Rimont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Ariège image illustrant les Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Ariège et les Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Rimont
Abbaye de Combelonguesur la commune de Rimont.
Abbaye de Combelongue
sur la commune de Rimont.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Est
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Maire
Mandat
Frédéric Bonnel
2014-2020
Code postal 09420
Code commune 09246
Démographie
Population
municipale
534 hab. (2014)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 59′ 47″ nord, 1° 17′ 01″ est
Altitude Min. 386 m – Max. 1 059 m
Superficie 28,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Rimont

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Rimont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rimont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rimont

Rimont est une commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Rimontais(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur un colline surplombant le Baup. L'ensemble de la commune s'étend des bords du massif du Plantaurel au Nord jusqu'au piémont pyrénéen au Sud avec plusieurs secteurs dépassant les 1000 mètres d'altitude. La commune fait partie du Parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des amphores gallo-romaines, des pièces de monnaie de l'époque de Charlemagne et la longue histoire de l'abbaye de Combelongue fondée en 1138, confirme l'ancienneté du site.

L'église du village fut construite en 1272. En 1769 est lancée la construction du clocher. L'horloge et les fresques intérieures datent en revanche du XIXe siècle.

Au XIXe siècle, le village sera desservi par le chemin de fer de Foix à Saint-Girons.

Le 21 août 1944, sur le territoire de la commune, une attaque menée par 31 résistants contre une colonne de 2 000 soldats Allemands et Turkestanais en retraite, cause la mort de 17 d'entre eux.

En représailles la localité est incendiée. 11 Rimontais sont fusillés, 236 immeubles sont entièrement détruits et 18 partiellement. Sur le nombre, 152 maisons d’habitations sont détruites (sur 169). Ce sont 95 familles soit 321 personnes qui sont sans abri. La mairie, les écoles, les archives sont anéanties[1].

Les attaques du maquis Ariègeois se poursuivent toutefois et aboutissent le 22 août 1944 près de Castelnau-Durban [2] à la capture de la colonne ennemie (les Allemands perdent entre 150 et 300 morts et 1 200 prisonniers[3] - plus de 1 500 selon d'autres sources [2]).

Le dessinateur et écrivain Ferdinand Bac, petit-fils illégitime de Napoléon I, se réfugia à Rimont durant la guerre. La maison où il résidait fut incendiée et nombre de ces travaux partirent dans les flammes.

Le 19 juin 1950, Claudius Petit, Ministre de la Reconstruction, inaugure le « village ressuscité » de Rimont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Frédéric Bonnel SE Artisan
2001 2014 Pierre Soula PS  
    Paul Laffont Rad. Sénateur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 534 habitants, en diminution de -7,61 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 771 1 604 1 936 2 200 2 421 2 488 2 426 2 316 2 348
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 853 1 927 1 932 1 974 1 979 1 834 1 688 1 550 1 674
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 548 1 313 1 201 923 829 764 745 641 674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
626 554 519 504 513 501 512 578 534
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.histariege.com/rimont.htm
  2. a et b http://www.histariege.com/resisthist09.htm
  3. René Grando, Jacques Queralt, Xavier Febrés, Camps du mépris : des chemins de l’exil à ceux de la Résistance (1939-1945). 500 000 républicains d’Espagne indésirables en France, Llibres del Trabucaire, Perpignan, 1991, 2e édition. ISBN 2-905828-32-3, p. 154
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :