Alos (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alos
Alos (Ariège)
Le village d'Alos, depuis le hameau de La Pauze en 2010.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Alain Tortet
2020-2026
Code postal 09200
Code commune 09008
Démographie
Gentilé Alosiens
Population
municipale
117 hab. (2017 en diminution de 6,4 % par rapport à 2012)
Densité 4,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 33″ nord, 1° 08′ 45″ est
Altitude Min. 553 m
Max. 1 873 m
Superficie 24,26 km2
Élections
Départementales Canton du Couserans Est
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Alos
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Alos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alos

Alos (en occitan Alòs) est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Alosiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le Couserans au cœur de la montagne de Sourroque, c'est une commune forestière faisant partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Alos est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Alos et de ses proches communes.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hameaux : Artiguemal, la Rivière, Rieutort, Lauzère, Nestry, Sillère, Gargaret, Montarma.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière d'Alos, le ruisseau d'Argentère, le ruisseau d'Artiguenard, le ruisseau de Lacna, le ruisseau de Rieutord, le ruisseau de Souladet... sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune de est de 2 426 hectares ; son altitude varie de 553 à 1 873 mètres au cap de Bouirex[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Commune forestière du Couserans, Alos est hors des axes de circulation valléens, enserrée dans le massif de Sourroque.

Depuis le village, par la D 37, on arrive au col de Catchaudégué (893 m) pour aller randonner vers le tuc de la Quère, le cap de Bouirex, ou continuer la route en descendant vers Sentenac-d'Oust pour aller soit vers le col de la Core, soit vers le bourg de Seix en contrebas.

Par la D 137, on rejoint Moulis et la vallée du Lez par le col de Portech (868 m).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton du Couserans Est (avant le redécoupage départemental de 2014, Alos faisait partie de l'ex-canton de Saint-Girons) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes de Val-Couserans.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? André Grau DVG  
mars 2001 2014 André Pujol    
2014 En cours Alain Tortet SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2017, la commune comptait 117 habitants[Note 1], en diminution de 6,4 % par rapport à 2012 (Ariège : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7897529259901 0051 2141 2101 2581 173
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9871 0351 0091 0601 1091 1121 1091 0881 062
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0281 023885779722625546463365
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
305260212173136131121128112
2017 - - - - - - - -
117--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 184 181 187 206 208 238 240 226
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

Gîtes touristiques mais pas de commerces sur la commune.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Alos fait partie de l'académie de Toulouse.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Alos est cité dans le roman Shibumi, de Trevanian, pseudonyme de Rodney William Whitaker, universitaire américain qui s'entoura longtemps de mystère.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Randonnée pédestre, chasse,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La déchetterie la plus proche se trouve à Palétès sur la commune de Saint-Girons.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Forêt d'Arp-et-Coubla.
  • Col de Catchaudégué (893 m).
  • Col de Portech (868 m), en direction de Moulis et la vallée du Lez, panneau d'information et aire de pique-nique non ombragée.
  • Château restauré (19 pièces).
  • Grotte de Tutte de Jovis, laquelle, selon une légende, aurait été occupée par de faux-monnayeurs.
  • Table d’interprétation au tuc de la Quère, au départ du col de Catchaudégué.
  • Table des quatre seigneurs (Alos, Eycheil, Lacourt, Moulis) au Cap d’Aruilhe.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • Chapelle Saint-Roch, à La Rivière[13]. Après sept ans de restauration par l'association Toutis per Saint-Roch, elle fut inaugurée en août 2014[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. « Alos - CPA ARIEGE 9 », sur sites.google.com (consulté le 16 juin 2020)
  14. « Alos. La chapelle Saint-Roch restaurée », sur ladepeche.fr (consulté le 16 juin 2020)