Taurignan-Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Taurignan-Vieux
Taurignan-Vieux
Le rocher de Roquelaure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Portes du Couserans
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Magalie Bernere
2014-2020
Code postal 09190
Code commune 09308
Démographie
Gentilé Taurignanais
Population
municipale
205 hab. (2015 en diminution de 5,53 % par rapport à 2010)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 45″ nord, 1° 06′ 53″ est
Altitude Min. 355 m
Max. 570 m
Superficie 5,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Taurignan-Vieux

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Taurignan-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Taurignan-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Taurignan-Vieux

Taurignan-Vieux est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Taurignanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans l'aire urbaine de Saint-Girons en Petites Pyrénées. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Taurignan-Vieux est limitrophe de cinq autres communes.

Carte de la commune de Taurignan-Vieux et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Taurignan-Vieux[1]
Taurignan-Castet Barjac
Taurignan-Vieux Gajan
Caumont Lorp-Sentaraille

Hameaux[modifier | modifier le code]

Bernech, Bernes, Bordevieille, Cap de Bosc, Grané, Labouaou, Marot, Perret, Roquelaure, Talos,

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est délimitée au sud-ouest par le Salat.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 586 hectares ; son altitude varie de 355 à 570 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès depuis la route départementale D 117 ancienne route nationale 117 à Caumont prendre la route départementale D 334 puis la D 34 et la D 3.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1969, des fouilles ont mis au jour une villa gallo-romaine avec une partie thermale chauffée par des hypocaustes à pilettes et dotée d'une piscine circulaire.

Au Moyen Âge, le village ainsi que Taurignan-Castet appartenaient à la châtellenie d'Aurignac détenue d'une façon certaine en 1225 par la famille de Lort, année de l'alliance de Bernard de Lort avec Henriette de Comminges.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Saint-Girons de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton des Portes du Couserans (avant le redécoupage départemental de 2014, Taurignan-Vieux faisait partie de l'ex-canton de Saint-Lizier) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes du Bas-Couserans.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Magalie Bernère DVD Salariée du secteur médical
Conseillère départementale
mars 2008 2014 Michèle de Fraipont    
mars 2001 2008 Jeanne Soccol    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2015, la commune comptait 205 habitants[Note 1], en diminution de 5,53 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
385325337402496510526510512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
422397417405391405400382351
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
320321318296258239258243233
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
227202183185190209214215215
2013 2015 - - - - - - -
206205-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 112 111 127 113 121 122 127 137
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Issue des terrains et constructions d'une ancienne usine de granulats de marbre, une petite zone artisanale s'est structurée sur la commune. S'y trouve notamment la brasserie artisanale « La Boussole » créée en société coopérative ouvrière de production qui produit depuis juillet 2018 des bières biologiques non filtrées et non pasteurisées[13].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Taurignan-Vieux fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une salle des fêtes.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pêche, chasse, pétanque,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Rocher à Roquelaure
  • Église de l'Assomption

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. « Brasserie La Boussole : cap sur les bières artisanales », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)