Rabat-les-Trois-Seigneurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rabat-les-Trois-Seigneurs
Rabat-les-Trois-Seigneurs
Le village de Rabat vu du sud-ouest.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Sabarthès
Intercommunalité Pays de Tarascon
Maire
Mandat
Daniel Cuminetti
2014-2020
Code postal 09400
Code commune 09241
Démographie
Gentilé Rabatols
Population
municipale
352 hab. (2015 en augmentation de 8,98 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 51′ 24″ nord, 1° 33′ 13″ est
Altitude Min. 548 m
Max. 2 196 m
Superficie 26,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Rabat-les-Trois-Seigneurs

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Rabat-les-Trois-Seigneurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rabat-les-Trois-Seigneurs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rabat-les-Trois-Seigneurs
Liens
Site web http://www.rabat-les-trois-seigneurs.com/

Rabat-les-Trois-Seigneurs est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Rabatols en occitan et en français, ou Rabatois[1], terme qui semble avoir été forgé en 1959 par un instituteur étranger à la vallée[2]. Seul le terme Rabatols est usuel en Ariège.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Rabat-les-Trois-Seigneurs est situé dans la vallée de la Courbière, rivière de montagne dont la majorité des 15 kilomètres de cours se situent sur le territoire de la commune. Elle fait partie de l'unité urbaine de Tarascon-sur-Ariège et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Hameaux[modifier | modifier le code]

La Freyte et Contrac sont les deux hameaux de Rabat-les-Trois-Seigneurs[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rabat-les-Trois-Seigneurs est limitrophe de neuf autres communes.

Carte de la commune de Rabat-les-Trois-Seigneurs et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Rabat-les-Trois-Seigneurs[4]
Massat Saurat Bédeilhac-et-Aynat,
Surba
Le Port Rabat-les-Trois-Seigneurs Tarascon-sur-Ariège
Suc-et-Sentenac Gourbit Génat

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Ruisseau de la Courbière, un affluent de l'Ariège.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 696 hectares ; son altitude varie de 548 à 2 196 mètres[5]. Le bourg est situé à 600 m d'altitude.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la Route nationale 20 et par le train en gare de Tarascon-sur-Ariège sur la ligne de Portet-Saint-Simon à Puigcerda (frontière).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le vrai nom de la commune est « Rabat » mais à partir de 1931 l'administration des postes a imposé le nom de « Rabat-les-Trois-Seigneurs » pour éviter la confusion avec la capitale du Maroc, Rabat. On notera que le village de Rabat portait ce nom plusieurs siècles avant la ville.

L'expression « les trois seigneurs » vient du « pic des Trois-Seigneurs » qui ferme à l'ouest la vallée de la Courbière et domine le cirque d'Ambanels. Le pic est situé au point de rencontre des trois vallées de la Courbière, du Vicdessos et du Couserans qui étaient administrées par trois seigneurs différents. La légende dit que chaque été, les trois seigneurs se rencontraient sur la grande dalle plate au sommet du Pic pour discuter de leurs affaires communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Georges Bergasse de Laziroules (1763-1827), mort à Rabat, était propriétaire et maitre de forge de 1799 à 1827.

La présence humaine dans la vallée de la Courbière date de plus de 17 000 ans. De nombreux vestiges du Magdalénien (grotte de Bédheilac) ont été trouvés dans la vallée. Certains vestiges ont été trouvés dans le village même. Une hache de pierre polie a été trouvée lors de l'empierrement de la place publique[6].

Du VIIIe siècle au XIIIe siècle, la vallée a été fortement marquée par la branche dite des Foix-Rabat des seigneurs fuxéens.

