Val-de-Sos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Val-de-Sos
Val-de-Sos
Vue aérienne générale de la commune déléguée de Vicdessos.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Ariège
Maire
Mandat
Marie-José Dandine
2020-2026
Code postal 09220
Code commune 09334
Démographie
Gentilé Val-de-sossois
Population
municipale
561 hab. (2019)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 46′ 14″ nord, 1° 29′ 57″ est
Altitude Min. 652 m
Max. 2 472 m
Superficie 53,14 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Sabarthès
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Val-de-Sos
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Val-de-Sos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val-de-Sos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val-de-Sos
Liens
Site web val-de-sos.fr

Val-de-Sos est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Créée à compter du par arrêté préfectoral en date du , cette commune nouvelle[1] résulte de la fusion des communes de Goulier, Sem, Suc-et-Sentenac et de Vicdessos[2].

Val-de-Sos est une commune rurale qui compte 561 habitants en 2019.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est structurée par la vallée de Vicdessos, irriguée par la rivière éponyme, dans le territoire historique du Sabarthès. L'accès principal est la D 8 depuis Tarascon-sur-Ariège.

Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les Pyrénées, une chaîne montagneuse jeune, érigée durant l'ère tertiaire (il y a 40 millions d'années environ), en même temps que les Alpes. Elle est traversée par la Faille nord-pyrénéenne, qui sépare la Zone axiale pyrénéenne (ZA) ou haute chaîne primaire de la Zone nord-pyrénéenne (ZNP), au nord. Les terrains affleurants sur le territoire communal sont constitués de roches pour partie sédimentaires et pour partie métamorphiques datant du Protérozoïque, le dernier éon du Précambrien sur l’échelle des temps géologiques. La structure détaillée des couches affleurantes est décrite dans la feuille « n°1087 - Vicdessos » de la carte géologique harmonisée au 1/50 000ème du département de l'Ariège[4],[5] et sa notice associée[6].

La superficie cadastrale de la commune publiée par l’Insee, qui sert de références dans toutes les statistiques, est de 53,14 km2[7],[Note 1]. La superficie géographique, issue de la BD Topo, composante du Référentiel à grande échelle produit par l'IGN, est quant à elle de 6,2 km2[5]. Son relief est particulièrement escarpé puisque la dénivelée maximale atteint 1 820 mètres. L'altitude du territoire varie entre 652 m et 2 472 m[10].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Val-de-Sos.

La commune est dans le bassin versant de la Garonne, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[11]. Elle est drainée par le Vicdessos, un bras du Vicdessos, le ruisseau de Goulier, le ruisseau de Suc, le Siouré, le ruisseau de Sem et le ruisseau du Moulin, constituant un réseau hydrographique de 8 km de longueur totale[12],[13].

Le Vicdessos, d'une longueur totale de 36,8 km, prend sa source dans la commune d'Auzat et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans l'Ariège à Tarascon-sur-Ariège, après avoir traversé 8 communes[14].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat de montagne », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[15]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[16]. À l'ouest du département, le climat océanique, avec ses entrées d’air atlantique, apporte des perturbations qui arrosent les reliefs[17].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[15].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 5,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 263 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[19] complétée par des études régionales[20],[21] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1990 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records VICDESSOS (09) - alt : 750 m 42° 46′ 18″ N, 1° 29′ 12″ E
Statistiques établies sur la période 1990-2010 - Records établis sur la période du 01-09-1990 au 31-12-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,4 −0,9 1,4 3,3 7,2 10,6 12,5 12,5 9 5,8 1,5 −0,8 5,1
Température moyenne (°C) 3,7 4,8 7,8 9,5 13,4 16,7 18,8 19 15,4 11,8 6,6 3,8 11
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,4 14,2 15,7 19,6 22,9 25,1 25,4 21,8 17,8 11,7 8,3 16,8
Record de froid (°C)
date du record
−14,5
28.01.05
−15,5
08.02.12
−15
01.03.05
−6
21.04.1991
−2
02.05.1991
1
01.06.06
4,5
11.07.1993
4
29.08.1995
0
28.09.07
−4,5
29.10.12
−9
22.11.1998
−12
25.12.01
−15,5
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
21,5
12.01.1998
24
27.02.19
27,5
23.03.01
29,5
09.04.11
34
11.05.12
39
26.06.19
37,5
03.07.15
38,5
18.08.12
33
13.09.16
31
04.10.04
28,5
01.11.1999
22
24.12.12
39
2019
Précipitations (mm) 112,5 82,7 89,5 117,3 109 82 64,9 79,5 80,7 92,5 125,3 106,2 1 142,1
Source : « Fiche 09334004 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Val-de-Sos est une commune rurale[Note 4],[22]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[23],[24]. La commune est en outre hors attraction des villes[25],[26].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Val-de-Sos est vulnérable à différents aléas naturels : inondations, climatiques (grand froid ou canicule), feux de forêts, mouvements de terrains, avalanche et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, la rupture d'un barragedeux risques particuliers, les risques radon et minier[27],[28].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de Val-de-Sos.

