Moulis (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moulis.

Moulis
Moulis (Ariège)
Un des moulins de Moulis, sur le Lez.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Aimé Galey
2014-2020
Code postal 09200
Code commune 09214
Démographie
Gentilé Moulisiens
Population
municipale
774 hab. (2015 en diminution de 1,9 % par rapport à 2010)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 57′ 43″ nord, 1° 05′ 30″ est
Altitude 432 m
Min. 412 m
Max. 1 608 m
Superficie 36,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Moulis

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Moulis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moulis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moulis

Moulis (Molins en gascon) est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Moulisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans l'aire urbaine de Saint-Girons, en Couserans. Elle fait partie fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Moulis est limitrophe de douze autres communes.

Carte de la commune de Moulis et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Moulis[1]
Montgauch,
Balaguères
Montégut-en-Couserans Saint-Lizier,
Saint-Girons
Engomer Moulis Eycheil,
Lacourt (par un quadripoint)
Castillon-en-Couserans,
Arrien-en-Bethmale
Bethmale Alos

Hameaux[modifier | modifier le code]

Coquille en marbre Grand antique d'Aubert, posée en juillet 2018 au Pouech, sur le chemin du piémont pyrénéen

Arguilla, Aubert, Bader, Barrail, Bernède, Cap-de-Sour, Goué, Jouan-d’Arau, Lambège, Lasserre, Légergé, Liqué, Luzenac-de-Moulis, Montfaucon, Pouech, Rames, Sarradère, La Traverse…

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Lez un affluent du Salat.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 655 hectares ; son altitude varie de 412 à 1 608 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route départementale D 618 (ex Route nationale 618).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient du gascon molin « moulin ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le hameau d'Aubert a une origine antique. Des fouilles ont permis d'y découvrir de nombreux objets gallo-romains. La carrière de marbre d'Aubert était déjà exploitée à cette époque et des monnaies et outils antiques y ont été retrouvés. Elle a fourni des parements à la basilique Sainte-Sophie de Constantinople inaugurée par l'empereur Justinien en 537. Le roi mérovingien Childebert Ier avait répondu favorablement à une requête de l'empereur Justinien entre 532 et 537[3].

Un édicule gallo-romain a survécu jusqu'à nos jours, il s'agit de la « pile romaine de Luzenac », sans doute un ancien mausolée.

Pile romaine de Luzenac-de-Moulis

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[4],[5].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Saint-Girons de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton du Couserans Ouest (avant le redécoupage départemental de 2014, Moulis faisait partie de l'ex-Canton de Saint-Girons ) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes de l'Agglomération de Saint-Girons.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Aimé Galey   Retraité Fonction publique
mars 2001 2008 Frédéric Castéras    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7].

En 2015, la commune comptait 774 habitants[Note 1], en diminution de 1,9 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9771 6902 0682 3092 7032 6072 6122 5942 520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4112 3032 1882 1592 2162 1642 1441 9331 941
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8661 7501 5371 3541 2671 1591 0791 0701 003
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1 0101 013847828798759796790774
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[10] 1975[10] 1982[10] 1990[10] 1999[10] 2006[11] 2009[12] 2013[13]
Rang de la commune dans le département 34 28 25 24 23 26 27 26
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Marbre Grand Antique d'Aubert

Carrière d'Aubert[modifier | modifier le code]

Se trouve à Aubert une très ancienne carrière de marbre. Le marbre extrait est appelé "Grand Antique"[14].

La carrière, actuellement propriété de la société Rocamat, fut exploitée dès l'Antiquité romaine. Le marbre, alors appelé Marmor Celticum[14], fut utilisé dans de nombreux bâtiments à Rome et Constantinople. Rouverte au XIXe siècle, elle fut abandonnée en 1952, se transformant en un petit lac appelé le "Trouc de Desmembreri" (Trou de l'Oubli)[14]. Depuis 2014, elle est à nouveau exploitée par la société italienne Escavamar[15].

En 2015, la marque marbre «Grand antique d'Aubert» a officiellement été déposée. Le marbre moulisien s'exporte désormais à Londres, à New-York, au Japon...

Artisanat et commerce[modifier | modifier le code]

  • « Le Moulis » est un fromage de vache au lait cru affiné au village dans la tradition des fromages du Couserans.
  • Fromage fermier de vache au lait cru « Le Cazalou », façon Bethmale, au Pouech.
  • Pizzeria café épicerie multiservices.
  • Dépôt-vente.
  • École de parapente, stages, vol biplace...
  • Deux campings à Luzenac, gîtes en différents lieux de la commune.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Moulis a une école maternelle et une école primaire et fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

  • La commune dispose d'une grande salle des fêtes.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Une unité de recherche du CNRS fonctionne à Moulis, elle travaille notamment sur les aquifères karstiques, les biotopes souterrains avec l'étude d'un étrange animal cavernicole, le protée.

La déchetterie intercommunale la plus proche se situe au lieudit Palétès à Saint-Girons.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Spécialité locale[modifier | modifier le code]

Depuis le début du XXe siècle, deux familles de Moulis possédaient un moulin à meules de pierre permettant d'élaborer une moutarde au raisin réputée[19] ; elle peut à nouveau être dégustée à l'occasion de la manifestation traditionnelle « Autrefois le Couserans » qui se déroule le premier week-end d'août à Saint-Girons.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pile romaine de Luzenac.
  • Église Notre-Dame de Luzenac.
portail de Notre-Dame de Luzenac-de-Moulis
  • Cascade d'Aubert.
  • Carrière de marbre d'Aubert.
  • Le col du Portech (862 m) permet de rejoindre par la D 137 la commune d'Alos et, au-delà, le Haut-Salat par Sentenac-d'Oust.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Pierre le Silentiaire (traduit par Marie-Christine Fayant et Pierre Chuvin), Traduction et commentaire de la Description de Sainte-Sophie de Constantinople de Pierre le Silentiaire, éditions A. Die, Paris, 6 janvier 563 (parution du livre 1997)
  4. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  5. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. a b et c http://www.escavamar.com/fr/notre-carriere.php
  15. https://www.ladepeche.fr/article/2013/03/11/1579359-moulis-le-marbre-grand-antique-d-aubert-sort-de-l-oubli.html
  16. http://www.ecoex-moulis.cnrs.fr/spip.php?article179
  17. « Horizon vertical »
  18. « Site Moulis », sur Fédération française de Vol libre
  19. « La saveur oubliée de la moutarde de Moulis », La Dépêche du midi,‎ (lire en ligne)