La Bastide-de-Sérou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Bastide.
La Bastide-de-Sérou
La halle
La halle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Alain Metge
2014-2020
Code postal 09240
Code commune 09042
Démographie
Gentilé Bastidiens
Population
municipale
960 hab. (2014)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 46″ nord, 1° 25′ 43″ est
Altitude 406 m (min. : 354 m) (max. : 692 m)
Superficie 43,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
La Bastide-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
La Bastide-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bastide-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bastide-de-Sérou
Liens
Site web mairielabastidedeserou.fr

La Bastide-de-Sérou (occitan : La Bastida de Seron) est une commune française située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située dans le massif du Plantaurel entre Foix et Saint-Girons. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

La commune de Suzan forme une enclave au milieu du territoire de La Bastide-de-Sérou. Suzan est la seule commune française non délimitée. Elle est cadastrée entièrement sur la commune de La Bastide-de-Sérou.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Pays des Serones, ancienne peuplade gauloise.

Au Moyen Âge, La Bastide-de-Sérou est chef-lieu de l'une des seize châtellenies du Comté de Foix. Des vestiges sont encore visibles (Amphores de Nescus, lac asséché d'Alzen, mines des Atiels, chemin gallo-romain vers Castelnau-Durban).

En 1150, la Bastide-de-Sérou s'appelait Montesquieu (Mont Farouche) et était alors composée des quartiers Noir et de la Faurie.

En 1246, Montesquieu devient la Bastide d'Antuzan.

En 1252, la commune passe sous le régime de la charte de Roger IV de Foix qui remet en question le monopole des moulins et forges. La place retrouve son nom primitif et Roger IV l'entoura d'une enceinte de murailles avec quatre portes : la porte du Mas, la porte de Foix, la porte d'Arize et la porte de la Faurie.

C'est au XIVe siècle que le bourg prend son nom actuel. Le château, mentionné en 1255, fut rasé sous ordre de Louis XIII. Il abritait une garnison du Comte de Foix, ainsi qu'une prison. Son imposante enceinte était suivie par des escoussières (chemin de ronde). La ville était encore enclose en 1672.

Gaston Ier de Foix-Béarn, qui avait épousé Ferdinande de Nègrepont, fut appelé à la cour de Philippe le Bel. Ce dernier encouragea les amours de sa nièce, Jeanne d'Artois, et de Gaston Ier, au détriment de Ferdinande de Nègrepont. Gaston Ier envoya une ambassade au pape pour recevoir une autorisation de répudiation de Ferdinande. Ce qui lui fut refusé. Philippe le Bel passa outre et obligea son chapelain à consacrer son nouveau mariage. Ferdinande se réfugia au château de la Bastide-de-Sérou. Leur relation perdura néanmoins et Ferdinande tomba enceinte. Elle s'établit alors à « la Tour » de la Bastide-de-Sérou, où naquit le garçon, Lou. (« La Tour de Lou » devenue aujourd'hui « La Tour du loup »). Gaston Ier fit construire pour Ferdinande l'abbaye des Salenques aux Bordes-sur-Arize.

Le titre de maire apparaît pour la première fois en 1745. Comme de nombreuses communes de la région, femmes et hommes étaient en égalité pour la prise des décisions.

Les événements de 1789, qui furent connus plus tard, entraînèrent à La Bastide la confiscation des armes des nobles, la peur des prêtres dont certains se cachèrent, la fermeture de l'église dont six cloches seront fondues.

L'arbre de la Liberté était dressé en haut de la place et fut replanté en 1848. Il donne naissance à une chanson : Aquet arbré, aro l'aben arrapat …

En 1823, le champ de Mars est planté d'ormeaux (qui seront remplacés par des platanes en 1836). Cette même année de 1823, la mairie achète un immeuble place de l'église pour en faire un hospice.

La halle actuelle date de 1829-1830, remplaçant l'ancienne, dont le couvert reposait sur 21 piliers de pierre. Les mesures sont en place depuis 1872.

mesures à grain anciennes sous la halle

L'église Saint-Jean-Baptiste, remaniée sans style déterminé, abrite un Christ rhénan du XVe siècle et une piéta, tous les deux classés.

Vers 1843, les rues furent éclairées de douze réverbères. La chapelle Saint-Roch date de 1852. Une terrible épidémie de choléra frappa le bourg en 1854 ; elle fit de nombreux morts dont la majorité fut inhumée dans la nouvelle chapelle.

À l'intérieur des murailles, les petites gens disposaient toujours de maisons où les animaux vivaient également. La Bastide-de-Sérou a longtemps manqué d'eau à l'intérieur de ses murailles : source du foirail, source del cassé et quelques puits locaux. Après 1858, l'eau fut amenée de la tour de Loli, alimentant les bornes fontaines.

Fondation de la caisse d'épargne en 1862 puis, en 1864, construction du bureau du télégraphe. Vers 1870, il y avait quatre foires par an, chacune durant deux jours. La Maison commune (hôtel de ville) était alors à l'angle de la rue de Foix et de la rue de la Rose. Le couvent des Cordeliers, qui date de 1222, abrite une ferme depuis 1882.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1919 1925 Louis Charles Républicain Conseiller général
1971 1983 Jean Nayrou PS Sénateur
mars 1989 2001 Henri Nayrou PS Député
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Alain Metge PS Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 960 habitants, en augmentation de 0,1 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 132 1 830 2 600 2 669 2 911 2 858 2 865 2 944 2 987
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 710 2 717 2 781 2 889 2 865 2 671 2 591 2 504 2 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 539 2 519 2 528 1 704 1 634 1 398 1 334 1 190 1 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 028 962 941 962 933 907 943 958 960
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École municipale et son CLAE

Sports[modifier | modifier le code]

Piscine municipale, Terrain de rugby, deux courts de tennis éclairés avec club-house, l'Eco-golf Ariège-Pyrénées : un golf 18 trous, le Centre national du cheval de Mérens.

Économie[modifier | modifier le code]

De nombreux artisans et producteurs « bio ».

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Réserve d'eau transformée en un lac de montagne, avec maîtres nageurs en été

Élevage et exposition de reptiles

Lieux Historiques

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lucien Lafont de Sentenac, directeur des haras de Cluny (années 1920), Pau/gélos (1930), Villeneuve sur Lot (1940), Tarbes (1950), habitant à Estaniels (proche de La Bastide-de-Sérou) qui a réhabilité le cheval de Mérens comme cheval de compagnie.
  • Mathilde Mir, née à La Bastide-de-Sérou en 1896, morte en 1958, est une enseignante, résistante et écrivain française.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bastide-de-Sérou (La) Blason D'azur à une tour d'or sur une terrasse de sinople.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]