Gouvernement Laurent Fabius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gouvernement Laurent Fabius
Ve République
Description de l'image MSC_2014_Fabius-Mikati_Mueller_MSC2014_(cropped).jpg.
Président François Mitterrand
Premier ministre Laurent Fabius
Formation
Fin
Durée 1 an, 8 mois et 3 jours
Composition initiale
Partis politiques PS-MRG
Ministres 16
Secrétaires d'État 27
Femmes 6
Hommes 37
Représentation
VIIe législature
289 / 491
Drapeau de la France

Cet article présente la composition du gouvernement français sous le Premier ministre Laurent Fabius du au , pendant la présidence de François Mitterrand (1981-1995).

Le gouvernement Laurent Fabius est le 18e gouvernement de la Ve République française.

Composition initiale[modifier | modifier le code]

Laurent Fabius est nommé le [1], les ministres le [2],[3] et les ministres délégués et secrétaires d'État le [4],[3].

Le « tournant de la rigueur » opéré par le président François Mitterrand après la défaite de la gauche aux municipales provoque le départ des communistes de la majorité présidentielle, qui ne compte plus que 289 députés (58,9 % des sièges) à l'Assemblée nationale.

Ministres[modifier | modifier le code]

Fonction Titulaire Parti
Premier ministre Laurent Fabius PS
Ministre d’État chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire Gaston Defferre PS
Ministre de l'Économie et des Finances Pierre Bérégovoy PS
Garde des Sceaux, ministre de la Justice Robert Badinter PS
Ministre des Relations extérieures Claude Cheysson PS
Ministre de la Défense Charles Hernu PS
Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation Pierre Joxe PS
Ministre de l'Agriculture Michel Rocard PS
Ministre du Redéploiement industriel et du Commerce extérieur Édith Cresson PS
Ministre de l'Éducation nationale Jean-Pierre Chevènement PS
Ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale Georgina Dufoix PS
Ministre de l’Urbanisme et du Logement et des Transports Paul Quilès PS
Ministre du Commerce et de l’Artisanat et du Tourisme Michel Crépeau MRG
Ministre des Affaires européennes et Porte-parole du gouvernement Roland Dumas PS
Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle Michel Delebarre PS
Ministre de l’Environnement Huguette Bouchardeau PSU
Ministre de la Recherche et de la Technologie Hubert Curien DVG
Ministre délégué à la Culture Jack Lang PS
Ministre déléguée chargée des Droits de la femme Yvette Roudy PS
Ministre délégué chargée de la Jeunesse et des Sports Alain Calmat PS
Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement André Labarrère PS
Ministre délégué chargé de la Coopération et du Développement Christian Nucci PS
Ministre délégué chargé des P.T.T. Louis Mexandeau PS

Secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense : Edwige Avice (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique et des Simplifications administratives : Jean Le Garrec (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Techniques de la communication : Georges Fillioud (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, chargé du Budget : Henri Emmanuelli (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, chargé de la Consommation : Catherine Lalumière (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, chargé des Retraités et des Personnes âgées : Joseph Franceschi (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, chargé des Départements et des Territoires d’outre-mer : Georges Lemoine (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports, chargé des Transports : Jean Auroux (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé des Universités : Roger-Gérard Schwartzenberg (MRG)
  • Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de l’Économie sociale : Jean Gatel (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et Victimes de guerre : Jean Laurain (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre du Redéploiement industriel et du Commerce extérieur, chargé de l’Énergie : Martin Malvy (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, chargé de la Santé : Edmond Hervé (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre des Relations extérieures : Jean-Michel Baylet (MRG)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires sociales et de la Solidarité nationale, chargé des Rapatriés : Raymond Courrière (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Agriculture et de la Forêt : René Souchon (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Prévention des risques naturels et technologiques majeurs : Haroun Tazieff
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, chargé de l’Enseignement technique et technologique : Roland Carraz (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports, chargé de la Mer : Guy Lengagne (PS)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme : Jean-Marie Bockel (PS)

Féminisation du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le gouvernement compte six femmes ministres : Édith Cresson, Georgina Dufoix, Huguette Bouchardeau, Yvette Roudy, Edwige Avice et Catherine Lalumière.

