Arrien-en-Bethmale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arrien.

Arrien-en-Bethmale
Arrien-en-Bethmale
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Gérard Pons
2014-2020
Code postal 09800
Code commune 09017
Démographie
Gentilé Arrienois
Population
municipale
111 hab. (2015 en augmentation de 9,9 % par rapport à 2010)
Densité 7,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 51″ nord, 1° 02′ 32″ est
Altitude Min. 598 m
Max. 2 085 m
Superficie 14,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Arrien-en-Bethmale

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Arrien-en-Bethmale

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arrien-en-Bethmale

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arrien-en-Bethmale

Arrien-en-Bethmale est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Arrienois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Arrien-en-Bethmale est située dans les Pyrénées en vallée de Bethmale dans le Castillonnais en Couserans au sud-ouest de Saint-Girons, elle fait partie de la communauté de communes Couserans-Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Arrien-en-Bethmale[1]
Castillon-en-Couserans Moulis
Bordes-Uchentein Arrien-en-Bethmale
Bethmale

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune d'Arrien-en-Bethmale est composée des villages d'Aret, Arrien, Tournac et Villargein.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette commune s'est créée le 18 février 1931, en se séparant de la commune de Bethmale actuelle.

Arrien-en-Bethmale possède une histoire fort ancienne, comme le prouve la découverte d'une inscription funéraire datant probablement du Ier siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Gérard Pons DVG Agriculteur
mars 2001 2008 Robert Soubie    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1931. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 111 habitants[Note 1], en augmentation de 9,9 % par rapport à 2010 (Ariège (département) : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
5514303582732421861438989
1999 2006 2007 2008 2013 2015 - - -
110103102101108111---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Restaurant réputé "L'auberge de la Core" à Arrien.
  • Pascal Jusot, sabotier de bois[6] à Aret depuis 1984, le dernier en Occitanie et le seul capable de produire les fameux sabots de bethmale dont la forme est préparée en forêt sur l'arbre.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel.

Le château de Bramevaque, dont il ne subsiste que des vestiges et une légende, fut décrit par l'abbé David Cau-Durban (1844-1908), curé de Bordes-sur-Lez et fameux archéologue-historien [7], dans un texte de 1887 sur "La Vallée de Bethmale".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Romain Caramalli, en tant que moine de la paroisse de 1999 à 2005, a contribué a la reconnaissance de la commune en promouvant la culture du terroir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :