Goldorak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Goldorak

UFOロボ グレンダイザー
(UFO Robo Grendizer)
Genre Mecha, science-fiction
Anime japonais : UFO Robo Grendizer
Réalisateur
Tomoharu Katsumata, Masayuki Akehi
Producteur
Chiaki Imada, Toshio Katsuta
Scénariste
Shozo Uehara, Mitsuru Majima, Tatsuo Tamura, Keisuke Fujikawa, Toyohiro Ando
Studio d’animation Tōei Animation/Dynamic Planning
Compositeur
Shunsuke Kikuchi
Studio d’enregistrement Nippon Columbia
Chaîne Drapeau du Japon Fuji TV
1re diffusion
Épisodes 74
Manga : UFO Robo Grendizer
Cible
éditoriale
Shōnen
Auteur Gō Nagai
Éditeur (ja) Kōdansha
(fr) Black Box
Sortie initiale
Volumes 2
Manga
Cible
éditoriale
Shōnen
Scénariste Gō Nagai
Dessinateur Gosaku Ōta
Éditeur (ja) Akita Shoten
(fr) Black Box
Sortie initiale
Volumes 5
Film d'animation japonais : Goldorak contre Great Mazinger
Réalisateur
Osamu Kasai
Studio d’animation Toei Animation/Dynamic Planning
Durée 25 minutes
Sortie
Film d'animation japonais : L’Attaque du dragosaure
Réalisateur
Masayuki Akihi
Studio d’animation Toei Animation/Dynamic Planning
Durée 31 minutes
Sortie

Goldorak (UFOロボ グレンダイザー, UFO Robo Grendizer?, littéralement Grendizer, le robot OVNI) est une série animée japonaise conçue, réalisée et produite par Tōei Animation en 1975, d'après une idée originale de Tōei Dōga et son film Uchū Enban Daisensō.[1] Elle a été sponsorisée par Popy et la chaîne Fuji TV, et accompagnée d'un manga de Gō Nagai puis de Gosaku Ōta.

La série originale compte 74 épisodes de 26 minutes, plus une annonce du prochain épisode en fin de générique. Elle a été diffusée au Japon du au , chaque dimanche avant vingt heures sur la chaîne nippone Fuji TV, remplaçant alors la série Great Mazinger[2].

La série a donné lieu à un ouvrage intitulé "Roman Album", publié par Tokuma Shoten fin 1978[3] au Japon, dans lequel s'expriment différents auteurs et artistes ayant pris part à l'aventure.

Arrivée en France sous le titre de « Grendizer Raids », Goldorak, le robot de l'espace a fait son apparition sur Antenne 2 dès la première émission de Récré A2 le , à 18 heures, déjà présentée par Dorothée[4]. La diffusion complète s'est faite en plusieurs salves, à raison de deux, puis d'un épisode par semaine, mais l'ordre chronologique n'a pas toujours été respecté. Des rediffusions aléatoires entrecoupées d'inédits et comprenant les six derniers épisodes ont perduré jusqu'au 24 octobre 1980. Au Québec, elle a été diffusée à partir du sur le réseau TVA.

Résumé de l'histoire[modifier | modifier le code]

Un empire extraterrestre belliqueux, Véga, a asservi et ravagé la lointaine planète avancée et pacifique d'Euphor. Le prince d'Euphor (Duke Fleed dans la version originale, n'a pas de nom en V.F. : Actarus fut une erreur de doublage, corrigée après l'épisode 25), a toutefois pu échapper au massacre en leur soustrayant la machine de combat Goldorak (Grendizer en V.O.) pouvant voyager à travers l'espace arrimé dans sa soucoupe porteuse. Son pilote trouve refuge sur Terre deux ans avant le début de l'intrigue, est alors découvert, soigné et adopté par un scientifique humaniste : le professeur Procyon (Genzō Umon en V.O.), directeur d'un centre de recherches spatiales localisé au pied des Monts Yatsugatake (en V.O.). Ce dernier lui donne l'identité d'Actarus Procyon, son fils, et dissimule Goldorak dans une base souterraine sous le Centre. En tous points humain extérieurement, contrairement aux humanoïdes au physique plus «exotique » de Véga, Actarus mène une vie de Terrien ordinaire et travaille comme garçon d'écurie au Ranch du Bouleau Blanc voisin (ranch Shirakaba en V.O.), co-géré (en V.O.) par Rigel et Procyon.

Lorsque l'empire de Véga tourne sa soif de conquêtes vers la Terre, il établit une base militaire dans ce but sur la face cachée de la Lune. Actarus, bien que très réticent (en V.O.) à reprendre les commandes de son « engin de mort », s'oppose bien vite à leurs plans en combattant, avec Goldorak, leurs soucoupes et monstres robotiques. Il est aidé initialement par Alcor, qui pilote ici une modeste soucoupe construite par ses soins, l'O.V.Terre (« objet volant terrien », T.F.O. en V.O., par analogie avec U.F.O.).

Au fil de la série, l'identité secrète d'Actarus le devient de moins en moins, et deux jeunes filles finissent par rejoindre le tandem masculin de départ : d'abord Vénusia (Hikaru Makiba en V.O.), la fille de Rigel, puis Phénicia (Maria en V.O.), la sœur cadette du prince, retrouvée aux trois quarts de la série, qui a elle aussi échappé au massacre d'Euphor. Le quatuor devient la Patrouille des Aigles (Grendizer Team en V.O.), équipée de trois engins qui s'assemblent à la partie « robot » de Goldorak (le Dizer en V.O.) pour les combats aériens, sous-marins et souterrains, à mesure que les stratagèmes de Véga deviennent plus complexes. Le Grand Stratéguerre (Véga) finit par abandonner sa planète, détruite dans une catastrophe, pour commander personnellement l'invasion de la Terre. À la fin de la série, il est anéanti, ainsi que les restants de sa flotte, dans un combat ultime et rapide entre la Terre et la Lune. Tous les protagonistes sortant victorieux de cette dernière bataille, Actarus et Phénicia prennent la route d'Euphor, avec l'espoir d'y refonder une civilisation.

Tout au long de la série, Actarus sera amené à affronter des envoyés de Véga dont certains seront parfois d'anciennes connaissances, voire des proches qu'il côtoyait du temps de sa vie sur Euphor. Ces rencontres ou ces retrouvailles se solderont par des victoires parfois très amères pour le prince d'Euphor.

Personnages[modifier | modifier le code]

Protagonistes de Goldorak[modifier | modifier le code]

Cosplay d'Actarus au Lucca Comics and Games de 2011.
Actarus (宇門 大介, Umon Daisuke?) / Prince d'Euphor (デューク・フリード, Duke Fleed?)
Prince héritier de la planète Euphor ayant fui sa planète natale à bord de Goldorak après la destruction de sa civilisation par les forces de Véga, soustrayant ainsi la machine à l'ennemi qui souhaitait s'en servir. Il est tourmenté, introverti et mélancolique, ne rêvant que de paix. C'est malgré lui (en V.O.) qu'il reprend les commandes de son appareil pour défendre la Terre. Il s'avère réfléchi et implacable au combat et révèle un sens des responsabilités particulièrement élevé. Son passé est révélé par touches tout au long de la série, notamment la nature des ses relations avec plusieurs autres personnages extraterrestres apparaissant comme héros ou héroïnes d'un épisode. Sa nature extraterrestre lui confère en outre, sur Terre, des capacités physiques exceptionnelles[5]. Il souffre aussi fréquemment des conséquences d'une blessure d'origine radioactive qui menace sa vie à partir de l'épisode 30. À partir de l'épisode 36, il accepte de devoir coupler son appareil (robo seul) au nouveau vaisseau d'Alcor, baptisé Alcorak et de combattre régulièrement en mode assemblé, y compris par la suite avec les vaisseaux de Vénusia (le Vénusiak) et de Phénicia (le Fossoirak).
Alcor (兜 甲児, Kabuto Kōji?)
Héros de la série antérieure Mazinger Z, il figure ici en qualité de partenaire du protagoniste principal. Les seules évocations de son statut de pilote du robot Mazinger Z résideront dans un bref flash back du premier épisode, et dans la visite, dans les épisodes 14 et 31, de ses anciens comparses. Hormis ces trois exceptions, les liens entre les deux séries seront totalement inexistants. Ingénieur à la NASA, Alcor est de retour dans son pays natal pour étudier de récents passages d'OVNI dans la région du Mont Fuji[6]. Il est un jeune homme impétueux épris de justice. Téméraire plus que courageux, il met souvent sa vie (et celle d'autres) en danger par son impulsivité. Sa lutte aux côtés d'Actarus lui apprend la sagesse et la patience[7] tout en apportant à son ami l'énergie nécessaire pour remporter à chaque fois la victoire. Il combat d'abord aux commandes d'une petite soucoupe expérimentale appelée OV-Terre, avant que le Professeur Procyon conçoive un engin beaucoup plus puissant, l'Alcorak, qui pallie certaines lacunes de Goldorak en combat aérien.
Professeur Procyon (宇門 源蔵(所長), Umon Genzō (Shochō)?)
Scientifique et directeur du Centre d'Études spatiales situé sur les terres du ranch du Bouleau Blanc. Procyon est un savant d'une intelligence exceptionnelle, grand et sage humaniste, obligé, à son grand dam, de transformer son Centre en une invincible forteresse de métal pour lutter contre Véga. Calme et réfléchi, il guide souvent Actarus dans ses choix ; il l'a recueilli et adopté lorsque Goldorak s'est écrasé sur Terre. Actarus lui transmet la technologie de la photoénergie développée sur sa planète natale (et avec laquelle fonctionne Goldorak), ce qui permet aux appareils de la Patrouille des Aigles d'en bénéficier.
Rigel (牧場 団兵衛, Makiba Danbei?)
Rigel (prononcé « Riguel ») est le propriétaire du ranch du Bouleau Blanc ainsi que du terrain où se trouve le Centre Spatial. C'est un homme d'âge mûr, au physique peu commun, au tempérament colérique, têtu, mythomane et souvent porté sur l'excès de boissons alcoolisées. Il est fasciné par l'Ouest américain dont il adopte les codes vestimentaires et les comportements. Il se targue constamment d'un tumultueux passé de cow boy au Far West, dont on ne sait trop s'il est réel ou imaginaire. Ses principales préoccupations sont, au début de la série, de surveiller sa fille Vénusia et d'entrer en contact avec des OVNI. Président du « Comité d'accueil des hommes de l'espace », il passe le plus clair de son temps juché sur un poste d'observation l’œil rivé à un télescope. Il comprend son erreur lorsqu'il rencontre Hydargos. Malgré tout, il a bon fond, est un père attentionné et n'est pas si stupide qu'il en a l'air. Comme d'autres personnages récurrents de Gō Nagai, il joue principalement un rôle comique dans la série, amenant régulièrement des intermèdes humoristiques qui iront néanmoins en se raréfiant dans la deuxième partie de la série.
Vénusia (牧場 ひかる, Makiba Hikaru?)
Fille de Rigel, elle est amoureuse d'Actarus et la relation entre les deux protagonistes évolue au fil de la série. Elle est d'abord tenue dans l'ignorance de la véritable identité de ce dernier, jusqu'à ce qu'elle découvre son secret. Elle en comprend les enjeux et devient un soutien moral du prince dans son combat. Grièvement blessée au cours d'une attaque de Véga, elle est sauvée grâce à une transfusion du sang d'Actarus. Intrépide, elle s'intègre au binôme que formaient jusque là Actarus et Alcor. Un vaisseau amphibie, le Vénusiak, lui est attribué pour qu'elle puisse participer au combats[8]. Malgré l'effort des scénaristes et un nouveau design, l'évolution du personnage de Vénusia s'accompagne d'une chute des audiences de la série. Pour y remédier, une autre fille, Phénicia, fait son apparition et le rôle de Vénusia s'efface progressivement.
Phénicia (グレース・マリア・フリード, Grace Maria Fleed?)
Princesse d'Euphor et sœur cadette d'Actarus[8], elle aussi a trouvé refuge sur Terre. Son arrivée tardive dans la série s'explique par une stratégie de regain d'audience (première apparition dans l'épisode 49, où lui est aussi révélé son statut de princesse). Vive et intrépide, Phénicia sait aussi se montrer douce et sensible le moment venu. Elle apprend avec son grand frère à s'intégrer dans la Patrouille et semble (en V.F.) exprimer des sentiments pour Alcor. En combat, elle pilote un engin muni d'une double tarière appelé Fossoirak permettant à Goldorak de se mouvoir et de combattre sous terre. Elle possède en outre, comme son frère, des dons de perception extrasensorielle qui ne sont que peu évoqués/utilisés (tout comme le Translucidateur d'Actarus).
Mizar (牧場 吾郎, Makiba Gorō?)
Petit frère de Vénusia, c'est encore un enfant qui va à l'école ; bien qu'orphelin de mère, il évolue dans un environnement familial et entouré de nature. Il se montre plein d'admiration pour Actarus, à qui il souhaiterait ressembler même s'il ne comprend pas toujours ses attitudes. Diverses situations lui donnent l'occasion de tenir tête à son père et, d'une façon générale, à des aînés obtus, pour apprendre à défendre intelligemment ses convictions, ce à quoi l'encourage Actarus.
Antarès, Argoli et Cochyre
Assistants scientifiques du professeur Procyon, travaillant au Centre de recherches spatiales.
Banta (荒野 番太, Arano Banta?)
Garçon de ferme fruste, bagarreur et grossier, constamment affublé d'un sombrero et d'une chemise bariolée. Lui et sa mère vivent dans une ferme voisine du ranch du Bouleau Blanc. Lorsqu'il ne cherche pas querelle, il passe son temps à faire lourdement la cour à Vénusia, ce qui lui vaut au mieux l'indifférence des protagonistes, sinon les menaces de pendaison de la part du père. Il n'apparaît plus dans la série après l'épisode 31.

Ennemis de Goldorak (forces de Véga)[modifier | modifier le code]

Le Grand Stratéguerre (恐星大王ベガ, Kyōsei daiō Vega?)
Souverain de l'empire de Véga résidant sur la planète Stykadès (ベガトロン, Begatoron?) ; il reste tout d'abord à l'écart des conflits, avant de prendre lui-même les choses en main devant l'incompétence de ses hommes et suite à l'explosion de sa planète Stykadès, qu'il abandonne à contrecœur. À la suite de cette explosion, il s'installe dans le Camp de la Lune noire[9], Horos et Minos créant une base directement sur Terre, dans les profondeurs des océans. Dans les derniers épisodes, il doit subir la mort de sa fille Végalia, puis une tentative d'assassinat ; devenu fou, il finit par lancer une attaque générale sur la Terre, qui se solde par la destruction de ses forces et par sa mort dans le dernier épisode de la série.
Minos (ガンダル司令, Gandal-shirei?)
Commandant en chef des forces de Véga[10], établi au camp de la Lune Noire, sur la face cachée de la Lune. Il est dévoué corps et âme à la cause de Véga, et est prêt à tous les sacrifices pour éliminer Actarus et s'emparer de la Terre. Minos a la particularité de partager son corps avec une créature appelée Minas (レディガンダル, Lady Gandal?), qui, des épisodes 1 à 27, apparaît comme une minuscule femme à l'apparence de "sorcière" résidant à l'intérieur de sa tête : lorsqu'elle prend la parole à son tour, la tête de Minos s'ouvre en deux par le milieu pour lui laisser place. Après la blessure contractée à la fin de l'épisode 27, Minas change d'apparence et devient un visage féminin qui se découvre lorsque la moitié ou la totalité du visage de Minos s'escamote, toujours en 2 parties. Minos et Minas, dont la nature de la relation reste libre d'interprétation, tombent rarement d'accord sur une stratégie machiavélique car ils sont le plus souvent en conflit. Comme les autres officiers des forces de Véga mais seulement dans le dernier épisode et séparément, chacun dans le cadre d'une démarche personnelle, Minos et Minas connaîtront la mort.
Hydargos (ブラッキー隊長, Blacky-taichō?)
Commandant en second du camp de la Lune Noire[10] ; Hydargos est un être sournois et haineux qui n'hésite pas, à l'occasion, à trahir ses pairs pour accaparer tous les honneurs. Il trouve la mort à la fin de la première saison (épisode 27) dans l'explosion de sa soucoupe amirale, après avoir entrepris de combattre lui-même Goldorak.
Horos (科学長官ズリル, Kagaku chōkan Zuril?)
Officier scientifique qui vient remplacer Hydargos sur la Lune Noire après la mort de ce dernier. Il se vante souvent d'être un « homme de science », et non pas un militaire, et semble avoir des idées quelque peu différentes de celles de Minos quant à la conquête de la Terre. À plusieurs reprises, Horos et Minos, dont les grades militaires sont sensiblement égaux, s'affrontent, mais ils sont d'accord pour éliminer un rival des forces de Véga qui risque de vaincre Goldorak à leur place. C'est aussi l'officier de Véga le plus doté de sentiments, comme le prouve l'affection qu'il porte à son fils lui aussi nommé Horos, et les larmes abondantes qu'il verse lorsque ce dernier se sacrifie pour lui permettre d'échapper à Goldorak. Dans l’épisode 72, Horos est tué sur Terre par Alcor, alors qu'il était sur le point d'abattre Actarus.

L’armée des forces de Véga se compose de soldats masqués et anonymes : insensibles aux armes des Terriens, ils sont silencieux mais savent parler, et ont la capacité de s’emparer des corps des humains en se fondant en eux[11].

Engins[modifier | modifier le code]

Goldorak et ses alliés[modifier | modifier le code]

Goldorak (グレンダイザー, Grendiser, Grendizer ou Grandizer?)
Goldorak est une gigantesque machine de guerre extraterrestre en deux parties, très lourdement armée. L'engin est stationné dans un lieu tenu secret du Centre de recherches spatiales. Il en sort, pour ses missions, par des routes souterraines ou son accès direct, eux aussi secrets. Le voile de ses origines est partiellement levé dans l'épisode 2. Présenté comme le premier prototype et seul exemplaire d’une nouvelle génération de machine de guerre, il est censé surpasser tout ce qui existait auparavant. Aucune idée de lieu et de temps ne nous est donnée sur sa construction avant l'épisode 49 où l'on apprend qu'il a servi pour conquérir Euphor. Sa réalisation est donc antérieure à ce conflit. Actarus est parvenu à s'en emparer dans des conditions que l'on ignore et s'est enfui sur Terre après avoir détruit grâce à lui ses poursuivants. Goldorak a donc été apparemment conçu comme un engin offensif, mais s'est finalement retrouvé dans le rôle de défenseur de notre planète. Sur Terre et en version française uniquement, Goldorak a été perfectionné par Procyon et Actarus. Cela est dit dans l'épisode 8.
OVTerres (T.F.O. et J.F.O.)
La petite soucoupe jaune d'Alcor, équipée d'un lance-missiles, lui permet de combattre les navettes de Véga et d'effectuer des missions de reconnaissance. Elle apparaît dès le premier épisode. À la suite de sa destruction dans l'épisode 27, Alcor construit un deuxième OVT, également jaune mais de forme triangulaire, pas encore au point et dépourvu de tout armement. Cet appareil est détruit dès l'épisode 30 et remplacé par Alcorak. (Un OVTerre est un objet volant terrien, ainsi dénommé par opposition à l'OVNI, objet volant non identifié.)
Alcorak (ダブルスペイザー, Double Spazer?)
Conçu par Alcor et l'équipe du professeur Procyon, Alcorak est un appareil à la fois plus grand, plus puissant et surtout mieux armé que ceux qui l'ont précédé. Son aspect général, avec son nez effilé et ses ailes ajustables, n'est pas sans rappeler celui d'un avion supersonique. Il apparaît pour la première fois dans l'épisode 35 « Le Premier Raid » et prouve son efficacité en aidant Actarus à détruire son adversaire. Procyon, qui a perçu les avantages de combiner sa puissance et sa rapidité d'arrimage à Goldorak, conçoit un mécanisme permettant, via un corset d'assemblage, de jumeler les deux appareils. Cette innovation sera ensuite reprise pour les deux autres appareils de la Patrouille des Aigles. Il prend généralement son envol de l'emplacement central des trois aires de lancement du Centre spatial.
Vénusiak (マリンスペイザー, Marine Spazer?)
Conçu par le professeur Procyon et son équipe, Vénusiak apparaît pour la première fois dans l'épisode 41 « Le Baptême du feu ». Comme son nom l'indique, Vénusia en est le pilote attitré. Il s'agit d'un appareil amphibie destiné à compenser l'une des plus grosses faiblesses de Goldorak (il est moins efficace et autonome sous l'eau) mais qui reste efficient utilisé seul.
Fossoirak (ドリルスペイザー, Drill Spazer?)
Piloté d'abord par Alcor puis par Phénicia, Fossoirak fait son apparition dans l'épisode 45 « Des Fourmis et des Hommes ». Muni de deux puissantes tarières rétractables (Tarièro-pulseurs), il est spécialement conçu pour évoluer sous terre en creusant un tunnel et peut même transpercer ses adversaires. Comme les autres appareils de la Patrouille des Aigles, il est capable de se jumeler avec Goldorak, mais en plus avec les bras.
Aquarak (ウルトラサブマリン, Ultrasubmarine)
Cet appareil est un sous-marin géant, dans lequel Goldorak s'installe et pilote, pour descendre à de grandes profondeurs (le robot est en effet incapable de descendre en dessous de 400 mètres de profondeur). Il apparaît pour la seule et unique fois, dans l'épisode 67 « Opération plongée ». Actarus l'utilise pour aller délivrer Alcor, retenu prisonnier dans la base sous-marine édifiée par les forces de Véga (et située à plus de 1 000 mètres sous la surface des eaux), puis détruire cette dernière.
Cosmorak (コズモスペシャルスペイザー, Cosmo Special Spazer)
Les appareils de la Patrouille des Aigles ne pouvant opérer que dans l'atmosphère, Procyon et son équipe conçoivent finalement le Cosmorak, un appareil spatial composé de trois vaisseaux différents, capables de se combiner et de se séparer à volonté. Chaque appareil, spécifiquement armé, est confié à un pilote (Alcor, Vénusia, Phénicia). Il apparaît pour la première fois dans l'épisode 73 « Pour l'amour de la Terre » alors qu'il est encore en cours de construction. Il ne sera opérationnel que pour l'épisode 74, soit le dernier de la série, lors du combat final contre le Grand Stratéguerre et ses troupes.

Engins de Véga[modifier | modifier le code]

Navettes (ミニフォー, Mini F.O. ; ミディフォー, Midi F.O.)
Les navettes sont des soucoupes volantes de combat beaucoup plus petites que Goldorak, pilotées par les soldats masqués et anonymes de Véga. Elles accompagnent généralement un engin plus grand et sont envoyées et détruites en grand nombre. Il en existe deux versions : le modèle rond équipé de six lasers, visible jusqu'à l'épisode 52 « La Génération des monstres ». Le deuxième modèle, muni d'un canon-laser au-dessus du fuselage et de deux lance-missiles, fait son apparition lors de l'épisode suivant « La Bête ». L'utilisation de ces nouveaux appareils fait directement suite à l'arrivée du Grand Stratéguerre sur la Lune noire. Leur apparence est clairement inspirée par celles du film original de La guerre des mondes.
Golgoths / Antéraks (円盤獣, Enban-jū?)
Les machines envoyées depuis le Camp de la Lune Noire pour combattre la terre sont très différentes les unes des autres mais possèdent souvent deux formes différentes : la première, généralement celle d'une soucoupe, permet au Golgoth de voler, et la seconde, après transformation, est sa forme de combat, le plus souvent humanoïde ou robotico-animale. Certains ont plusieurs têtes ou sont capables de se désassembler et ré-assembler en plusieurs modules. Les Golgoths sont en principe autonomes et les Antéraks pilotés, mais l'adaptation française inverse parfois cette distinction qui lui est d'ailleurs propre et n'existe pas dans la version originale.
Monstrogoths (ベガ獣, Vega-jū?)
À partir de l'épisode 52 « La Génération des monstres », le général Dantus / Archéron, militaire de talent et scientifique de renom, parvient à transformer des animaux en machines de guerre : ce sont les Monstrogoths (terme qui, dans la version française, ne sera utilisé que dans l'épisode 52). Ces engins de mort allient, selon leur créateur, « l'instinct ancestral de la guerre à la sophistication des robots ». Ces nouveaux adversaires se révéleront beaucoup plus redoutables contre Goldorak.
En tout, environ quatre-vingt yokai sont utilisés par les forces de Véga au cours des 74 épisodes.
Soucoupes amirales
Les soucoupes amirales sont les vaisseaux de commandement des forces de Véga. Ils servent d'une part à superviser les opérations de guerre et d'autre part à transporter les armements de combats, qu'il s'agisse des navettes ou des Golgoths. Trois soucoupes amirales sont visibles dans la série :
  • Durant la première saison, la soucoupe amirale du général Hydargos (マザーバーン, Motherban) est composée de deux hémisphères roses soudés l'un à l'autre, terminés en chevrons inversés portant des antennes à ses extrémités, et peut s'arrimer à la base lunaire. Elle est détruite à la fin de l'épisode 27 Vaincre ou périr lors d'un combat contre Goldorak, au cours duquel Hydargos perd la vie.
  • Durant les saisons deux et trois, la seconde soucoupe amirale (ガンダル専用母艦, Gandal sen'yō bokan) revêt une forme différente où l'une de ses extrémités est terminée par une tête monstrueuse. De la gueule de cette tête sortent les navettes de combat et les Golgoths. Ce vaisseau est lui aussi détruit par Goldorak lors du dernier épisode de la série. La destruction du vaisseau entraîne la mort de Minos.
  • Horos également utilisera une soucoupe amirale (ズリル戦闘母艦, Zuril sentō bokan), de forme assez comparable à celle de Minos : une soucoupe classique et amphibie avec un rostre monstrueux. Cet appareil se caractérise par une imitation de volcan en son sommet par lequel décollent les Golgoths.
Vaisseau impérial (キング・オブ・ベガ, King of Vega)
Le vaisseau impérial est l'immense engin spatial bleu en forme de cigare à bord duquel le Grand Stratéguerre quitte en catastrophe la planète Stykadès et se rend au Camp de la Lune noire. De par ses dimensions, et ce même s'il dispose d'un armement essentiellement défensif, il ne s'agit pas d'un vaisseau de combat. Il est détruit à son tour dans le dernier épisode de la série par Actarus et la Patrouille des Aigles, entraînant la mort de Véga.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Commentaire et narration[modifier | modifier le code]

Goldorak est un anime de science-fiction appartenant au genre « robots géants » qu'à compter de Gundam on baptise mecha. Dans les années 1970 apparaissent au Japon de nombreuses séries populaires mettant en scène des robots géants surpuissants pilotés par des adolescents ou de jeunes adultes, entraînés par hasard dans des événements qui les dépassent et dont la tâche est généralement de sauver le monde. Ces séries sont rétrospectivement catégorisées dans le genre des « super robots »[12],[13].

Lorsque Tōei crée et lance Grendizer, Gō Nagai a déjà connu un immense succès au Japon avec Mazinger Z. En fait, Mazinger Z et Great Mazinger se déroulent dans le même univers de fiction tandis que l'univers de Grendizer est spécifique, même si des personnages apparaissent communs à ces trois séries[14]. C'est essentiellement à la demande de Popy devenue Bandaï et de la chaîne de télévision Fuji TV que la machine Grendizer est conçue selon un design rappelant celui des Mazinger, dans le but de mieux vendre des produits dérivés et des jouets[15]. Le personnage Star étant à l'époque Kōji Kabuto (Alcor), Fuji TV demande qu'il soit intégré à la série (il ne l'était pas dans le film prototype de juillet 1975), malgré la difficulté, que Tōei précise, d'avoir deux protagonistes principaux dans l'histoire. Désireuse de s'éloigner de l'univers de Mazinger Z, Tōei avait en effet souhaité explorer l'idée d'une technologie extraterrestre, pouvant ainsi, comme l'a rappelé Gō Nagai, « dépasser n’importe quel robot imaginé jusque-là »[16].

Techniquement, l'animation en général et des robots géants en particulier, peut apparaître rudimentaire pour les spectateurs d'aujourd'hui habitués à des techniques plus évoluées[15]. Elle marque cependant une évolution très sensible pour l'époque, comparée à des anime produits antérieurement, tels que Mazinger, ceci grâce à des designs très soignés, et une mise en scène également très soignée pendant les combats.

La version originale diffère par ailleurs sensiblement de la version française, comme le précise entre autres un rapport d'études de 2017[17].

Réception et importance[modifier | modifier le code]

Au Japon, la série rencontre un succès réel (audience moyenne équivalente à celle de Mazinger Z mais avec des taux variables au cours de la diffusion, là où la constance caractérisait Mazinger Z[18]). Alors que l'information qui prévaut pendant des années est que la série a été boudée au Japon, le mangaka Gō Nagai avance comme explications — finalement assez peu vérifiées par la suite — que le public nippon commençait à se lasser des séries de super robots, ainsi qu'un intérêt moindre envers les héros (comme Actarus) non japonais[19]. Ce qui est vérifiable est que le public nippon fan de Mazinger Z n'a pas apprécié que le personnage d'Alcor (qui était le héros de Mazinger Z) soit relégué au rôle de simple partenaire dans Grendizer. Mais telle était la volonté du marchand de jouets Popy, soucieux de vendre un maximum de produits, et surtout de la chaîne de télévision adepte du Star System comme le précise en 1979 Toshio Katsuta dans le "Roman Album". Ces volontés ont été imposées à Tōei chez qui le responsable du planning de la série et d'autres collaborateurs voulaient faire de Grendizer une série à part et non un troisième volet de la très populaire saga des Mazinger. Malgré ces réticences et celles de Gō Nagai, il a été décidé de faire apparaître celui qui deviendra en France Alcor dans la série. Le double protagoniste étant un principe impossible à mettre en œuvre comme le dit Katsuta encore en 2017 (12 novembre 2017 au「スーパーロボットまんがまつり」/ « Super Robot Manga Matsuri » dans le cadre du Nakano x Suginami Anime Festival), Alcor eut nécessairement un rôle secondaire[16]. D'autre part, l'évolution vers une émancipation prononcée du personnage féminin de Vénusia a été mal perçue, à l'époque, par le public traditionnel Shonen japonais, particulièrement conservateur. Le développement de la série a, pour ces raisons, connu une « révision » en cours de route. L'apparition de Phénicia va de pair avec cette réorientation faite sous la pression de lobbies.

Dans d'autres pays où Goldorak est importé — souvent presque par hasard — et en comparaison avec son accueil au Japon[18], la série remporte un succès considérable, pour ne pas dire phénoménal, particulièrement en Italie puis en France, ainsi qu'en Belgique, au Québec et en Espagne, également au Moyen-Orient, durant les premières diffusions en 1978 et 1979[16],[20]. Toutefois, c'est surtout Mazinger Z qui est connue dans des pays comme l'Espagne, les États-Unis ou en Amérique latine, à la différence de l'Italie et de la France ; en France, seul Goldorak a été vraiment célèbre[21].

En France, la diffusion des anime en provenance du Japon progresse — lentement — vers le milieu des années 1970, ce pays produisant énormément de séries variées pour un prix moindre[22]. On retrouve principalement la concurrence des États-Unis sur tous les formats d'animation TV, tandis que la production européenne demeure très faible et fort coûteuse[23],[24]. Selon le distributeur de Goldorak, Jacques Canestrier, et son collaborateur Bruno-René Huchez (décédé en 2016), l'épisode est vendu 20 000 francs alors que les dessins animés tournés par la télévision française revenaient à l'époque à 30 000 francs la minute[25].

Cependant, selon Gō Nagai, la Tōei avait, à cette époque, décidé de brader à l'exportation pléthore de séries[26]. La popularité de Goldorak, diffusée à partir de sur Antenne 2, est très forte, tant pour la série que les jouets et tous les autres produits dérivés, à tel point que Jean-Marie Bouissou parle d'une « génération Goldorak » qui, devenue adulte, a permis le développement du marché du manga après Akira[22],[27]. Ce sont ces animes japonais avec, entre autres spécificités, leur graphisme nouveau en France, tels Le Roi Léo, Princesse Saphir, Goldorak et Candy Candy[28] — même si quelques très rares longs métrages les ont précédés au début des années 1970 — qui ouvrent également la voie à la déferlante des années 1980[23],[29]. C'est aussi la première découverte du genre mecha en Occident[18],[15]. Preuve du phénomène, quelques auteurs avancent que le programme a atteint quasiment 100 % d'audience en France (pour la case horaire à dix-huit heures le soir dans Récré A2)[19],[30],[31],[32]. Les génériques de la série interprétés par Noam Kaniel (ceux interprétés préalablement par Enriqué n'ont pas connu de sortie sur disque à l'époque) ont été vendus, à ce jour, à plus de quatre millions d'exemplaires et ont obtenu plusieurs disques d'or[29]. Fait significatif pour les amateurs d'anime, il est à noter que les ventes générées par ce disque furent — de son propre aveu — le point de départ déterminant de la carrière de producteur prolifique et de la fortune de son éditeur, Haïm Saban[33].

Dans son livre et ses interviews, Bruno-René Huchez précise que Goldorak a été particulièrement difficile à placer à l'antenne — pour de multiples raisons —, ce qui explique sa première diffusion in extremis et en catimini dans une période d'été traditionnellement creuse en audiences. En effet, dès leurs débuts en France, les séries japonaises firent inlassablement l'objet de diverses critiques ou incompréhensions des journalistes, associations parentales[25] et sociologues. Goldorak, précurseur du genre, fut une cible de choix à travers notamment le livre À cinq ans seul avec Goldorak (1981) où Liliane Lurçat désapprouvait la violence, l'influence sur le comportement, ainsi que la « dépendance » que ce genre de séries créerait chez certains enfants[34]. Plus généralement, naissent des polémiques très fortes dans les années 1980 sur l'impact de la télévision en général sur les jeunes[29], visant plus particulièrement la présentatrice Dorothée et ses émissions, surtout après 1987 avec, par son entremise, la diffusion en masse par le groupe AB d'anime divers[35]. Elle sera surnommée « Goldorothée » par ses opposants[36]. Curieusement, d'autres anime originellement japonais mais présentés en France comme des séries américaines, car diffusées auparavant outre-Atlantique (La Bataille des planètes, Capitaine Flam...), ne furent pas spécialement l'objet de controverses malgré des scènes censurées par les diffuseurs, ou demeurant dans la droite ligne de ce qui était reproché aux anime japonais.

Au-delà des combats de robots traditionnels du genre mécha, principalement décriés en France, c'est davantage la trame dramatique développée tout au long des épisodes, incluant les nombreuses manipulations psychiques et morts de personnages, qui reste le point observable considéré comme le plus choquant pour une série destinée à la jeunesse en Occident. La réception japonaise, compte tenu de codes culturels établis après la Deuxième Guerre Mondiale et notamment la conquête sanglante d'Iwō Jima puis d'Okinawa suivies des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki (danger venu du ciel, armes de destruction massive, puissances destructrices incontrôlables...), se fit beaucoup plus naturellement.

Autres remarques[modifier | modifier le code]

Les détails connus concernant l'arrivée de l'anime en Europe sont précisés par le sociologue italien des médias Marco Pellitteri (it) dans un article de la Revue française des sciences de l'information et de la communication paru en langue française en 2020[37].

La première version du manga, accompagnant la diffusion de l'anime, dessinée successivement par Gō Nagai (avec la collaboration de Ken Ishikawa), puis par Yū Okazaki, est parue en France en 2015 chez Black Box[38]. La deuxième version du manga, dessinée par Gosaku Ōta, a été publiée en quatre volumes en français aux éditions Dynamic Visions, avec des couvertures de Jun'ichi Nakamura, puis rééditée par Black Box en 2015[39]. La troisième version du manga, dessinée par Eiji Imamishi, reste inédite sous nos latitudes, et n'a jamais été rééditée au Japon, à la différence des deux précédentes versions.

L'épisode 25 de l'anime est l'adaptation d'un passage du manga de Gosaku Ōta (vol.1, chapitre 3).

La mention « auteur original » jointe au nom de Gō Nagai et figurant aux crédits correspond à son statut de dessinateur et fournisseur d'esquisses (dessins préparatoires) de personnages et machines retenus par Tōei Dōga pour servir de bases originales au travail des character-designers et animateurs Kazuo Komatsubara et Shingo Araki, ce dernier assisté de Michi Himeno (dont Grendizer est le premier anime en tant qu'animatrice sur les poses-clé et charadesigner associée)[40].

Les personnages phares de Gō Nagai que sont Kōji Kabuto (Alcor) et ses amis apparaissant dans les épisodes 14 et 31, ainsi que Danbei Makiba (Rigel), sont issus d’œuvres antérieures de l'artiste (Mazinger Z pour les premiers et Abashiri Ikka et Cutie Honey pour le second).

Le studio Araki Production a fourni lui aussi à Tōei des esquisses, en particulier de « beaux personnages » (bikei characters), qui ont été retenues comme « originales », telles que celles de Naiida (Aphélie), Rubina (Végalia), Grace Maria Fleed (Phénicia), Kirika (Alyzée) et Kane (Cyrus). Seul Gō Nagai a cependant été crédité « auteur original ». Son personnage de Kōji n'avait pas d'existence dans le projet originel de Tōei (il est absent du film-prototype); il a été intégré à l'univers Grendizer (alternatif à l'univers Mazinger) à la demande expresse de la chaîne Fuji TV adepte du Star System, rendant ainsi ardue la tâche de faire coexister, dans la série, deux protagonistes principaux.

Son studio Dynamic Planning fut régulièrement associé à Tōei pour les productions d'anime comme Grendizer, ce qui n'a pas été sans tension dès lors que des anime "sous collaboration" ont été vendus à l'étranger sans le consentement de Dynamic, en particulier Grendizer. Pour des raisons encore inconnues, Gō Nagai sera identifié à l'étranger comme « auteur unique d'un manga précédant et inspirant l'anime » et sera donc le seul membre du staff créatif à être invité à l'étranger en tant qu'auteur, bien qu’il ait été moins impliqué dans la création que le responsable du Planning Toshio Katsuta, le scénariste principal Shōzō Uehara, les scénaristes Tatsuo Tamura, Mitsuru Majima et Keisuke Fujikawa, le réalisateur en chef Tomoharu Katsumata, les charadesigners Kazuo Komatsubara et Shingo Araki, le mechadesigner Tadanao Tsuji...

Gō Nagai, qui possède désormais suffisamment de droits sur l'univers et les personnages, publie en 2014 Grendizer Giga, un reboot de la série[41],[42]. Une vidéo animée promotionnelle est diffusée à l'occasion de la sortie du premier volume relié, correspondant au 40e anniversaire de la série originelle[43]. L'édition française est distribuée en 2016 chez Black Box.

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2013, la société de ventes volontaires Boisgirard-Antonini organise à l'Hôtel Drouot une vente aux enchères publiques entièrement consacrée à la culture populaire japonaise, incluant une riche collection de jouets et autres produits dérivés de Goldorak[44],[45],[46],[47],[48].

Goldorak a aussi inspiré des artistes contemporains, des peintres ou des sculpteurs. Certaines de ces œuvres ont été présentées lors de l'exposition Goldo Expo à Paris en 2015. On y retrouve les motifs fondateurs (mais généralement assez caricaturaux) de l’univers de la série[49].

Les 18 et a eu lieu à Paris un colloque universitaire intitulé « Goldorak, le colloque des 40 ans »[50],[51], organisé par l'IRCAV (Université Sorbonne Nouvelle) et le GRIC (Université du Havre). Celui-ci est consultable sur internet ou disponible en PDF.

Goldorak fête ses 40 ans en France le , un anniversaire remarqué par des médias nationaux[52],[53],[54],[55].

Le , Paris-Match, dont Goldorak avait fait la couverture en 1978 sur un numéro traitant de "La Folie Goldorak", consacre sa page rétrospective au phénomène[56].

En , Go Nagai reçoit lors de la Japan Expo, la distinction de Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres pour ses manga, dont Goldorak[57].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • La bande dessinée Sentaï School comporte de nombreuses références à Goldorak.
  • L’album La Guerre des génies, 10e de la série de bande dessinée Léonard, met en scène un combat de deux robots géants dont l'un est un pastiche de Goldorak.
  • L’album Le Réveil du Z de la série Spirou et Fantasio parodie Goldorak durant quelques cases avec Gueulderak.
  • L’album Le ciel lui tombe sur la tête de la série Astérix fait référence à Goldorak à la page 25, les guerriers robots des nagmas (anagramme de mangas) sont les goelderas.
  • Une planche du Pif Gadget no 522 met en scène Placid et Muzo rencontrant Goldorak.
  • Le gadget du Pif Gadget no 548 est le Piforak avec son Herculopoing.

Dessin animé[modifier | modifier le code]

  • Dans l'épisode "La révolte des robots" de la série Il était une fois… l'Espace, Métro se bat contre un robot géant, il utilise certains termes de Goldorak : fulguropoing, astérohache, cornofulgure...

Musique[modifier | modifier le code]

  • Les Fatals Picards ont conçu la chanson parodique Goldorak est mort, ou la complainte d'Actarus qui vient d’emboutir Goldorak dans un platane en revenant de boîte de nuit.
  • Le chanteur italien Alessio Caraturo a réalisé une reprise du générique italien de Goldorak (Goldrake), sous forme de ballade.
  • Le groupe Range La Machine a rendu hommage à Goldorak en reprenant sur leur album Traffic, sorti en 2002, la chanson Accours vers nous dans un style heavy metal.
  • Dans une chanson du groupe IAM Nés sous la même étoile, en 1997, on entend à la toute fin un extrait du 33 tours Goldorak comme au cinéma sorti en 1979 : une phrase prononcée par Actarus, « Mon Dieu, pourquoi ne puis-je vivre comme n'importe quel être humain ? Pourquoi mon destin est-il de ne pouvoir cesser de me battre ? »
  • Dans la chanson Do you speak martien ? sur le premier disque de Benny B, le sample revenant en boucle est la voix de Rigel dans l’épisode 1 de la première saison, lors de l'arrivée d'Alcor au ranch du Bouleau Blanc.
  • Le groupe Québécois Yelo Molo reprit la chanson thème de la série sur leur album Méli-Molo paru en .
  • Le groupe de rap DSL a écrit un morceau nommé Goldorak.
  • Le huitième morceau de l'album de RAP FULL HD s'intitule Goldorak et certains termes de la série y sont cités.
  • Le groupe de metal progressif québécois Obliveon a repris la chanson Goldorak le grand sur l'album Flashback, une compilation de reprises de génériques de dessins animés.
  • Enregistré en 1980 l'EP Les 45 Tours de cochon de Los Gonococcos, groupe constitué de Jean Bonnefoy, Jean-Louis Le Breton et Yves Frémion, appelle Goldorak au secours du Larzac dans les deux titres de la face A : Goldoraque Lou Larzem, et Mezral Oul Qu'Arodlogue (le même morceau passé à l'envers).
  • La couverture de l'album des Daft Punk Random Access Memories représente leurs deux demi-casques côte-à-côte, inspirés de ceux de la série, et surtout, cette disposition constitue une caractéristique récurrente et majeure du second opening, peu connu en France, de Grendizer, réalisé par Shingo Araki.
  • Une série animée de la Toei, débutée en 2014, Robot Girls Z, rend clairement hommage à Goldorak ainsi qu'aux autres robots de Go Nagaï[58].
  • Dans la version TV de Qui a tué Pamela Rose ?, Kad et Olivier entonnent la chanson de Noam, avant qu'un sosie de celui-ci accompagné de deux choristes n'apparaissent dans leur célèbre Fuego.
  • Les Robins des Bois, tout au long d'un sketch sur le théâtre, pastichent les personnages de la série.
  • Frédéric Martin recrée une aventure d'Actarus dans Le Monde de monsieur Fred. Épisode 232.
  • Enriqué Fort, le chanteur du tout premier générique français de la série en 1978 (jamais paru en 45t original), sort fin 2018 un remix intitulé Goldorak 2.0, en streaming[réf. nécessaire].

Statues et figurines[modifier | modifier le code]

  • En 1979[Où ?], un Goldorak gonflable de douze mètres et sa soucoupe ont été exposés sur les parkings d'une chaîne d'hypermarchés[59].
  • En France en sort périodiquement en kiosques une série de près de cent figurines représentant largement l'univers de la série, Go Nagai Collection, retirée de la vente quelques semaines plus tard.
  • Un Goldorak gonflable géant de 5 mètres avec sa pompe est en vente, pour décorer des animations.
  • Une Statue de Goldorak haute de 7 mètres, construite en fer forgé est installée en sur un rond-point de la commune de Thiers en France[60].
  • En 2020, les éditions Hachette mettent en vente une collection de fascicules contenant les éléments d'une figurine de 70 cm à assembler soi-même. Les fascicules comportent aussi un manga inédit, créé spécialement pour le marché européen et qui reprend chaque épisode de la série télévisée de manière extrêmement condensée.

Webséries[modifier | modifier le code]

  • Rémi Gaillard a réalisé une de ses plus célèbres caméras cachées avec un déguisement de Goldorak réalisé spécialement pour l'occasion[61].

Lieux[modifier | modifier le code]

Anime[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

Saison 1[modifier | modifier le code]

Saison 2[modifier | modifier le code]

Saison 3[modifier | modifier le code]

  1. La bête
  2. Le serpent
  3. Le monstre du Loch Ness
  4. Le lynx de l'espace
  5. Le monstre et l'enfant
  6. Le sosie
  7. Le commando
  8. Les rats
  9. Pégase
  10. Les cygnes
  11. L'ours polaire
  12. Cinq minutes pour mourir
  13. Un grand entre les grands
  14. La mort vient de la mer
  15. Opération plongée
  16. La grande douleur
  17. Tel père, tel fils
  18. L'Imposture
  19. Le meilleur Ami
  20. La princesse amoureuse
  21. Pour l'amour de la Terre
  22. Ce n'est qu'un au revoir

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Pour le doublage en version française réalisé par Michel Gatineau, la plupart des personnages portent des noms d'étoiles (Rigel, Alcor, Procyon, Mizar, Antarès), de planètes (Vénusia) et autres termes astronomiques (Aphélie, Nadir...). Quant au nom d'Actarus, il semble dériver du nom traditionnel de l'étoile α Bootis, Arcturus. Michel Gatineau, connu pour avoir prêté sa voix au professeur Procyon, à Michael Landon et à Horst Tappert (Inspecteur Derrick), est l'inventeur de tout le vocabulaire issu des constellations, des noms mythologiques et bibliques — Golgoth vient de Golgotha — et des adaptations des noms d'attaques. (Son épouse Anne Gatineau, écrivain sous le nom de Mike Cooper, a créé les noms d'Hydargos et Phénicia.) C'est également lui qui a choisi les acteurs pour le doublage qui au départ n'était prévu que pour 20 épisodes[64]. Les personnages de Horos, Dantus / Achéron et Phénicia ont été les seuls à changer de voix dans le courant de la série. C'est aussi à partir de la saison 3 que l'équipe VF reprenait une nouvelle suite de doublage.

Musique de fond[modifier | modifier le code]

Les musiques de fond de Goldorak ont été composées par Shunsuke Kikuchi, musicien de renom surnommé le « Ennio Morricone japonais ». Ses créations se retrouvent aussi bien dans Albator, Dragon Ball Z que les films de Quentin Tarantino. Ces musiques ont été enregistrées par un orchestre classique au cours de deux sessions distinctes. La première concerne l'enregistrement des musiques de fond du film pilote de Goldorak (Uchû enban daisensô La Grande Bataille des soucoupes de l'espace). La deuxième concerne l'enregistrement spécifique des musiques de fond de la série Goldorak (Grendizer). Celles de la première session se retrouvent en intégralité dans le film pilote mais ont été aussi réutilisées tout au long de la série.

Le site Goldorak-OST recense ces musiques et constitue également un véritable hommage au compositeur.

