Campagne-sur-Arize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Campagne.
Campagne-sur-Arize
Le village
Le village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Arize-Lèze
Intercommunalité Arize - Lèze
Maire
Mandat
Jean-Claude Commenge
2014-2020
Code postal 09350
Code commune 09075
Démographie
Gentilé Gracieux-divins
Population
municipale
267 hab. (2014)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 07′ 43″ nord, 1° 20′ 20″ est
Altitude 250 m (min. : 251 m) (max. : 482 m)
Superficie 13,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Campagne-sur-Arize

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Campagne-sur-Arize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Campagne-sur-Arize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Campagne-sur-Arize

Campagne-sur-Arize est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Campagnéens.

La ville haute, sur une petite éminence, est le cœur historique de la cité, typique d'un bourg fortifié (traité de paréage du 25 janvier 1255), auquel on peut encore accéder aujourd'hui par une ancienne porte ogivale du XIVe. L'enceinte d'habitation est visible avec l'emplacement d'une grande cour centrale. Selon la tradition locale, les comtes de Pailhès y avaient établi leur résidence d'été.

La ville basse date principalement des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. L'homogénéité du bâti et le fait que Campagne-sur-Arize ait connu un développement modéré lui confèrent un charme désuet qui en font une sorte d'archétype du petit village français.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, située à l'ouest de l'Ariège, non loin du massif du Plantaurel, est soumise à la double influence de la Haute-Garonne (le Volvestre), et du voisinage ariégeois immédiat de la vallée de l'Arize, marqué en particulier par Le Mas-d'Azil. Le village de Campagne-sur-Arize se répartit de part et d'autre de la rivière Arize, formant une "ville haute" et une "ville basse", qui sont reliées par un pont à arche unique. Elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Campagne-sur-Arize
Daumazan-sur-Arize Carla-Bayle
Montbrun-Bocage Campagne-sur-Arize Les Bordes-sur-Arize
Montfa Le Mas-d'Azil

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arize et ses affluents la Dourne et le Ruisseau de Montbrun.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la D 628 ancienne route nationale 628,

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Campagne apparaît au XIIe siècle. La toponymie classique considère que ce nom a été donné à des communes qui étaient situées en plaine, ou dans des espaces dégagés. Cette explication conviendrait pour Campagne-sur-Arize. Selon d'autres sources, ce nom aurait été donné car il s'agissait d'un lieu de repos (une campagne) pour les évêques de Pamiers. L'adjonction de la mention "sur Arize" à la dénomination "Campagne", date de 1933.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Dans la grotte du Couly[1], au cours des années 1866-1868, J.-J. Pouech a découvert des fragments de céramique et des os humains. Au début des années 1970, J. Vézian a également recueilli du mobilier daté du paléolithique inférieur et du paléolithique moyen (grattoir, pendeloque en os à perforation centrale...)[2].

Histoire moderne[modifier | modifier le code]

Ancienne bastide du 13éme, la paroisse est sous le patronage des abbés de Combelongue (qui possédaient le domaine de Porcluse) et est mentionné dans les lettres apostoliques de la formation du diocèse de Rieux (22 février 1318).

Des sources anciennes mentionnent la présence d'un monastère de religieuses, au lieu-dit Portecluse, fondé à la fin du VIIIe siècle, sans que l'ordre religieux auquel elles se rattachaient n'ait pu être élucidé.

Le "Dénombrement du comté de Foix sous Louis XIV (1670-1674)", indique qu'à cette époque, Campagne est "un pauvre lieu dépourvu de gens de savoir". Cette situation explique que les traces de Campagne dans l'histoire sont bien minces. Nous savons que le village était étroitement lié à l'abbé de Combelongue, qui, en paréage avec le roi, exerçait la justice haute, moyenne et basse. L'abbaye de Combelongue, située près de Saint-Girons, possédait plusieurs terres dans le village de Campagne, ainsi que le "moulin farinier", et percevait des impôts.

Quelques familles vivant noblement sont mentionnées dans le "Dénombrement du comté de Foix sous Louis XIV".

