Jean-Marc Sylvestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sylvestre.
Jean-Marc Sylvestre en 2006.

Jean-Marc Sylvestre, né le à Alençon, est un journaliste français de la presse économique. Entre 1994 et 2010, il est l'un des spécialistes de l'économie sur TF1 et LCI avant de rejoindre i>Télé durant l'été 2010.

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après une licence en sciences économiques, puis un doctorat obtenu à l'Université Paris-Dauphine, il est assistant professeur à l'Université de Caen. Puis il entre en 1973 au magazine L’Expansion, au Management, à La Vie française, au Nouvel Économiste (rédacteur en chef adjoint) puis au Quotidien de Paris (rédacteur en chef du service économie).

Il a exercé sur La Cinq en tant que chroniqueur économique, sur France 3 et sur TF1, où il devient chef du service « économique et social ». Il entre à LCI en juin 1994 où il anime, depuis cette date, l’émission hebdomadaire Décideur. Entre septembre 1997 et juillet 2010, il anime aussi sur cette même chaîne Le Club de l’économie. En 2002, il reçoit le Prix Roland Dorgelès. En juillet 2008, il est nommé directeur adjoint de l'information de TF1 et de LCI et sera chargé de l'information économique et sociale.

Jean-Marc Sylvestre est, jusqu'en juin 2008, également chroniqueur économique à France Inter où il débat notamment le vendredi avec Bernard Maris, alter-mondialiste, membre d'Attac et des Verts. Il a, depuis, attaqué France Inter aux Prud'hommes[1] pour demander la requalification de ses multiples CDD en CDI.

À l'été 2010, Jean-Marc Sylvestre quitte TF1 et LCI pour rejoindre la chaîne d'information en continu i>Télé[2]. À partir d'octobre 2010, il présente le dimanche Les Clés de l'Éco, un magazine sur l'économie en partenariat avec le quotidien Les Échos[3] et deux éditos dans la matinale[réf. souhaitée]. Après les élections de mai 2012, Canal+ ne renouvellera pas son contrat. Depuis, Jean-Marc Sylvestre est éditorialiste sur le site Atlantico.fr où il y développe la partie Business. En parallèle, il conçoit via sa société de production, une série de documentaire pour NextRadioTv (RMC-BFM)

Positionnement politique et économique[modifier | modifier le code]

Jean-Marc Sylvestre se revendique libéral, même si cette qualification est fortement critiquée par certains libéraux. Jean-Gilles Malliarakis écrit ainsi de lui qu'il « est passé en quelques années du rôle de vulgarisateur de la critique économique libérale, quand le libéralisme est à la mode, à toutes les sauces, à une fonction de brosse à reluire du gouvernement sur les ondes étatiques »[4]. D'autres estiment qu'il semble libéral à certains car il est moins étatiste que la majorité, ce qui ne fait pas de lui un libéral. En témoigne son ouvrage Une petite douleur à l’épaule gauche. À la suite d'une infection nosocomiale, il affirme avoir découvert les vertus du système de santé français[5].

Réputé proche de l'UMP, Jean-Marc Sylvestre est fait chevalier de l'ordre national du Mérite et officier de la Légion d'honneur en 2004 par Nicolas Sarkozy[6], alors ministre de l'économie et des finances. La même année, le journaliste préside la commission d’orientation gouvernementale pour le débat « Agriculture, territoires et société »[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Le libéralisme n'est pas une construction intellectuelle comme le marxisme : le monde a été créé ainsi. [...] C'est le meilleur système. La guerre économique fait moins de victimes que les guerres militaires ou religieuses. Le libéralisme est inscrit dans la nature humaine, parfois violente et injuste. » Entretien à VSD, 20/01/2005

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est un ami de longue date de la personnalité politique UMP, Gérard Longuet[8]. En 2011, au moment de la révolution de Jasmin, la presse souligne qu'ils ont bénéficié en août 2006 d'un séjour tous frais payés par l'État tunisien, dans un hôtel de luxe cinq étoiles à Gammarth[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]