Les Guerriers de la nuit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir The Warriors.
Les Guerriers de la nuit
Titre original The Warriors
Réalisation Walter Hill
Scénario Walter Hill
David Shaber
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Durée 92 minutes
Sortie 1979

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Guerriers de la Nuit (The Warriors) est un film américain réalisé par Walter Hill, sorti en 1979

Synopsis[modifier | modifier le code]

New York, années 1970. Les gangs se partagent les bas quartiers de la ville. Cyrus, leader incontesté des tout-puissants Gramercy Riffs, décide d'organiser une réunion afin d'unifier les gangs et de lever une véritable armée contre les forces de l'ordre et la mafia. Très vite, la réunion dérape et Cyrus est assassiné en public.

Le coupable, Luther, fait porter le chapeau au gang des Warriors, déclenchant ainsi une cavale à laquelle tous les autres gangs sont conviés. C'est une lutte pour la survie qui commence alors, car il reste aux Warriors un long voyage à parcourir depuis le Bronx jusqu'à Coney Island, leur quartier d'origine...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les Guerriers de la Nuit (The Warriors) est l'adaptation d'un roman de Sol Yurick, lui-même inspiré de l'Anabase, œuvre historique et autobiographique de l’Athénien Xénophon.

Le film s'est également fortement inspiré des graves tensions qui opposèrent les gangs new-yorkais dans le Bronx dans les années 1970[3] et qui décidèrent ensemble d'établir une trêve lors du "Meeting de l'avenue Hoe"[4]. La scène durant laquelle Cyrus tente d'unifier les différents gangs étant notamment basée sur ce meeting qui s'est en réalité déroulé en 1971 à l'initiative de plusieurs bandes, qui reagirent suite à l'émotion suscitée par le meurtre d'un médiateur social[5].

Le film met en scène l'univers marginal et violent des gangs new-yorkais des années soixante-dix : son ambiance urbaine et nocturne, son imagerie très forte et sa réalisation sèche et nerveuse ont fait de lui un objet de culte auprès d'une génération issue des bas quartiers américains (on retrouve une adaptation de son affiche sur l'album du groupe de rap Delinquent Habits, le collectif D12 s'est inspiré du film pour un de ses clip-vidéos, le clip français "l'art de la guerre" et le déguisement des Baseball Furies est arboré par des danseurs de krump dans le film Rize) et aussi dans le clip-vidéo Garde la pêche du rappeur Booba.

Initialement pensé comme une sorte de comic-book en live, avec un insert situant l'histoire dans un futur proche et des transitions effectuées avec des plans dessinés, le film est devenu un drame urbain plus réaliste sous l'influence des producteurs. Le film est récemment sorti en DVD sous la forme initialement voulue par le réalisateur, pour le mécontentement d'une partie des fans.

À l'origine, les gangs devaient uniquement être composés d'afro-américains et d'hispaniques, dans un souci de crédibilité. Les producteurs ont souhaité qu'un blanc soit à la tête des Warriors, afin que le public blanc puisse s'identifier à lui. Néanmoins, de véritables gangsters apparaissent dans le film comme figurants.

Le film se déroule entièrement de nuit, excepté dans sa dernière scène. Un prologue (visible lors des premières diffusions TV aux États-Unis) devait être un conseil de guerre entre les membres des Warriors à Coney Island, sous le regard de Lincoln, la compagne du chef Cléon. Tôt le matin, il devait discuter de la réunion organisée par Cyrus. Les producteurs demandèrent la coupe car ils souhaitaient que la première scène de jour soit la dernière du film, mais surtout, pour commencer le métrage de manière plus mystérieuse avec un montage saccadé.

Originellement, une idylle devait avoir lieu entre Mercy (Deborah Van Valkenburgh) et Fox (Thomas G. Waites), mais conscient de l'absence d'alchimie entre les deux (le couple Swan/Mercy passant mieux à l'écran) et surtout devant le caractère exécrable de l'acteur, le réalisateur et coscénariste Walter Hill décida de sacrifier son personnage (jeté sous les rails du métro) et de ne pas le créditer au générique.

Initialement, Swan devait être enlevé par un gang homosexuel SM du nom des "Dingos" qui devait lâcher des dobermans sur lui avant de leur échapper dans une scène extrêmement violente. L'idée fut abandonnée.

Dans les premières moutures du scénario, Vermin devait être tué dans la baston dans les toilettes de Union Station, mais au vu du capital sympathie du personnage, il sera épargné jusqu'à la fin.

