Stéphane Collaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collaro.
Stéphane Collaro
Description de cette image, également commentée ci-après
Stéphane Collaro (à gauche), en compagnie de Gérard Majax, Eddie Barclay et Michel Hatte, le 17 décembre 1975
Nom de naissance Stéphane Bienaimé Joseph Robert Collaro
Naissance (75 ans)
Neuilly-sur-Seine, Seine, France
Nationalité française
Profession
Autres activités

Stéphane Collaro, né le à Neuilly-sur-Seine, est un journaliste, humoriste, acteur, réalisateur, scénariste, animateur de télévision, exploitant hôtelier, et promoteur immobilier.

Carrière[modifier | modifier le code]

Stéphane Collaro nait dans une famille bourgeoise de Neuilly-sur-Seine le 20 mai 1943. Sa famille est originaire de Nice et d'Italie. Il commence sa carrière dans les années 1960 comme journaliste d'actualités, puis journaliste sportif à la télévision française (ORTF). Il y effectue principalement la couverture des compétitions automobiles (il est ainsi le copilote de Jean-Pierre Beltoise lors du rallye de Méditerranée en 1969 à Monaco), mais aussi de natation.

En 1974, il quitte le journalisme pour participer à partir de 1975 à des émissions humoristiques comme Le Petit Rapporteur de Jacques Martin.

Puis il crée ses propres émissions de divertissement, dont certaines réalisées par Gérard Espinasse : en 1979, Stéphane Collaro lance sa première émission, intitulée Le Collaro show.

En 1984, il a des ennuis avec l'autorité de tutelle de la télévision française lorsque, dans son émission une jolie femme (la playmate) fait un numéro de striptease, son commanditaire apparaît de manière un peu trop ostensible.

Pour ses émissions, il a créé une troupe de danseuses baptisées les coco-girls. Parmi les coco-girls, on retrouvera notamment Natty Tardivel (ex Madame Belmondo), Sophie Favier et Fenella Masse Mathews.

Il quitte en 1987 TF1 pour La 5 mais l'échec de ses nouvelles émissions le conduit à revenir dès la saison suivante sur la première chaîne pour laquelle il produit Le Bébête Show, diffusé en début de soirée avant le Journal de 20 heures.

Il réduit ensuite sa présence à l'antenne et lassé par le métier d'animateur-vedette, il cherchera à changer d'univers à partir du milieu des années 1990, rêvant de devenir promoteur immobilier et aussi de voyages lointains.

Devenu promoteur immobilier, il a réalisé plusieurs investissements en défiscalisation aux Antilles, sur l'île de Saint-Martin. Il y possède l'hôtel Villa Caye Blanche, qu'il dirige et où il réside. Il a investi également dans l'hôtel Nettlé Bay Beach Club, ainsi que dans une résidence hôtelière sur la plage de la Baie Orientale à Saint-Martin.

Il a fondé plusieurs sociétés : la société Patou Caraibes dont il est le gérant et l'associé ; la société Julia Productions (production audiovisuelle), la société Pastej (marketing) dont il est le liquidateur.

Il a présenté à la presse deux projets de promotion immobilière qu'il souhaite lancer : au Touquet, le projet « Les Lisières », programme de maisons individuelles pour personnes âgées ; et à Marrakech, le projet « Oumnesia », programme de 300 maisons berbères également pour personnes âgées.

En 2007 et en 2012, il soutient Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, sans être présent à ses meetings en 2012.

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Stéphane Collaro est le père d'une fille, Julia, qui a donné son nom à sa société Julia Productions[1].

Le 22 décembre 2012, Stéphane Collaro se remarie avec Stéphanie, une hôtesse de l'air de 29 ans sa cadette.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Journaliste[modifier | modifier le code]

  • Feux croisés[2] (26/09/1973)

Télévision[modifier | modifier le code]

Chroniqueur[modifier | modifier le code]

Animateur et producteur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • O! yé bananiers
  • Tonton Mayonnaise

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]