Anny Duperey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duperrey.
Anny Duperey
Description de cette image, également commentée ci-après

Anny Duperey à la 30e Foire du livre de Brive-la-Gaillarde, le 5 novembre 2011.

Nom de naissance Anny Ginette Lucienne Legras
Naissance (68 ans)
Rouen, France
Nationalité France Française
Profession Actrice, écrivain
Films notables Une famille formidable

Anny Legras, dite Anny Duperey, née le à Rouen, est une actrice française. Elle est également romancière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Lucien Legras, était photographe. Anny Duperey a 8 ans et demi lorsque ses parents meurent accidentellement le , asphyxiés au monoxyde de carbone dans leur salle de bains. À la suite de leur disparition, elle est séparée de sa sœur Patricia, de 8 ans sa cadette (aujourd'hui décédée[réf. nécessaire]).

Elle a utilisé — à deux lettres près — le nom du mari de sa grand-mère paternelle, « Duperray », pour en faire son nom d'artiste.

Elle suit les cours de Jean Chevrin au conservatoire de Rouen, avant d'être reçue au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris. Engagée par Jean Meyer pour une pièce de théâtre : Les Trois Mariages de Mélanie, elle est ensuite remarquée dans La guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean Giraudoux.

Ses deux « pères » de théâtre Jean Mercure et Jean-Louis Barrault la font jouer dans de nombreuses pièces pendant une dizaine d'années.

Elle obtient ses premiers rôles au cinéma à la fin des années 1960 ; elle joue de petits rôles, dans Deux ou trois choses que je sais d'elle de Jean-Luc Godard avec Marina Vlady, dans Sous le signe de Monte-Cristo avec Claude Jade, et avec Brigitte Bardot dans Les Femmes de Jean Aurel. En 1971, dans l'émission Italiques elle lit un extrait de L'Apollon de Bellac de Jean Giraudoux en compagnie José-Maria Flotas[1].

Elle accède au vedettariat avec le rôle de la jeune veuve d'un écrivain assassiné dans Le Malin Plaisir (1975), encore avec Claude Jade, et surtout en jouant aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Stavisky d'Alain Resnais. En 1977, elle est nommée pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle dans Un éléphant ça trompe énormément d'Yves Robert.

Elle a également joué pour la télévision, elle a joué l'un des personnages principaux de la série Une famille formidable à partir de 1992.

Anny Duperey a publié plusieurs livres. En 1992, son autobiographie, Le Voile noir, rencontre un grand succès et les lettres reçues à la suite de cette publication sont réunies dans un recueil, Je vous écris. Des romans ont suivi. Dans Les Chats du hasard, publié en 1999, et l'anthologie Les chats-mots de 2003, elle parle de son amour pour les chats. Son dernier roman Allons voir plus loin, veux-tu ?, en 2002, est encore un succès.

Elle a vécu en couple avec l’acteur Bernard Giraudeau pendant 18 ans, ils ont eu deux enfants, Gaël en 1982 et Sara en 1985.

En 1993, sur le tournage du téléfilm Charlemagne, le prince à cheval où elle tient le rôle de Berthe au grand pied, elle rencontre l'acteur Cris Campion qui joue le rôle de son petit-fils Pépin le Bossu et qui sera son compagnon pendant douze ans.

Marraine jusqu’en 2006 de SOS Papa, une « association d’aide aux pères évincés », elle est toujours la marraine de SOS Villages d'enfants[2] et de l'association Le Rire médecin[3]. Elle-même fut séparée de sa sœur qui avait 5 mois au moment de la perte de ses parents et, même si elles restèrent en contact, elles ne grandirent pas ensemble.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Écrits[modifier | modifier le code]

  • L'Admiroir (roman), éditions du Seuil, Paris, 1976 (première édition), 206 p., (ISBN 2-02-004425-0), (notice BnF no FRBNF34577029n). — Prix Alice-Barthou de l'Académie française.
  • Le Nez de Mazarin (roman), éditions du Seuil, Paris, 1986 (première édition), 267 p., (ISBN 2-02-009027-9), (notice BnF no FRBNF34911841q)
  • Le Voile noir (autobiographie, avec des photographies de Lucien Legras, son père), éditions du Seuil, Paris, 1992, 254 p., (ISBN 2-02-014746-7), (notice BnF no FRBNF355056134)
  • Je vous écris (autobiographie et témoignages), éditions du Seuil, Paris, 1993, 234 p., (ISBN 2-02-020693-5), (notice BnF no FRBNF35603065d)
  • Lucien Legras, photographe inconnu (photographies de Lucien Legras, présentation d'Anny Duperey et Patricia Legras), éditions du Seuil, Paris, 1993, 115 p., (ISBN 2-02-019357-4), (notice BnF no FRBNF356036563)
  • Les Chats de hasard (récit), éditions du Seuil, Paris, 1999, 221 p., (ISBN 2-02-035419-5), (notice BnF no FRBNF36978180w)
  • Allons voir plus loin, veux-tu ? (roman), éditions du seuil, Paris, 2002 (première édition), 430 p., (ISBN 2-02-055847-5), (notice BnF no FRBNF38893876w)
  • Les Chats mots (textes choisis par Anny Duperey, avec des illustrations de Sonja Knapp), éditions Ramsay, Paris, 2003, 205 p., (ISBN 2-84114-679-0), (notice BnF no FRBNF)
  • Essences et Parfums (textes choisis par Anny Duperey), éditions Ramsay, Paris, 2004, 196 p., (ISBN 2-84114-714-2), (notice BnF no FRBNF39279929s)
  • Les Chats mots et Essences et parfums (textes choisis et lus par Anny Duperey ; réédition en coffret des deux livres parus séparément, accompagnés d'un disque compact), éditions Ramsay, Paris, 2005, 2 volumes (205 p. + 196 p. + 1 CD, (ISBN 2-84114-754-1), (notice BnF no FRBNF401296644)
  • Une soirée (roman), éditions du Seuil, Paris, 2005, 263 p., (ISBN 2-02-062853-8), (notice BnF no FRBNF399223942)
  • De la vie dans son art, de l'art dans sa vie (correspondance entre Anny Duperey et Nina Vidrovitch), éditions du Seuil, Paris, 2008, 307 p., (ISBN 978-2-02-087387-1), (notice BnF no FRBNF41356127x)
  • Le Poil et la Plume, éditions du Seuil, Paris, octobre 2011

Musique[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 15 novembre 1971.
  2. SOS Villages d'enfants
  3. www.leriremedecin.asso.fr
  4. Cette pièce constitue la première occasion de voir jouer ensemble Anny Duperey et sa fille, Sara Giraudeau. Cf. entretien d'Alain Spira avec Anny Duperey et Sara Giraudeau dans Paris Match.
  5. « Anny Duperey enregistre un single avec le collectif des Voix de la Breizh », jeanmarcmorandini.com.
  6. La Breizh de l'espoir

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :