V (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la série originale. Pour le remake, voir V (série télévisée, 2009).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir V.
V
Description de cette image, également commentée ci-après

Ce film est respectueusement dédié à l'héroïsme des
résistants passés, présents, et à venir.
Séquence d'ouverture de la première minisérie (1983).

Titre original V
V: The Final Battle
V: The Series
Autres titres
francophones

V
V : La Bataille finale
V : La série


Titres parfois affublés
à la minisérie originelle :


The Original Miniseries
L'Ultime combat de l'humanité
Premier contact
Genre Série de science-fiction
Création Kenneth Johnson
Musique Joe Harnell
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine NBC
Nb. de saisons 3
(2 miniséries + 1 saison régulière)
Nb. d'épisodes 24
Durée 2 × 100 minutes
3 × 90 minutes
19 × 48 minutes
Diff. originale

V est un ensemble de séries télévisées américaines de science-fiction, constitué d'une première minisérie éponyme en 2 parties de 100 minutes environ, d'une seconde minisérie V : La Bataille finale (V: The Final Battle) en 3 épisodes de 90 minutes, ainsi que d'une saison avortée de 20 épisodes de 48 minutes, souvent nommée V : La série (V: The Series).

La minisérie originelle (parfois retitrée V: The Original Miniseries) a été créée, écrite et réalisée par Kenneth Johnson et diffusée les 1er et sur le réseau NBC. Sa suite directe, La Bataille finale (filmée après le retrait de Kenneth Johnson du projet), a été diffusée du 6 au 8 mai 1984. À l'origine, La Bataille finale devait – comme son nom l'indique – mettre un terme à l'histoire de V. Devant le succès rencontré par cette suite, une série hebdomadaire fut alors commandée.

Les miniséries ont été diffusées pour la première fois en 10 épisodes à partir du 23 janvier 1985 sur RTL Télévision. V: The Series fut diffusée, à la rentrée de septembre 1985 toujours sur RTL Télévision.

En France, les miniséries ont été diffusées sous leur format original à partir du 9 septembre 1985 en prime time sur Antenne 2. Puis la série de 45 minutes dès le 6 juin 1987 toujours sur Antenne 2. Les miniséries seules ont été rediffusées à partir du sur La Cinq, puis l'ensemble des séries à nouveau dès le sur La Cinq. En septembre 1993, V revient sur M6 et en 2008 sur NRJ 12.

Au Québec, la série a été diffusée sur TVA durant les années 1980.


Historique[modifier | modifier le code]

La mini-série d'origine a fait ses débuts aux États-Unis sur NBC, le 1er mai, 1983. Kenneth Johnson, le créateur de la série a déclaré que l'histoire a été inspirée par le roman It can't happen here (« Ça ne peut arriver ici ») écrit en 1935 par Sinclair Lewis. En outre, plusieurs scènes du pilote d'origine ressemblent à la pièce de théâtre Grand-peur et misère du IIIe Reich de Bertolt Brecht. De plus, la nouvelle de Damon Knight Comment servir l'homme (To serve the man), précédemment adaptée dans un épisode de La Quatrième dimension possède un thème similaire: des extra-terrestres faussement amicaux qui élève secrètement les humains pour en faire de la nourriture.

Dans les bonus du DVD de la mini-série, Johnson révèle que V a été initialement conçu comme un simple thriller politique, retraçant la montée d'un mouvement fasciste aux Etats-Unis. NBC - quant à elle - était intéressée par une série de science-fiction, afin de capitaliser sur le succès de films tels que le Star Wars.

L'histoire est donc une allègorie des évènements de la Deuxième Guerre mondiale. On notera l'utilisation par les Visiteurs d'un emblème présentant de fortes ressemblances avec la croix gammée des nazis tandis que le titre de la série lui-même est calqué directement sur la campagne des V de 1941. Les Visiteurs possèdent aussi des jeunesses semblables aux jeunesses hitlériennes, et la propagande télévisuelle des Visiteurs rappelle la propagande des nazis. L'interaction humaine avec les Visiteurs peut être comparée avec les évènements de la Seconde Guerre mondiale dans le sens où certains individus avaient choisi de collaborer tandis que d'autres avaient choisi de s'opposer à ce régime mis en place.

Les nazis ont persécuté principalement des Juifs, les Visiteurs quant à eux persécutent les scientifiques, leurs familles et tous ceux qui s'associent avec eux pour cacher leur identité de scientifique (les scientifiques étant potentiellement les plus aptes à découvrir leur véritable nature biologique). L'évidence du parallèle est telle que quelques personnages introduits par Kenneth Johnson sont d'origine juive (dont un grand-père survivant de l'Holocauste). Les Visiteurs instaurent la loi martiale afin de contrôler les scientifiques, de manière similaire à ce qu'avaient fait les nazis en Allemagne. Des analogies sont notables entre Diana, chef scientifique des Visiteurs, et le docteur Josef Mengele.

