Parc naturel régional d'Armorique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Parc naturel régional d'Armorique
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
1 250 km2
Population
63560
Administration
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création
Administration
Fédération des parcs naturels régionaux de France
Site web

Le parc naturel régional d'Armorique fait partie des parcs naturels régionaux français. Délivré par le ministère de l'Environnement, le label fait du territoire le 2e à être créé en 1969.

Historique[modifier | modifier le code]

L'idée d'un Parc naturel de l'Arrée est lancée en 1957 (soit dix ans avant la publication du décret des parcs naturels régionaux) par Michel-Hervé Julien, ornithologue breton considéré comme l'un des pionniers de la protection de la nature en France. Deux ans avant la création en 1971, du ministère de la protection de la nature et de l'environnement, un décret du Premier ministre concrétise, le , la naissance de Parc Naturel Régional d'Armorique[1]. En 2017, fort de ses années d'actions en faveur de la préservation et de la valorisation de son patrimoine géologique (notamment avec la Réserve naturelle régionale des sites d'intérêt géologique de la presqu'île de Crozon située à l'extrémité occidentale du parc), le parc porte le projet Geopark Armorique qui se concrétise par le dépôt d'un dossier auprès de l'UNESCO en [2] afin que le Parc d'Armorique rejoigne le Réseau mondial des Géoparcs, ce label étant « un véritable atout pour le territoire du Parc d’Armorique par le renforcement de son attractivité et de sa notoriété en valorisant ses atouts géologiques par les valeurs et l’image portées par l’UNESCO[3] ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Pointe du Parc Naturel Régional d'Armorique.jpg
Logotype du parc

Situé dans le Finistère, le parc recouvre un territoire très contrasté, qui se divise en quatre territoires : les îles de la mer d'Iroise, la presqu'île de Crozon à l'ambiance maritime affirmée, la rade de Brest et l’estuaire de l'Aulne maritime formant une zone de transition entre terre et mer, et les monts d'Arrée à l'ambiance montagnarde (sommet couplés à des paysages de tourbières[4] et de landes rases)[5]. Sa superficie est de 125 000 hectares.

Il compte 63 000 habitants répartis, depuis le renouvellement de son classement survenu début 2010[6], sur 44 communes adhérentes (plus 4 villes-portes : Brest, Châteauneuf-du-Faou, Landivisiau et Carhaix).

Périmètre du PNR

Le parc naturel marin d'Iroise, parc national créé en , protège désormais une partie des espaces maritimes de la mer d'Iroise voisins du territoire du parc naturel régional d'Armorique.

Environnement nocturne[modifier | modifier le code]

Hormis autour des zones urbanisées, d'après l'évaluation nationale faite en 2006 par le projet Licorness, l'environnement nocturne (qualité du ciel noir, nécessaire à la préservation de certaines espèces nocturnes) est globalement bien préservé dans ce parc, mais les zones de ciel parfaitement noires (totalement épargnées par les halos lumineux) y ont disparu[7].

Communes du parc[modifier | modifier le code]

Communes adhérentes[modifier | modifier le code]

Villes-portes[modifier | modifier le code]

Communes extérieures[modifier | modifier le code]

Attractions touristiques[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Le parc est jumelé depuis 1990 avec le parc national côtier du Pembrokeshire au pays de Galles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Huguette Flatrès-Mury, Michel Bonneau, « Le parc naturel régional d'Armorique », Géocarrefour, vol. 51, no 2,‎ , p. 133.
  2. Geopark Armorique. Dossier de candidature Géoparc mondial UNESCO Novembre 2019
  3. Sophie Squillace, « Un Géoparc Mondial de l’Unesco en Bretagne ? », sur voyageons-autrement.com, .
  4. Marais du Yeun Elez
  5. Guide vert. Bretagne, Michelin Editions des Voyages, , p. 108
  6. Conseil général du Finistère
  7. Notation de la qualité du ciel noir dans les parcs nationaux, régionaux et les réserves naturelles (Projet Licorness, 2006).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]