Parc naturel régional de Guyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Parc naturel régional de Guyane
Image dans Infobox.
Roura depuis l'Oyak
Géographie
Pays
Région
Ville proche
Superficie
6 271 Km2
Population
8106
Administration
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
WDPA
Création
26 mars 2001
Administration
Syndicat mixte du Parc naturel régional de la Guyane
Site web
Périmètre du PNR.

Le Parc naturel régional de Guyane est un parc naturel régional français créé en 2001 en Guyane. Il se divise en trois parties terrestres et deux portions maritimes, et s'appuie sur le territoire de six communes : Iracoubo, Mana, Ouanary, Roura, Saint-Georges-de-l'Oyapock et Sinnamary.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Parc naturel régional de Guyane a été créé par un décret le 26 mars 2001. Puisqu'aucune charte n'avait été adoptée, son classement comme PNR lui avait été retiré en 2008. Il avait pû ensuite retrouver son statut en 2012, grâce à une première charte.

Géographie[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Gestion et actions[modifier | modifier le code]

La gouvernance du parc naturel régional de Guyane (PNRG) est assurée par un syndicat mixte ouvert, c'est-à-dire qu'il accueille des acteurs de la société civile, en plus des représentants des collectivités territoriales. Il est présidé par Jean-Paul Fereira depuis août 2021[1]. Il a été présidé par Hélène Sirder entre les élections régionales de 2010 et les élections territoriales de juin 2021.

Le PNRG est gestionnaire des réserves naturelles nationales de Kaw-Roura et de l'Amana, depuis 2007[2] (pour l'Amana) et 2014[3] (Marais de Kaw-Roura), respectivement.

En 2019, un rapport du CGEDD relevait que l'existence de ces deux réserves reste mal acceptée par la population locale et qu'elles faisait l'objet de dysfonctionnements préoccupants dans leur gestion par le PNRG : des problèmes liés au “malaise” des salariés vis à vis de l'équipe administrative, de la direction et de la présidence du PNRG, au mode de management trop “pyramidal”, à l’absence de débat démocratique dans le comité consultatif, au partage des responsabilités entre l'État et les collectivités et à la difficulté pour le PNRG d'exercer les compétences de police de l'environnement[4],[2], ceci malgré les espoirs suscités par le changement de gestionnaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Samir Mathieu, « Jean Paul Fereira élu président du PNRG », MO NEWS,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Fabienne ALLAG-DHUISME et Thierry BOISSEAU, Rapport n° 012662-01 : Difficultés et avenir des réserves naturelles nationales de l’Amana et de Kaw-Roura en Guyane, CGEDD, MTES, , 74 p. (lire en ligne)
  3. « La réserve naturelle de Kaw-Roura enfin dotée d’un plan de gestion ! (973) »
  4. Marion Briswalter, « L’incapacité du PNRG et des préfets à gérer convenablement les réserves de Kaw et de l’Amana », Guyaweb,‎ (lire en ligne)