48 heures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 48 heures (homonymie).
48 heures
Titre québécois 48 heures
Titre original 48 Hrs.
Réalisation Walter Hill
Scénario Roger Spottiswoode
Walter Hill
Larry Gross
Steven E. de Souza
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie policière
Durée 96 minutes
Sortie 1982

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

48 heures (48 Hrs.) est un film américain réalisé par Walter Hill, sorti en 1982.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux meurtriers sont pourchassés par la police, alors qu'ils recherchent le butin d'un casse commis par Reggie Hammond, un de leurs anciens complices, actuellement sous les verrous. Pour les retrouver, le policier Jack Cates a besoin de l'aide de Reggie. Il va le voir en prison pour solliciter sa collaboration mais Hammond négocie son aide contre une permission de sortie. Jack va donc faire en sorte que Reggie soit en liberté surveillée pendant 48 heures, durant lesquelles il va l'aider à retrouver ses anciens complices.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur délégué : D. Constantine Conte

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

L'idée de départ vient du producteur Lawrence Gordon, collaborateur régulier de Walter Hill[1]. Il avait entendu parler de la fille du gouverneur de Louisiane qui avait été kidnappée. Le malfaiteur avait attaché de la dynamique sur sa terre et disait qu'il la tuerait dans 48 heures s'il ne recevait pas de rançon. Les policiers chargés de l'enquête sont alors allés dans une prison d'État à la rencontre d'un criminel, ancien voisin de cellule du kidnappeur[2]. Roger Spottiswoode est chargé d'écrire plusieurs versions du scénario. Alors que le projet est initialement développé chez Columbia Pictures, il est finalement récupéré par Paramount Pictures. De nombreuses versions du script sont écrites, dont certaines par Walter Hill[2].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

48 heures est le tout premier film d'Eddie Murphy, qui était alors un comique devenu célèbre notamment grâce à l'émission Saturday Night Live. Avant lui, Gregory Hines était pressenti pour jouer le rôle, mais certains conflits rendent impossible sa participation. Eddie Murphy avouera plus tard qu'il n'était que le 4e ou le 5e choix du réalisateur. En effet, certains acteurs comme Richard Pryor, Howard E. Rollins Jr. ou encore Denzel Washington avaient été approchés. Une fois engagé, l'acteur insiste pour que le personnage change de nom. Il se nommait alors Willie Biggs, l'acteur trouve cela trop cliché[1].

Mickey Rourke, Sylvester Stallone, Kris Kristofferson, Jeff Bridges, Clint Eastwood ou encore Burt Reynolds ont refusé le rôle de Jack Cates, qui revient finalement à Nick Nolte[1].

David Patrick Kelly, qui incarne Luther Bily, joue également un personnage nommé Luther dans Les Guerriers de la nuit (The warriors) (1979), un autre film de Walter Hill.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à XXX[3].

Pendant le tournage, l'acteur James Remar ne dormait pas avant ses scènes pour donner à son personnage de méchant, Albert Ganz, un look sale et une attitude assez psychotique.

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film connait un beau succès aux États-Unis et au Canada, en se classant à la 7e du box-office annuel. En France, il termine à la 36e place du box-office de 1983.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
78 868 508 $[4] [5] 20[5]
Drapeau de la France France 1 224 637 entrées[6]
Alt=Image de la Terre Mondial n/a - -

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le mot « fuck » apparaît 48 fois dans le film en version originale.
  • On relève au moins une erreur dans le film : à l'hôtel, Cates refile son 44 à Ganz, ce dernier dit « Jolie flingue ! » et tire sur Green puis en direction de Cates. On compte en tout 8 coups de feu alors que le revolver n'en comporte plus de six.

Suite[modifier | modifier le code]

En raison du succès du film, une suite sera réalisée : 48 heures de plus sort en 1990.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. a et b (en) Patrick McGilligan, « Walter Hill: Last Man Standing », Film International,‎ (consulté le 28 novembre 2007)
  3. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  4. (en) « 48 hrs. », sur Box Office Mojo (consulté le 15 novembre 2016)
  5. a et b (en) « 48 hrs. - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 15 novembre 2016)
  6. « 48 Heures », sur JP box-office.com (consulté le 15 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]