Le Kid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Kid (homonymie), Kid et The Kid.
Le Kid
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche du film
Titre québécois Le Gosse
Titre original The Kid
Réalisation Charlie Chaplin
Scénario Charlie Chaplin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie dramatique
Durée 68 minutes
Sortie 1921

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Kid, ou Le Gosse au Québec, (The Kid) est une comédie dramatique muette américaine écrite, produite et réalisée par Charlie Chaplin, sortie en 1921.

The Kid est le premier long-métrage de Chaplin. Il remporta un énorme triomphe dès sa sortie, en étant le deuxième plus grand succès commercial de l'année 1921 derrière Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse. En 2011, il fut choisi pour entrer au National Film Registry dans la conservation des films aux États-Unis par la Bibliothèque du Congrès, comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement importants ». The Kid est assez largement considéré par les critiques comme un des plus grands films de l’ère du muet.

Résumé[modifier | modifier le code]

Charlie Chaplin et Jackie Coogan dans une des scènes les plus marquantes du XXe siècle.

Une femme inconnue (Edna Purviance) quitte un hospice avec le fils qu’elle vient de mettre au monde. On nous montre un artiste (Carl Miller), qui semble être le père, avec la photo de la femme. Lorsqu’elle tombe dans la cheminée, il commence par la ramasser d'abord, puis le remet dans le feu. La femme décide d'abandonner son enfant sur le siège arrière d'une voiture de luxe avec une note qu’elle a écrite et où elle supplie celui qui aura trouvé son bébé de prendre soin de lui et de l'aimer. Mais voilà que la voiture est volée. Quand les deux voleurs découvrent l'enfant, ils l’abandonnent dans la rue. Charlot (Charlie Chaplin) découvre le bébé. Il commence par refuser cette responsabilité mais il finit par être attendri et donne au petit garçon le nom de John. De son côté la femme semble avoir changé d'avis et elle revient chercher l’enfant, mais elle a le cœur brisé et s'évanouit s’être rendu compte qu’il a été enlevé.

Cinq années se passent et John (Jackie Coogan) devient le partenaire de Charlot dans des petits délits : il jette des pierres pour briser les fenêtres que Charlot peut ensuite réparer puisqu’il travaille comme vitrier. Entre-temps la femme est devenue une riche actrice riche. Elle se dévoue auprès des pauvres pour combler le vide laissé par la disparition de son enfant. Le hasard fait que la mère et John se croisent, mais sans se reconnaitre. Quand John tombe malade, un médecin vient le voir. Il découvre que Charlot n'est pas son père. Charlot lui montre le mot laissé par la mère, mais le médecin se contente de le prendre et d’informer les autorités. Deux hommes viennent prendre John et l’emmener dans un orphelinat, mais après une poursuite et bagarre Charlot le reprend. Lorsque la femme revient pour voir comment va le garçon, le médecin lui raconte ce qui s'est passé, puis lui montre le mot, qu'elle reconnaît.

Maintenant fugitifs, Charlot et John passent la nuit dans un refuge, mais le directeur (Bergman), après avoir lu qu’on offre une récompense de 1 000 dollars à qui retrouvera l'enfant, emmène John au poste de police pour qu’il y retrouve sa mère au comble de la joie. Quand Charlot se réveille, il cherche désespérément John qui a disparu, puis il retourne s'endormir à côté de la porte de leur humble maison maintenant fermée à clé. Dans son sommeil, il entre dans le « Pays des rêves », où habitent des anges et des bandits diaboliques. Un policier le réveille, le met dans une voiture et l'emmène avec lui dans une maison. Lorsque la porte s'ouvre, la femme et John en sortent et tout joyeux le père et le fils adoptif se retrouvent. Heureux d’avoir réuni la famille le policier serre la main de Charlot et s'en va, avant que la femme n’accueille ce dernier chez elle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

De nos jours, Le Kid obtient un accueil critique favorable, avec 100% d'avis positifs sur le site Rotten Tomatoes, basé sur dix-neuf commentaires collectés et une note moyenne de 8,510[1]. En France, le site AlloCiné, ayant recensé quatre titres de presse, lui attribue une note moyenne de 45[2].

Box-office[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, Le Kid a rencontré un énorme succès commercial au box-office, totalisant 2 500 000 $[3],[4], devenant ainsi la deuxième meilleure recette au box-office de l'année 1921, derrière Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, réalisé par Rex Ingram, qui lui a totalisé 4 500 000 $[3],[5]. The Kid se classe à la vingt-quatrième place des meilleures recettes du box-office américain de 1914 à 1944[3].

Impact culturel[modifier | modifier le code]

Le peintre et graveur Jean Dorville (1901-1986) composa et édita en 1952 une lithographie Le Kid inspirée du film et dont il offrit un exemplaire à Charlie Chaplin[6].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce film fait partie des neuf films que Chaplin a produits et réalisés à la suite de son contrat de distribution signé en 1916 avec le First National et pour lequel il a touché un million de dollars, tout en conservant la propriété de ses œuvres. Ce film fait partie de la Liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le British Film Institute.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Kid », sur Rotten Tomatoes (consulté le 26 août 2013).
  2. « « Le Kid » : Critique Presse », sur AlloCiné (consulté le 26 août 2013).
  3. a b et c « Which cinema films have earned the most money since 1914? », The Argus (Melbourne, Vic. : 1848 - 1956), Melbourne, Vic., National Library of Australia,‎ , p. 3 Supplement: The Argus Weekend magazine (lire en ligne)
  4. (en) « The Kid », sur The Numbers (consulté le 26 août 2013).
  5. "All-Time Top Grossers", Variety, 8 January 1964 p 69
  6. Archives municipales de Beaune, Fonds Dorville, document 30Z140.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :