Erp

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ERP.
Erp
Erp
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Jean-Claude Dega
2014-2020
Code postal 09200
Code commune 09114
Démographie
Gentilé Erpois
Population
municipale
121 hab. (2015 en diminution de 15,97 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 33″ nord, 1° 12′ 04″ est
Altitude Min. 428 m
Max. 1 208 m
Superficie 9,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Erp

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Erp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Erp

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Erp

Erp est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie, au cœur du Couserans et à proximité de la ville de Saint-Girons. Le village est connu en particulier pour ses parcours de randonnées, (pédestre et de VTT), et son belvédère du col d'Ayens.

Ses habitants sont appelés les Erpois.

Géographie[modifier | modifier le code]

On peut retrouver Erp sur la carte de Levasseur (1852)[1].

Commune des Pyrénées située dans l'aire urbaine de Saint-Girons, à 8 km à l’Est de Saint-Girons sur l’axe routier Saint-Girons-Massat. Elle fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises. Elle s’étend sur une superficie de 948 ha dont 200 de forêt. L’altitude est comprise entre 400 mètres (centrale hydroélectrique de Lacourt) et 1223 mètres, au cap d’Escouadès.

La commune est limitée au nord et à l'ouest par la commune de Lacourt, au nord est par celle de Rivèrenert, à l'est et au sud par celle de Soulan. La rive droite du Salat forme une limite naturelle à l'ouest et au sud. Au niveau de la commune, il est enserré en contrebas dans les gorges de la Ribaute. Elle est aussi traversée par un ruisseau, l'Erp, d'où elle tire son nom.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Erp[2]
Rivèrenert
Lacourt Erp Soulan
Soueix-Rogalle

Bassin de vie[modifier | modifier le code]

Erp se situe dans le bassin de vie et l'aire urbaine de Saint-Girons.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Cassini [3],[4] on ne trouve pas de mention du village d'Erp en tant que tel, il y est seulement fait mention de deux lieux-dits nommés l'un Erp de haut et l'autre Erp de bas. En fait la création de la commune d'Erp paraît avoir été le résultat d'une décision administrative prise pendant la Révolution française qui a regroupé plusieurs lieux dits formant autant de hameaux sans qu'il y ait un bourg central proprement dit.

Extrait de la carte de Cassini (1780-1810), centrée sur Erp, avec représentation des limites communales d'aujourd'hui

Le département de l'Ariège tel que nous le connaissons aujourd'hui a été créé le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir du Comté de Foix et du Couserans, (voir l'article histoire de l'Ariège). Ont été créées en même temps les communes, en application de la loi du 14 décembre 1789.

Avant les changements issus de la Révolution, les entités administratives de base étaient les paroisses, signalées sur la carte de Cassini par un symbole ou pictogramme particulier propre au système de carte Cassini [5]. Les villages voisins d'alors, tels Lacourt, Rivèrenert, Saint Sernin (aujourd'hui Soueix-Rogalle), marqués sur la carte par ce signalement, étaient des paroisses, et les hameaux présents sur le territoire d'Erp étaient alors rattachés à l'une ou l'autre de ces paroisses. La commune d'Erp dans son périmètre actuel a donc été créée et définie en application de cette loi de 1789.

Avant la Révolution l'ensemble du territoire faisait partie de la vicomté de Couserans. Les hameaux constitutifs d'Erp appartenaient en outre, pour le 1/16e, à la seigneurie de Mauléon et de Béon en tant que dépendances de Soulan[6],[7]

Les habitants de la localité sont réputés avoir participé à la « Guerre des Demoiselles » pour défendre leurs droits forestiers[7].

A Araux, au lieudit l'Escalou, se trouvait une importante mine de fer qui fut fermée en 1908 du fait des travaux de la ligne de chemin de fer Saint-Girons - Lérida jamais finalisée et devenue la route des tunnels.

Les hameaux et leurs écoles[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, les hameaux étaient Serrelongue (chef lieu), Vignau, Cap d’Erp, Brunet, la Môle, Auziès, la Ribère, Régule, Lastès, Araux, Péricot. 131 maisons y étaient habitées[7]. À cette époque, trois instituteurs exerçaient sur Erp : un à Serrelongue, un à Araux et un autre à Lastès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Claude Dega DVG Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique passée de 1793 à 1968[modifier | modifier le code]

L'évolution des effectifs de population de 1793 à 2006 est accessible via le site Cassini de l'EHESS[8]. L'évolution comparée d'Erp, de communes voisines et de Saint-Girons donne les résultats suivants[9] :

1793 1806 1821 1831 1841 1851 1861 1866 1872 1881 1891 1901 1911 1921 1936 1946 1954 1962 1968
Erp 478 439 568 679 746 699 651 693 708 691 690 612 626 422 364 227 187 147 109
Lacourt 874 1057 1170 1250 1278 1192 1134 1146 1102 1093 1119 1069 1038 797 659 539 456 427 429
Rivèrenert 1369 1463 1600 1398 2063 1888 1520 1531 1546 1505 1536 1508 1318 933 679 596 514 342 298
Soulan 1793 2173 1999 2423 2472 2230 2078 2111 2055 1876 1670 1688 1547 1509 922 661 544 425 411
Saint-Girons 2749 3348 3868 4381 3908 3981 4576 4745 4690 5191 5448 6018 5929 5749 6406 7026 6841 7368 7971

La comparaison de ces données avec celles qui suivent, qui concernent le département de l'Ariège dans son ensemble (données reprises de l'article Démographie de l'Ariège), fait ressortir l'effondrement démographique des communes rurales et l'accroissement relatif de la population urbaine dans un contexte de diminution d'ensemble de la population départementale.