Il en est ainsi de la famille du Pac, originaire du Couserans, seigneurs de Marsoulies à Campagne depuis le XVIe siècle. Les du Pac appartiennent à l'ancienne noblesse chevaleresque du midi de la France. Etablissant sa filiation écrite depuis le XIVe siècle, la famille du Pac a fourni un grand nombre d'officiers de terre et de mer, des gouverneurs de places fortes, des chanoines et chanoinesses, des maîtres d'hôtel ordinaires, des gentilshommes de la chambre et des pages des rois de France, etc. en ses différentes branches (du Pac de Bellegarde, du Pac de Marsoulies, notamment). Ainsi, Fortanier du Pac, fut tué à la bataille de Pavie en combattant avec François Ier. Gabriel du Pac, chevalier de Malte en 1780, officier de marine, périt dans l'expédition de la Pérouse. Ses armes sont : « D’or à la vache de gueules, cornée et clarinée d’azur, passant au brochant sur le fût d’un arbre de sinople sur une terrasse de même ». La concession de joindre aux armes une vache clarinée d’azur semblable à l’écu de Béarn, vient des rois de Navarre. Sa devise est « Atavis et armis. »

La terre de Marsoulies, située à Campagne, fut apportée en dot à Mathieu du Pac le 11 septembre 1554 par son épouse Jeanne de Solan. Le contrat de mariage passé devant notaire à Saint-Girons, qualifie Jeanne de Solan d’héritière des seigneuries « de Marbé et de Marsoliés ». En 1641, les du Pac de Marsoulies firent bâtir la maison forte de Marsoulies qui subsiste encore aujourd’hui. La date de construction figure sur le linteau de la tour.

La famille de Courbaut revient également fréquemment dans les registres de Campagne. Dans une lettre écrite de Rotterdam, et datée du 10 février 1696, le philosophe Pierre Bayle, natif du village voisin du Carla, écrit à son cousin pour se féliciter que le sieur de Courbaut ait accepté de lui rendre un service pour l'entretien de sa bibliothèque : "Je suis bien aise qu'à votre égard il se soit mis à la raison, et je voudrais bien qu'il achevât ce qu'il a commencé"

Comme dans de nombreuses communes ariégeoises, il existe à Campagne une forte communauté protestante. Le cimetière de Campagne, déplacé à l'extérieur du village en 1890, comporte un carré protestant, séparé des tombes catholiques par un rideau de cyprès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la communauté de communes de l'Arize et du canton des Portes d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, Campagne-sur-Arize faisait partie de l'ex-canton du Mas-d'Azil).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 en cours Jean-Claude Commenge DVG Agent technique
1995 2008 Pierre Durrieu    
1971 1995 Pierre Mathieu    
1945 1971 Henri Dumas    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 267 habitants, en augmentation de 1,14 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627 669 365 733 801 809 880 903 866
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
800 797 826 788 775 696 671 662 640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
618 578 559 525 503 447 446 430 363
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
348 326 274 258 258 281 268 264 267
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Campagne-sur-Arize fait partie de l'académie de Toulouse.

L’école primaire de Campagne sur Arize est située au cœur du village, dans le même bâtiment que celui de la mairie et de la salle des fêtes. Elle adhère au regroupement pédagogique intercommunal avec l’école de Daumazan-sur-Arize et de La Bastide-de-Besplas. L’enseignement est proposé aujourd’hui sur une classe CM1 - CM2. Pour l’année scolaire 2007-2008, 27 élèves ont été accueillis.

Le domaine de Portecluse abrite une école privée appliquant la pédagogie Steiner. Le jardin d'enfants accueille les tout-petits, tandis que le primaire est composé de 3 classes : la 1re classe (la première après le jardin d'enfants), ensuite une classe à double-niveau pour la 2e et 3e classe, et à nouveau un double-niveau pour les 4e et 5e classe).

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un terrain de tennis, un espace d'entraînement pour la pratique du basket-ball, et un terrain de sport.

Service[modifier | modifier le code]

Une épicerie est ouverte toute l'année. Elle est installée dans l'ancien "Café Masbond". Ce commerce est estampillé "relais poste commerçant", depuis que la poste, naguère située en haut du pont, a fermé.

