Lasserre (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lasserre
Lasserre (Ariège)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Alain Bari
2020-2026
Code postal 09230
Code commune 09158
Démographie
Gentilé Lasserois
Population
municipale
250 hab. (2018 en augmentation de 9,65 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 13″ nord, 1° 10′ 16″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 576 m
Superficie 8,47 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Girons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Portes du Couserans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Lasserre
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Lasserre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lasserre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lasserre

Lasserre est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Lasserois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans les Petites Pyrénées en Volvestre à 14 km au nord de Saint-Girons. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lasserre est limitrophe de six autres communes.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Lens, qui y prend sa source, le ruisseau Maillol, le ruisseau du Pas-de-Couverans, le ruisseau de Montardit sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Située sur un plateau, la commune a une superficie de 847 hectares ; son altitude varie de 360 à 576 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par les routes départementales D 303 D 235 et D 303B.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lasserre est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Girons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 70 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (55,2 %), zones agricoles hétérogènes (30,5 %), prairies (14,4 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En longueur sur les crêtes, Lasserre et la Crouzette, comme Barjac, Montardit... semblent être des créations dues à des défrichements concertés, possiblement inspiré du succès de quelques bastides proches. Une importante migration de Poitevins et Saintongeais se serait produite à la fin du XIVe siècle mais sans doute aussi ultérieurement[9]. Le rôle de l’ordre de Fontevrault installé à Sainte-Croix entre 1114 et 1117 pourrait être majeur dans ces créations villageoises et cette migration.

Nécessité de repeupler un territoire dévasté dans les années 1310 par une grande famine et en 1348 par la peste noire, conséquences de la guerre de Saint-Sardos (prélude de la guerre de Cent Ans) sur les prieurés fontevristes de la Guyenne alors anglaise sont sans doute des faits majeurs qui ont contribué à l'existence même de la commune et de quelques autres proches dans le Volvestre.

Plus récemment, le mathématicien Alexandre Grothendieck, également militant écologiste[10], habite Lasserre de 1991 à sa mort en 2014, y vivant de manière extrêmement discrète[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[12],[13].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton des Portes du Couserans (avant le redécoupage départemental de 2014, Lasserre faisait partie de l'ex-canton de Sainte-Croix-Volvestre) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes du Volvestre ariégeois.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1968 1983 Emile Le Chenadec DVD  
mars 1983 1995 Daniel Fillola PS Conseiller régional
mars 1995 2001 Pierre-Louis Brenier DVD  
mars 2001 en cours Alain Bari UMP-LR Professeur de faculté
Conseiller général (canton de Sainte-Croix-Volvestre) (2004-2015)
puis départemental (canton des Portes du Couserans) depuis 2015
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1891. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2018, la commune comptait 250 habitants[Note 3], en augmentation de 9,65 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
536509513457442391366364348
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
304266240238196173162169183
2007 2012 2017 2018 - - - - -
185229247250-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[18] 1975[18] 1982[18] 1990[18] 1999[18] 2006[19] 2009[20] 2013[21]
Rang de la commune dans le département 84 120 137 135 164 146 148 123
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Vérofeu : atelier artisanal de verre filé, bijoux, perles, créations...

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lasserre dispose d'une école maternelle et primaire publique et fait partie de l'académie de Toulouse.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La déchetterie du Volvestre ariégeois se situe à Chaumes sur la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Ménard, Saintongeais et Poitevins en Couserans, 1985, bulletin de Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  9. Simone Henry, Comminges et Couserans, Toulouse, Privat, , 256 pages p. (ISBN 978-2-7089-7108-0 et 2-7089-7108-5), page 77
  10. Génie des mathématiques et écologiste radical : l’exemplaire destinée d’Alexandre GrothendieckReporterre, 17 mars 2018
  11. La vie secrète d'un génie des maths à Lasserre La Dépêche, samedi 13 avril 2019
  12. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  13. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 4 octobre 2020).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  19. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. Guillaume Gaven, « Alexandre Grothendieck, le plus grand mathématicien du XXe siècle, est mort », sur France Info, (consulté le 14 novembre 2014) : « Pas très loin de Lasserre, le village où il vivait reclus depuis le début des années 1990. »