Rabat était dominé par le château de Miramont. Ce château initialement construit pour contenir les Sarrazins qui avaient leur camp à Genat, au débouché de la vallée du Vicdessos, sur l'autre versant de la crête de Vente-farine qui domine le village, a été détruit en 1247 sur ordre de l'Inquisition pour avoir servi de refuge à de nombreux hérétiques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[7],[8].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Foix de la communauté de communes du Pays de Tarascon et du canton du Sabarthès (avant le redécoupage départemental de 2014, Rabat-les-Trois-Seigneurs faisait partie de l'ex-canton de Tarascon-sur-Ariège).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Daniel Cuminetti[9] DVG Cadre
mars 2001 mars 2008 Marcel Flouraud    
juin 1995 mars 2001 René Brunet    
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2015, la commune comptait 352 habitants[Note 1], en augmentation de 8,98 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5269851 0741 2131 2641 3771 4161 5371 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4341 3311 3601 2981 3381 1159761 0331 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8381 009866649540443435410371
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
308260287311298264279321352
2015 - - - - - - - -
352--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 17 197 , ce qui place Rabat-les-Trois-Seigneurs au 10 245e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[14].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Il y a à Rabat-les-Trois-Seigneurs une entreprise de travaux publics, une de plomberie, une d'électricité, et deux de maçonnerie[3].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Rabat vue du chemin de Bédeilhac.
Le retable de l'église de Rabat, image originale en haute définition.
  • L'église de l'assomption, dont la partie la plus ancienne remonte au Xe siècle comporte un remarquable retable en bois et des vitraux de l'atelier de Louis Saint-Blancat.
  • Rabat est le point de départ de plusieurs randonnées vers le sommet du pic des Trois-Seigneurs (2 199 mètres d'altitude)[15]. De Rabat, prendre la route vers La Freyte et se garer au bout (1 022 mètres), puis monter dans la forêt, par l'étang Bleu de Courbière, le col de Couillade et la crête sud-est jusqu'au sommet. Voir aussi l'étang Long de Courbière
  • Cascades du Ressec, après le hameau de la Freyte, la colonie puis les ruines de Carniès, un panneau indique la cascade. En amont, se trouve une seconde cascade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

« Après Paris, Rabat »

Devise prétentieuse mais historique, remontant au temps ou le seigneur de Rabat était de droit assis à la droite du roi de France[6].

« As intrans lé mound, as couyons la glorio » « Aux audacieux le monde, aux sots la gloire »

La devise de Corbeyran de Rabat « Aux audacieux le monde » a été modifiée après que lui et sa troupe aient estimé avoir été mal récompensés des services rendus à Gaston Fébus lors du différend qui l'opposa au duc d'Armagnac dans les années 1360. Le duc vaincu et capturé en 1362 avait été étroitement surveillé pendant sa captivité par le grand Corbeyran et ses hommes, ce qui permit à Gaston Fébus d'obtenir une rançon démesurée de la part de ses sujets. C'est cette dernière version qui est passée à la postérité[6].

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Rabat-les-Trois-Seigneurs compte une école élémentaire publique et fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Cyclisme, pêche, randonnée pédestre...

Une zone de jeux est en libre accès : paniers de basket-ball, cages de handball, boulodrome, jeux pour enfants, ...

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Étienne Carbonne, Rabat vous est conté, Éditions Lacour - Redivia. (ISBN 2-7504-0234-4)
  • (fr) Florence Guillot, Monographies villageoises en Sabarthes, Éditions Lacour - Redivia. (ISBN 2-84406-690-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes de l'Ariège sur ariege.pref.gouv
  2. Site relatif à Rabat les trois seigneurs (son histoire, étymologie du nom)
  3. a et b « RABAT-LES-TROIS-SEIGNEURS | Association des Maires et elus de l'Ariege », sur www.maires09.asso.fr (consulté le 25 octobre 2018)
  4. Carte IGN sous Géoportail
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  6. a b et c (fr) Etienne CARBONNE, RABAT vous est conté, Editions LACOUR - REDIVIA. [1] (ISBN 2-7504-0234-4)
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  9. Édition spéciale Municipales et cantonales 2008 sur LeMonde.fr Daniel Cuminetti mentionné maire sortant
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  14. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  15. Site décrivant la balade des Trois Seigneurs
  16. La Grande Chartreuse par un chartreux, 16e édition, Sadag, Bellegarde, 1991.