Plus tard dans la série, le journal télévisé du réseau de la Résistance rapporte l'union des populations blanches et noires d'Afrique du Sud afin de lutter contre les Visiteurs. En effet, la série a été réalisée en 1984 alors que l'Afrique du Sud était toujours sous le régime de l'apartheid. Lors de la diffusion à la télévision de V en Afrique du Sud, des dizaines de V rouges sont apparus dès le lendemain, sur les murs de la capitale notamment.

Synopsis de la première version (1983-1985)[modifier | modifier le code]

Alors que le journaliste Mike Donovan filme des soldats en plein combat au Salvador, apparaissent d’un coup dans le ciel, en de nombreux endroits du globe, de gigantesques ovnis (qui seront dénommés par la suite « vaisseaux-mères ») venus du système Sirius situé à 8,6 années-lumière du système solaire. Après être entrés pour la première fois en contact par émission radio, à la suite d’un compte à rebours, ils conviennent d'un premier contact direct avec le secrétaire général de l’ONU. Ces extraterrestres semblent avoir forme humaine et déclarent être venus en paix, s’installant peu à peu au milieu de la population. Ils déclarent vouloir partager leurs connaissances en échange de produits chimiques terrestres censés régler leurs problèmes environnementaux sur Sirius (« bien plus graves » que les nôtres). Mais leurs intentions sont tout autres…

En effet, les visiteurs pompent en secret toute l’eau de la Terre. De plus, ce sont des lézards (que l’on peut aussi nommer « reptiliens » ou reptiles humanoïdes) qui considèrent les humains comme de la nourriture. Aussi veulent-ils remplir leur garde-manger de millions de terriens (entre autres). Peu à peu une organisation secrète de résistants, avec en tête Mike Donovan et le Dr Julie Parrish, aidée par des soldats visiteurs rebelles (« la cinquième colonne »), s’organise pour un combat de titans. Combat qui est loin d’être gagné car Diana, officier de haut rang dans l’armée des envahisseurs, veut à tout prix soumettre totalement l’humanité.

Épisodes[modifier | modifier le code]

V (1983)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : V (mini-série, 1983).

V : La Bataille finale (1984)[modifier | modifier le code]


V : La série (1984-1985)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : ''V : La série'' (1984).

Emplacements et caractéristiques des 50 vaisseaux-mères de la flotte[modifier | modifier le code]

D'après la série, 50 vaisseaux-mères stationnent au-dessus des principales villes de la Terre. 40 vaisseaux-mères et leur emplacement sont cités. Les 10 autres ne sont pas indiqués. Au cours de la série, il sera indiqué que d'autres vaisseaux-mères arriveront sur Terre, dont celui du chef d'escadre Pamela qui arrivera à Los Angeles et se placera au-dessus du vaisseau-mère commandé par Diana.

Les vaisseaux mères font quatre kilomètres de diamètre et peuvent emporter plusieurs milliers de personnes. Chacun des 50 gigantesques vaisseaux-mères possède 4 baies de lancement avec chacun 200 navettes.

Commentaires[modifier | modifier le code]

V est considérée comme une série culte des années 1980.

Symbolique graphique[modifier | modifier le code]

Exemple de l'alphabet des « Visiteurs ».
Emblème des Visiteurs.

La lettre V correspond à l'initiale de Victoire (Victory en anglais). C'est le lien avec le V rouge que dessinent les Terriens et le signe de la main bien connu avec deux doigts en forme de V effectué par certains personnages. Ces deux symboles évoquent la victoire des Terriens sur l'emprise des extra-terrestres et deviennent symboles de ralliement à la cause résistante.

Long-métrage cinématographique en projet (2008-2009)[modifier | modifier le code]

Le synopsis précis n'a pas été précisé. Cette suite ou adaptation de la première minisérie au cinéma aurait été réalisée par Kenneth Johnson, le créateur original de la série[1]. Les mêmes acteurs principaux auraient reprisleurs rôles respectifs : Marc Singer, Faye Grant, Jane Badler et Robert Englund notamment.
S'il s'agit d'une suite, le film aurait été probablement inspiré du roman V: The Second Generation : il n'aurait pas pris place après l'épisode Le Retour de la série, ni même après La Bataille finale mais directement à la suite de la minisérie originelle.
Kenneth Johnson tient régulièrement au courant de l'évolution du projet, par le biais d'une rubrique sur son site officiel[2].

Remake par ABC[modifier | modifier le code]

V
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du remake de V rappelant le logo original de 1983.