Comme beaucoup de productions japonaises de l'époque, des musiques de fond d'autres séries apparentées sont ré-utilisées à l'occasion. En l'occurrence, Getter Robot, Miracle Shoujo Limit-chan ou encore Great Mazinger, dans les épisodes où apparaît le Béliorak (Boss Borot en VO et dans Mazinger Z).

Ces BGM ont été éditées plusieurs fois sur disque[65].

Les chansons d'insertion de l'anime ont généralement été retirées de la version française et remplacées par des versions instrumentales ou génériques. Leur version originale a fait l'objet d'une traduction littérale amateure en 2019.

Génériques français et québécois[modifier | modifier le code]

  • Accours vers nous prince de l'espace, première version du générique de début, reprise en français du générique original, enregistré en une seule prise et supervisé par les japonais. Il a été diffusé en juillet et (interprète : Enriqué Fort ; auteur : Pierre Delanoë ; compositeur : Shunsuke Kikuchi). Il n'a jamais été édité en disque dans cette version.
  • Va combattre ton ennemi, générique de fin. Ce fut le premier générique final à être diffusé en juillet et (interprète : Enriqué Fort ; auteur : Pierre Delanoë ; compositeur : Shunsuke Kikuchi). Ce générique a été retiré rapidement de l'antenne et n'a jamais édité en disque. On peut cependant retrouver des extraits de ces chansons dans certains épisodes de Goldorak durant les combats.
  • Goldorak, le grand : ce fut le second générique en français, devenu le générique officiel — totalement différent du générique original — de début et de fin d'épisode, à partir de (interprète : Noam ; auteur : Pierre Delanoë ; compositeur : Pascal Auriat). Cette version, qui demeure la plus connue, s'est vendue à plus de quatre millions d'exemplaires et a été fréquemment rééditée sur CD. Elle est présente, en version générique remastérisée et en stéréo, sur l'édition DVD / Blu-Ray réalisée par AB Vidéo.
  • La Légende d'Actarus, nouvelle version d’Accours vers nous (texte réécrit et orchestration différente) diffusée en 1979 (interprète : Jean-Pierre Savelli / Les Goldies ; auteur : Pierre Delanoë ; compositeur : Shunsuke Kikuchi).
  • Le Prince de l'espace, nouvelle version de Va combattre ton ennemi (texte réécrit et orchestration différente) diffusée en 1979 (interprète : Jean-Pierre Savelli / Les Goldies ; auteur : Pierre Delanoë ; compositeur : Shunsuke Kikuchi). Elle sera reprise plus tard par Bernard Minet dans certaines de ses nombreuses versions.
  • Et l'aventure continue, diffusée en 1982 (interprète : Lionel Leroy ; auteur : Haim Saban ; compositeurs : Shuki Levy, Jacques Canestrier).
  • La Justice de Goldorak, diffusée en 1982 (interprète : Lionel Leroy ; auteur : Haim Saban ; compositeurs : Shuky Levy, Jacques Canestrier)
  • Le Retour de Goldorak – Goldorak Go, diffusée en 1987 (interprète : Bernard Minet ; auteur : Jean-François Porry ; compositeur : Jean-François Porry, Gérard Salesses).
  • Accours vers nous et Va combattre ton ennemi sont ressorties dans les années 2000, avec une orchestration différente, toujours interprétées par Enriqué Fort et en format disque comprenant la totalité des paroles, inconnues jusqu'ici.
  • Le Retour de Goldorak, générique de fin québécois en 1980 (interprète : Noam).
  • Goldorak, Go, générique québécois en 1980 (interprète : Noam).

D'autres chansons, hors génériques, existent :

  • Goldorak et l'enfant, diffusée en 1979 (interprète : Jean-Pierre Savelli / Les Goldies).
  • Goldorak et les 2 Mazinger, diffusée en 1982 (interprète : Michel Barouille).
  • La ballade d'Actarus, diffusée en 1982 (interprète : Lionel Leroy).
  • Robot, diffusée en 1982 (interprète : Lionel Leroy).
  • Un Robot, un Héros, diffusée en 1987 (interprète : Bernard Minet ; auteur : Jean-Luc Azoulay ; compositeurs : Gérard Salesses ; Jean-Luc Azoulay).
  • Le plus grand des robots, diffusée en 1987 (interprète : Bernard Minet ; auteur : Jean-Luc Azoulay ; compositeur : Gérard Salesses).
  • Goldorak, oui c'est son nom, diffusée en 1987 (interprète : Bernard Minet ; auteur : Jean-Luc Azoulay ; compositeurs : Gérard Salesses, Jean-Luc Azoulay).
  • Disco Goldorak, chanson québécoise diffusée en 1980 (interprète : Michel Smith).

Films[modifier | modifier le code]

Il existe deux films, n'excédant pas une demi-heure chacun, dans lesquels intervient Goldorak : Goldorak contre Great Mazinger et L’Attaque du dragosaure, tous deux sortis en salles au Japon au cours de l'année 1976. Le film Uchū enban daisensō (La Guerre des soucoupes volantes), sorti au cours de l'été 1975, est le « pilote » de Goldorak, bien qu'il ne soit pas encore tout à fait le robot que l'on connaîtra peu après. L'histoire ressemble, très largement, aux épisodes 1 (Les frères de l'espace), 2 (Le Prince d'un autre monde), 72 (La Princesse amoureuse) et 74 (Ce n'est qu'un au revoir) de la série. Il constitue le point de départ de la série Ufo Robot Grendizer, commandée par la marque de jouets Bandai à Toei. Go Nagaï en redessinera de nombreux personnages, notamment le robot principal et sa soucoupe, mais en gardant la trame originale, développée pour en réaliser une série hebdomadaire tout en y adjoignant Koji Kabuto (Alcor).

En France, un montage des épisodes 1, 2, 4, 5 et 10 a été exploité en salles en 1979 sous le titre : Goldorak au cinéma ainsi qu'un disque 33 tours éponyme qui, comme tous les innombrables produits dérivés de cette époque, a connu un succès immense. Après ce film, un deuxième est sorti en 1980, Le retour de Goldorak, montage improbable et quelque peu incohérent des deux films L'attaque du Dragosaure et Goldorak contre Great Mazinger et d'un autre anime : Devilman. Ce fut un échec, car la ferveur pour Goldorak tendait à s'estomper, mais surtout à cause de la médiocrité du montage invraisemblable et de la présence d'autres héros de Go Nagaï, peu connus hors Japon. La chanson de ce deuxième film, interprétée par Michel Barouille et tout aussi incohérente, s'intitule Goldorak et les deux Mazinger, et seule sa version instrumentale a été éditée sur un 33 tours dédié aux musiques de fond de San Ku Kaï et Albator ; celle-ci a d'ailleurs été réutilisée comme musique de fond d'Albator en version française[66].

Éditions vidéo et DVD en français[modifier | modifier le code]

À partir de la fin des années 1970 et jusque dans les années 1990, plusieurs épisodes ainsi qu'un film, ont été disponibles en cassettes VHS chez différents éditeurs, mais jamais la série complète. Quelques courts Super 8 sont sortis en 1979.

À l'été 2005, une première édition française au format DVD, éditée par les sociétés Déclic Images et sa filiale Manga Distribution, a très brièvement été mise en vente dans certains circuits de grande distribution, pour être retirée au bout de quelques semaines sur une plainte de Tōei animation. Une expertise démontra plus tard que cette édition avait été remontée à partir des DVD de la version japonaise (différente de la version française) sur laquelle le doublage français avait été rajouté[67],[68]. L'éditeur et le distributeur français n'ayant pas les droits sur la série, une procédure judiciaire aboutit à la condamnation des deux sociétés le à verser 4,8 millions d'euros aux ayants droit japonais pour contrefaçon de droits d'auteur et de marque ; un dernier volet pénal a aussi été jugé[69]. Pourtant, ces trois coffrets pirates interdits restent toujours en vente, depuis plusieurs années, neufs, sur des sites de vente en ligne très connus ; ils proviennent de Hong Kong. On ne sait pas d'où provenaient les premières contrefaçons vendues à la sauvette en 2005.

Dans la même veine, Laurent de Gourcuff, PDG de Noctis, affirme avoir perdu plusieurs millions d'euros dans une escroquerie montée par Alexandre Huchez, lui promettant les droits sur Goldorak. Cette nouvelle « affaire Goldorak » devait être jugée au printemps 2016[70].

Au Québec, la firme Imavision avait pu distribuer apparemment légalement les DVD de Goldorak. Ceux-ci, moyennement restaurés et comportant encore trop de coupes de censure par rapport à l'original, ont été disponibles à partir de fin 2012 sur le marché canadien francophone. Mais fin 2013, cette firme a été mise en faillite et son premier créancier n'est autre que la Toei, dont le logo officiel était étrangement absent sur le produit[71].

Une sortie officielle a été annoncée par Toei Animation, ainsi que Gō Nagai, lors de sa venue à Monaco le . Ainsi, le , est paru le premier coffret DVD d'une série de six, contenant 12 à 13 épisodes en VF et VOST, non-censurés, remastérisés par Toei et AB Vidéo, diffuseurs de cette édition[72]. Ceci permet notamment au public francophone de constater les différences nombreuses et importantes entre VF et VO (par le biais de sous-titres reprenant fidèlement les textes originaux) et de suivre la chronologie originale des épisodes. Cependant, au fur et à mesure de la sortie des coffrets, de nombreux amateurs de la série ont fait part d'une certaine déception sur plusieurs aspects et principalement sur divers choix techniques discutables (qualité de l'image comparée aux DVD japonais, etc.) ou autres modifications, pour ce qui était censé être une édition en tous points fidèle à l'originale[73]. Ces critiques sont encore plus virulentes en ce qui concerne l'édition en Blu-Ray.

Le , Go Nagai revient en France au Festival du Film d'Animation d'Annecy, pour promouvoir la sortie d'un nouveau Mazinger[74]. Le succès de ce nouveau film du populaire robot, reste malgré tout, de nos jours, incertain[75],[76]. Mais à la lecture de ses nouvelles nombreuses entrevues, Go Nagai laisse assez clairement entendre que Goldorak ne connaîtra jamais de suite ou d'adaptation. Il confirme ceci lors de son retour en France en , en indiquant que le style mécha est désormais largement obsolète[77].

Ceci reste pour le moins étonnant, car les rediffusions de Goldorak, même quarante ans après, représentent les meilleures audiences de la chaîne Mangas, avec 23 000 téléspectateurs en moyenne, à égalité avec Bleach, série plus moderne[78] et bien plus présente dans les esprits actuels que Goldorak, quasiment inconnue des jeunes générations.

Première et seule sortie DVD officielle :

  • Box 1 - 3 DVD - Épisodes 1 à 12 - sorti le . (ASIN B00BMQSUUS)
  • Box 2 - 3 DVD - Épisodes 13 à 24 - sorti le . (ASIN B00DHG30JW)
  • Box 3 - 3 DVD - Épisodes 25 à 36 - sorti le . (ASIN B00EVK69I2)
  • Box 4 - 3 DVD - Épisodes 37 à 49 - sorti le . (ASIN B01IRPO14K)
  • Box 5 - 3 DVD - Épisodes 50 à 61 - sorti le . (ASIN B01IRPO136)
  • Box 6 - 3 DVD - Épisodes 62 à 74 - sorti le . (ASIN B01IRPO122)
  • Coffret « Intégrale » - 18 DVD - Épisodes 1 à 74 - sorti le . (ASIN B00NH51C5M)

Seule sortie Blu-Ray officielle :

  • Vol. 1 - Épisodes 1 à 27 - Saison 1 - sorti le . (ASIN B01IRPO17W)[79]
  • Vol. 2 - Épisodes 28 à 52 - Saison 2 - sorti le . (ASIN B01IRPO168)[80]
  • Vol. 3 - Épisodes 53 à 74 - Saison 3 - sorti le . (ASIN B01IRPO16S)
  • L'intégrale des Blu-Ray regroupe ces trois volumes. (ASIN B019IO3P4Q)

Un coffret 2 DVD, Collection des films Mazinger, les super robots de Go Nagai, édité par AB, contenant sept moyens métrages, est sorti le et permet de retrouver Goldorak dans deux aventures. (ASIN B01IU3RYES)

  • Mazinger Z contre la tribu des démons ;
  • Mazinger Z contre le Général Dark ;
  • Great Mazinger et Getter Robot contre le monstre sidéral ;
  • Great Mazinger et Getter Robot G – le sacrifice ultime ;
  • La guerre des soucoupes volantes ;
  • Goldorak contre Great Mazinger ;
  • Goldorak, Getter Robot G, Great Mazinger contre le Dragonosaure.

Goldorak l'intégrale, en DVD de deux épisodes, est lancé périodiquement en kiosques début chez TF1 Vidéo, dans des villes test, puis devient indisponible peu de temps après.

Goldorak est ressorti en kiosques chez Hachette en , en DVD de quatre épisodes, dans des villes test ; la série a de même été stoppée rapidement.

Ufo Robot Grendizer, la série japonaise originale et complète, existe également en DVD en deux coffrets et en version originale, mais n'est plus disponible. Elle a également existé en LaserDisc[81].

En , AB annonce la sortie d'un ultime coffret collector non numéroté sous carton, accompagné d'une soucoupe pour ranger les disques Blu-Ray[82]. (ASIN B072MNV2Q3)

Le même mois, Hachette lance une collection de DVD avec des cadeaux (T-shirts, mugs, booklets et DVD Trois Films Mazinger) pour ceux ayant souscrit un abonnement. Un coffret de rangement pour accueillir les 19 DVD était fourni avec le premier numéro[83].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Jouets[modifier | modifier le code]

De nombreux jouets ont reproduit avec plus ou moins de réalisme le fameux robot. La ruée sur sa version de 60cm produite par Mattel et les ruptures de stock subséquentes à l'occasion de Noël 1978 ont marqué les mémoires. Aujourd'hui, la version équipée de sa soucoupe et des autres vaisseaux produite par Bandai demeure un collectible très recherché.

Publications[modifier | modifier le code]

Un bimensuel Goldorak, édité par Télé-Guide, est paru en France au moment où le dessin animé était diffusé. Ce magazine comprenait :

  • une aventure de Goldorak suivant assez peu la logique de la série animée, au graphisme pour le moins grossier repris de versions italiennes de Altas Ufo Robot Goldorake ;
  • agrafé en pages centrales, un carnet de disques autocollants à coller dans l'aventure de Goldorak dans les « blancs » prévus à cet effet ;
  • une bande dessinée en feuilleton, totalement différente de l'univers de Goldorak.

Un mensuel Spécial Goldorak semi rigide, entièrement consacré au héros éponyme. Une histoire plus longue y était dessinée et demeurait souvent assez fidèle, malgré des dialogues réécrits en français largement improvisés. Le graphisme s'est nettement amélioré vers le milieu de la parution en se calquant nettement sur la série télévisée. Des numéros comme Goldorak Spécial Noël ou Goldorak Pocket sont aussi parus. À cette même époque, Goldorak a également été représenté régulièrement dans Télé Junior avec des histoires suivant, plus ou moins, la trame narrative de la série télévisée. Aux éditions Rouge et Or, de nombreux albums cartonnés sont parus, mélangeant quelques dessins de grand format assortis d'un texte à lire à part.

De nombreux magazines généralistes à l'époque ont évoqué Goldorak, souvent en couverture, tel Paris Match[84], ou encore récemment Télérama[85].

En août 2020, Hachette Collections édite une collection pour monter étape par étape une maquette de Goldorak, d'une hauteur de 70 centimètres[86].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Mario Verger, « ...continuavano a chiamarlo Atlas UFO Robot. La vera storia giapponese della «nascita» di Goldrake », sur Rapporto Confidenziale, (consulté le 12 octobre 2020)
  2. « UFO Robot Grendizer episode list (1975's anime TV series) - animemorial.net », sur www.animemorial.net (consulté le 20 janvier 2020)
  3. (ja) « 徳間書店 アニメージュ増刊 ロマンアルバム⑮ UFOロボ グレンダイザー - 参考文献(特撮・アニメ関連) | MUUSEO », sur ミューゼオ(MUUSEO) (consulté le 24 mars 2020)
  4. Leo Soesanto, « Comment le "Club Dorothée" a fait exploser l'animation japonaise », sur Les Inrocks, (consulté le 14 juillet 2017)
  5. Éric DELBECQUE, Les Super-héros pour les Nuls, edi8, , 426 p. (ISBN 978-2-412-02217-7, lire en ligne), « Actarus, le pilote du robot Goldorak, n'a pas au sens propre de pouvoirs exceptionnels. C'est toutefois un extraterrestre venu de la planète Euphor qui semble posséder des réflexes et des aptitudes supérieures à celles des humains moyens. »
  6. Yannick Dehée et Agnès Chauveau, Dictionnaire de la télévision française, Nouveau Monde éditions, 832 p. (ISBN 978-2-36583-809-2, lire en ligne), "Cette petite bande est rejointe par Alcor, pilote d'élite et ingénieur de la NASA qui devient l'ami d'Actarus et l'aide à défendre la terre contre les attaques des troupes de Véga"
  7. Daniel Ichbiah, Robots, genèse d'un peuple artificiel (ISBN 979-10-91410-20-5, lire en ligne), "Goldorak a pour complice Alcor, qui lui-même pilote le robot géant Mazinger."
  8. a et b Dominik Vallet, BD de Kiosque & science-fiction, (ISBN 978-2-9528567-5-1, lire en ligne), "A ses côté [d'Actarus], il y a le jeune Alcor [...], Vénusia - amoureuse d'Actarus et sa soeur Phénicia. Ensemble, ils combattront l'invasion planifiée par Véga" p. 77
  9. Jacques Pessis, Les années Dorothée, Éditions Chronique, , 360 p. (ISBN 979-10-90871-88-5, lire en ligne), "Actarus, prince héritier d'Euphor, qui lutte contre l'invasion de la planète Bleue par les forces de Véga, installées sur le camp de la Lune noire [...] Le grand stratéguerre, Minos, les redoutables robots de guerre appelés Golgoths."
  10. a et b Yannick Dehée et Agnès Chauveau, Dictionnaire de la télévision française, Nouveau Monde éditions, 832 p. (ISBN 978-2-36583-809-2, lire en ligne), "Les troupes de celui-ci [Véga] s'établissent sur la Lune, sous la direction des chefs Minos et Hydragos"
  11. Épisode 18 (1-18) : Le nouveau temps des cavernes
  12. Jean-Claude Heudin, Robots et avatars, Odile Jacob, , 157 p. (ISBN 978-2-7381-2366-4 et 2-7381-2366-X), p. 64
  13. (en) Fred Patten, Watching anime, reading manga : 25 years of essays and reviews, Stone Bridge Press, , 383 p. (ISBN 978-1-880656-92-1, lire en ligne), p. 258
  14. (en) Helen McCarthy et Jonathan Clements, The Anime Encyclopedia : A Guide to Japanese Animation Since 1917, Titan Books Ltd, (ISBN 1-84576-500-1), p. 404-405
  15. a b et c Bounthavy Suvilay, « Robot géant : de l’instrumentalisation à la fusion », Belphegor, Dalhousie University, vol. 3, no 2 « Terreurs de la science-fiction et du fantastique »,‎ (ISSN 1499-7185, lire en ligne)
  16. a b et c « Interview Gô Nagai », sur cinemasie.com, (consulté le 27 octobre 2012)
  17. « Diffusion et réception du manga en France - L'exemple de Goldorak, de 1978 à nos jours - Notice bibliographique | Enssib », sur www.enssib.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  18. a b et c (en) Daniel Ichbiah, Robots : From Science Fiction to Technological Revolution, Harry N. Abrams, , 540 p. (ISBN 978-0-8109-5906-4), p. 90
  19. a et b Marco Pellitteri, Gianluca Di Fratta, Cristiano Martorella et Bounthavy Suvilay, The Dragon and the Dazzle : Models, Strategies, and Identities of Japanese Imagination : a European Perspective, Latina, Tunué, , 689 p. (ISBN 978-88-89613-89-4, lire en ligne), p. 263-264
  20. Pellitteri, Di Fratta, Martorella et Suvilay, op. cit., 2010, p. 343
  21. Xavier Guilbert, « Le manga et son histoire vus de France : entre idées reçues et approximations », Comicalités,‎ (lire en ligne)
  22. a et b Jean-Marie Bouissou, « Pourquoi le manga est-il devenu un produit culturel global ? », Esprit,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Éric Maigret, « Le jeu de l'âge et des générations : culture BD et esprit Manga », Réseaux, vol. 17, nos 92-93,‎ , p. 241-260 (lire en ligne)
  24. Thierry Bogaty, « Goldorak écrase les prix », L'Express,‎ , p. 67
  25. a et b Frédéric Potet, « Goldorak, héraut du manga », Lemonde.fr, (consulté le 11 août 2013)
  26. « Go Nagai : « “Goldorak” offrait aux enfants la possibilité d’être plus forts que leurs parents » », sur Le Monde.fr (consulté le 3 avril 2018)
  27. Michel Schifres, « Oui, mais, car, donc. », Le Figaro,‎ , p. 12
  28. « Cadrage.net : Dossier dessins animés japonais », sur www.cadrage.net (consulté le 20 mars 2016)
  29. a b et c Pierre Faviez, La Télé : un destin animé, Société des écrivains, (ISBN 978-2-7480-4726-4, lire en ligne), p. 24-28
  30. Fred Patten, op. cit., 2004, p. 298
  31. « Ce jour-là... le 3 juillet 1978 », Le Figaro,‎ , p. 13
  32. Joe Gillian et Kurama, « La série TV », sur dvdanime.net (consulté le 28 octobre 2012)
  33. Rémy FIERE, « Tendance. Kitsch. La saga de Haïm Saban. Première étape du succès: la musique de «Goldorak», dans les années 70. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2020).
  34. Elisabeth Baton-Hervé, Les enfants téléspectateurs : programmes, discours, représentations, L'Harmattan, , 377 p. (ISBN 978-2-7384-9355-2, lire en ligne), p. 140-143
  35. Jérôme Roulet, « Capitaine Flam, Albator, Goldorak, Les chevaliers du Zodiaque... les mangas cultes attirent en masse les 25/49 ans, nostalgiques du Club Dorothée », Toutelatele,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2017)
  36. Yvette Rocheron, « La télévision française déchaînée - piège à mômes ou piège pour tous ? », Modern & Contemporary France, vol. 4, no 1,‎ , p. 31-40
  37. Marco Pellitteri, « Sociologie transnationale de Goldorak : intermédiation culturelle à l’arrivée des anime en France et en Italie », Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 18,‎ (ISSN 2263-0856, DOI 10.4000/rfsic.8124, lire en ligne, consulté le 18 mars 2020)
  38. Store-Factory, « BLACK BOX BOUTIQUE », sur www.blackbonesboutique.com (consulté le 4 juillet 2016)
  39. « Gô Nagai, l'auteur de Goldorak, fait son retour en manga chez Black Box ! », sur manga-news.com, (consulté le 29 août 2015).
  40. (it) « GOLDORAK EN CLAIR-OBSCUR. 40 ans d'une série culte en France : l'aventure continue ! », sur Insula europea, (consulté le 21 janvier 2020)
  41. (en) « Go Nagai to Launch Grendizer Giga Manga in September », sur Anime News Network, (consulté le 18 août 2014)
  42. (en) « Go Nagai Ends Grendizer Giga Manga », sur Anime News Network, (consulté le 29 août 2015).
  43. « Goldorak fête ses 40 ans en vidéo », sur manga-news.com, (consulté le 29 août 2015).
  44. Olivier Fallaix, « Une vente aux enchères MADE IN JAPAN 1960-1980 », sur animeland.com (consulté le 17 septembre 2013)
  45. Greg, « Une vente aux enchères "Made in Japan, 1960-1980" le 12 octobre », sur journaldugeek.com (consulté le 19 septembre 2013)
  46. Valérie Sasportas, « Piaf, Goldorak, Astérix: la rentrée des enchères », sur lefigaro.fr (consulté le 19 septembre 2013)
  47. Pierrick Fay, « Vente aux enchères : Goldorak à Drouot pour une séquence nostalgie », sur lesechos.fr (consulté le 2 octobre 2013)
  48. Claire Papon, « Goldorak, le retour. », sur gazette-drouot.com (consulté le 9 octobre 2013)
  49. http://www.lintermede.com/exposition-goldorak-galerie-sakura-paris-artistes-anime.php
  50. Maison de la Recherche de l'Université Sorbonne Nouvelle, 4, rue des Irlandais, Paris 5e
  51. « Goldorak, le colloque des 40 ans »
  52. Philippe Guedj, « « Goldorak est une épopée écologiste qui touche au mythe » », Le Point,‎ (lire en ligne)
  53. Ouest France, « Boudé au Japon, Goldorak a surgi en France il y a 40 ans », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  54. Mickaël Frison, « Goldorak et Récré A2 fêtent leurs 40 ans », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  55. Emilie Geffray, « Goldorak fête ses 40 ans en France », sur lefigaro.fr, (consulté le 3 juillet 2018)
  56. Paris Match, « Et Goldorak tua Zorro », sur parismatch.com (consulté le 16 février 2019)
  57. « Le papa de Goldorak désormais Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres », sur www.20minutes.fr (consulté le 12 juillet 2019)
  58. « Otro promo para Super Robot Girls Z | Anime en Español », sur anime.es (consulté le 20 mars 2016)
  59. « Un Goldorak de 12 mètres de haut... Une légende ? », sur Osibo-news.com (consulté le 20 mars 2016)
  60. « Auvergne : un Goldorak géant installé sur un rond-point », sur RTL.fr (consulté le 1er janvier 2019)
  61. Rémi GAILLARD, « GRENDIZER PRANK (REMI GAILLARD) », (consulté le 18 janvier 2018)
  62. Les gargouilles de la chapelle de Bethleem
  63. « Montpellier : un Goldorak géant surprend le public », sur e-metropolitain.fr (consulté le 16 janvier 2018)
  64. AnimeLand no 134, septembre 2007, p. 86-87
  65. Fugazi, « Inventaire des BGM de Grendizer », sur Inventaire des BGM de Grendizer (consulté le 4 septembre 2017)
  66. http://ulysse31.saitis.net/generalbator.htm
  67. Droit de réponse de Toei Animation dans AnimeLand
  68. Anne Salomon, « Une invasion de faux Goldorak découverte en Europe », Le Figaro,‎
  69. « Goldorak-Gate » Toute l’affaire en moins de 4500 signes
  70. Prisma Media, « Laurent de Gourcuff (groupe Noctis) : le mystérieux prince des nuits parisiennes », sur Capital.fr (consulté le 20 mars 2016)
  71. Valérie Lessard, « Goldorak atterrit au Québec », La Presse (Montréal),‎ (lire en ligne)
  72. « EXCLU ! GOLDORAK enfin en DVD : tous les détails », sur AnimeLand, (consulté le 6 août 2020).
  73. « Test DVD : Goldorak - Volume 1 / DVD Séries », sur DVD Séries (consulté le 6 août 2020).
  74. « “Je voulais inventer mes robots sans copier ceux des autres”, Go Nagai, père de Goldorak », Télérama,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  75. « « Comment j'ai créé Goldorak » », leparisien.fr,‎ 2017-06-17cest11:14:42+02:00 (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  76. Philippe Guedj, « Go Nagai : "Le Japon était blasé par Goldorak, contrairement à la France" », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 28 juin 2017)
  77. Frédéric Potet, « Go Nagai : « “Goldorak” offrait aux enfants la possibilité d’être plus forts que leurs parents » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 27 novembre 2017)
  78. Jérôme Roulet, « RTL9, AB1, Mangas, Science & Vie TV, Toute l’Histoire : quels sont les programmes les plus regardés sur ces chaines ? », Toutelatele,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juillet 2017)
  79. « Blu-Ray Goldorak - Remasterisé - Coffret - Blu-Ray Vol.1 - Anime Bluray », sur manga-news.com (consulté le 6 août 2020).
  80. « Blu-Ray Goldorak - Remasterisé - Coffret - Blu-Ray Vol.2 - Anime Bluray », sur manga-news.com (consulté le 6 août 2020).
  81. « LaserDisc Database - UFO Robot Grendizer (Goldorak): Triplet Box vol.1 [LSTD01418] », sur www.lddb.com (consulté le 30 janvier 2017)
  82. « Goldorak et Saint Seiya auront bientôt droit à de nouvelles éditions intégrales Blu-ray collector », sur Journal du Geek, (consulté le 28 juin 2017)
  83. « Publicité Hachette Collections », sur Youtube.com
  84. « "La folie Goldorak" - Article dans Paris Match du 19 Janvier 1979 - Mon amour pour le Japon et Tôkyô », hebdomadaire,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2019)
  85. « Hervé de La Haye », sur Hervé de La Haye (consulté le 29 avril 2018)
  86. « N° 1 Construisez Goldorak UFO Robot Grendizer - Test », sur L' encyclo des N° 1 (consulté le 6 août 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]