Lorp-Sentaraille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lorp-Sentaraille
Lorp-Sentaraille
Place de l'église de Lorp en 2019.
Image illustrative de l’article Lorp-Sentaraille
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Intercommunalité Communauté de communes Couserans-Pyrénées
Maire
Mandat
Bernard Lamary
2020-2026
Code postal 09190
Code commune 09289
Démographie
Gentilé Lorparaillais
Population
municipale
1 477 hab. (2018 en augmentation de 9,41 % par rapport à 2013)
Densité 240 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 36″ nord, 1° 07′ 13″ est
Altitude 365 m
Min. 354 m
Max. 418 m
Superficie 6,15 km2
Unité urbaine Saint-Girons
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Girons
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton des Portes du Couserans
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Lorp-Sentaraille
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Lorp-Sentaraille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lorp-Sentaraille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lorp-Sentaraille
Liens
Site web Site officiel

Lorp-Sentaraille est une commune française urbaine, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Lorparaillaises et les Lorparaillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Saint-Girons située dans son unité urbaine, et dans le Couserans, elle fait partie du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lorp-Sentaraille est limitrophe de quatre autres communes.

Carte de la commune de Lorp-Sentaraille et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lorp-Sentaraille[1]
Taurignan-Vieux
Caumont Lorp-Sentaraille Gajan
Saint-Lizier

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les principaux cours d'eau sont le [

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Lorp-Sentaraille est une commune urbaine[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Girons, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[5] et 9 818 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Girons, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 70 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (43,8 %), zones urbanisées (15,5 %), prairies (13 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,9 %), terres arables (9,7 %), forêts (7,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 615 hectares ; son altitude varie de 354 à 418 mètres[11].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec les routes départementales D 3 et la D 117 ancienne route nationale 117, et par la ligne sur car SNCF de Boussens à Saint-Girons (prolongée en hiver et à certains horaires jusqu'à la station de Guzet). Des cars régionaux directs de Toulouse à Saint-Girons desservent également la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sentaraille tire son nom de sainte Araille (cf. Eulalie de Mérida), variante locale de sainte Eulalie. Le nom de Lorp viendrait du nom de la famille Lort issue du Couserans qui possédait diverses seigneuries dont Sentaraille.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorp-Sentaraille se situe dans l'ancienne vicomté de Couserans.

En 1793, la commune portait le nom de Lorp-Sentaraille, puis en 1793 son nom est devenu Araille puis Saint-Taraille en 1801.

De 1866 à 1969, Sentaraille a bénéficié d'une halte voyageurs sur la ligne de Boussens à Saint-Girons.

C'est en que Sentaraille devient Lorp-Sentaraille[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 1 500 habitants et 2 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de dix-neuf[13],[14].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Saint-Girons de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du canton des Portes du Couserans (avant le redécoupage départemental de 2014, Lorp-Sentaraille faisait partie de l'ex-canton de Saint-Lizier) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes de l'Agglomération de Saint-Girons.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Bernard Lamary DVD Commerçant
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 1 477 habitants[Note 3], en augmentation de 9,41 % par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
571562604667638723719771734
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
723753788766714732727716725
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
713680643583545563534588592
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6516978529441 0921 1381 2421 3541 455
2018 - - - - - - - -
1 477--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[19] 1975[19] 1982[19] 1990[19] 1999[19] 2006[20] 2009[21] 2013[22]
Rang de la commune dans le département 32 30 22 22 21 18 18 17
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lorp-Sentaraille fait partie de l'académie de Toulouse et compte une école primaire.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Musée[modifier | modifier le code]

  • Musée Aristide-Bergès[23] : Créé par une association d’anciens ouvriers et de passionnés, il est installé dans la maison natale d'Aristide Bergès et une ancienne usine à papier. C’est un lieu privilégié pour découvrir le patrimoine culturel et industriel lié à la fabrication du papier, activité caractéristique du Couserans.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Judo club de Lorp, vol-à-voile et parachutisme à l'aérodrome d'Antichan, pétanque...

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La déchetterie intercommunale la plus proche se trouve à Saint-Girons, lieudit Palétès. L'entreprise Saica Natur Sud (anciennement Llau) est une importante entreprise industrielle de recyclage et de valorisation ; elle est installée sur la zone industrielle du Couserans, sur la commune. Elle achète au poids des métaux, papiers, etc.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune comprend la majeure partie de la zone industrielle du Couserans, aujourd'hui quasi-complètement utilisée avec de nombreuses entreprises industrielles, artisanales et commerciales. Caumont recouvre une partie plus modeste de la zone industrielle. D'autres entreprises sont également installées en divers endroits de la commune comme Couserans Constructions Mécaniques, initialement liée aux papeteries, la menuiserie Antras, Les Salaisons des Pyrénées... et d'autres entreprises commerciales, artisanales ou de services.

Dès les années 1980, une démarche de diversification économique s'est concrétisée par des créations successives d'entreprises (Fromagerie Faup, Scierie Cazalé, Cadres et créations Actua-Concept, Charcuterie André Cazaux, Glaces Philippe Faur, Biotechnologies Genibio, Couserans Plastiques Industries, confitures et préparations de la Compagnies des Pyrénées... et diverses entreprises commerciales...) sur la zone industrielle du Couserans développée initialement dans le cadre d'un Syndicat mixte intercommunal.

Lorp constitue donc véritablement le poumon économique du Couserans.

L'aérodrome de Saint-Girons-Antichan est équipé d'une piste en dur de 1 100 m.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Maison natale d'Aristide Bergès (1833-1904).
  • Ancienne papeterie de Prat du Ritou, construite au XIXe siècle. Elle contient une ligne de fabrication de papier avec un hydrapulpeur et un épurateur.
  • Église de Lorp dédiée à saint Lizier.
  • Église de Sentaraille dédiée à saint Michel : elle contient notamment un Christ en bois du XVe siècle, une toile représentant sainte Madeleine et le Christ en Croix du XVIIe siècle ainsi qu'une décoration néogothique.
  • Château Bagen, propriété du vicomte de Courrèges d’Ustou.
  • Médiathèque du réseau de la communauté de communes Couserans-Pyrénées[24]; a ouvert ses portes en au village de Sentaraille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Aristide Bergès (1833-1904), industriel papetier et ingénieur hydraulicien du XIXe siècle. Il est connu pour avoir utilisé très tôt la machine à papier de Louis Nicolas Robert[25] et est réputé être « le père de la houille blanche » pour avoir utilisé l’eau comme force motrice.
  • Henri d'Ollone (1868-1945) militaire et explorateur français, mort à Sentaraille.
  • Jean Audoubert (1924-2008), international de rugby à XIII (19 sélections) .

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 de Saint-Girons », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  11. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  12. http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-lorp-sentaraille.html
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  14. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014 (consulté le 21 août 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  23. « Espace Aristide Bergès »
  24. « Communauté de communes Couserans-Pyrénées »
  25. http://www.musee-houille-blanche.fr/874-aristide-berges.htm