1793 1806 1821 1831 1841 1851 1861 1872 1881
197 889 222 827 234 878 253 730 265 607 267 435 251 850 246 298 240 601
1891 1901 1911 1921 1936 1946 1954 1962 1968
227 491 210 527 198 725 172 851 155 134 145 956 140 010 137 192 138 478

Évolution récente depuis 1968[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2015, la commune comptait 121 habitants[Note 1], en diminution de 15,97 % par rapport à 2010 (Ariège (département) : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
478 425 439 568 679 661 746 724 699
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690 651 693 708 670 691 678 690 588
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612 566 626 422 362 371 364 227 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
147 109 114 105 88 102 111 139 122
2015 - - - - - - - -
121 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évolution démographique récente comparée de communes voisines d'Erp et des communes de Saint-Girons et de Saint-Lizier[modifier | modifier le code]

1968 1975 1982 1990 1999 2009
Lacourt 429 356 361 279 264 199
Rivèrenert 298 218 174 156 135 187
Soulan 411 390 335 307 324 347
Saint-Girons 7971 8130 7260 6596 6254 6608
Saint-Lizier 1695 1719 1855 1641 1592 1480

Lieux et sites[modifier | modifier le code]

Le col d’Ayens, à 956 mètres d’altitude, accessible par un parcours de randonnée depuis le hameau du cap d'Erp, offre un panorama sur les Pyrénées ariègeoises, du massif du Mont Valier à celui du Pic des Trois Seigneurs. Le site est aménagé et doté d’une table d’orientation.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture[modifier | modifier le code]

Agriculture et environnement dans le Couserans[modifier | modifier le code]

Prés, fenaison et forêts au Cap d'Erp

L'importance de l'agriculture, en Ariège comme ailleurs, va bien au-delà d'un bilan technique et économique des productions en volume et en valeur. L'agriculture et en l'occurrence l'élevage sont en zone de montagne les outils principaux de gestion et d'aménagement des espaces contribuant à la perception positive de l'environnement. Ils génèrent des satisfactions environnementales appelées aménités : des paysages ouverts, des espaces entretenus, des prés, des animaux dans ces espaces, etc.

L'exode rural très prononcé subi par les Pyrénéees ariègeoises dès la fin du XIXe siècle[14] s'est traduit dans le Couserans par une forte déprise agricole et par un développement forestier très important. Toutefois, le village d'Erp compte toujours des exploitations d'élevage actives dont le rôle est devenu essentiel pour une économie locale associée à une bonne gestion environnementale.

Agriculture et élevage à Erp[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le tourisme (gîtes ruraux) représentent l'activité économique essentielle de la commune d'Erp.

Troupeau de vaches Casta au Cap d'Erp, élevage de Paul et André Sabadie, ferme du Pesqué, à Erp.

L'agriculture est surtout représentée par l'élevage allaitant (bovins de races gasconne et limousine). La commune se situe dans le berceau d'élevage d'une ancienne race bovine pyrénéenne, la Casta, dont un troupeau est présent sur la commune, au Cap d'Erp, dans une exploitation en agriculture biologique pour la vente directe.

Couvert forestier[modifier | modifier le code]

Bois et forêts ont pris une place croissante en Ariège, à la mesure de la déprise agricole[15]. Si, dans ce contexte, ils se sont aussi accrus sur Erp et les communes voisines, on peut constater qu'un massif forestier, un des plus importants d'Ariège, y est présent de très longue date, principalement sur les communes voisines de Soulan et Rivèrenert, comme en témoigne la lecture de la carte du pays de Saint-Girons sur la carte de Cassini [16]. On y lit qu'il était autrefois répertorié sous les dénominations de bois de Calamane, bois de la Serre et bois d'Esplas, il est aujourd'hui principalement connu sous les noms de forêt de Rivèrenert et de forêt domaniale de Soulan-Biert. Cette présence forestière historique importante associée à la forte densité de peuplement de tout le territoire jusqu'à la fin du XIXe siècle est à relier aux mouvements sociaux qui affectèrent cette région sous le nom de guerre des Demoiselles.

Le tourisme rural[modifier | modifier le code]

Travaux de fenaison et gîte rural au Cap d'Erp.

Nombre d'anciennes maisons rurales ont été transformées soit en résidences secondaires soit en gîtes ruraux.

Vie associative, activités culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

La fête locale a lieu le week-end de la première semaine de septembre au hameau du Cap d’Erp[17].

Un trophée VTT (Erp VTT Challenge) a lieu au Col d’Ayens et sur un parcours de 35 km, fin juillet ou début août. Il est organisé par une association dont le siège est sur la commune, Val d'Erp Animations, qui organise aussi une course à pied nocturne, le trail des vers luisants [18]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]