Le Val (Var)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Le Val)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Val (homonymie).
image illustrant une commune du Var
Cet article est une ébauche concernant une commune du Var.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Val
Chapelle Notre-Dame-de-Pitié.
Chapelle Notre-Dame-de-Pitié.
Blason de Le Val
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Arrondissement Brignoles
Canton Brignoles
Intercommunalité Communauté de communes Comté de Provence
Maire
Mandat
Bernard Saulnier
2014-2020
Code postal 83143
Code commune 83143
Démographie
Gentilé Valois
Population
municipale
4 220 hab. (2013)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 26′ 25″ Nord 6° 04′ 26″ Est / 43.44027778, 6.07388889
Altitude Min. 140 m – Max. 540 m
Superficie 39,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte administrative du Var
City locator 14.svg
Le Val

Géolocalisation sur la carte : Var

Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Le Val

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Val

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Val
Liens
Site web http://www.mairie-leval.fr/

Le Val est une commune française située dans le département du Var en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ce village est situé en Pays de La Provence Verte. Les habitants se nomment les Valois (Valoises).

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Le Val, au nord de Brignoles, est accessible par la route départementale 554 (entre Brignoles et Châteauvert). La gare SNCF la plus proche était celle de Brignoles ; actuellement ce sont les gares des Arcs, Carnoules et Toulon. L'aéroport le plus proche est celui de Toulon-Hyères. La sortie de l'autoroute A8 la plus proche est la sortie 35, depuis Nice, comme depuis Aix-en-Provence.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune compte sept hameaux :

  • Piaou
  • la Grande Bastide
  • Fontenelle
  • Sainte Catherine
  • les Machottes
  • Sainte Anne
  • Rébias
  • Saint Joseph

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Val
Correns Montfort-sur-Argens
Bras du Val Vins-sur-Caramy
Brignoles

Relief[modifier | modifier le code]

Le village est situé dans la vallée de la Ribeirotte, orientée est-ouest. Des collines encadrent cette vallée, au nord et au sud du village, comme le Pied de Bœuf (351 m) ou le Grand Claous (407 m).

Géologie[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Le Val est en zone sismique très faible I0.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune du Val est arrosée par la Ribeirotte[1], ainsi que par son affluent, le Vallon de Piaou.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat méditerranéen avec, en raison d'un relatif éloignement de la mer et de la présence des collines et massifs du Haut Var une propension à des hivers frais ou froids en dépit de l'ensoleillement fréquent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le nom Le Val a été donné au village parce qu'il est niché au creux d’un vallon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a 4500 ans, les premiers habitants s’étaient blottis au pied de la falaise des Essartènes. Des dolmens situés sur la crête séparent Le Val de Brignoles. 300 ans avant notre ère est construit un oppidum sur la colline de Paracol[2], site qui sera occupé jusqu’au Xe siècle. La famille de Chateaurenard, seigneur du lieu, fait don de ses terres à l’abbaye de Montmajour[3]. La fille, Balde, fait construire une église qui est consacrée en 1068. Dès lors, les habitants s’installent tout autour de cette église. En 1149, Le Val choisit ses premiers consuls. Apparaissent moulins, fontaines, lavoirs, tanneries.

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. La communauté du Val soutient les Duras jusqu’en 1386, puis change de camp pour rejoindre les Angevins grâce aux négociations patientes de Marie de Blois, veuve de Louis Ier et régente de leur fils Louis II. La reddition d’Aix a également pu jouer un rôle dans la volte-face de la communauté[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le budget de la commune était constitué ainsi[5] :