Titre original V
Genre science-fiction
Création Kenneth Johnson
Production Scott Rosenbaum
Scott Peters
Jace Hall
Yves Simoneau
Steve Pearlman
Acteurs principaux Elizabeth Mitchell
Morris Chestnut
Joel Gretsch
Logan Huffman
Lourdes Benedicto
Laura Vandervoort
Charles Mesure
Morena Baccarin
Scott Wolf
Musique Marco Beltrami
Pays d'origine États-Unis
Chaîne d'origine ABC
Nb. de saisons 2
Nb. d'épisodes 22
Durée 42 minutes
Diff. originale

V est aussi le nom du reboot de la minisérie du même nom des années 1980 diffusé depuis le sur le réseau ABC. Les quatre premiers épisodes de la série ont été diffusés en 2009, puis la diffusion a été mise en pause jusqu'en mars 2010[3] où la diffusion a repris pour les 8 épisodes restants de la première saison. La saison 1 s'est achevée le . La saison 2 est diffusée à partir du mardi 4 janvier 2011 à 21h aux États-Unis[4].

Le , ABC annonce que la série ne reviendra pas pour une troisième saison.

La série est adaptée plus ou moins librement de l'œuvre originale de Kenneth Johnson et est produite par Scott Peters, le créateur de la série Les 4400.

La version française de la série a été diffusée en Belgique d'abord sur BeTV et depuis le sur La Deux. En Suisse elle est diffusée depuis le [5] sur TSR2 et en France sur TF1[6] depuis le [7] puis dès le sur NT1 et à partir du sur HD1. Au Québec, la chaîne V la diffuse depuis le [8].

Synopsis du reboot de 2009[modifier | modifier le code]

2009, le monde se réveille alors que vingt-neuf gigantesques vaisseaux survolent les plus grandes villes. Les extraterrestres et leur leader Anna déclarent venir en paix, mais certaines personnes ne leur font pas confiance. L'agent spécial Erica Evans découvre que les aliens ont infiltré depuis longtemps les gouvernements et sociétés, afin de prendre le contrôle de la planète. Erica rejoint un mouvement de résistance, dans lequel est présent Ryan, lui-même alien mais souhaitant sauver l'humanité. De son côté, Tyler, le fils d'Erica, est séduit par Lisa, une extraterrestre.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : V (série télévisée, 2009).

Historique[modifier | modifier le code]

Le créateur de la série Les 4400, Scott Peters, a été chargé de l’écriture, de l’adaptation, et assure également la production avec la Warner Bros de ce remake. La diffusion a commencé le 3 novembre 2009 aux États-Unis et le 1er décembre 2010 en France.

Morena Baccarin joue le rôle d'Anna, le leader des Visiteurs[9].

Jane Badler, Diana dans l'ancienne série, est présente dans le casting de la saison 2 dès l'épisode 1. Elle y joue la mère d'Anna. De même, on voit Marc Singer apparaître dans le dernier épisode de la saison 2, dans le rôle de Lars Tremont, qui est membre d’une organisation top secrète composée de chefs militaires et de politiciens du monde entier qui suspectent depuis longtemps les V de ne pas être venus en paix.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Aux États-Unis, l'intégrale de V existe déjà depuis plusieurs années en DVD (version originale avec présence de sous-titres français).
  • En France, un coffret de 3 DVD édité par Aquarelle et distribué par Columbia-Tristar est sorti le 23 janvier 2008. Il réunit les deux miniséries V & V : La Bataille finale.
  • Parallèlement, la série de 19 épisodes est parue en Belgique en janvier 2008 dans un coffret unique de 5 DVD, mais d'une collection différente. Les avis de consommateurs s'accordent pour dire que les copies de cette édition belge présentent une qualité d'image plutôt médiocre. De plus le coffret présente une erreur et indique la présence de 3 DVD seulement. Il s'agit en fait de 3 boitiers présents dans le coffret (les deux premiers contiennent deux DVD chacun, le dernier un seul).
  • La sortie de la série dans la collection d'Aquarelle s'est faite en deux coffrets séparés : les épisodes 1 à 10 sont sortis le 6 mai 2008, et les épisodes 11 à 19 le 10 septembre de la même année. Les épisodes sont dans une qualité similaire à celle de l'édition belge (aucune restauration n'ayant jamais été effectuée par les ayants droit – la Warner Bros – pour la série hebdomadaire).

Romans[modifier | modifier le code]

  • V: The Second Generation, écrit par Kenneth Johnson en personne, reprend la trame de la première minisérie en ignorant les évènements de la série hebdomadaire, ainsi que ceux de La Bataille finale. L'intrigue prend place après 20 ans d'occupation continue de la planète par les visiteurs. Une résistance exsangue, pratiquement exterminée, reçoit l'aide inattendue d'une race se déclarant l'ennemi mortel des Visiteurs (il s'agit d'une race évoquée dans V, et à laquelle les résistants envoient à tout hasard un signal à la fin de la 2e partie).

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V, les miroirs du passé de Didier Liardet, Yris, Collection Télévision en Séries, 2011. Préfacé par Robert Englund.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

.