Pascal Josèphe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pascal Josèphe
[[Fichier:
Pascal Josephe
|frameless |Portrait de Pascal Josèphe |upright=1 |alt=Description de cette image, également commentée ci-après ]]
Portrait de Pascal Josèphe
Naissance
Chinon, Indre-et-Loire
Nationalité Drapeau de France Français
Profession
Président de PJ Conseil
Délégué général de Media Governance Initiative
Président de Global Story Factory
Membre de l’Observatoire de la Diversité du CSA
Formation

Pascal Josèphe a dirigé plusieurs chaînes de télévision : TF1, La Cinq, France 2 et France 3. Il a également été vice-président de Carat TV, société d'expertise média. Fondateur de International Média Consultants Associés (IMCA) puis de PJ Conseil, sociétés de conseil et d’ingénierie dédiées aux acteurs du secteur des médias et de la communication. Il a développé une compétence approfondie en matière de création et de repositionnement de médias audiovisuels, de nouvelles technologies, de contenus et d'usages numériques.

Aujourd'hui, outre ses activités de conseil, il anime Media Governance Initiative (MGI)[1], une organisation non gouvernementale au service des pays soucieux de moderniser et de mieux organiser leurs paysages médiatiques. Il a par ailleurs fondé Global Story Factory[2], atelier de conception de formats pour la télévision et d'évènements. Pascal Josèphe est membre de l'Observatoire de la diversité[3] du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

Carrière[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Strasbourg, ancien élève de l'École supérieure de journalisme de Lille, Pascal Josèphe est responsable de l'Information à la mairie de Lille de 1978 à 1982. Il est chargé des publications, de la communication et de l'organisation d'évènements culturels.

En 1983, il devient chargé de mission auprès d’Hervé Bourges, alors directeur général de Radio France internationale. En juillet de la même année, il l’accompagne à la présidence de TF1 comme directeur de la programmation et secrétaire général de la présidence. C'est le temps de la "télévision populaire de qualité", avec Série noire, L’ami Maupassant produits par Pierre Grimblat, le Cocoricocoboy de Stéphane Collaro, Droit de réponse animé par Michel Polac, 7 sur 7 avec Jean Lanzi et Anne Sinclair, et des grands documentaires tels que Shoah de Claude Lanzmann ou De Gaulle de Jean Lacouture. C'est aussi à cette période que démarre le Paris-Dakar.

Il devient, en 1987, vice-président et directeur de la prospective de la société Carat TV, et fonde TV Marketing international (TVMI). Il y développe l'expertise de la télévision pour les annonceurs et crée l'Académie Carat Espace, qui accueille de jeunes professionnels de toute l'Europe porteurs de projets de programmes et de projets d'entreprises dédiées à l'activité télévisuelle.

De novembre 1990 à décembre 1991, il rejoint La Cinq au poste de directeur général de l'antenne. Reprise aux groupes Hersant et Berlusconi par Jean-Luc Lagardère, la chaîne est en mauvaise état et la tentative de sauvetage n'aboutira pas. Parmi les innovations, à noter Guillaume Durand dans Les absents ont toujours tort, La Grande Collection, des téléfilms qui revisitent des ouvrages du patrimoine littéraire déjà portés à l'écran pour le cinéma, Dimanche 20h10 Elkabbach, la programmation de la série Twin Peaks réalisée par David Lynch, les débuts de Nagui dans Que le meilleur gagne, etc.

En avril 1992, il est nommé directeur général adjoint de Antenne 2 et FR3, chargé des antennes. Il pilote la mise en œuvre des marques France 2 et France 3 qui apparaissent sur les écrans en septembre de la même année. C'est aussi la naissance de la marque France Télévision. De nombreuses nouveautés marquent les antennes et font progresser l'audience. Sur France 2 : Bas les masques présenté par Mireille Dumas, Froufrou avec Christine Bravo et sa bande, Géopolis avec Claude Sérillon, Savoir Plus avec François de Closets, Le Cercle de Minuit animé par Michel Field, la série L’Instit' avec Gérard Klein, Nagui et Taratata, de grands documentaires tels que Chronique de l’Hôpital d’Armentières réalisé par Daniel Karlin. Sur France 3 apparaît le premier jeu interactif en direct Hugo délire présenté par Karen Cheryl, ainsi que le premier rendez-vous quotidien consacré au sport, Le journal des sports.

Pascal Josèphe a fondé IMCA (International Média Consultants Associés) en avril 1994. Pendant près de 20 ans, sa société analyse les évolutions technologiques, sociétales et comportementales, et propose ses services de conseil, d'études et d'expertise aux opérateurs médias et à l’ensemble des acteurs de la communication : chaînes de télévision, stations de radio, groupes multimédia, institutions publiques et privées, sociétés de production, collectivités territoriales, investisseurs, tant en France qu'à l'étranger. À ce titre, il accompagne des acteurs industriels tels que Alcatel pour le lancement de la télévision par l'ADSL, Orange pour le développement de ses activités dans les contenus, Eutelsat pour la mise en place de nouvelles offres satellitaires. Dans le domaine des programmes, il met au point avec ses équipes de nouveaux outils d'analyse d'audience et de contenus pour les producteurs et accompagne la conception de nombreuses chaînes de télévision (Mezzo, Gulli, TNTV, chaînes locales), ou le repositionnement de chaînes existantes (en France : TF1, France 2, France 3, RFO, Paris Première, LCP AN ; à l'étranger : télévisions jordanienne, marocaine, portugaise, libanaise). Il crée avec Médiamétrie New On The Air (NOTA), la principale base de données mondiale dédiée aux programmes.

Aujourd'hui, il poursuit ses activités de conseil via PJ Conseil et anime l'ONG Media Governance Initiative(MGI)[4]. MGI rassemble des experts ayant pour ambition d’apporter conseil et soutien aux gouvernements, institutions et entreprises désireux de promouvoir le pluralisme, la diversité et la qualité des programmes et de l’information dans les médias.

Il a par ailleurs fondé Global Story Factory, atelier de conception de formats pour la télévision et le web.

Pascal Josèphe est membre de l’Observatoire de la diversité du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.

Candidat à la présidence de France Télévisions au printemps 2015, il arrive en deuxième position lors du vote du CSA[5].

Études[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]