Guillaume Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Durand (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article a besoin d'un nouveau plan. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Les informations dans cet article sont mal organisées, redondantes, ou il existe des sections bien trop longues. Améliorez-le ou soumettez des propositions en page de discussion.

Guillaume Durand
Description de cette image, également commentée ci-après

Guillaume Durand en 2008.

Naissance (63 ans)
Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Professeur d'histoire-géographie
Journaliste
Animateur de télévision
Animateur de radio
Autres activités
Collectionneur d'art
Ascendants
Fils des galeristes Lucien et Nicole Durand
Conjoint
Descendants
En tout cinq enfants

Guillaume Durand, né le à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, est un journaliste et animateur de télévision français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

D'abord professeur d'histoire-géographie, il devient journaliste à Europe 1 en 1978 d'abord comme reporter puis comme présentateur de flashs d'information. Rédacteur en chef adjoint chargé du journal de 8 heures, puis de la tranche h-h. Depuis 2013, Guillaume Durand est rédacteur en chef magazine de Citizen K International et Citizen K Homme Sport.

En 1986, il rejoint La Cinq de Silvio Berlusconi pour y présenter les records sportifs. À partir de 1987, il présente le journal de 20 heures sur cette chaîne qui est alors dirigée par Robert Hersant. En parallèle, il présente deux émissions dominicales en direct : Face à France et Au cœur de l'affaire, produites par le tandem à succès Catherine Barma et Thierry Ardisson. La présentation du journal s'interrompt en juin 1991, le nouvel actionnaire Jean-Luc Lagardère lui préférant le duo Béatrice Schönberg et Gilles Schneider. Dès septembre 1991, sous la houlette de Patrice Duhamel et de Catherine Barma, il présente Les absents ont toujours tort, une émission en direct, réalisée par Philippe Lallemant dans un décor monumental reconstituant la Chambre des communes. Après la mort de la Cinq il rejoint TF1 ou il anime une émission de débat Durand la nuit le mardi en deuxième partie de soirée, ainsi que Toute la ville en parle, un samedi par mois en première partie de soirée. Deux émissions produites par Philippe Marouani. De juin 1994 à juin 1997, il est directeur adjoint de la rédaction de la chaîne d'information en continu LCI. Parallèlement, il anime LMI, le grand rendez-vous politique de TF1. En 1993, il fut brièvement sociétaire aux Grosses Têtes sur RTL.

Après cette carrière de journaliste, il devient animateur de talk-show. Il présente et produit ainsi Nulle part ailleurs sur Canal+ de septembre 1997 à juin 1999. Il sera selon lui « renvoyé d'une manière brutale et intolérable » par le directeur des programmes de Canal+, Alain de Greef, et le responsable de la rédaction, Bernard Zekri. Ce limogeage l'amène à publier un essai, La Peur bleue, dans lequel il dévoile les « manœuvres et dérives » de cette chaîne privée.

À la rentrée 1999, il retrouve Europe 1 pour présenter une série d'interviews du lundi au vendredi entre 18 h 30 et 19 h. Parallèlement, il rejoint en septembre 2001 la chaîne France 2 pour animer un magazine littéraire Campus, le magazine de l'écrit, ainsi que Trafic.musique à partir d'octobre 2002.

En septembre 2004, il quitte Europe 1, pour réaliser une interview quotidienne sur la chaîne I>Télé, tout en continuant ses deux émissions sur France 2. À la rentrée 2005, l'émission, qui suit La Grande Édition (un journal 30 minutes présenté par Harry Roselmack), est rebaptisée La Grande Édition, la suite pour être diffusée du lundi au jeudi de 18 h 30 à 19 h 30. Le vendredi, Guillaume Durand présente à 19 h 20 Le Franc Parler, un entretien de 40 minutes avec une personnalité politique diffusé en direct et en simultanée sur I>Télé et France Inter, en partenariat avec l'hebdomadaire Le Point. Il arrête de présenter Le Franc Parler en janvier 2006, puisqu'à cette date, ses deux émissions sur France 2 sont fusionnées dans une nouvelle version de Campus diffusée tous les vendredis soir en direct à 22 h 30.

À la fin de la saison 2005/2006, il quitte I>Télé (où il est remplacé par Thomas Hugues) en raison d’une clause d’exclusivité avec France 2. En septembre 2006, il crée l'émission Esprits libres sur France 2, qui remplace Campus. Ce nouveau rendez-vous culturel orienté vers le débat permet de confronter auteurs, artistes, critiques, spécialistes et téléspectateurs avertis.

En , il revient sur Europe 1 pour animer l'émission de libre-antenne À l'air libre du lundi au vendredi de 18 h à 20 h, en remplacement de Pierre-Marie Christin.

