Crocodile Dundee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crocodile Dundee
Titre original Crocodile Dundee
Réalisation Peter Faiman (en)
Scénario Paul Hogan
John Cornell
Ken Shadie
Acteurs principaux
Sociétés de production Rimfire Films
Pays d’origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre comédie
aventure
action
Durée 97 minutes
Sortie 1986

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Crocodile Dundee est un film australien réalisé par Peter Faiman (en), sorti en 1986. Il s'agit du premier film de la franchise Crocodile Dundee mettant en scène le personnage de Michael J. « Crocodile » Dundee, incarné par l'acteur Paul Hogan.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film est tourné au cœur de New York.

Sue Charlton, une journaliste américaine du quotidien new-yorkais Newsday, se rend pour un reportage en Australie dans le bush du Territoire du Nord. Elle y rencontre Michael J. « Crocodile » Dundee, un chasseur de crocodiles.

Sue ramène ensuite ce personnage atypique à New York, où il rencontrera quelques difficultés pour s'adapter à la vie urbaine moderne.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Productrice exécutive : Jane Scott
Producteur associé : Wayne Young

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le héros du film est inspiré d'une personne réelle, l'australien Rodney Ansell (en) (1954–1999), alias Crocodile Dundee[3]. Celui-ci était devenu célèbre en 1977 pour avoir survécu seul, durant deux mois, dans le désert australien et pour être capable de tuer un crocodile à mains nues, ce qu'il raconte dans son livre To fight the wild.

Rodney Ansell, aigri de n'avoir pas pu profiter des millions de dollars générés par les films inspirés de sa vie, a plongé dans la drogue et a tragiquement trouvé la mort en 1999 lors d'une fusillade avec la police locale[4].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Doublage français[modifier | modifier le code]

Les auteurs de la version française eurent le plus grand mal à traduire certaines expressions typiquement australiennes employées dans le film :

  • le « no worries, mate! », équivalent australien du « no problem, man! » jamaïquain est devenu « ça flotte, pote ! » ;
  • « Sheila », terme australien désignant une femme, de préférence de la ville, est devenu « Géraldine » ;
  • « dunny », terme employé dans l’Outback pour désigner des toilettes de brousse, est devenu « goguenots »...

Le doublage fait également disparaître l'un des ressorts comiques du film, résidant dans le contraste de langage entre Dundee, l'Australien de l'Outback, et les new-yorkais, contraste parfaitement illustré dans la séquence où Dundee finit la soirée avec son chauffeur de taxi dans un bar de Brooklyn

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le film a été un succès, rapportant 174 803 506 dollars au box-office[5] pour un budget de production de 8 800 000 millions de dollars[6]. Crocodile Dundee a aussi été un succès en France avec 5 887 982 entrées[6], prenant la première place du box-office en 1987. Au total, le film à récolté une recette de 328 203 506 dollars[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1987, Crocodile Dundee a été sélectionné 11 fois dans diverses catégories et a remporté 3 récompenses[7].

Récompense[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Diffusions télévisées en France[modifier | modifier le code]

Dans son enquête de septembre 2014 concernant les 20 films de cinéma les plus regardés par les Français entre 1989 et 2014 lors de leur diffusion à la télévision française, Médiamétrie indique que le film avait été vu par 13,27 millions de téléspectateurs le  ; il arrivait donc en 18e position de la liste des films les plus vus [8].

Suites et héritage[modifier | modifier le code]

Le film connaîtra deux suites : Crocodile Dundee 2 (1988) et Crocodile Dundee 3 (2001).

En 2018, une vidéo annonce une suite, intitulée Dundee: The Son of a Legend Returns Home, avec Danny McBride, Chris Hemsworth et Paul Hogan. Le premier est annoncé dans le rôle de Brian Dundee, le fils de Michael J. « Crocodile » Dundee. Il s'agit en réalité d'un canular pour promouvoir le tourisme en Australie ; un spot sera même diffusé lors de la finale du Super Bowl 2018[9].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Un couteau Bowie, comme celui utilisé par « Crocodile » Dundee dans le film.

La société Down Under Knives a commercialisé une réplique du couteau Bowie de « Crocodile » Dundee sous le nom « The Outback »[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Box office du film Cocoon », sur jpbox-office.com (consulté le 29 mai 2020).
  2. (en) Parents Guide sur l’Internet Movie Database (consulté le 29 mai 2020).
  3. « Une histoire. Révélations post-mortem sur "Crocodile Dundee" », Libération.fr, 9 août 1999.
  4. « Une histoire. Révélations post-mortem sur "Crocodile Dundee" », sur Libération.fr, .
  5. a et b (en) « Crocodile Dundee », boxofficemojo.com (consulté le 25 avril 2020).
  6. a et b « Crocodile Dundee (1986) », jpbox-office.com (consulté le 25 avril 2020).
  7. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database (consulté le 29 mai 2020).
  8. Indication de Programme.tv
  9. « "Crocodile Dundee" : le trailer avec Danny McBride était un canular », sur Allociné.fr, .
  10. « Site Down Under Knives »

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]