Le prologue présent sur certaines versions US devait à l'origine être narrée par Orson Welles.

James Remar, qui joue le rôle d'Ajax, le psychopathe de la bande des "Warriors", est allé à Coney Island afin de trouver une inspiration pour son personnage. David Patrick Kelly qui interprète Luther, le chef névrotique des "Rogues" dit s'être inspiré d'une de ses connaissances de New York qui se montrait souvent moqueur à son égard ; lors de la scène où il chante le refrain "Warriors ! Come out to play-ey !" (En VF :"Warriors ! La partie commence !), il devait se servir de pigeons morts pour faire le bruit de fond mais le studio opta finalement pour qu'il fasse ce bruit avec trois bouteilles de verre fixées à ses doigts.

L'un des mystères du film reste la personne (que l'on ne voit jamais) à qui téléphone Luther à 2 reprises (devant le stand de bonbons où Luther martyrise ensuite son second et balance un rouleau de billets à la vendeuse et la deuxième fois lorsqu'il révèle l'attaque ratée des "Orphans" sur les "Warriors"). David Patrick Kelly a révélé en interview qu'il s'agirait d'une sorte de mentor qui aurait des liens avec le gangstérisme, ce qui expliquerait pourquoi Luther a assassiné Cyrus, qui voulait l'alliance des gangs contre la police et la mafia.

Censure[modifier | modifier le code]

Le slogan de l'affiche, « These are the armies of the night. They are 100,000 strong. They outnumber the cops five to one. They could run New York City. » a provoqué un scandale, car les médias pensaient que cela pouvait constituer une invitation aux émeutes.

La version française fut amputée d'une scène par la censure du ministère de l'Intérieur : le leader des Warriors, devant un ensemble d'autres leaders de gangs, assure que si « les gangs s'unissaient, la police et l'ordre seraient impuissants. ». La version belge n'étant pas censurée, certains spectateurs passèrent la frontière afin de voir la version intégrale.

Réception[modifier | modifier le code]

Tourné pour un budget estimé entre 6 à 7 millions de dollars[6], Les Guerriers de la nuit totalisa 22 490 039 $ de recettes[7] au box-office américain, rencontrant qu'un succès commercial assez léger. En France, le film obtint 779 493 entrées[8].

Le film eut une grande influence en France sur les bandes dites "zoulous" des années 1980-90, au même titre que le Colors de Dennis Hopper (1988).

Hommages[modifier | modifier le code]

Il est à noter que l'origine du jeu vidéo Double Dragon, devenu l'une des bases fondamentales du jeu de combat est inspiré du film. Technos a eu l'idée ingénieuse de reprendre l'idée d'un jeu évolutif ou deux personnages vont affronter des gangs ennemis.[réf. souhaitée] Le film a depuis fait l'objet de deux adaptations officielles intitulées The Warriors (2005) et The Warriors: Street Brawl (2009).

Remake[modifier | modifier le code]

Un remake réalisé par Tony Scott était en préproduction avant qu'il ne meure, le 19 août 2012. Le film était censé se dérouler à Los Angeles, alors que Les Guerriers de la Nuit se déroulait à New York. Des gangs locaux ont été approchés pour apparaitre dans le film. Evan Ross, Brenna Roth et Nate Parker ont été contactés pour les rôles de Rembrandt, Mercy, et Snow. Walter Hill devait contribuer à la réalisation et Terence Winter (scénariste des séries télévisées Les Soprano et Boardwalk Empire) devait être chargé de l'écriture du scénario. La préparation de la production est restée en suspens depuis sa mort.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.the-warriors.fr/film.php?section_name=scenario
  2. http://www.cnc.fr/web/fr/rechercher-une-oeuvre/-/visa/50865
  3. « PressReader.com - Connecting People Through News », sur www.pressreader.com (consulté le 7 août 2016)
  4. « MWM Digital – The Real Warriors », sur mwmdigital.com (consulté le 7 août 2016)
  5. « Remembering the “Hoe Avenue Peace Meeting” », sur MAMBOSO NUYOTOPIA PhotoBlog (consulté le 7 août 2016)
  6. Gary Arnold, « The Warriors - Surly Kids Pack a Box-Office Wallop », Washington Post,‎
  7. (en) « Warriors », sur Box Office Mojo (consulté le 7 mai 2014)
  8. « Les Guerriers de la nuit », sur Jp's Box Office (consulté le 7 mai 2014)