À la rentrée 2008, alors qu'il est remplacé sur Europe 1 par Marie Drucker et Patrick Cohen[1] et qu'Esprits libres n'est pas reconduit sur France 2, il anime sur la chaîne publique L'Objet du scandale, un magazine revenant sur « des grands faits de société » le dimanche après-midi[2]. En , il succède à Jean-Luc Hees à la présentation de la matinale de Radio Classique[3]. À partir de septembre 2010, il présente Conversation inédites face aux français un mardi sur deux sur France 2 en deuxième partie de soirée[4]. À partir de janvier 2011, son interview matinale sur Radio Classique est diffusée également sur la chaîne d'information en continu i>Télé. Il coprésente En route vers la présidentielle avec Michaël Darmon, chroniqueur politique sur i>Télé[5].

En 2011, il est un des membres du jury du prix Françoise-Sagan[6].

En septembre 2011, il rejoint la chaîne Paris Première pour y animer Rive Droite, une émission dans la lignée de 93, faubourg Saint-Honoré[7] où il organise tous les mercredis des dîners dans son appartement de 400 m2 décoré d'œuvres de Bertrand Lavier, Xavier Veilhan, Daniel Buren, Peter Lindbergh ou Rosson Crow[8].

En 2012, alors qu'il est toujours employé comme présentateur sur Radio Classique, propriété du groupe LVMH, Guillaume Durand réalise avec Gilles de Maistre un portrait de Bernard Arnault, PDG de LVMH. Ce documentaire intitulé Bernard Arnault, l'enfance est un destin, qui constitue un véritable dithyrambe[9] de Guillaume Durand au profit de son employeur, est diffusé le 3 février 2012 sur France 5.

À partir du 18 mars 2013, Guillaume Durand fait son retour à la télévision sur la chaîne Non Stop People. L'animateur présente tous les soirs un talk show (émission-débat) The Artists diffusé à 22h[10].

Le dimanche à 18 heures[Depuis quand ?], il présente Culture Club, sur Radio Classique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Guillaume Durand, collectionneur d'art, est le fils des galeristes Lucien et Nicole Durand[8] qui ont été des initiateurs de l'avant-garde en France dans les années 1960, ce qui explique sa passion pour l'art contemporain.

Il étudie au lycée Janson-de-Sailly[11].

Marié deux fois, Guillaume Durand a cinq enfants. Il épouse sa première femme en 1978, avec laquelle il a trois enfants : une fille née en 1979 et deux garçons nés respectivement en 1981 et en 1985[12],[13]. En , il épouse Diane de Mac Mahon, réalisatrice et directrice d'antenne de la chaîne I-Télévision entre 1999 et 2002[14]. Partageant leur vie depuis 1999, ils ont un garçon né en 1998 et une fille née en 2008[15].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Durand, La Peur bleue, éditions Grasset, , 267 p. (ISBN 978-2246576914)
    Journal de bord de son passage par Canal+ pendant les saisons 1997/1998 et 1998/1999.
  • Guillaume Durand, Il était une fois Françoise Sagan, Jacques Marie Laffont éditeur, janvier 2005, (ISBN 2-84928-090-9)
  • Guillaume Durand, Mémoires d'un arythmique, Grasset, octobre 2015, 378 p., (ISBN 978-2-246-60781-6)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (fr) Julien Mielcarek, « Guillaume Durand : "Europe 1 peut m'appeler !" » sur Ozap.com,
  2. (fr) « Guillaume Durand de retour à l'antenne le 7 septembre » sur tele7.fr,
  3. (fr) « Radio Classique : consolider l'audience malgré une conjoncture difficile », Challenges,
  4. (fr) Émilie Gavoille, « On a (re)vu “Face aux Français... conversations inédites” », sur telerama.fr,‎
  5. (fr) Julien Lalande, « Guillaume Durand de retour sur i-Télé dès le 10 janvier », sur Ozap.com,‎
  6. dossier de presse du prix Françoise Sagan, « Prix Françoise Sagan » [PDF], sur domaine-sagan.fr,‎ , p. 2
  7. Pierre Morel, « On y était Paris Première sort le grand jeu pour ses 25 ans », sur tele-2-semaines.fr,‎
  8. a et b Marion Vignal (photogr. Éric Flogny), « Dans les murs de ... Guillaume Durand », L'Express Styles,‎ , p. 58 à 61
  9. (fr)Didier Porte, « @ la Porte : Quand Guillaume Durand bisounourse Bernard Arnault (17/02/2012) », sur arretsurimages.net,‎
  10. http://www.non-stop-people.com/Article/guillaume-durand-rejoint-non-stop-people_4585.html
  11. Anne Fulda, « Guillaume Durand, le faux désinvolte », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 5 / dimanche 6 décembre 2015, page 42.
  12. (fr) « Guillaume Durand », VSD,
  13. (fr) « Guillaume Durand papa pour la 5e fois » sur purepeople.com,
  14. (fr) « Diane de Mac-Mahon, directrice de l'antenne de itélévision. », Stratégies,
  15. (fr) « Mariage de Guillaume Durand avec Diane de Mac Mahon » sur lemag-vip.com,