Remaniements[modifier | modifier le code]

Remaniement du 7 décembre 1984[modifier | modifier le code]

Le remaniement du [5] est liée à la démission de Claude Cheysson qui devient le commissaire européen chargé de la politique méditerranéenne et des relations Nord-Sud :

  • Ministre des Relations extérieures : Roland Dumas (en remplacement de Claude Cheysson)
  • Suppression du poste de ministre des Affaires européennes (jusqu'alors occupé par Roland Dumas)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre des Relations extérieures, chargé des Affaires européennes : Catherine Lalumière
  • Porte-parole du gouvernement : Georgina Dufoix (PS)
  • Ministre de la Culture : Jack Lang (changement de titre)
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, chargé du Budget et de la Consommation : Henri Emmanuelli (changement d’attribution)

Remaniement du 4 avril 1985[modifier | modifier le code]

En désaccord avec le fait d'introduire la proportionnelle intégrale pour les prochaines Élections législatives de 1986, Michel Rocard démissionne[6],[7] et il est procédé à un remaniement le [8] :

  • Ministre de l’Agriculture : Henri Nallet (à la suite de la démission de Michel Rocard)
  • Ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, chargé de l’Agriculture et de la Forêt : René Souchon

Remaniement du 21 mai 1985[modifier | modifier le code]

Edgard Pisani nommé en décembre 1984 haut-commissaire de la Nouvelle-Calédonie, entre au gouvernement le [9],[10] :

  • Ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie : Edgard Pisani
  • Yvette Roudy, jusqu'alors ministre délégué chargé des Droits de la femme, devient ministre de plein exercice.

Remaniement du 20 septembre 1985[modifier | modifier le code]

Le remaniement du [11] est liée à la démission de Charles Hernu en lien avec l’affaire du Rainbow Warrior :

  • Ministre de la Défense : Paul Quilès
  • Ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports : Jean Auroux (en remplacement de Paul Quilès)
  • Suppression du poste de secrétaire d’État auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports, chargé des Transports (jusqu'alors occupé par Jean Auroux)

Remaniement du 15 novembre 1985[modifier | modifier le code]

Ce remaniement[12] est liée d'une part à la démission d’Edgard Pisani[10] et d'autre part à la nomination d'un secrétaire d’État chargé des Transports non pourvu depuis le  :

  • Démission d’Edgard Pisani et suppression du poste de ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie
  • Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Urbanisme, du Logement et des Transports, chargé des Transports : Charles Josselin qui entre au gouvernement
  • Ministre des P.T.T. : Louis Mexandeau (changement de titre)

Remaniement du 19 février 1986[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission de Robert Badinter en prévision de sa nomination, intervenue le , à la présidence du Conseil constitutionnel, il est procédé au remaniement du [13] :

  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Michel Crépeau ;
  • Ministre du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme : Jean-Marie Bockel (en remplacement de Michel Crépeau) ;
  • Suppression du poste de secrétaire d’État auprès du ministre du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme (jusqu'alors occupé par Jean-Marie Bockel).

Modification du 12 mars 1986[modifier | modifier le code]

Ce remaniement[14] est lié à la démission de Georges Fillioud nommé conseiller d'État[15] :

  • Suppression du poste de secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Techniques de la Communication (jusqu'alors occupé par Georges Fillioud).

Démission[modifier | modifier le code]

La démission de ce gouvernement est publiée au JO du , à la suite de la défaite de la gauche aux élections législatives de 1986. Le successeur de Laurent Fabius, Jacques Chirac forme alors le gouvernement Jacques Chirac 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]