Activité économique[modifier | modifier le code]

Une fabrique de meubles, la société d’exploitation Meubles Eychenne du Val d’Arize (MEVA), est installée sur la commune

Le domaine de Portecluse s'étend sur 84 hectares dont 2 utilisés en maraîchage. Se développe également un élevage de bêtes laitières : vaches suisses, chèvres pyrénéennes et brebis manech à tête rousse. Les productions sont certifiées agriculture biologique. La biodynamie est également pratiquée par tous les paysans du domaine, et les produits du maraîchage sont certifiés Demeter (certification pour l'agriculture biodynamique).

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de l'Arize[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Quand on le compare à celui de ses voisins immédiats que sont Daumazan-sur-Arize et sa splendide église romane, ou bien Montesquieu-Volvestre et ses belles demeures patriciennes en brique, le patrimoine de Campagne apparaît nettement en retrait.

Il ne fait cependant que refléter l'histoire modeste de ce petit village ; sous sa simplicité, il raconte quelques pages de la vie d'autrefois. Il résonne aussi parfois des échos de la grande Histoire...

A remarquer en particulier :

  • Petit château néo-gothique, dit Château Robert, à l'entrée du village, le long de la route départementale, avec sa tourelle et un bestiaire typique de l'imagination de la fin du XIXe siècle
  • Château du Touronc (ancienne propriéte des Bardies-Montfa)
  • Maison forte de Marsoulies (1641)
  • Porte monumentale à ogive de type "gothique" dans la ville haute, considérée comme datant du XIVe, et reste d'une maison forte, dit l'ancien "château" de Campagne
  • Pont à arche simple, au-dessus de l'Arize
  • Plusieurs maisons de maître des XVIIIe et XIXe siècle, notamment dans la rue de l'Église, avec des inscriptions sur les clés d'encadrement des portes d'entrées. L'une d'elle porte par exemple la mention "1799, an VIII de la R.P.F." Une autre, qui appartenait peut-être à un partisan de la Restauration et des Bourbons, affiche la date "1824", encadrée par des fleurs de Lys. Une troisième, présente une coquille Louis XV, et des éléments de décoration XVIIIe plus travaillés (appuis de fenêtre, encadrement de porte) qui la distinguent de l'habitat rustique du village.
  • L'église dédiée à Sainte Marie Madeleine possède une décoration intérieure du XIXe. À noter, au-dessus de l'entrée du clocher menant à l'église, une représentation de la vierge apparaissant à Bernadette Soubirous dans une réplique de la grotte de Massabielle de Lourdes.
  • Cadran solaire sur le presbytère, avec la devise "Tout passe ici-bas"
  • Ancienne église Saint-Martin, avec cimetière, sur le chemin de Daumazan
  • Monuments aux morts inaugurés en 1920 : l'un dans le cimetière (obélisque), l'autre dans l'église (Mater Dolorosa)
  • Calvaires : croix en fonte restaurée à la suite de la tempête de 1999, en bas du pont ; calvaires en pierre, l'un sur le chemin de la croix, l'autre à l'emplacement de l'embranchement sur la montée de la Crouzette.

Enfin, une flânerie dans les rues de Campagne permet de retrouver des traces de la vie d'autrefois : les deux forges (l'une en haut du pont, divisée en deux maisons au milieu du siècle dernier, l'autre en bas du pont, avec sa clé d'encadrement de porte sculptée), l'ancien relais de poste (grand bâtiment faisant face au pont et bordé par le boulevard de la Mairie et la Grand Rue), ou encore le Moulin, au fond d'une belle place ombragée par les platanes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les frères Chemin, Albert (1903-1986), pionnier de la médecine aéronautique, dont le nom a été donné à une rue de la ville de Bordeaux, et Jean (1906-1986) spécialiste et précurseur de la chirurgie maxillo-faciale à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris.

Camille Cé (1878-1959), écrivain régionaliste normand, est l'auteur d'une nouvelle ayant pour toile de fond Campagne-sur-Arize, intitulée "Le Village aux Cavernes", et figurant dans son ouvrage "Mon enfance m'a dit..."

Spécialité[modifier | modifier le code]

Le Millas et l'omelette (sucré ou salé).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  • Archives privées
  • C. Barrière-Flavy. Dénombrement du comté de Foix sous Louis XIV (1670-1674), étude sur l'organisation de cette province, suivie du texte du

dénombrement, 1889