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par crue torrentielle d'un cours d'eau, le Vicdessos[29].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont soit des chutes de blocs, soit des glissements de terrains, soit des mouvements liés au retrait-gonflement des argiles. Près de 50 % de la superficie du département est concernée par l'aléa retrait-gonflement des argiles, dont la commune de Val-de-Sos[30]. L'inventaire national des cavités souterraines permet par ailleurs de localiser celles situées sur la commune[31].

La commune est exposée au risque d'avalanche lié notamment à la pratique du ski compte tenu d’une fréquentation hivernale croissante. Un plan d’Intervention et de déclenchement des avalanches (PIDA) a en particulier été élaboré[32].

Ces risques naturels sont pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais d'un plan de prévention des risques (PPR) inondation et mouvement de terrain approuvé le 17 juillet 2009[33].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Sur le département de l’Ariège on dénombre cinq grands barrages susceptibles d’occasionner des dégâts en cas de rupture. La commune fait partie des 80 communes susceptibles d’être touchées par l’onde de submersion consécutive à la rupture d’un de ces barrages. Elle est en effet dans la zone de proximité immédiate d'un barrage classé PPI[34].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par le risque minier, principalement lié à l’évolution des cavités souterraines laissées à l’abandon et sans entretien après l’exploitation des mines[35].

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Val-de-Sos est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[36].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1911 à 1932, le territoire communal était desservi par le tramway à voie métrique de la ligne de Tarascon-sur-Ariège à Auzat.

La commune est créée au par un arrêté préfectoral du [2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Val-de-Sos est membre de la communauté de communes de la Haute Ariège[I 1], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Luzenac. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[37].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Foix, au département de l'Ariège, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Occitanie[I 1].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton du Sabarthès pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 1], et de la première circonscription de l'Ariège pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[38].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
Janvier 2019 En cours Marie-José Dandine PS Cadre

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Vicdessos
(siège)
09334 CC de la Haute Ariège 6,01 535 (2016) 89
Goulier 09135 CC de la Haute Ariège 10,22 45 (2016) 4,4
Sem 09286 CC de la Haute Ariège 5,22 23 (2016) 4,4
Suc-et-Sentenac 09302 CC de la Haute Ariège 31,69 53 (2016) 1,7

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 561 habitants[Note 5].

Évolution de la population  [ modifier ]
2015 2016 2017 2018 2019
656656627594561
(Sources : Insee à partir de 2015[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il y a une école maternelle et primaire située sur le bourg de Vicdessos ainsi que le collège du Montcalm. Depuis la rentrée 2016, ce collège est administrativement fusionné avec le collège du Sabarthès de Tarascon-sur-Ariège.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Au-dessus du village de Goulier se trouve une petite station familiale de ski alpin : Goulier Neige. Le Relais d'Endron à Goulier est un dispositif d'accueil touristique rénové.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame de Vicdessos
Sa présence est attestée depuis 1081, elle s'appelait alors Saint-Martin-de-Sos et appartenait à l'abbaye de Saint-Sernin de Toulouse.
Le clocher carré de style roman, souvent remanié, est le seul vestige de l'église primitive. Si à l'origine l'église ne possédait qu'une nef, deux autres furent rajoutées au XVe siècle, le portail datant également de cette époque est de style gothique.
L'intérieur de l'édifice est orné de nombreuses statues et peintures (à noter, L'Adoration des bergers, tableau portant la date de 1846 qui est l'œuvre du peintre d'histoire et de genre français Auguste-Barthélemy Glaize (1807-1893)).
De nombreux objets sont référencer dans la Base Palissy[40].
L'orgue qui daterait probablement du milieu du XVIIe siècle est l'un des trois plus anciens de Midi-Pyrénées ; restauré en 1780, 1882 et 1991 par le facteur d'orgue gersois Pierre Vialle, il fut classé monument historique en 1978[41].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les cascades de Caraoucou.
Le Palet de Samson, photographié en septembre 1882 par Eugène Trutat.
À l'époque quaternaire, les différents refroidissements provoquèrent l’installation de glaciers majeurs dans la vallée de Vicdessos. Ce sont ces appareils qui modelèrent la vallée en auge telle qu'elle est aujourd’hui. Issus de la haute montagne des massifs du Montcalm et de Bassiès, les glaciers arrachèrent sur les flancs de ces hauteurs des morceaux de gneiss et de granites qui furent transportés sur des kilomètres. On en retrouve notamment sur les contreforts et les éminences de la vallée : à Sem et aussi à Lapège (où ils ont l'apparence de faux dolmens), entre Vicdessos et Auzat sur la roche Saint-Vincent et au sommet du promontoire qu’occupent les ruines du château de Montréal-de-Sos.
Ce bloc erratique porte aussi le nom de Palet de Samson. La légende qui lui est attachée raconte que le géant Samson jouait avec un de ses camarades du village d'Orus à s’envoyer d'énormes rochers par-dessus la vallée. En partant, il oublia là un de ses « palets »8.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Marie Élisabeth Durocher (1817-1860), géologue, correspondant de l'Académie, fut nommé au début de sa carrière en 1840 ingénieur de seconde classe pour les mines du Vicdessos.
  • Paul Léon Aclocque (1834-1893), fut successivement peintre de talent, militaire, maître de forge, homme politique... Député de l'Ariège, il est conseiller général de Vicdessos de 1877 à 1883.
  • Louis Delcurrou, né à Sem le 13 octobre 1841, décédé à Paris le jeudi 23 janvier 1931. Avocat au barreau de Pamiers ; magistrat, procureur de la République, avocat général, conseiller à la Cour de cassation. Maire de Sem, conseiller général du canton de Vicdessos.
  • Théophile Delcassé (1852-1923), élu conseiller général du canton de Vicdessos en 1888, puis député et influent ministre des Affaires étrangères.
  • Jean Nayrou (1914-1983), conseiller général de Vicdessos puis sénateur de 1955 à 1980.
  • Henri Nayrou, né en 1944 à Suc-et-Sentenac, homme politique, ancien député et président du conseil départemental de l'Ariège.
  • René Izaure (1929-2014), graveur, dessinateur et peintre né à Vicdessos.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La superficie publiée par l’Insee est la superficie évaluée en 1975 par le service du cadastre de la Direction Générale des Impôts, corrigée des modifications communales intervenues depuis 1975. Elle comprend toutes les surfaces du domaine public et privé, cadastrées ou non cadastrées, à l'exception des lacs, étangs et glaciers de plus d'un kilomètre carré ainsi que des estuaires et ne correspond pas obligatoirement à la surface géographique[8],[9]
  2. Les normales servent à représenter le climat dans lequel nous vivons. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[18].
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Cartes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Val-de-Sos, la deuxième commune nouvelle d'Ariège est née », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Communication préfectorale - Val-de-Sos commune nouvelle », sur ariege.gouv.fr, (consulté le )
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. « Carte géologique de Val-de-Sos » sur Géoportail (consulté le 23 avril 2022).
  5. a et b « Caractéristiques géologiques et hydrogéologiques de la commune de Val-de-Sos », sur le Système d’information pour la gestion des eaux souterraines (SIGES) en Occitanie (consulté le )
  6. « Notice associée à la feuille n°1087 - Vicdessos de la carte géologique harmonisée au 1/50 000ème de la France métropolitaine », sur Infoterre, le site du BRGM (consulté le )
  7. Insee, « Comparateur de territoire - Commune de Val-de-Sos », sur le site de l'Insee (consulté le )
  8. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Indicateurs en données ouvertes (superficie) », sur l'Observatoire des territoires (consulté le )
  9. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Répertoire géographique des communes d'Île-de-France - définition de certains champs (dont la superficie) », sur data.iledefrance.fr (consulté le )
  10. IGN, « Répertoire géographique des communes (RGC) 2014 », sur drive.google.com
  11. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  12. « Fiche communale de Val-de-Sos », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  13. « Carte hydrographique de Val-de-Sos » sur Géoportail (consulté le 29 octobre 2021).
  14. Sandre, « le »
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  16. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  17. [PDF]« Plan Local d’Urbanisme d’Allières – Rapport de présentation », sur wxs-gpu.mongeoportail.ign.fr, (consulté le ), p. 125
  18. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  19. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  20. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  21. [PDF]« Le changement climatique dans les Pyrénées : impacts, vulnérabilités et adaptation. », sur opcc-ctp.org (consulté le ).
  22. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Commune urbaine-définition » (consulté le ).
  24. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Liste des risques par commune.
  28. « Les risques près de chez moi - commune de Val-de-Sos », sur Géorisques (consulté le )
  29. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  30. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  31. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Val-de-Sos », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  32. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Risque avalanche.
  33. « Plans de Préventions des Risques naturels - Base de données actualisée à septembre 2020 », sur georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  34. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Risque rupture de barrage.
  35. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Risque minier.
  36. « Dossier départemental des risques majeurs (DDRM) de l'Ariège » [PDF], sur le site de la préfecture, (consulté le ), chapitre Risque radon.
  37. « communauté de communes de la Haute Ariège - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  38. « Découpage électoral de l'Ariège (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  40. « Recherche - POP », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  41. « Orgue de tribune », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  42. « L'église Saint-Michel de Goulier dans la haute vallée du Vicdessos, en Ariège, Région Midi-pyrénées », sur auzatvicdessos.free.fr (consulté le )