  • total des produits de fonctionnement : 3 260 000 €, soit 754 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 3 008 000 €, soit 705 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 418 000 €, soit 98 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 410 000 €, soit 96 € par habitant.
  • endettement : 1 562 000 €, soit 366 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 11,50 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 16,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 87,31 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1827   Henri Sermet de Tournefort    
avant 1837   Joseph Honoré Renoux    
avant 1848   Victorin Paul    
avant 1868   Pierre François Joly    
avant 1874   Antoine Guillabert    
avant 1878   Thimoléon Amiel    
avant 1886   Justin Garnier    
1894 1919 Charles Albert   président du conseil général du Var
1945 1947 Léon Guigou    
1947 1959 Daniel Toscan    
1959 1965 Paul Henri    
1965 1979 Pierre Matteï    
1979 1983 Roland Mariet    
1983 2008 Alfred Gautier   président de l'association des maires du Var
2008 2014 Michèle Florent-Roattino    
2014 2020 Bernard Saulnier    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le Val est l'une des treize communes qui composent la communauté de communes Comté de Provence.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Ceva (Italie).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 220 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 874 1 760 1 763 1 754 1 752 1 756 1 734 1 710 1 695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 629 1 600 1 564 1 626 1 483 1 420 1 352 1 232 1 176
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 201 1 142 1 051 951 1 025 967 801 882 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
916 972 1 308 1 699 2 893 3 363 3 760 3 975 4 191
2013 - - - - - - - -
4 220 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces et artisanats[modifier | modifier le code]

  • Le vendredi matin se tient un marché provençal traditionnel.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans le secteur de l'industrie du disque, le studio Miraval est situé sur la commune de Correns. Ce studio d'enregistrement, créé par Jacques Loussier, a accueilli de nombreux artistes nationaux et internationaux, notamment AC/DC (album Blow Up Your Video), The Cure (album Kiss Me, Kiss Me, Kiss Me), Pink Floyd (album The Wall), Muse (album Black Holes and Revelations), The Cranberries, Indochine, Téléphone, Rammstein (album Mutter), entre autres.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Chaque premier week-end de septembre, Le Val accueille la Foire à la saucisse[8]. Elle célébra sa 383e édition en 2011.

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Coopérative vinicole et oléicole de Le Val[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune compte de nombreux monuments[10] et un riche patrimoine mobilier[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Le Musée du santon et la crèche animée. On peut y découvrir une belle collection de santons provençaux et de crèches en provenance du monde entier, dans l’ancien four banal du Moyen Age. Dans la salle du Barri, se dresse la crèche provençale de 400 santons. Dans la salle Marcel-Pagnol, son et lumière, tableaux sur la pastorale provençale de Noël, scènes du théâtre de Pagnol, des Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet.

Le Musée du jouet. Il rassemble des collections de jouets anciens (certains datent de 1850) et de figurines historiques : soldats de plomb, chevaux, trains, vieilles poupées, figurines de Napoléon Bonaparte. On y trouve aussi des mannequins grandeur nature de personnages célèbres et quelques uniformes militaires anciens.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La Maison Claustrale ː C'est un prieuré construit par les moines de Montmajour au Xe siècle, fenêtre romane et baie Renaissance. Elle abrite l’atelier du santonnier et le point d’accueil.
  • La Maison de ville (rue Niel) ː On y peut visiter l’exposition permanente sur La Route médiévale de Brignoles à Grasse.
  • Le portail de La Dîme ː C’est l’une des portes des remparts du Moyen Âge. Maison du XIIe siècle en cours de restauration.
  • La tour de l’Horloge et sa cloche de 1633[12]. C’est un beffroi dominé par un campanile de fer forgé de 1754 et porte principale des remparts.
  • La place des Remparts ː C’est une partie des remparts du Moyen Âge qui accompagne une tour de défense dite à la gorge ouverte. Au pied se trouve un jardin médiéval.
  • Le moulin à huile ː Ce moulin date du XVIIe siècle et est utilisé pour organiser expositions et conférences.
  • Le Vieux Lavoir ː On a réutilisé les éléments de l’ancienne halle du marché du XVIe siècle.
  • L’hôtel de ville ː Il fut construit en 1886 et restauré en 1986. À l’intérieur on peut y admirer une salle du Conseil avec un plafond à la française, un triptyque de l'histoire du Val ainsi qu’un escalier d’honneur avec une rampe provençale en fer forgé.
  • La Maison de l’Olivier ː C’est un ancien moulin à huile où se trouve une exposition permanente sur l’olivier, son histoire, sa culture ainsi que des objets et outils ayant trait à l’huile d’olive.
  • La Maison de la Pierre ː On peut y découvrir différents types de pierres et leur utilisation.
  • Le jardin-théâtre du Paradou ː Sur le mur de scène apparaît une sculpture monumentale : allégorie de la Comédie réalisée par Marcel le Couëdic.
  • Le jardin des Gorguettes ː Ce jardin des senteurs botaniques provençales avec un aqueduc du XIVe siècle a été réalisé pour amener l’eau de la source des Treje Raï aux fontaines et aux moulins.
  • Abris des Eissartènes ː Ces abris rupestres sont inscrits aux monuments historiques pour leurs gravures[13].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L’église Notre-Dame-de-l’Assomption ː Elle fut consacrée en 1068. Elle est constituée d’une architecture romane, d’une voûte en berceau brisé, de fresques du XVIIe siècle restaurées récemment, et de vitraux du XIXe siècle. On peut aussi y découvrir des bustes reliquaires en bois doré du XVIIIe siècle.
  • La chapelle des Congrégations ː Elle fut construite en 1866. Sa remarquable décoration est de l’époque et du style Napoléon III.
  • Chapelle Notre-Dame-de-Pitié du Val[14]ː Cette chapelle est protégée au titre des monuments historiques[15].
  • La chapelle Saint Cyriaque[14]
  • La chapelle Saint-Blaise[14]
  • La chapelle Notre-Dame-de-Paracol[14]
  • Le musée d’Art Sacré ː Il se trouve dans la chapelle des Pénitents (1564) et offre une belle collection d’ex-voto de 1670 à 1900, ainsi que de magnifiques tableaux, statues, ornements et mobiliers religieux.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le patrimoine naturel et faunistique. Le Val d’Argent s’inscrit dans le Réseau Natura 2000[16] : qui présente un fort intérêt pour la préservation des chauves-souris. Diverses espèces sont présentes, dont certaines en effectif important.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le Val
Blason de Le Val Blason D'azur aux deux montagnes cousues de sable mouvant des flancs, formant un val planté d’un cep du même feuillé et fruité d’or accolé à un échalas d’argent surmonté d’un croissant aussi d’argent.
Détails Devise: « valen sempre valent ».
Alias
Alias du blason de Le Val
D'azur au valet de menuisier d'argent. (D'Hozier, de Bresc)

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Plusieurs lignes de bus desservent Le Val[17], vers les communes voisines :

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les élèves du Val débutent leur scolarité sur la commune, qui dispose d'une école maternelle et primaire. Le collège et le lycée de Brignoles les accueillent pour la suite. Les universités les plus proches se situent à Toulon, Nice, Aix-en-Provence et Marseille.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sportives sont actives sur la commune[18]  :

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de santé sont présents sur la commune[19]. En revanche, l’hôpital le plus proche se situe à Brignoles.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse Notre-Dame de l’Assomption du Val, de culte catholique, dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Brignoles[20].

Environnement[modifier | modifier le code]

La gestion de l'environnement, et notamment le traitement des déchets, est mutualisé avec les communes voisines, via le SIVED 83[21], syndicat intercommunal.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la Ribeirotte sur le site du SANDRE
  2. « bourg castral de Paracol », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « bourg castral d'Aspremont », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, cartes p. 417-418 et p. 419.
  5. Les comptes de la commune
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  8. Manifestations en Provence Verte
  9. « coopérative vinicole et oléicole Le Val, enquête thématique régionale (coopératives agricoles de Provence-Alpes-Côte d'Azur) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune du Val sur le site du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), photographies de Françoise Thurel, S. Denante, Gaëtan Congès, archives de la médiathèque de l'architecture et du patrimoine, et service de l'inventaire général de la direction de la Culture et du Patrimoine de la Région PACA
  11. Patrimoine mobilier : chapelle Notre-Dame de Paracol ; chapelle Saint-Blaise
  12. « Notice no PM83000665 », base Palissy, ministère français de la Culturecollectivité tour de l'horloge
  13. « Abri A des Eissartènes et abri B », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. a, b, c et d Chapelles de Provence, de Serge Panarotto (édition Edisud), pages 120/121
  15. « Chapelle Notre-Dame de Pitié », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Inventaire et protections réglementaires de l'environnement de la commune : Site d'Importance Communautaire (SIC/pSIC)
  17. réseau de bus au Val
  18. clubs sportifs
  19. professionnels de santé
  20. Diocèse de Fréjus-Toulon
  21. SIVED
  22. Cavités souterraines : Grotte du grand Jas ; Abri peint des Eissatènes (Abri A) ; Abri gravé des Eissartènes (Abri B) ; Baume de Fauchin ; Lac du Carnier (effondrement) ; Les Brasques ; Grotte de la pudrière