Saurat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saurat (homonymie).
 Ne doit pas être confondu avec Saura.
image illustrant une commune de l’Ariège image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Ariège et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Saurat
Vue générale du village
Vue générale du village
Blason de Saurat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Sabarthès
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Tarascon
Maire
Mandat
Anne-Marie Basseras
2014-2020
Code postal 09400
Code commune 09280
Démographie
Gentilé Sauratois
Population
municipale
663 hab. (2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 42″ Nord 1° 32′ 18″ Est / 42.8783333333, 1.53833333333
Altitude 678 m (min. : 621 m) (max. : 1 941 m)
Superficie 44,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Saurat

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Saurat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saurat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saurat

Saurat est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Sauratois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans une vallée est-ouest délimitée par le col de Port (1249 mètres) et la montagne calcaire du Calamès. Le cap de la Dosse qui culmine à 1948 mètres et qui jouxte le pic de La Journalade (1945 mètres) est le sommet le plus haut sur la commune de Saurat.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat montagnard a des influences méditerranéennes et océaniques et se situe à peu près à la frontière des deux zones climatiques.

Géologie[modifier | modifier le code]

Curiosités géographiques : le rocher de Carlong, un rocher suspendu de forme ronde d'un diamètre d'une dizaine de mètres, surplombe le village. La grotte de Siech sur la route dite "du Souleillan" et qui contient 3500m de galeries et la grotte de l'Arse qui se trouve au pied de la face nord du massif du même nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée a connu dans la première moitié du XXe siècle une industrie de la pierre à faux lancée par un colporteur lombard. L'âge d'or de cette industrie se tint dans l'entre-deux-guerres avec l'installation de familles italiennes qui fuyant le fascisme apportèrent leur savoir-faire dans l'exploitation du minerai et le développement de l'usinage. Les meilleurs d'entre eux fabriquaient manuellement jusqu'à 600 pierres par jour. La mécanisation des années 50 et la concurrence des pierres artificielles américaines sonna le glas de cette industrie locale. Jusqu'à très récemment la dernière usine de pierre à faux fabriquait les pierres à aiguiser naturelles.

Plusieurs mines étaient en activité aux lieudits le Benans et Carli d'où on extrayait les plaques de grès schisteux (lauze). Un moulin entraîné par une turbine servait à tailler les pierres dans des formes rectangulaires ou en losange suivant l'utilisation.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules à la vache d'argent surmontée de trois fleurs de lys du même ordonnées 2 et 1[1],[2].
Commentaires : Dessiné par: Y.A. Cros (Cercle Généalogique de Languedoc).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2014 Anne-Marie Basseras PS Retraitée de l'enseignement
mars 2001 2008 Jean Roques    
    Jean Antoine Pianelli PS  
    Rivère PS  
    Albert Sans PS  
1898 1904 Georges Bergasse de Laziroules    
1865 1898 Paul Georges Bergasse de Laziroules    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 663 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 495 4 068 3 791 4 527 5 014 5 336 5 509 5 379 4 456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 075 4 012 3 728 3 582 3 483 3 230 3 113 3 024 3 022
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 850 2 718 2 640 2 164 1 956 1 890 1 787 1 503 1 304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 099 1 007 812 693 652 601 592 596 669
2013 - - - - - - - -
663 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Projet de relance de la carrière de pierre à aiguiser

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Châteaux et Tours de l'époque cathare :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emblèmes de France
  2. Site de la mairie
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :