpin et le changement climatique », sur www.vogelwarte.ch (consulté le 2 juin 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :