Nicholas Meyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant américain image illustrant un scénariste
image illustrant  un producteur de cinéma image illustrant un acteur image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur américain, un scénariste, un producteur de cinéma et un acteur américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meyer.

Nicholas Meyer, né le à New York, est un romancier, scénariste, réalisateur, producteur et acteur américain.

Il est connu pour son implication dans l'univers audiovisuel de Star Trek, ses romans inspirés de Sherlock Holmes et son film C'était demain (Time After Time, 1979), dont le scénario est inspiré du roman La Machine à explorer le temps de H. G. Wells.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'obtention d'un diplôme en cinéma de l'université de l'Iowa en 1968, il travaille comme attaché de presse pour Paramount Pictures jusqu'en 1970. Cette année-là, il publie un essai, The Love Story Story, qui étudie le film Love Story, réalisé la même année par Arthur Hiller. Il se lance ensuite dans le roman policier avec L'Honneur perdu du sergent Rollins (Target Practice, 1974), un récit inspiré d'un fait réel où un détective privé de Los Angeles enquête sur le suicide présumé d'un ancien sergent de l'armée américaine accusé d'avoir trahi son pays pendant la guerre du Viêt Nam.

Le succès échoit toutefois à Nicholas Meyer grâce à ses pastiches ayant pour héros Sherlock Holmes, le célèbre personnage de Sir Arthur Conan Doyle. Dans La Solution à 7 % (The Seven-Per-Cent Solution, 1974), le docteur Watson, inquiet de la consommation de cocaïne de son ami Sherlock Holmes l'oblige à se rendre à Vienne pour consulter le jeune Sigmund Freud qui fait subir au détective une cure de désintoxication. C'est le point de départ d'une enquête échevelée. Meyer signe lui-même le scénario qui adapte ce roman qui devient Sherlock Holmes attaque l'Orient-Express (The Seven-Per-Cent Solution), un film américain réalisé Herbert Ross en 1976. Dès lors, Nicholas Meyer poursuit en parallèle ses carrières de romancier et de scénariste, passant en outre derrière la caméra pour devenir réalisateur à partir de 1979 avec C'était demain (Time After Time) qui raconte comment le romancier H. G. Wells poursuit Jack l'Éventreur à travers le temps.

En 2016 est lancée la série Les Médicis : Maîtres de Florence, dont il est le cocréateur. Après avoir réalisé et coécrit les films Star Trek 2 : La Colère de Khan (1982) Star Trek 6 : Terre inconnue (1991) et écrit Star Trek 4 : Retour sur Terre (1986), il renoue avec l'univers Star Trek en officiant comme producteur-consultant et en participant à l'écriture de quelques épisodes de la série télévisée Star Trek: Discovery prévue pour 2017[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Romans policiers[modifier | modifier le code]

Pastiches de Sherlock Holmes[modifier | modifier le code]

  • The Seven-Per-Cent Solution (1974)
    Publié en français sous le titre La Solution à 7 %, traduit par Rosine Fitzgerald, Paris, Robert Laffont, 1976 ; réédition, Paris, J'ai lu no 1473, 1983 (ISBN 2-277-21473-6)
  • The West End Horror (1976)
    Publié en français sous le titre L'Horreur du West End, traduit par Dominique Maisons, Paris, NéO, coll. « Le Miroir obscur » no 151-152, 1984 (ISBN 2-7304-0513-5) ; réédition, Paris, Fleuve noir coll. « Engrenage », no 109, 1985 (ISBN 2-265-02853-3)
  • Confessions of a Homing Pigeon (1981)
    Publié en français sous le titre Confessions d'un pigeon voyageur, traduit par Marianne Véron, Paris, Robert Laffont, coll. « Participe présent », 1983 (ISBN 2-221-01023-X)
  • The Canary Trainer (1993)
    Publié en français sous le titre Sherlock Holmes et le Fantôme de l'Opéra, traduit par Pierre Charras, Paris, L'Archipel, 1995 (ISBN 2-84187-004-9) ; réédition, Paris, Archipoche no 122, 2009 (ISBN 978-2-35287-127-9)

Autre romans policiers[modifier | modifier le code]

  • Target Practice (1974)
    Publié en français sous le titre L'Honneur perdu du sergent Rollins, traduit par Christophe Claro, Paris, Fleuve noir, coll. « Les Noirs » no 23, 1997 (ISBN 2-265-00112-0)
  • Black Orchid (1978), en collaboration avec Barry Jay Kaplan
    Publié en français sous le titre Manaus, traduit par Jean-François Blézot et Jean-Pierre Maurel, Paris, Éditions Alta, 1978

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • The Love Story Story (1970)
  • The View From the Bridge: Memories of Star Trek and a Life in Hollywood (2009)

Distinctions principales[modifier | modifier le code]

Source et distinctions complètes : Internet Movie Database[2]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nicholas Meyer, de retour dans l’univers de Star Trek ! », sur L'info tout court.com,‎ (consulté le 10 janvier 2017)
  2. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]