Fabas (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fabas.
Fabas
Le château de Poudelay.
Le château de Poudelay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Portes du Couserans
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Simon Bavard
2014-2020
Code postal 09230
Code commune 09120
Démographie
Gentilé Fabassiens
Population
municipale
350 hab. (2015 en augmentation de 6,38 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 32″ nord, 1° 06′ 24″ est
Altitude 400 m
Min. 288 m
Max. 560 m
Superficie 23,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Fabas

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Fabas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fabas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fabas

Fabas est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Fabassiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Volvestre, à 20 km au nord-ouest de Saint-Girons sur le Lens. La commune fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises. Elle est limitrophe du département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fabas[1]
Saint-Michel
(Haute-Garonne)
Le Plan
(Haute-Garonne)
Cérizols Fabas[1] Sainte-Croix-Volvestre
Betchat Bédeille Tourtouse

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle, une branche de la famille de Foix, les Foix-Fabas, fait l'acquisition des trois quarts de la seigneurie de Fabas. C'est à eux qu'on peut attribuer la construction du petit village de forme carrée, fortifié à l'origine. Cette fortification se justifiait par l'insécurité que faisait régner dans la région la résistance des Protestants à l'autorité royale (les remparts du Mas d'Azil ne furent démolis qu'en 1632). Les nouveaux seigneurs édifièrent leur château à l'angle nord-est du village, modifièrent le mur-clocher de l'église selon les canons du temps et construisirent une halle pour attirer des marchés, y prélever des taxes et rentabiliser ainsi leur fondation.

La halle est impressionnante et surdimensionnée par rapport au village qui ne s'est pas développé et l'encadre étroitement. Les Foix-Fabas vécurent pourtant dans leur château jusqu'au XIXe siècle. Parmi eux, Charlotte de Foix qui avait épousé en 1815 un baron d'Empire, Paul Verbigier de Saint-Paul, d'un longue lignée de Gentilshommes verriers protestants locaux. Leur fils, Gaston, fut préfet sous le Second Empire et député de l'Ariège en 1876. Il y eut, du XVIe au XVIIIe siècle, plusieurs familles de Gentilshommes verriers dans plusieurs hameaux de Fabas, dont les Verbigier et les Grenier.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Simon Bavard PS Agriculteur retraité
1876 1878 Paul Marie Henri Gaston
de Verbigier de Saint Paul
   
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2015, la commune comptait 350 habitants[Note 1], en augmentation de 6,38 % par rapport à 2010 (Ariège (département) : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 245 889 955 1 028 854 1 105 1 181 1 176 1 136
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 017 1 031 954 941 892 911 878 764 701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
662 650 621 564 555 480 456 437 372
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
321 268 310 336 327 306 316 318 319
2013 2015 - - - - - - -
343 350 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Halle rectangulaire au centre du village, construite sur 12 piliers.
  • Église de l’Assomption de la Vierge, avec clocher-mur, portail. Une cloche à l’intérieur porte la date de 1761.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Épicerie multiservices "La Grignote"
  • Ferme équestre Équiloisirs et confit végétal biologique, à La Fitte.
  • Gîtes touristiques.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :