Bordes-Uchentein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bordes-Uchentein
Bordes-Uchentein
Pont du XIIIe siècle enjambant le Lez.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Patrick Laffont
2017-2020
Code postal 09800
Code commune 09062
Démographie
Population
municipale
182 hab. (2015)
Densité 3,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 55″ nord, 1° 01′ 50″ est
Altitude Min. 548 m
Max. 2 838 m
Superficie 54,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

Voir sur la carte administrative de l'Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Bordes-Uchentein

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Bordes-Uchentein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bordes-Uchentein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bordes-Uchentein
Liens
Site web com-bordes-uchentein.pagesperso-orange.fr

Bordes-Uchentein est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Elle est formée des anciennes communes des Bordes-sur-Lez et d'Uchentein. Le village des Bordes-sur-Lez reste le chef-lieu.

Vaste commune de montagne située au sud-ouest du département de l'Ariège, qui comprend sur son territoire l'emblématique mont Valier et sa réserve domaniale. Des passages pédestres vers l'Alt Aneu (comarque de Pallars-Sobirà), notamment par le col de la Pale de la Claouère (2 522 m), col assez difficile côté espagnol.

Uchentein est un village en soulane, c'est-à-dire particulièrement bien exposé, il offre un belvédère depuis le village et tout au long de la route plane conduisant à Balacet, commune proche. Ce parcours est adapté aux personnes ayant des difficultés à randonner et aux jeunes enfants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées, située dans la Castillonnais en Couserans elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bordes-Uchentein[1],[2]
Salsein,
Balacet
Audressein Castillon-en-Couserans
Bonac-Irazein Bordes-Uchentein Arrien-en-Bethmale
Naut Aran
(Espagne)
Alt Àneu
(Espagne)
Bethmale,
Seix

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les Bordes-sur-Lez détient deux églises car autrefois divisé en deux paroisses : Ourjout sur la rive gauche du Lez et Bordes qui a donné son nom au village sur la rive droite. Deux hameaux possèdent aussi des chapelles : Aulignac et Idrein. La fusion opérée avec Uchentein, effective en 2017, ajoute l'église Saint Étienne.

La majeure partie de la superficie de la commune est composée de la vallée du Ribérot et de la haute montagne qu'elle dessert pour une grande part domaniale. Ayer est le seul hameau encore habité de cette vallée qui s'étend jusqu'à la frontière espagnole. La crête partant du Tuc de la Pale de la Clauère (2 677 m) jusqu'au Tuc de Mil (2 802 m) est commune avec la Catalogne espagnole mais c'est le Mont Valier (2 838 m), sommet emblématique du Couserans, qui est le pic le plus fréquenté de cette vallée grâce notamment au refuge des Estagnous (gardé à la belle saison).

Les Arts, Esperris, Seps, Lafajole.... sont des hameaux liés à l'ancienne commune d'Uchentein.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Commune arrosée par le Lez, qui reçoit au lieu-dit Bacher le Ribérot puis conflue à Bordes avec le Balamet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un menhir de deux mètres de haut, situé au lieu-dit les Arz à Uchentein, a été signalé en 1882 par Félix Pasquier, archiviste de l'Ariège à Foix et membre de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts. L'abbé Cau-Durban signale la découverte d'ossements humains, des fragments de poterie et 27 objets de bronze datés de l’âge du fer, ces derniers outils été trouvés en 1880 au lieu dit Grotte / Garrides de Bacher ou encore Garricks de Bacher. à Uchentein.

Le dolmen d'Ayer est classé monument historique depuis 1888.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Parmi les ponts remarquables du département, le pont à Ourjout a été construit dès la seconde moitié du XIIIe siècle. Les chapelles d'Ourjout et d'Aulinac remontant également au moyen-âge.

En 2012, des peintures murales romanes ont été découvertes dans l'église Saint-Pierre du hameau d'Ourjout lors de travaux de restauration. Pour la DRAC, ces œuvres dateraient du XIIe siècle et elles sont comparables en de nombreux points aux peintures du Maître de Taüll. En décembre 2014, le préfet de région Pascal Mailhos annonce la restauration et la valorisation de cette fresque romane dont l'état de conservation est exceptionnel.

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site Internet de l'association Patrimoine Art Culture de Bordes-Uchentein[3] .

Carrières de marbre réputées[modifier | modifier le code]

À Uchentein, un marbre beige teinté de rosé, veiné de vert ou de rouge appelé l’Escalette en était extrait jusqu'en 1977. Destiné à l'export vers les États-Unis, il fut également en France l'apparat de bâtiments notamment à la Défense, Lyon, Bordeaux, Tours... Si Raymond Lizop (1879-1969), professeur à l'Université de Toulouse et membre de la Société française des fouilles archéologiques, a démontré que les marbres de la haute vallée du Lez ont été exploités dans l'Antiquité, ni le baron de Dietrich, ni Louis Marrot ne font état de l'existence de carrières à Uchentein du XVIIIe siècle au début du XIXe. Ils ne signalent pas non plus une quelconque tradition antérieure. L'exploitation n'en est du reste documentée qu'à partir de 1920.

Ces carrières de marbre, d'accès difficile, sont situées à 1 215 m d'altitude. Un sentier de randonnée balisé offre une immersion dans les vestiges de ces carrières. Il en était extrait des blocs taillés avec des câbles d'acier, pesant jusqu'à 14 tonnes. Descendus sur un chariot retenu par un câble, ils étaient ensuite transportés dans l'Hérault pour y être débités et polis.

Le chemin de la Liberté à son point haut[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la frontière franco-espagnole devient une possibilité de transit pour de nombreuses personnes fuyant le régime nazi ou voulant poursuivre le combat au sein de la France libre. Le chemin de la Liberté[4] de Saint-Girons à Esterri d'Àneu passait au refuge des Estagnous, puis franchissait la frontière par le col de la Pale de la Claouère où une stèle rend hommage aux Passeurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Les Bordes-sur-Lez
(siège)
09062 CC Couserans-Pyrénées 50,46 165 (2014) 3,3


Uchentein 09317 CC Couserans-Pyrénées 4,02 20 (2014) 5

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2017 en cours
(au janvier 2017)
Patrick Laffont DVG Employé

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2015, la commune comptait 182 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015
182
(Sources : Insee à partir de 2015[5].)

Loisirs et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

  • Usine hydroélectrqiue EDF de Bordes
  • Restaurant : "Le Sainte-Hélène", cuisine traditionnelle du terroir, à Bordes.
  • Restaurant et gîte : "La Maison du Valier", auberge de montagne et gîte d'étape au départ des randonnées du massif du Mont Valier, au plat de la Lau, à l'extrémité de la vallée du Ribérot.
  • Refuge des Estagnous[6] : situé à 2246 m d'altitude sur le Mont Valier (2848 m), ouvert de juin à octobre (vérifier les dates de début et fin de saison, la météo du jour, réservation obligatoire, longue marche assez difficile avec chaussures et vêtements appropriés, coupes faims), repas et nuitées (72 places en dortoir). Une via ferrata relie le refuge à l’étang long. Surplombant l’étang rond, elle permet une découverte de la verticalité en sécurité et un point de vue de grande qualité. Avec un départ possible depuis le refuge ou de l’étang Long, l'itinéraire total orienté ouest est de 1 200 m, dont 620 m équipés en deux parties et pour 150 m de dénivelé. La durée aller est de 2 h 30. Cette via ferrata est classée en difficulté D, c'est-à-dire difficile.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint Étienne, à Uchentein.

La commune compte un patrimoine préhistorique et historique important et remarquable mis en valeur et sauvegardé notamment par l'association Patrimoine Art Culture de Bordes-Uchentein[3] . Il en va de même avec le patrimoine naturel, notamment avec le massif du mont Valier, les lacs d'altitude et cascades, les gouffres...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle d'Ourjout (XIIe siècle), plus petite chapelle de l'Ariège, classée en 1810
  • Chapelle Notre-Dame d'Aulignac (XIIIe siècle), inscrite en 1995
  • Église Saint Étienne, à Uchentein, construite par le curé Étienne Dones, mort en 1753.
  • Pont de Bordes-sur-Lez (XIIIe siècle) inscrit en 1941
  • Dolmen d'Ayer, classé en 1888
  • Dolmen de l'Auerde
  • L'Étang Long et l'Étang Rond
  • Refuge des Estagnous sur la voie en randonnée du mont Valier
  • Gouffre du Pourtillou, jusqu'à -332 m de dénivelé


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • David Cau-Durban (1844-1908), abbé de Bordes-sur-Lez et fameux archéologue-historien du Couserans, auteur de nombreux ouvrages historiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 2 février 2018)
  3. a et b « Patrimoine, art et culture de Bordes-Uchentein » (consulté le 18 avril 2018)
  4. « Le chemin de la Liberté »
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour l'année 2015.
  6. « Refuge des Estagnous »