Niaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Niaux
Niaux
Grotte de Niaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Tarascon
Maire
Mandat
Jean Idarreta
2020-2026
Code postal 09400
Code commune 09217
Démographie
Gentilé Niauxéens / ennes
Population
municipale
165 hab. (2017 en diminution de 10,33 % par rapport à 2012)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 51″ nord, 1° 35′ 31″ est
Altitude Min. 509 m
Max. 1 322 m
Superficie 3,99 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sabarthès
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Niaux
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Niaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Niaux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Niaux
Liens
Site web http://www.niaux.fr

Niaux est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Elle est célèbre pour sa grotte éponyme, site préhistorique orné du Magdalénien.

Ses habitants sont appelés les Niauxéens et Niauxéennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises en vallée de Vicdessos.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Niaux est limitrophe de sept autres communes.

Carte de la commune de Niaux et de ses proches communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée du sud au nord par la rivière du Vicdessos, affluent de l'Ariège.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 399 hectares ; son altitude varie de 509 à 1 322 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route nationale 20 puis prendre la route départementale D 8 direction Vicdessos et par le train en gare de Tarascon-sur-Ariège sur la ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Niaux est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est un haut lieu de la préhistoire avec sa grotte ornée de Niaux.

Connue pour ses forges qui remontent au temps des comtes de Foix.

Un cinquième de la population mourra du choléra en 1854.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Foix de la communauté de communes du Pays de Tarascon et du canton du Sabarthès (avant le redécoupage départemental de 2014, Niaux faisait partie de l'ex-canton de Tarascon-sur-Ariège).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Christian Delrieu

Bernard Carlier 2014-2020

Jean Idarreta 2020-

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2017, la commune comptait 165 habitants[Note 2], en diminution de 10,33 % par rapport à 2012 (Ariège : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210211215305351349321358403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
336335317305282324312228263
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
285306269234211211213181243
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
245228221230226201195194193
2013 2017 - - - - - - -
178165-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 160 135 125 110 132 137 146 155
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Les forges de Niaux[modifier | modifier le code]

Les forges de Niaux est une entreprise bicentenaire appartenant à la même famille depuis 1881. Elle s'est spécialisée dans la fabrication de disques pour des engins agricoles de travail du sol avec un développement vers l'exportation dès 1952. Avec 120 salariés, l'entreprise est devenue le leader européen sur ce type de produits malgré les contraintes liées à l'éloignement de Niaux. Après une vaine hypothèse de dédoublement du site à Tarascon-sur-Ariège, l'entreprise va se recentrer[17] sur Pamiers fin 2020 en investissant pour cela 13 millions d'euros dans une unité de 8000 m².

Enseignement[modifier | modifier le code]

Niaux possède une école primaire publique et fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Une minuscule arachnide, le palpigrade Eukoenenia bouilloni est une espèce endémique de la grotte de Niaux.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Louis Claeys, "Deux siècles de vie politique dans le département de l'Ariège 1789-1989", Pamiers, 1994.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  4. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 6 novembre 2020)
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 8 octobre 2020).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. Marina Angel, « Les Forges de Niaux préparent leur relocalisation à Pamiers », L'Usine nouvelle,‎