Alzen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
fleur de lys incorporée au pignon de la chapelle Sainte-Croix

Alzen
Alzen
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
André Rouch
2014-2020
Code postal 09240
Code commune 09009
Démographie
Population
municipale
243 hab. (2015 en augmentation de 9,95 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 25″ nord, 1° 28′ 23″ est
Altitude 650 m
Min. 430 m
Max. 1 173 m
Superficie 17,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Alzen

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Alzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alzen

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alzen

Alzen est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Alzenois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans le massif du Plantaurel et dans le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Alzen[1]
Nescus La Bastide-de-Sérou Montels,
Cadarcet
Larbont Alzen Serres-sur-Arget
Montagagne Le Bosc Burret

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Alsen en 1068, Alzenh en 1272, Alzenio en 1309, Alzein en 1793, Alzen en 1801[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la révolution française[2], le territoire de la paroisse d'Alzen (Alzein) avec ceux de Montels, de Nescus, de Larbont et de Sentenac-de-Sérou (Sentenac) formaient une enclave du diocèse de Rieux (Rieux-Volvestre) et du Languedoc dans le Comté de Foix. Voir cartes de Cassini.

Le territoire, avec le château, fit longtemps partie des possessions du comte de Toulouse. En 1167, Raymond VI, comte de Toulouse, donna cet ensemble en fief à Roger-Bernard Ier comte de Foix. En 1243, l'hommage pour ce fief au comte de Toulouse fut fait par Bernard-Amiel, seigneur de Pailhès. En 1244, l'hommage fut renouvelé par Sans de Rabat à Roger, comte de Foix. Les détails historiques de ce fief disparu sont relatés par R. Rumeau, instituteur, dans sa Notice historique sur les 20 cantons de l'Ariège éditée en 1881[3]. Le 26 juillet 1309, Raymond de Durfort, seigneur d'Alzen, accorda une charte de coutumes aux habitants d'Alzen. Le texte latin et sa traduction en français a été publié par R. Rumeau dans un bulletin de la Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts (1912, vol13, pages 197 à 218)[4]. Ce seigneur, précurseur de pratique actuelles, offrait le terrain nécessaire pour construire une maison et tracer un jardin sur les terres libres de son domaine d'Alzen à de nouveaux arrivants (voir la charte précitée, page 199), dans le but évident d'augmenter l'importance démographique de la baronnie d'Alzen.

La consultation du dictionnaire de la noblesse du Languedoc indique « Jean de Pradines, seigneur de Barsa et Saint Esteffe (évêché de Mirepoix, les terres seigneuriales se trouvant dans l'Aude actuelle) mousquetaire, puis capitaine, gouverneur du château par provision du 10 mai 1688 »[5]. Le démembrement du château est donc postérieur à cette date. Son père avait déjà ce titre de gouverneur et en avait rendu hommage à la reine Marguerite de Navarre (même source).

Une note archéologique sur le château et ses fortifications a été réalisée en 2014, illustrée de plans et de photographies[6].

Le code forestier voté en 1827 (loi du 27 mai) déclenchera dès 1828 de très fortes protestations, puis devant le zèle des gardes forestiers, une vraie révolte connue sous le nom de "guerre des demoiselles" à laquelle participeront également les habitants d'Alzen. Des ordonnances ministérielles du 23 février 1831 et du 27 mai 1831 restaurent le droit de pacage et suppriment, pour l’Ariège, toutes les dispositions du code forestier de 1827. Une amnistie générale est accordée, les condamnés sont libérés et les poursuites judiciaires sont arrêtées. Des évènements sporadiques, repris sous le même vocable de guerre des demoiselles agiteront encore l'Ariège jusqu'en 1872.

En 1854, l'épidémie de choléra que subit la France fut particulièrement sévère à Alzen (176 décès pour 855 habitants) comme en quelques points du département, tel le canton des Cabannes. Déjà au cours de l'été, une importante sécheresse avait mis à mal les cultures et fragilisé la population[7].

La commune a perdu 30 habitants, morts pour la France, lors de la guerre 1914-1918 soit environ 5% de sa population d'alors[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours André Rouch PS Retraité de l'enseignement
Conseiller général puis départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Depuis le , Alzen est rattachée à la Communauté de communes Couserans - Pyrénées qui regroupe 92 communes et près de 30 000 habitants.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 243 habitants[Note 1], en augmentation de 9,95 % par rapport à 2010 (Ariège (département) : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
665596597907934920882904855
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
689802846790813778768736691
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
690646598473428390370305242
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
124836381113163206226243
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Alzen reçoit le siège du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Alzen compte une école primaire publique.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle de l'Exaltation-de-la-Sainte-Croix
  • Chapelle Sainte-Croix. Datant du Xe siècle, elle a été détruite en 1694 puis reconstruite au XVIIIe siècle sur l'emplacement d'un très ancien château-fort à vocation purement militaire, déjà totalement démantelé lors de la reconstruction[3]. Le site offre un beau panorama. Une pierre sculptée représentant une fleur de lys est incorporée au pignon. Sans doute est-ce un remploi de pierre du château.
  • Lavoir des Paulis. Utilisé chaque mois par les Alzenois pour laver le linge jusqu'en 1960, il a été restauré en 2000.
  • La cascade d'Alzen[13], site naturel à découvrir à pied (sentier de 200 mètres à partir de la route menant au village à partir de la D117 permettant l'accès à la cascade de plus de 40 mètres) ou en pratique du canyoning avec rappel[14].

Vie culturelle et festivités[modifier | modifier le code]

  • L'écomusée d'Alzen [15]présente une ferme traditionnelle qui constitue un modèle d’avenir avec notamment des races locales préservées (vaches castas, brebis castillonnaises...) , un jardin avec des légumes rares. Expositions, restaurant et animations.
  • FESTIB'ALZEN[16] : festival organisé chaque année en mai ou juin (musiques, danses,...) depuis 1996.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Noël Brousse né le à Alzen. Finaliste du championnat de France de rugby en 1969 avec le Stade Toulousain. Il a joué à Toulouse et Revel. Pilier (1,78 m - 98 kg).
vue depuis la chapelle Sainte-Croix

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'Ariége: division administrative--monuments historiques ... avec le tableau des communes ..., Librairie de Pomiés Frères, (lire en ligne)
  3. a et b L'Ariége: division administrative--monuments historiques ... avec le tableau des communes ..., Librairie de Pomiés Frères, (lire en ligne)
  4. lettres et arts Auteur du texte Société ariégeoise des sciences, Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, (lire en ligne)
  5. François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse ... de France, (lire en ligne)
  6. « le castrum d'Alzen », sur lauragais-patrimoine.fr,
  7. Jean-Yves Bousigue, « Le Choléra de 1854 dans les Pyrènées ariégeoises », Histoire Des Sciences Medicales, vol. 17,‎ , p. 121-125 (lire en ligne)
  8. (en) Eric Blanchais, « MémorialGenWeb Tableau des morts de la commune », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 11 mai 2018)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. « Beautés de la Nature : La Cascade d'Alzen », sur www.annuaire-tourisme-france.fr (consulté le 10 mai 2018)
  14. « Descente-Canyon.com - Alzen - Canyoning Canyonisme », sur www.descente-canyon.com (consulté le 10 mai 2018)
  15. (en-US) « Ecomusée d'Alzen », sur Ecomusée d'Alzen (consulté le 5 mars 2017)
  16. « Festibalzen 2018 », sur www.festibalzen.fr (consulté le 27 mai 2018)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :