Esplas-de-Sérou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Esplas-de-Serou)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Esplas-de-Sérou
Esplas-de-Sérou
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
François Velter
2014-2020
Code postal 09420
Code commune 09118
Démographie
Population
municipale
172 hab. (2015 en augmentation de 8,18 % par rapport à 2010)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 58′ 34″ nord, 1° 22′ 37″ est
Altitude Min. 426 m
Max. 1 502 m
Superficie 34,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Esplas-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Esplas-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Esplas-de-Sérou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Esplas-de-Sérou

Esplas-de-Sérou est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Le Baup y prend sa source.

Ses habitants sont appelés les Esplasais. La commune dispose d'un site internet [1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Commune forestière de montagne au centre de l'Ariège. Elle fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises. Le col de Rille est sur la commune (938 m), accessible par la D 18B.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Esplas-de-Sérou[2]
Castelnau-Durban La Bastide-de-Sérou Larbont
Rimont,
Rivèrenert
Esplas-de-Sérou Montagagne
Biert
(par un quadripoint)
Boussenac Sentenac-de-Sérou

Hameaux et villages[modifier | modifier le code]

Esplas-de-Sérou est constitué d'un village et de nombreux hameaux : Alozy, Baychenat, Brachy, Balès, Camel, Cuilleré, Le Cazalot, Eychenat, Eychenne, Esquein, Foulgarot, le Four, Génat, Goutte Rouge, Naflous, Las Moulasses, Layos, Mirouze, Mouréou, Pladellac, Pombole, Rougé, Sabart, Saboye, Sarbos, le Toch,

Divers[modifier | modifier le code]

A Sabart, un projet de zone blanche sans radiation électromagnétique est envisagé[3] non sans difficulté[4] en réhabilitant ce hameau abandonné de la vallée de l'Artillac pour des personnes électro-sensibles. Le projet est structuré par l'association «Zone blanche en vallée de l'Artillac-Ariège» siégeant sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jacques Guinois    
mars 2014 en cours François Velter SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 172 habitants[Note 1], en augmentation de 8,18 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3251 4651 5681 7131 8451 8952 0452 0621 954
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5141 6701 7061 6831 6881 6341 5301 5601 590
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2621 2111 070826755555535437308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1891338412091143163160172
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne carrière de marbre rose de Lespiougue fermée en 1960.
  • Forêt de l'Artillac.
  • Église Sainte Madeleine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bienvenue a Esplas-de-Sérou »
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Laurent Gauthey, « Vers une "zone blanche" dans la vallée de l'Artillac », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  4. Charlotte van Ouwerkerk, « Des nuages noirs au-dessus du projet de «zone blanche» », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :