Saint-Lary (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Lary.

Saint-Lary est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Hilariens.

Saint-Lary
Saint-Lary (Ariège)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Gérard Dubuc
2014-2020
Code postal 09800
Code commune 09267
Démographie
Gentilé Saint-Hilariens
Population
municipale
132 hab. (2015 en diminution de 10,81 % par rapport à 2010)
Densité 3,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 55′ 48″ nord, 0° 53′ 42″ est
Altitude Min. 654 m
Max. 2 209 m
Superficie 33,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Saint-Lary

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Saint-Lary

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Lary

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Lary

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans le Castillonnais en Couserans au sud-ouest de Saint-Girons. Elle fait partie de la communauté de communes Couserans - Pyrénées et du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Elle est limitrophe du département de la Haute-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Lary[1]
Portet-d'Aspet
(Haute-Garonne)
Galey
Boutx
(Haute-Garonne)
Saint-Lary[1] Augirein
Melles
(Haute-Garonne)
Antras

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Anos, Autrech, Coume-Eoumengue, Coumecure, Rouech....

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Bouigane qui y reçoit plusieurs ruisseaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Lary se trouve sur le chemin du piémont pyrénéen (GR78), une des variantes des chemin de Saint-Jacques de Compostelle.,

En 1668, Louis de Froidour, Grand-maître des Forêts nommé par Colbert, réglemente les droits d’usage des communautés de Saint-Lary, Augistrou et Orgibet.

Sous le Consulat et l’Empire, l’État reprend les forêts aux communes et en mai 1829, les besoins en charbon de bois des forges d’Engomer ont nettement contribué à la « Guerre des Demoiselles » qui commença dans le Castillonnais.

Au début du XXe siècle, des mines d’argent et de plomb étaient exploitées à l’Estremaille au lieu-dit Barguerasses et à la Sapinière. ainsi que des ardoisières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gérard Dubuc LR Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 132 habitants[Note 1], en diminution de 10,81 % par rapport à 2010 (Ariège : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9749301 2141 4461 4601 4901 6301 6971 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6201 6831 3951 4401 3571 3331 2311 2201 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2231 080867789639643630427341
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
293245165147133136151153134
2015 - - - - - - - -
132--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

  • Fromagerie : "Le Pic de la Calabasse" est un fromage de vache au lait cru affiné au village dans la tradition des fromages du Couserans.
  • Restaurant "L'auberge de l'isard", dépôt de presse.
  • Épicerie.
  • Chapelière Modiste, à Anos.
  • Créations artisanales, en cuir, plumes, perles d'argile, à Rouech.
  • Extraction et mise en bouteilles de sève de bouleau "Sève de montagne" certifiée biologique, aux Bantines.

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Hilaire avec clocher de style roman.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :