Twin Peaks (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Twin Peaks
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la série.
Titre original Twin Peaks
Autres titres
francophones
Mystères à Twin Peaks
Genre Série policière
Thriller
Drame
Fantastique
Soap
Création Mark Frost
David Lynch
Production

Producteurs délégués
Mark Frost
David Lynch
Sabrina S. Sutherland (en) Sociétés de production
Lynch/Frost Productions
Propaganda Films
Spelling Television
Twin Peaks Productions
Showtime (saison 3)
Rancho Rosa Partnership (saison 3)

Sociétés de distribution
Worldvision Enterprises (saisons 1-2)
Showtime Networks (saison 3)
Acteurs principaux Kyle MacLachlan
Michael Ontkean
Mädchen Amick
Dana Ashbrook
Sherilyn Fenn
Sheryl Lee
Lara Flynn Boyle
Richard Beymer
Ray Wise
Jack Nance
Piper Laurie
Frank Silva
Musique Angelo Badalamenti
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine ABC (saisons 1-2)
Showtime (saison 3)
Nb. de saisons 3
Nb. d'épisodes 48
Durée 2 × 90 minutes
28 × 45 minutes
18 × 60 minutes
Diff. originale Saisons 1-2

Saison 3
Site web Twin Peaks sur Showtime

Mystères à Twin Peaks puis Twin Peaks est une série américaine créée par Mark Frost et David Lynch. La série connaît deux saisons diffusées pour la première fois sur la chaîne ABC du au . En 2017, la série fait son retour avec la diffusion d'une troisième saison intitulée Twin Peaks: The Return, qui est diffusée sur Showtime du au .

La série raconte l'enquête de l'agent spécial du FBI Dale Cooper, interprété par Kyle MacLachlan, sur le meurtre d'une jeune lycéenne, Laura Palmer (Sheryl Lee), dans la ville fictive de Twin Peaks, située à la frontière entre les États-Unis et le Canada. La bande originale est composée par Angelo Badalamenti, tandis que le thème de la série est une version instrumentale de la chanson Falling présente sur l'album Floating into the Night (en) (1989) de Julee Cruise, album composé par Badalamenti et Lynch.

Bien que la saison 1 ait connu un succès important, la série est annulée en 1991 à la suite d'une baisse d'audience survenue lors la saison 2. Tout comme aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Italie, l'audience décroche dès la révélation du nom de l'assassin. Seuls les téléspectateurs espagnols restent assidus[1]. Parallèlement à la série, Jennifer Lynch, fille de David Lynch, écrit une préquelle littéraire de l'histoire, Le Journal secret de Laura Palmer (en) (1990), qui raconte les événements des mois précédant la dernière semaine de la vie de Laura Palmer. Au final, plusieurs livres autour de la série voient le jour. La série est suivie par la sortie d'un film préquelle, réalisé par David Lynch, Twin Peaks: Fire Walk with Me (1992) et qui raconte les derniers jours de Laura Palmer. Le film, malgré sa réception mitigée à sa sortie sera retenu en compétition officielle lors du Festival de Cannes 1992 et bénéficiera d'une reconsidération par le public plusieurs années après. En 2014 sort une compilation de ses scènes coupées, intitulée Twin Peaks: The Missing Pieces. Un peu plus de 25 ans après la deuxième saison, une troisième saison fait son arrivée sur la chaîne Showtime. L'intégralité de ses 18 épisodes ont été écrits par Frost et Lynch, tous deux ayant reçu carte blanche de la part de la chaîne de diffusion et Lynch se chargeant également de tous les réaliser.

Les droits de la série sont acquis par l'homme d'affaires italien Silvio Berlusconi pour l'Europe entière[2]. La série est alors diffusée sur les chaînes berlusconiennes : Canale 5 (Italie), Telecinco (Espagne), et La Cinq (France). Sur la base du titre italien I segreti di Twin Peaks, en France la série est diffusée sous le titre Mystères à Twin Peaks du au sur La Cinq. Elle est rediffusée sur le câble sous son titre original Twin Peaks, en [3] sur Canal Jimmy, puis pour la première fois en version originale sous-titrée, à partir du [4],[5]sur Série Club, en 2000 sur 13e rue, sur Arte du au et du au .

Twin Peaks est généralement considérée comme étant l'une des meilleures séries télévisées jamais réalisées. Au-delà de son impact sur la télévision, la série a également eu une influence sur de nombreuses œuvres culturelles.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la ville imaginaire de Twin Peaks, située dans le nord-ouest de l'État de Washington, le cadavre de Laura Palmer, une jolie lycéenne connue et aimée de tous, est retrouvé emballé dans un sac en plastique sur la berge d'un lac.

L'agent spécial du FBI Dale Cooper est envoyé sur place pour mener l'enquête. Il est assisté dans sa tâche par le shérif local, Harry S. Truman. Cooper découvre alors que Laura Palmer n'était pas celle que l'on croyait et que de nombreux habitants de la ville ont quelque chose à cacher.

Distribution[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

  • Note : Entre parenthèses se trouve la saison dans lequel un comédien apparait, non le type de rôle en lien avec le titre de la section.

Personnages[modifier | modifier le code]

Twin Peaks emploie une distribution d'ensemble, où les personnages se voient pour la plupart assigner une importance équivalente, même si la série se concentre particulièrement sur l'agent du FBI Dale Cooper, venu à Twin Peaks (en) afin de découvrir qui est responsable de la mort de la jeune Laura Palmer[6],[7].

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Rôles récurrents[modifier | modifier le code]

Invités[modifier | modifier le code]

Épisodes[modifier | modifier le code]

N. B. : À l'origine, les épisodes n'avaient pas de titre. C'est lors de leur diffusion en Allemagne que des titres leur ont été donnés. Les titres anglais présentés ci-dessous sont une traduction des titres allemands utilisés par certains fans et journalistes. En France, ils sont utilisés des années plus tard lors de leur diffusion sur Netflix, puis Canal+.

Première saison[modifier | modifier le code]

La première saison débute le avec un pilote de 90 minutes qui est suivi par sept épisodes d'une heure environ[8],[9]. La première saison s'achève le .

Titre Diffusion américaine Diffusion française
1.00 Twin Peaks (pilote) - 90 minutes ABC, La Cinq,
1.01 Épisode 1: Traces to nowhere ABC, La Cinq,
1.02 Épisode 2: Zen, or the skill to catch a killer ABC, La Cinq,
1.03 Épisode 3: Rest in pain ABC, La Cinq,
1.04 Épisode 4: The one-armed man ABC, La Cinq,
1.05 Épisode 5: Cooper's dreams ABC, La Cinq,
1.06 Épisode 6: Realization time ABC, La Cinq,
1.07 Épisode 7: The last evening ABC, La Cinq,

Deuxième saison[modifier | modifier le code]

La seconde saison comptabilise 22 épisodes d'environ cinquante minutes, à l'exception du premier qui dure 90 minutes[8],[10]. La saison débute le et s'achève le [10],[11].

Titre Diffusion américaine Diffusion française   Titre Diffusion américaine Diffusion française
2.01 Épisode 8: May the giant be with you - 90 minutes ABC, La Cinq, 2.12 Épisode 19: The black widow ABC, La Cinq,
2.02 Épisode 9: Coma ABC, La Cinq, 2.13 Épisode 20: Checkmate ABC, La Cinq,
2.03 Épisode 10: The Man behind the glass ABC, La Cinq, 2.14 Épisode 21: Double play ABC, La Cinq,
2.04 Épisode 11: Laura's secret diary ABC, La Cinq, 2.15 Épisode 22: Slaves and masters ABC, La Cinq,
2.05 Épisode 12: The orchids curse ABC, La Cinq, 2.16 Épisode 23: The condemned woman ABC, La Cinq,
2.06 Épisode 13: Demons ABC, La Cinq, 2.17 Épisode 24: Wounds and scars ABC, La Cinq,
2.07 Épisode 14: Lonely souls ABC, La Cinq, 2.18 Épisode 25: On the wings of love ABC, La Cinq,
2.08 Épisode 15: Drive with a dead girl ABC, La Cinq, 2.19 Épisode 26: Variations on relations ABC, La Cinq,
2.09 Épisode 16: Arbitrary law ABC, La Cinq, 2.20 Épisode 27: The Path to the Black Lodge ABC, La Cinq,
2.10 Épisode 17: Dispute between brothers ABC, La Cinq, 2.21 Épisode 28: Miss Twin Peaks ABC, La Cinq,
2.11 Épisode 18: Masked ball ABC, La Cinq, 2.22 Épisode 29: Beyond life and death ABC, La Cinq,

Historique[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

David Lynch en 1990.

Initialement, le réalisateur David Lynch cherche à adapter pour le cinéma le roman Goddess: The Secret Lives Of Marilyn Monroe sur l'actrice Marilyn Monroe et sur le mystère de sa mort[12]. En 1986, un agent de la Creative Artists Agency lui fait rencontrer le scénariste Mark Frost avec qui il sympathise[13],[12]. Le projet ne se fait pas mais le duo imagine un autre scénario pour le cinéma, la comédie One Saliva Bubble, mais encore une fois le projet ne se concrétise pas[14].

Sachant que le cinéaste Lynch était en relation avec Mark Frost, alors scénariste jusqu'en 1985 de la série Hill Street Blues, le producteur Tony Krantz (en) décide d'organiser une réunion afin de réunir le duo sur le petit écran[13]. Ils écrivent dans un premier le scénario d'une série nommée The Lemurians, qui montre le continent Lemuria où le Mal règne et qui disparaît dans l'ocèan, ne laissant que quelques survivants qui sont traqués par des agents du FBI qui disposent de compteurs Geiger[13]. Brandon Tartikoff, président de NBC souhaite en faire un film, Lynch refuse, faisant ainsi couler le projet[13].

Ils se concentrent alors sur un autre projet qui s'appelle dans un premier temps South Dakota et qui est présentée comme étant North-West Passage[12],[15],[14]. Ils présentent le projet à la chaîne ABC en mars 1988, en pleine grève des scènaristes de la Writers Guild of America (en)[13]. La chaîne accepte le projet, mais la grève retarde de près d'un an sa finalisation, Frost déclarant : « quand la grève s'est terminée, ils nous ont appelé et ont dit « Nous voulons poursuivre ce projet que vous avez proposé » mais[…] aucun de nous ne se souvenait de ce que nous avions dit ! »[N 1],[13].

Après d'autres rencontres, la chaîne demande à Frost et Lynch de commencer l'écriture de la série[13]. Lynch déclare en 2014 au journal The Guardian : « Un jour, Mark et moi nous sommes allés au restaurant Du-Par sur Ventura Boulevard à Los Angeles et nous avons juste commencé à parler et quelque chose a commencé à se produire et la première chose a été « une fille a été assassinée » et c'était tout »[N 2],[16]. Par la suite, Lynch dessine les plans de la ville[13]. Le président de ABC, Brandon Stoddard (en), commande le pilote pour une diffusion prévue en automne 1989[13].

Une des inspirations de Mark Frost est le meurtre non élucidé d'Hazel Drew, survenu en 1908 à Sans Lake dans l'État de New York[17].

Pilote[modifier | modifier le code]

Les chutes de Snoqualmie et la Salish Lodge & Spa, lieux récurrents de la série.
Les chutes de Snoqualmie et la Salish Lodge & Spa, lieux récurrents de la série.
 
Le Twede's Cafe, North Bend (WA), lieu de tournage des scènes du Double R Diner.
Le Twede's Cafe, North Bend (WA), lieu de tournage des scènes du Double R Diner.

Ils parviennent à convaincre la chaîne ABC de financer un pilote pour un budget de 3,8 millions de dollars, bien que certaines sources citent la somme de 1,8 millions de dollars[15],[8],[18]. C'est Lynch qui réalise l'épisode qu'il coécrit avec Frost[19].

Une version alternative de l'épisode pilote dite « version européenne », est sortie en vidéo en [20],[21]. Elle contient vingt minutes supplémentaires tournées par David Lynch, qui permettent de boucler l'histoire.

Il n'a jamais été question que cette version soit diffusée à la télévision : ces scènes ont été tournées pour transformer le pilote en téléfilm exploitable en vidéo pour le marché européen exclusivement, ce qui est pour Lynch et Frost un atout supplémentaire pour financer la série. Certains concepts de cette version se retrouve dans la série[21]. On trouve ainsi la séquence du rêve dans lequel Cooper voit Laura Palmer et le nain ou encore Bob[21].

Dans le pilote de la série, les scènes du Double R Diner ont été tournées au Mar-T Cafe — devenu par la suite Twede's Cafe — à North Bend dans l'État de Washington[22]. Pour le reste des épisodes, les scènes sont tournées dans un studio[22].

L'intérieur du Great Northern Hotel est tourné au Kiana Lodge à Poulsbo, dans l'État de Washington, tandis que son extérieur est celui du Salish Lodge, situé à Snoqualmie dans le même État[23].

Saison 1[modifier | modifier le code]

Après le pilote, la chaîne ABC donne le feu vert pour une première série de sept épisodes. Sa diffusion rencontre un très grand succès auprès du public et déclenche une véritable « Peaksmania ».

En plus du pilote, Frost et Lynch scénarisent les deux épisodes qui suivent[19]. Frost écrit également deux autres épisodes tout en supervisant la production de toute la saison[19]. Lynch réalise un autre épisode, tandis que d'autres réalisateurs comme Tim Hunter ou encore Caleb Deschanel sont crédités à la réalisation durant la saison[19].

Saison 2[modifier | modifier le code]

Diane Keaton réalise un épisode de la deuxième saison.

La saison 2 marque la résolution du mystère de la mort de Laura Palmer et la fin de la série.

La deuxième saison est également amputée d'un autre arc majeur de la série : la relation Cooper / Audrey Horne[24],[25]. En effet, d'après plusieurs sources, Lara Flynn Boyle qui est à l'époque en couple avec Kyle MacLachlan, aurait exigé que les deux personnages ne soient plus proches et la production a donc ajouté les personnages d'Annie Blackburn (Heather Graham) pour Cooper et John Justice Wheeler (Billy Zane) pour Audrey, afin de créer de nouveaux arc romantiques[25],[24].

David Lynch, avec du recul, dit regretter d'avoir résolu dès l'épisode 15 (épisode 2.07) le mystère de la mort de Laura Palmer, la densité de l'intrigue étant suffisante pour assurer au moins une troisième saison de douze épisodes supplémentaires sans même incorporer de rebondissement majeur. La direction d'ABC s'inquiétait en effet de ce que Lynch envisageât alors de ne jamais révéler l'identité du meurtrier de Laura Palmer[26]. Lynch déclare en 2014 au journal The Guardian : « C'était comme si nous avions une petite oie qui continuait à pondre des œufs d'or, puis on nous a demandé de prendre cette petite oie et de lui couper la tête. »[N 3],[16].

Il n'y aura pas d'abord de troisième saison, mais un film sorti en 1992, Twin Peaks: Fire Walk with Me, qui traite des événements qui se sont déroulés avant le début du pilote, c'est-à-dire avant la mort de Laura Palmer.

Lynch réalise le premier, deuxième et septième épisode de la seconde saison, ainsi que l'épisode final[27] ,[28],[29],[30]. Diane Keaton réalise l'épisode 22 de la série[31].

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Sheryl Lee en 2014.

Une distribution lynchienne[modifier | modifier le code]

David Lynch est connu pour tourner régulièrment avec les mêmes acteurs et actrices (en)[32],[33]. L'exemple le plus notable étant Kyle MacLachlan, qui campe ici l'agent Cooper et qui joue les premiers rôles dans les films Dune (1984) et Blue Velvet (1986)[34]. Everett McGill et Alicia Witt sont également apparus dans Dune (1984)[35].

À l'exception de The Elephant Man (1980), Jack Nance est apparu dans tous les films de Lynch, tenant notamment le rôle principal de Eraserhead (1977)[33]. Catherine E. Coulson est apparue dans son court métrage The Amputee (1974) et a travaillé pour son premier film Eraserhead (1977)[36]. Charlotte Stewart est également apparue dans ce dernier tandis que Frances Bay a joué dans Blue Velvet et Wild at Heart[37],[38].

Quant à Michael Horse, il est apparu dans le court métrage The Cowboy & the Frenchman (1988)[39].

Lynch s'offre par ailleurs le rôle du supérieur de Cooper, Gordon Cole[7].

Autres rôles[modifier | modifier le code]

Initialement, Sheryl Lee devait uniquement tenir le rôle d'« une fille morte », à savoir Laura Palmer[40]. Au final, Lee apparait dans plusieurs épisodes de la série et se voir offrir un autre rôle, celui de la cousine de Laura Palmer, Maddy Ferguson[7]. Lynch déclare au sujet de l'actrice : « personne — ni Mark, moi, ou quelqu'un d'autre — n'avait la moindre idée qu'elle pouvait jouer, ou qu'elle allait être si puissante simplement en étant morte »[N 4],[41].

Ray Wise parle de comment Lynch conçoit le casting : « Pour David, tout est dans le casting. Il est très intuitif, et pour une raison ou une autre, il ressent une connexion avec un individu et sait comment placer cette personne dans une pièce. Les acteurs ressentent la confiance qu'il a en eux, et cela les encourage à laisser tomber leurs inhibitions et à accepter tout ce qui se passe dans la scène. »[N 5],[13].

Riche de nombreux personnages extravagants, la série compte également plusieurs personnages chimériques comme l'Homme venu d'un autre endroit (en) joué par Michael J. Anderson, ou encore le Géant (en) joué par Carel Struycken[6],[7].

Au départ, Al Strobel ne devait se cantoner qu'à sa très brève apparition durant le pilote de la série comme l'explique Lynch dans le livre Room to Dream : « Ça allait être son moment dans Twin Peaks et il allait rentrer chez lui. Puis j'ai entendu la voix d'Al Strobel, qui est incroyable et je me devais d'écrire quelque chose pour cette voix. »[N 6],[42]. Durant le tounage d'une scène, Lynch entend la phrase « Frank, ne t'enferme pas dans cette chambre »[N 7],[13]. Il voit alors le décorateur ensemblier Frank Silva dans la chambre de Laura Palmer et lui demande s'il est un acteur, après lui avoir répondu qu'il en était un, Lynch lui fait tourner des scènes et durant une de ces dernières, il arrive à lui imaginer le rôle de Bob, personnage absent dans le scénario[13].

La distribution de la série comprend également plusieurs acteurs et actrices expérimentés, comme Michael Ontkean, Piper Laurie, Richard Beymer, Russ Tamblyn ou encore Peggy Lipton qui s'est éloignée des caméras durant plusieurs années pour s'occuper de sa famille[13],[43]. Tamblyn a rencontré Lynch en 1986 grâce à Dean Stockwell et lui a promis de l'engager dans son prochain projet[13]. Il retrouve par ailleurs Beymer près de trente ans après le film West Side Story[13].

Lynch a rencontré Michael J. Anderson et devait lui faire jouer le rôle titre de son projet inachevé Ronnie Rocket (en)[13]. Harry Goaz fait ses premiers pas d'acteur, ayant notamment travaillé comme chauffeur, ce qui lui a permis de rencontrer Lynch[44]. Père de Mark Frost, l'acteur Warren Frost campe le Dr Will Hayward[45].

La saison 2 introduit notamment Heather Graham dans le rôle d'Annie Blackburn, Kenneth Welsh dans celui de Windom Earle, David Duchovny dans celui de l'agent Denise Bryson, ou encore Billy Zane dans le rôle de John Justice Wheeler[46],[47],[48].

Conception de la mythologie de la série[modifier | modifier le code]

La Red Room doit son nom à ses rideaux emblématiques[49].
La pièce comporte également la Vénus de Milo[49].

Pour la « Loge Noire », Mark Frost dit s'être grandement inspiré du livre Psychic Self-Defence (1971) de l'occultiste Dion Fortune[14]. L'étrange effet de voix dans les scènes de la « Loge Noire » est dû au fait que les acteurs apprennent leur texte à l'envers. Par la suite, les bandes sont lues à l'envers, ce qui produit une impression d'étrangeté tout en restant compréhensible.

Il se crédite par ailleurs comme étant celui qui a conçu la mythologie de la série, citant plusieurs personnes liées à la théosophie ou à l'Ordre hermétique de l'Aube dorée comme William Butler Yeats, Helena Blavatsky ou encore Alice Bailey[14]. Il cite également la religion Santeria, l'alignement de sites et l'occultiste Colin Wilson[14].

Dans le livre Lynch on Lynch (en) (1997), Lynch explique l'idée de la « Chambre Rouge » : « J'étais appuyé contre une voiture - j'étais penché de face contre cette voiture très chaude. Mes mains étaient sur le toit et le métal était très chaud. La scène de la Chambre Rouge m'est venue à l'esprit. « Little Mike » était là, et il parlait à l'envers[…]le reste de la nuit, je n'ai pensé qu'à la Chambre Rouge »[N 8],[50].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Le thème de la série est une version instrumentale de la chanson Falling d’un album (en) de Julee Cruise. La chanteuse apparait également dans la série.

La musique de la série est composée par Angelo Badalamenti, déjà à l'œuvre pour les films Blue Velvet (1986) et Sailor et Lula (Wild at Heart, 1990) de Lynch[51]. Lui et Lynch ont par ailleurs écrit les chansons de l'album Floating into the Night (en) (1989) de Julee Cruise, cette dernière chantant le titre Mysteries of Love dans Blue Velvet[52],[51]. Présente dans l'album, une version instrumentale de la chanson Falling sert comme thème de la série[53]. La chanteuse apparait dans le pilote ainsi que dans un épisode de la deuxième saison[53]. Lynch a également écrit plusieurs chansons pour la série. Le chanteur Jimmy Scott performe la chanson Sycamore Trees dans le dernier épisode de la série[54].

Pour le thème de Laura Palmer, Badalamenti explique : « David a dit : « Commencez par un pressentiment étrange, comme si vous étiez dans un bois sombre, puis passez à quelque chose de plus innocent, pour refléter les problèmes d’une adolescente. Puis, une fois que vous l’avez, revenez en arrière et faites quelque chose d’inquiétant ». Littéralement, en une seule prise, j’ai traduit ses mots en musique. C’était ça, Twin Peaks. »[53].

La musique de la saison 1 (Twin Peaks Soundtrack) est sortie en CD le sous le label Warner Bros. Elle comporte onze morceaux composés par Angelo Badalamenti et Julee Cruise.[réf. nécessaire]

Des musiques de la deuxième saison ont été éditées le dans l'album Twin Peaks Music: Season Two Music and More. On y trouve également des morceaux utilisés dans le film Twin Peaks: Fire Walk with Me (Blue Frank) ou dans la première saison (I'm Hurt Bad). Le CD, d’une durée totale de 1:11:05, est paru sur le label Absurda et David Lynch. Tous les morceaux ont été composés et arrangés par Angelo Badalamenti, à l'exception de Blue Frank, qui a été composé et arrangé par David Lynch. Les paroles de la chanson Just You sont de David Lynch.[réf. nécessaire]

Accueil[modifier | modifier le code]

Twin Peaks est généralement considérée comme étant l'une des meilleures séries télévisées jamais réalisées[55],[56],[57],[58],[59].

Tom Shales pour le The Washington Post écrit : « Twin Peaks vous désoriente d'une manière que les productions du petit écran arrive rarement à faire. »[N 9],[60]. John J. O'Connor écrit dans le New York Times : « L'histoire se dévoile au rythme presque funèbre qui caractérise les soap operas […] Mais ensuite le réalisateur ajoute ses petites touches singulières, de petits détails éphémères qui, d'un coup, et souvent de façon hilarante, bousculent la banalité. »[N 10],[61]. Ken Tucker pour Entertainment Weekly : « « Qui a tué Laura Palmer ? ». De nombreux téléspectateurs, fatigués du battage médiatique, disent : « Qui s'en soucie ? ». Je le dis aussi, mais comme une louange. L'intrigue est sans importance; les instants sont tout. Lynch et Frost ont maîtrisé un moyen de rendre une série hebdomadaire infiniment intéressante. »[N 11],[62]. Enfin, Richard Zoglin (en) écrit pour le Time : « C'est peut être l'œuvre originale la plus obsédante jamais réalisée pour la télévision américaine »[N 12],[63].

Diffusion[modifier | modifier le code]

Le succès à ses débuts[modifier | modifier le code]

« On peut raisonnablement avancer[…] la question de l’année restera pour les Américains « Qui a tué Laura Palmer ? »[64]. » — Philippe Garnier en octobre 1990 pour Libération.

Le pilote de 90 minutes est le programme le mieux noté de la saison 1989-1990 avec une note de 22 et a été vu par 33 % du public[65]. Pour sa première saison, Twin Peaks a réalisé les taux d'audience les plus élevés qu'ABC ait connu au cours des quatre années précédentes pour la case du jeudi à 21h00[66]. La série a également réduit l'écart avec Cheers[66]. Twin Peaks obtient une note de 16,2, chaque point équivalant à 921 000 foyers équipés d'un téléviseur[66]. Le pilote a également fait venir de nouveaux téléspectateurs grâce au "syndrome de la machine à café". Terme inventé par Alan Wurtzel (vice-président de la recherche d'ABC), considérant que chacun parlera de la série le lendemain sur son lieu de travail[66].

Mais lˈépisode 3 de la série perd 3 % des téléspectateurs présents par rapport à la semaine précédente, 9 % par rapport à lˈépisode 1 diffusé le jeudi, et 15 % par rapport au pilote de la série diffusé un dimanche[67]. C'est le résultat de la concurrence avec Cheers, les deux séries ciblant le même groupe démographique, d'après un cadre de la production de Twin Peaks qui considère que la programmation de la chaîne est frustrante[67]. Un producteur exécutif déclare : « La série est diffusée le jeudi soir. Si la chaîne l'avait diffusée le mercredi, elle aurait pu s'appuyer sur son succès initial. ABC l'a mise en danger »[67].

En conséquence, ABC diffuse la fin de la première saison un mercredi à 22h00 au lieu de son créneau habituel du jeudi 21h00[68]. La série réalise sa meilleure audience depuis sa troisième semaine à l'antenne avec une note de 12,6 et 22 % de parts de marché[69]. Le , Twin Peaks est renouvelé pour une deuxième saison[70].

Déclin de l'audience aux États-Unis…[modifier | modifier le code]

Le personnage d'Annie Blackburn, interprété par Heather Graham, fait partie des personnages qui ont été ajoutés durant la deuxième partie de la saison[25],[24].

Pour son retour, le tandem Lynch/Frost est prié par ABC de révéler "Qui a tué Laura Palmer ?". Ce qu'ils font en milieu de saison. Dès lors, le public déserte[71]. Par la suite, la série souffre d'un manque de renouvellement de l'intrigue. Les audiences ont également chuté à cause d'une absence pendant près d'un mois de décembre à janvier, la guerre du Golfe en parallèle enfonçant le clou, Mark Frost déclarant en au Washington Post que Twin Peaks a été en partie victime de « personnes qui regardent CNN de manière obsessionnelle, et à juste titre, car c'est un problème beaucoup plus important que nous. »[N 13],[31]. Le , il n'y a pas l'épisode hebdomadaire de la série[31]. Alors qu'il reste six épisodes, Bob Iger, le président d'ABC déclare : « nous espérons trouver une place pour Twin Peaks dans notre saison de diffusion[…] si possible[…]La série reviendra certainement dans notre calendrier pour terminer sa diffusion pour cette année et sera définitivement considérée pour la prochaine saison »[31],[N 14]. Des fans créent un groupe de protestation appelé COOP —  Citizens Opposing the Offing of Peak —, afin de lever des fonds ainsi qu'envoyer des lettres et des pétitions à ABC pour sauver la série[31].

Dans le documentaire Creating Twin Peaks, Mark Frost reconnaît qu'il aurait dû introduire le personnage de Windom Earle plus tôt. Le , après plusieurs semaines de lobbying de la part des fans, ABC se décide à diffuser l'épilogue, s'en « débarrassant » en programmant d'affilée les deux derniers épisodes sous forme de téléfilm de 90 minutes.

… et à l'étranger[modifier | modifier le code]

  • En Europe

Tout comme aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Italie, l'audience décroche dès la révélation du nom de l'assassin. Seuls les téléspectateurs espagnols restent assidus[72]

  • En France
Logo de la série diffusé sur La Cinq.

La série convoitée par Antenne 2[73] est finalement diffusée sur La Cinq à partir du . Silvio Berlusconi a en effet acquis tous les droits pour les pays francophones[73].

« La série était très recherchée, (…) elle avait fait événement aux Etats-Unis, elle sortait du flot des séries américaines. »

— Pascal Josèphe (ancien directeur général de l'antenne de La Cinq) dans Libération du [64].

Sur la base du titre italien I segreti di Twin Peaks, la série est appelée Mystères à Twin Peaks. La Cinq prévoit au départ de diffuser les 29 épisodes de 45 minutes, remontés sous la forme de 17 téléfilms de 90 minutes. La chaîne diffuse la série tous les lundis à 20 h 50, du pilote à l'épisode 16. Peu satisfaite des audiences du premier épisode (moins de 3 millions de téléspectateurs[74]), la chaîne décide de donner une seconde chance au feuilleton, en le rediffusant chaque vendredi à 22h30[75],[76],[77],[78],[79],[80],[81]. Et à partir du , faute d'audience satisfaisante[82],[83], la série est diffusée uniquement le vendredi à 22h30, reprenant son format original de 45 minutes[84], puis à 23h30 pour les 3 derniers épisodes[1],[20]. Elle est rediffusée sur le câble sous son titre original Twin Peaks, en [3] sur Canal Jimmy, puis pour la première fois en version originale sous-titrée, à partir du [4],[5]sur Série Club, en 2000 sur 13e rue. La première rediffusion sur une chaîne hertzienne aura lieu 20 ans plus tard, du au sur Arte.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Durant la 48e cérémonie des Golden Globes qui s'est déroulée en 1991, la série remporte le prix de la Meilleure série dramatique, tandis que Kyle MacLachlan remporte celui du Meilleur acteur dans une série dramatique et Piper Laurie celui de la Meilleure actrice dans un second rôle dans une série, mini-série ou un téléfilm[85].

Année Prix Catégorie Nomination Résultat
1990 42e cérémonie des Primetime Emmy Awards Meilleure série dramatique Twin Peaks Nomination
Meilleure réalisation David Lynch Nomination
Meilleur scénario David Lynch & Mark Frost pour Pilote Nomination
Harley Peyton pour Épisode 4 Nomination
Meilleur acteur dans une série dramatique Kyle MacLachlan Nomination
Meilleure actrice dans une série dramatique Piper Laurie Nomination
Meilleure actrice secondaire dans une série dramatique Sherilyn Fenn Nomination
Primetime Creative Emmy Awards Meilleure musique dans une série Angelo Badalamenti Nomination
Meilleures musiques et paroles Angelo Badalamenti & David Lynch Nomination
Meilleure direction artistique Patricia Norris & Leslie Morales Nomination
Meilleurs costumes Patricia Norris Lauréat
Meilleur montage (à caméra unique) Duwayne Dunham Lauréat
Meilleur montage de son - Nomination
1991 33e cérémonie des Grammy Awards Meilleure prestation pop (instrumentale) Angelo Badalamenti Lauréat
Meilleure bande originale pour un média audiovisuel Nomination
Meilleur album de parole enregistrée Kyle MacLachlan Nomination
48e cérémonie des Golden Globes Meilleure série dramatique Twin Peaks Lauréat
Meilleur acteur dans une série dramatique Kyle MacLachlan Lauréat
Meilleure actrice dans un second rôle dans une série, mini-série ou un téléfilm Piper Laurie Lauréat
Sherilyn Fenn Nomination
43e cérémonie des Primetime Emmy Awards Meilleur acteur dans une série dramatique Kyle MacLachlan Nomination
Meilleure actrice secondaire dans une série dramatique Piper Laurie Nomination
Primetime Creative Emmy Awards Meilleur montage de son - Nomination
Meilleur mixage de son Nomination

Œuvres liées et postérité[modifier | modifier le code]

Film et romans[modifier | modifier le code]

David Bowie incarne l'agent spécial Phillip Jeffries (en) dans le film Twin Peaks: Fire Walk with Me.

En 1990, Jennifer Lynch, la fille du réalisateur, écrit une préquelle littéraire de l'histoire, Le Journal secret de Laura Palmer (en), qui raconte les événements des mois précédant la dernière semaine de la vie de Laura Palmer[86]. Une version audio du roman lue par Sheryl Lee sort en 2017[86]. La même année, MacLachlan enregistre le livre audio Diane…” The Twin Peaks Tapes of Agent Cooper[87]. En 1991, Scott Frost (en) publie le livre The Autobiography of F.B.I. Special Agent Dale Cooper: My Life, My Tapes centré sur la vie de l'agent Cooper, dont sa jeunesse[87].

Parallèlement, à la fin de la diffusion de la série, David Lynch décide d'étendre l'univers de celle-ci, et ce malgré l'annulation d'une troisième saison par ABC. Amoureux du personnage de Laura Palmer, il choisit donc de réaliser un film préquel centrée sur elle, et qui racontera les sept derniers jours de sa vie[16]. Tourné en quelques semaines[réf. nécessaire], Twin Peaks: Fire Walk with Me sort en 1992[88]. Plusieurs acteurs de la série reprennent leur rôle, tels que Sheryl Lee, Kyle MacLachlan, Ray Wise ou encore David Lynch lui même[réf. nécessaire], tandis que d'autres, tels que Sherilyn Fenn — principalement à cause du tournage de Des souris et des hommes — et Richard Beymer[réf. nécessaire] en sont absents[88],[25]. Lara Flynn Boyle est quant à elle remplacée par l'actrice Moira Kelly[88]. De nouveaux personnages font également leur apparition, tels que Carl Rodd, interprété par Harry Dean Stanton, ou bien Phillip Jeffries, interprété par David Bowie[89],[90]. Ces personnages, et d'autres éléments exclusifs au film, seront réutilisés par Lynch et Frost 25 ans plus tard pour servir l'intrigue de la troisième saison[91].

En 2014 sort une compilation de scènes coupées de Twin Peaks: Fire Walk with Me, intitulée Twin Peaks: The Missing Pieces, et qui vient compléter l'univers de la série avec des scènes inédites[92].

En octobre 2016, Mark Frost publie le roman épistolaire The Secret History of Twin Peaks (en) qui donne plusieurs informations sur la ville de Twin Peaks ainsi que ses habitants[93]. Dans la même continuité et afin de faire la jonction entre la deuxième et la troisième saison, Frost publie Twin Peaks: The Final Dossier (en) en 2017[94].

En 2022, Mark Frost signe la préface du livre Murder at Teal's Pond: Hazel Drew and the Mystery That Inspired Twin Peaks; relatant le meurtre non élucidé d'Hazel Drew, une des inspirations du la série[17].

Émission et Publicité[modifier | modifier le code]

Avant la diffusion de la deuxième saison, Kyle MacLachlan est invité dans l'émission Saturday Night Live dans laquelle il participe à une parodie de la série[95].

En 1993, David Lynch réalise plusieurs publicités pour la marque de café Georgia (en) dans lesquelles se trouvent plusieurs acteurs de la série[85].

Sortie vidéo[modifier | modifier le code]

VHS[modifier | modifier le code]

Le pilote dans sa version européenne sort en France en VHS le chez Warner Home Video sous le titre Qui a tué Laura Palmer ?. La série sort en France en VHS le chez Sony music Vidéo[96]. Cette dernière société re-publie un coffret regroupant l'intégralité des épisodes de la série à l'exception du pilote édité chez Warner Home Video[97].

DVD[modifier | modifier le code]

La série sort en France en DVD en chez TF1 Vidéo. Le , TF1 Vidéo publie un coffret regroupant l'intégralité de la série, comprenant le pilote original de 90 minutes et les 29 autres épisodes des deux saisons[98].

L'intégrale de la série ressort en DVD le édité par Paramount Home Entertainment, le coffret contient en plus de la série de nombreux bonus, comme des interviews, un documentaire sur le phénomène Twin Peaks, un autre sur les coulisses de Twin Peaks, et bien d'autres.

Blu-Ray[modifier | modifier le code]

L'intégrale des saisons 1 et 2 de la série, contenant également le film Twin Peaks: Fire Walk with Me, sort en Blu-Ray le chez Paramount Home Entertainment[99]. Son contenu est important : 10 disques remplis de bonus dont certains exclusifs à ce coffret comme Les pièces manquantes du dossier regroupe 90 minutes inédites de scènes coupées et alternatives du film[99].

L'intégrale de la série ressort en Blu-ray le édité par Paramount Pictures, le coffret contient 7 disques, chacun contenant des bonus variés.

Collector[modifier | modifier le code]

La série sort en édition collector dans un coffret appelé Twin Peaks : From Z to A, ce coffret limité à 25 000 exemplaires comprend donc l'intégrale de la série, le film Twin Peaks - Fire Walk With Me, le documentaire Impressions : un voyage dans les coulisses de Twin Peaks (291'), deux Blu-ray de bonus inédits (360'), un Blu-ray 4K Ultra HD avec deux épisodes remasterisés, 25 cartes imprimées et une figurine[100].

Twin Peaks: The Return[modifier | modifier le code]

Parmi les nouvelles têtes de la troisième saison, Laura Dern, qui est une collaboratrice régulière de Lynch, campe Diane, la fameuse secrétaire de l'agent Cooper[101].

Certains fans de la première heure espèrent une suite pour les 25 ans de la série, en 2017. Cette hypothèse s'avère finalement bien réelle, comme l'annonce le site Showtime, et contrairement à ce que David Lynch avait annoncé lors d'un entretien pendant la promotion du film Inland Empire[102].

En , l'acteur Ray Wise rapporte ce que Lynch lui aurait dit à propos d'une suite possible :

« Eh bien, tu sais Ray, la ville est toujours là. Et j'imagine qu'il est possible qu'on puisse la revisiter. Bien sûr, tu es toujours mort… mais on pourrait peut-être s'arranger[103]. »

Le site de streaming Netflix serait également intéressée par une reprise de la suite de la série[104].

Le , une troisième saison est annoncée pour diffusion en 2016 par la chaîne de télévision Showtime. David Lynch et Mark Frost écriront les neuf épisodes, et Lynch sera à la réalisation[105] soit 25 ans après le dernier épisode diffusé. Mais le développement de la série connaîtra de nombreux rebondissements.

Le , David Lynch annonce en effet qu'il ne dirigera pas les épisodes prévus pour 2016[106] mais sans exclure la poursuite de la série par Showtime[107]. Le , Showtime annonce que David Lynch réalisera tous les épisodes, dont le nombre sera supérieur à 9[108], et, le , le directeur de la photographie Will McGrabb a annoncé que la diffusion serait repoussée pour avoir lieu en 2017. Le tournage débute en [109].

La saison saison 3 commence le et se termine le de la même année[110],[111].

Analyse[modifier | modifier le code]

Style de la série[modifier | modifier le code]

Une première à la télévision[modifier | modifier le code]

« Je ne saurais dire pourquoi cette ville et ce mystère hors des sentiers battus ont autant accaparé l’imagination des gens. Sinon que, pour y entrer, il suffisait de tourner le bouton[64]. »

— David Lynch en 1992 pour Libération.

La série est décrite comme un « OVNI » dans le milieu de la télévision qui est à l'époque dominé par les sitcoms et soap opéras, bien qu'elle reprenne plusieurs codes de ces dernières[112],[64],[15]. La série se démarque notamment par l'usage de plusieurs procédés propres au cinéma[64].

Parmi les éléments récurrents, la série s'attarde également sur l'alimentation, comme les donuts, les tartes aux cerises mais surtout sur le café[85].

Comme dans plusieurs œuvres de Lynch, la série comporte les thèmes liés à l'horreur qui se cache dans le quotidien, aux rêves ou encore aux doubles comme le Double R et les Chambres Blanche et Noire[113]

Références[modifier | modifier le code]

La mise en scène de la mort de Laura Palmer semble puiser dans la peinture Camille sur son lit de mort (1879) du peintre Claude Monet[114].
Le personnage de Philip Gerard semble être un hommage à celui de Fred Johnson joué par Bill Raisch dans la série Fugitif[115].

Twin Peaks est un annuaire de références à la télévision, au cinéma, à la littérature, ou encore à la peinture[116].

  • Le prénom de la mystérieuse héroïne renvoie directement à Laura, un film noir classique signé Otto Preminger[115]. Dans les deux œuvres, l'annonce du décès de la jeune femme déchaîne les passions, et fascine l'enquêteur. En outre, chacune est dotée d'un double : la cousine Maddie pour Laura Palmer, le mannequin Diane Redfern pour Laura Hunt. Enfin, le narrateur du film de 1944 Waldo Lydecker trouve un double écho dans la série : le mainate surnommé Waldo, apparu dans les fichiers de la clinique vétérinaire du Dr Lydecker[115].
  • L’arme qui tire sur Dale Cooper est un Walter PPK, celle de James Bond.
  • Le manchot campé par Al Strobel s’appelle Philip Gerard, comme le lieutenant qui traque Richard Kimble dans la série Fugitif (1963-1967), cette dernière mettant également en scène un manchot[115].
  • Le haut-parleur par lequel Dale Cooper communique avec Gordon Cole est inspiré de celui de Charlie Townsend, l’employeur de Drôles de dames.
  • Le personnage joué par David Lynch, Gordon Cole, puise son nom d'un personnage du film Boulevard du crépuscule (Sunset Boulevard, 1950)[115],[117].

Influences[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Interprète de l'agent Denise Bryson, David Duchovny — ici avec sa partenaire de jeu Gillian Anderson — incarne l'agent du FBI Fox Mulder dans la série X-Files (1993-2018) qui a pu voir le jour grâce à Twin Peaks

Spécialiste américian des séries, Anthony Morris, explique pour Les Échos : « Les empreintes digitales de Lynch sont sur toutes les séries dramatiques actuelles. Chaque fois qu'une série marque une pause un peu trop longue, s'attarde sur un détail étrange, plonge dans le surréalisme ou montre une scène de violence à la fois choquante et bizarre, c'est du Lynch. »[118].

Ainsi, Twin Peaks a servi d'influence majeure à la plupart des séries télévisées qui l'ont suivi[118]. C'est notamment le cas d'X-Files (1993-2018), série basée sur le surnaturel, l'onirique et l'étrange, des thèmes communs avec la série de Mark Frost et de David Lynch[119]. Plusieurs acteurs de Twin Peaks apparaissent en tant qu'invité dans la série[85]. D'autres séries ont également été plus ou moins influencées par Twin Peaks telles que Contretemps[réf. nécessaire], Wild Palms, Oz, Desperate Housewives, Lost ou encore Les Soprano[120],[121].

L'épisode 12 de la saison 5 de la série Psych est un pastiche et comporte beaucoup de références à Twin Peaks[122]. En effet, tout l'épisode est conçu autour d'une idée d'hommage à la série, James Roday, acteur principal, ayant déclaré être un fan. Parmi les les acteurs et actrices invités sur cet épisode, on retrouve Dana Ashbrook, Catherine E. Coulson, Sherilyn Fenn, Sheryl Lee, Robyn Lively, Lenny Von Dohlen et Ray Wise[122]. De plus le générique de l'épisode est repris par Julee Cruise[123].

Dans l'épisode 1 de la saison 7 de la série Les Simpson, intitulé Qui a tiré sur M. Burns ? (Who Shot Mr. Burns?, 1995), le chef de la police Clancy Wiggum rêve de lui-même se retrouvant face à face à Lisa Simpson dans la Black Lodge, faisant directement référence à cette même scène entre Laura Palmer et l'agent Dale Cooper dans la première saison[124]. Toujours dans la même série, dans le quatrième épisode de la neuvième saison, intitulé Le Saxe de Lisa (Lisa's Sax, 1997), Homer Simpson regarde un faux épisode de Twin Peaks, dans lequel on voit le Géant (en) danser avec le Cheval Blanc[124].

De la même façon, la Black Lodge apparaît également dans la série d'animation Scooby-Doo: Mystères associés dans laquelle le personnage éponyme visite le lieu à deux reprises en rêve, et rencontre notamment l'Homme venu d'un autre endroit[125]. Le film Mais qui a tué Pamela Rose ? est en partie une parodie de la série, le réalisateur et acteur Olivier Baroux expliquant : « Pamela Rose c'était Twin Peaks qui nous avait inspirés. Ils étaient très sérieux et en même temps, c'était une série très bizarre, un peu onirique qui nous a tout de suite inspirés, »[126]. Le titre fait directement allusion au titre de la version européenne du pilote, « Qui a tué Laura Palmer ? », Pamela Rose étant une anagramme approximative de Laura Palmer.

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans le manga Soul Eater, la « Black Room » et le « Little Ogre » sont une référence directe à cette confrontation onirique entre la conscience et la lutte intérieure de chacun, au moment de faire des choix.

Musique[modifier | modifier le code]

Le groupe français BelpheGorZ s'inspire directement de la série dans son clip Stinky City autant pour la Black Lodge que pour l’étrangeté des images et le groupe de rock japonais Malice Mizer est auteur de la chanson Beats of Blood, chanson dont le clip contient plusieurs scènes inspirées de la série, notamment de la Black Lodge. Il est est de même pour le clip de la chanson Laura Palmer's Prom du groupe You Say Party[118].

La chanson Laura Palmer (en) du groupe britannique Bastille est un hommage à Twin Peaks et à David Lynch qui l'ont beaucoup inspiré, tandis que le groupe de hard rock Audrey Horne a choisi son nom en référence à l'un des personnages de la série[53],[118]. Dans son album Substrata, Biosphere utilise des répliques du Géant et du Major Garland Brigg, issues du premier épisode de la saison 2, respectivement dans les morceaux The Things I Tell You et Hyperborea. Sur l'album Un homme avec un grand H au pays des prises de tête de Sttellla, la pièce Laura sonne pour l'heure à palmer parle du meurtre de Laura Palmer.

Le morceau Laura Palmer Theme (instrumental) a été samplé par Moby en 1991 dans le single Go[127]. Le morceau Twin Peaks Theme (instrumental) a été samplé par Odezenne en 2014 dans le titre Je veux te baiser extrait de l'EP Rien[128].

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

De nombreuses références à Twin Peaks sont également présentes dans plusieurs jeux vidéo. Takashi Tezuka, réalisateur de jeux chez Nintendo, a avoué avoir été très fortement inspiré par l'ambiance de la série pour développer celle du jeu The Legend of Zelda: Link's Awakening, sorti en 1993. En effet, comme dans la série, l'intrigue se déroule dans une petite zone, ici une île, où la plupart des personnages ont des comportements suspects. Cette caractéristique sera par ailleurs reconduite dans plusieurs suites de la série de jeux, telles que Ocarina of Time (1998) et Majora's Mask (2000)[129],[130].

Le studio finlandais Remedy Entertainment mulitplie les références à la série au travers de ses jeux[131],[132],[133]. Les deux premiers Max Payne (2001 et 2003), contiennent plusieurs séries télévisées dans leurs diégèses, dont Address Unknown qui reprend plusieurs éléments de la série[131]. Dans Alan Wake (2010), l'ambiance de la ville de Bright Falls, ainsi que ses alentours, fait directement penser à celle de la série, avec la notable présence du Oh Deer Diner, du bureau du shérif, ainsi que plusieurs personnages faisant échos à ceux de la série, comme Cynthia Weaver qui a toujours une lanterne avec elle, telle Margaret Lanterman avec sa bûche[131]. Control (2019) est également influencé par la série[131].

Autre référence importante, celle du jeu Life is Strange (2015), dont l'histoire tourne autour de la disparition de Rachel Amber, une jeune fille populaire qui fait penser à Laura[132],[134]. Les deux personnages partagent d'ailleurs la même date d'anniversaire. Plusieurs lieux font penser à la Black Lodge, et la plaque d'immatriculation de Chloe Price est "TWNPKS" (Twin Peaks). On trouve aussi une allusion au Dr Jacoby, le psychiatre de la série, dans une lettre adressée à Sean Prescott, ainsi que la phrase « Fire walk with me » dans la salle de bain du diner où la mère de Chloe travaille, cette fois-ci une référence au titre du film préquel Twin Peaks: Fire Walk with Me, ainsi qu'au célèbre poème récité par le personnage de MIKE.

La série de jeux Cube Escape ou Rusty Lake s'inspire également énormément de Twin Peaks : là encore, le sort d'une mystérieuse femme qui s'appelle également Laura déclenche toute l'intrigue. Du détective au nom de Dale Vandermeer jusqu'aux multiples doubles ou doppelgänger des personnages appelés des « âmes corrompues », en passant par l'utilisation des « white cube » (bons souvenirs) et « black cube » (mauvais souvenirs), les références et thèmes similaires abordés sont abondants.

Le jeu vidéo Thimbleweed Park (2017), un point & click développé et édité par Terrible Toybox s'inspire directement de l'atmosphère et des lieux de Twin Peaks (les personnages étranges, le commissariat, le restaurant, le grand hôtel, la forêt mystérieuse) ainsi qu'au niveau de ses thèmes musicaux très inspirés de ceux composés par Angelo Badalamenti[135].

Les jeux Mizzurna Falls (1998), Silent Hill (1999-), Deadly Premonition (2010), Kentucky Route Zero (2013) ou encore Virginia (2016) sont également parsemés de références à la série[132],[131].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : when the strike ended they called and said « We want to proceed with that project you pitched » but[…] neither of us could remember much of whatwe said!.
  2. Citation originale : One day Mark and I went to Du-Par’s on Ventura Boulevard in LA and we just started talking and something started happening and the first thing was ‘a girl’s been murdered’ and that was it.
  3. Citation originale : It was like we had a little goose that kept laying golden eggs and then we were asked to take that little goose and snip its head off.
  4. Citation originale : no one—not Mark, me, anyone—had any idea that she could act, or that she was going to be so powerful just being dead.
  5. Citation originale : For David, it's all in the casting. He's very intuitive, and for one reason or another he'll feel a connection with an indivudual and know how to place that person in a piece. The actors feel the trust he has in them, too, and it encourages them to let down their inhibitions and just go with whatever happens in the scene.
  6. Citation originale : That was gonna be his time in Twin Peaks and he was gonna go home. Then I heard Al Strobel's voice, which is an incredible voice, and I had to write something for that voice.
  7. Citation originale : Frank, don't lock yourself in that room.
  8. Citation originale : I was leaning against a car—the front of me was leaning against this very warm car. My hands were on the roof and the metal was very hot. The Red Room scene leapt into my mind. 'Little Mike' was there, and he was speaking backwards… For the rest of the night I thought only about The Red Room.
  9. Citation originale : Twin Peaks disorients you in ways that small-screen productions seldom attempt.
  10. Citation originale : The story unfolds at the almost funereal pace that is the hallmark of soap opera […] But then the director adds his own peculiar touches, small passing details that suddenly, and often hilariously, thrust the commonplace out of kilter.
  11. Citation originale : Who killed Laura Palmer? Many viewers, tired of the hype, are saying, Who cares? I say it too, but as praise. Plot is irrelevant; moments are everything. Lynch and Frost have mastered a way to make a weekly series endlessly interesting.
  12. Citation originale : It may be the most hauntingly original work ever done for American TV.
  13. Citation originale : Twin Peaks has been partly the victim of "people watching CNN obsessively, and properly so, since that's an issue a lot more important than us.
  14. Citation originale : we do hope to find a new time period for 'Twin Peaks' inside our regular broadcast season if at all possible[…]The series will definitely return to our schedule to complete its run for this year and definitely be considered for next season.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Twin Peaks en exil », Sud Ouest,‎ , p. 33 (ISSN 1760-6454) Programmé initialement après le journal de 20 heures sur la Cinq, l'interminable policier « Mystères à Twin Peaks », qui a fait fureur aussi bien outre-Atlantique que dans le reste de l'Europe, a connu un « bide » en France. Relégué une première fois le vendredi après 22h30 avec des épisodes raccourcis d'une heure. Twin Peaks connâtra désormais un exil final, toujours le vendredi, mais en troisième partie de programme.
  2. Voir sur bloomberg.com.
  3. a et b « 'E R A S E R H E A D Créer des sons Entretien avec David Lynch », sur davidlynch.de Cahiers du cinéma, juillet/août 1994 (no 482), p. 14-17.
  4. a et b « Twin Peaks. Série Club, 20 h 45, série », sur liberation.fr.
  5. a et b « Twin Peaks pour la première fois en version originale », sur liberation.fr.
  6. a et b (en) « ‘Twin Peaks’: The Top 20 Characters, Ranked », sur hollywoodreporter.com, (consulté le ).
  7. a b c et d (en) « Lynch Mob: 30 Best ‘Twin Peaks’ Characters », sur rollingstone.com, (consulté le ).
  8. a b et c (en) « ‘Twin Peaks’ Original Series in 1990: Oddball, but ‘Brilliant Television’ », sur variety.com, (consulté le ).
  9. (en) « Ultimate Binge Guide: Twin Peaks », sur cbs.com (consulté le ).
  10. a et b (en) « May the Giant Be with You », sur imdb.com (consulté le ).
  11. (en) « TELEVISION; WELCOME TO TWIN PEAKS AND VALLEYS » Accès payant, sur nytimes.com, (consulté le ).
  12. a b et c (en) « Inside the Making of Mulholland Drive, David Lynch’s Dark, Freudian Masterpiece », sur vanityfair.com, (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j k l m n o et p (en) David Lynch et Kristine McKenna, Room to Dream, Random House, , p. 239-279.
  14. a b c d et e (en) « Julee Cruise’s angelic voice guided us through David Lynch’s American hell », sur .independent.co.uk, (consulté le ).
  15. a b et c « Twin Peaks : focus sur la série dont tout le monde parle », sur allocine.fr, (consulté le ).
  16. a b et c (en) « David Lynch: ‘I’ve always loved Laura Palmer’ », sur theguardian.com, (consulté le ).
  17. a et b « Un documentaire sur le meurtre à l’origine de “Twin Peaks” est en préparation », sur lesinrocks.com, (consulté le ).
  18. (en) « LYNCH AT HIS `PEAK` », sur chicagotribune.com, (consulté le ).
  19. a b c et d (en) « Is TV Ready for David Lynch? : The director of ‘Blue Velvet’ and ‘Eraserhead’ brings his unique vision to the prime-time soap opera ‘Twin Peaks’ », sur latimes.com, (consulté le ).
  20. a et b « Mystères À Twin Peaks En France : 30 Ans Exactement », sur liberation.fr.
  21. a b et c (en) « Is Twin Peaks a movie? », sur ew.com, (consulté le ).
  22. a et b (en) « From the Mar-T to the Double R », sur twedescafe.com (consulté le ).
  23. (en) « 10 Real-Life 'Twin Peaks' Locations You Can Visit Today », sur twedescafe.com, (consulté le ).
  24. a b et c « Les dessous de « Twin Peaks » », sur lesinrocks.com, (consulté le ).
  25. a b c et d (en) « Sherilyn Fenn talks David Lynch and how Twin Peaks should have ended », sur avclub.com, 22 anvier 2014 (consulté le ).
  26. Twin Peaks. Les laboratoires de David Lynch, Guy Astic, éditions Rouge Profond, page 38.
  27. (en) « TV You’ve Never Seen Before : Soap opera: Director David Lynch’s ‘Twin Peaks’ is the kind of bold programming that is setting ABC apart from the competition. », sur latimes.com, (consulté le ).
  28. « Revisiting ‘Twin Peaks’ Season 2 Episode 1: May the Giant Be With You », sur observer.com, (consulté le ).
  29. (en) « Can You Tell Which Scenes from 'Twin Peaks' Were Directed by David Lynch? », sur vice.com, (consulté le ).
  30. (en) « Twin Peaks episode review — 2.7 — Episode 14/Lonely Souls », sur medium.com, (consulté le ).
  31. a b c d et e (en) « CLOUDS OVER 'TWIN PEAKS'» », sur washingtonpost.com, (consulté le ).
  32. « Happy Birthday… David Lynch : les 10 muses du réalisateur », sur premiere.fr, (consulté le ).
  33. a et b « Jack Nance, acteur fétiche de David Lynch : 20 ans après, une disparition toujours aussi suspecte », sur allocine.fr, (consulté le ).
  34. « Twin Peaks : Pourquoi Kyle MacLachlan nous avait tant manqué », sur allociné.fr, (consulté le ).
  35. (en) « David Lynch’s Dune Is a Beautiful Sci-fi Disaster », sur vulture.com, (consulté le ).
  36. (en) « Catherine Coulson, Log Lady on ‘Twin Peaks,’ dead at 71 », sur foxnews.com, (consulté le ).
  37. (en) « MVPs of Horror: Charlotte Stewart on 'Eraserhead,' David Lynch, and the Return of 'Twin Peaks' », sur yahoo.com, (consulté le ).
  38. (en) « Frances Bay dies at 92; veteran character actress », sur latimes.com, (consulté le ).
  39. (en) « 7 Great David Lynch Short Films and Where to Watch Them », sur collider.com, (consulté le ).
  40. (en) « Twin Peaks: How Laura Palmer's death marked the rebirth of TV drama », sur theguardian.com, (consulté le ).
  41. (en) Chris Rodley, Lynch on Lynch, Faber & Faber Limited, .
  42. (en) David Lynch et Kristine McKenna, Room to Dream, Random House, , p. 274.
  43. (en) « Model and Actress Peggy Lipton Dies at 72 », sur vogue.com, (consulté le ).
  44. (en) « Give ‘Twin Peaks’ actor Harry Goaz a camera and here’s what happens », sur dallasnews.com, (consulté le ).
  45. « Warren Frost, acteur de « Twin Peaks », est mort », sur vanityfair.fr, (consulté le ).
  46. (en) « ‘Twin Peaks’ Season 2, Episodes 8-21: The Mumbo Jumbo » Accès payant, sur nytimes.com, (consulté le ).
  47. (en) « Twin Peaks revival: Get a first look at David Duchovny in action », sur ew.com (consulté le ).
  48. (en) « R.I.P. Kenneth Welsh, from Twin Peaks and Lodge 49 », sur avclub.com, (consulté le ).
  49. a et b (en) « Everything You Need to Achieve the Twin Peaks Aesthetic », sur vice.com, (consulté le ).
  50. (en) Chris Rodley, Lynch on Lynch, Faber & Faber Limited, , Couverture.
  51. a et b (en) « Angelo Badalamenti, ‘Twin Peaks’ Composer, Dies at 85 », sur variety.com, (consulté le ).
  52. (en) « Julee Cruise’s angelic voice guided us through David Lynch’s American hell », sur theguardian.com, (consulté le ).
  53. a b c et d « Plongée dans les origines de la musique de « Twin Peaks » », sur rollingstone.fr, (consulté le ).
  54. (en) « Jimmy Scott, Jazz Singer and ‘Twin Peaks’ Star, Dead at 88 », sur rollingstone.com, (consulté le ).
  55. Nicolas Dufour, « Les 50 meilleures séries TV de tous les temps », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  56. (en-US) Rob Sheffield et Rolling Stone, « 100 Greatest TV Shows of All Time », sur Rolling Stone, (consulté le ).
  57. (en) « Top 100 TV Shows of All Time - IGN.com » (consulté le ).
  58. (en-US) Kayleigh Roberts et Cady Drell, « The 34 Best TV Shows of All Time », sur Marie Claire, (consulté le ).
  59. (en-GB) Tim Lusher, « The Guardian's top 50 television dramas of all time », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  60. (en) « TROUBLING, TRANSCENDENT 'TWIN PEAKS' », sur washingtonpost.com, (consulté le ).
  61. (en) « TV WEEKEND; A Skewed Vision of a Small Town In 'Twin Peaks,' », sur nytimes.com, (consulté le ).
  62. (en) « Twin Peaks », sur ew.com, (consulté le ).
  63. (en) « Like Nothing On Earth », sur times.com, (consulté le ).
  64. a b c d et e « Piqués, culte et bûche, vingt-cinq ans de «Twin Peaks» dans «Libé» », sur liberation.fr, (consulté le ).
  65. Susan Bickelhaupt, « Twin Peaks vs. Cheers », Boston Globe,‎ .
  66. a b c et d (en) Bill Carter, « Twin Peaks May Provide a Ratings Edge for ABC », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  67. a b et c (en) Bill Carter, « Twin Peaks Clouded By Decline in Viewers », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  68. (en) « Twin Peaks Finale To Be on a New Night », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  69. (en) Bill Carter, « ABC Last in "Sweep" Rating Despite Twin Peaks Finale », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  70. (en) Bill Carter, « Twin Peaks Is Renewed on ABC », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  71. « Twin Peaks - Mystère télévisuel », Série club le magazine N°4 Spécial Twin Peaks,‎ , p. 8 (ISSN 1278-9690).
  72. « Twin Peaks critique Jean Ladoirie Partie », Sud Ouest,‎ , p. 2 (ISSN 1760-6454) S'il est vrai que les premiers épisodes ont doté ABC de taux d'écoute (jusqu'à 33 %) dont la grande chaîne déclinante avait bien besoin, la suite fut moins glorieuse. La deuxième série vient de démarrer dans l'indifférence générale. Même phénomène en Grande-Bretagne où, par ailleurs, la critique fut sévère. l'Italie commença par s'emballer, puis décrocha au neuvième épisode.
  73. a et b « La réorientation de la «Cinq». Une chaîne neuve à l'horizon 92 », sur lesoir.be.
  74. « La Twin Peaks... mania », Sud Ouest,‎ , p. 35 (ISSN 1760-6454) « Twin Peaks » est anivé en France, lundi, sur la Cinq. Avec, sans doute, moins de succès qu'en Espagne, Italie ou Grande-Bretagne, où ce feuilleton policier et de mystère d'outre-Atlantique a reçu un accueil triomphal. Le premier des dix-sept épisodes de cette série a été vu par moins de trois millions de téléspectateurs, en effet. C'est que les autres chaînes, prévenues, avaient fait jouer à fond la contre-programmation, sur la même cible jeune et urbaine. C'est de bonne guerre, mais difficile à renouveler pendant dix sept semaines. Et, pour raccrocher le maximum de téléspectateurs à la locomotive, une rediffusion du premier épisode aura lieu ce soir, sur la Cinq, à 22h25.
  75. « La nouvelle Cinq », Sud Ouest,‎ , p. 29 (ISSN 1760-6454) M. Yves Sabouret, PDG de la Cinq: « Les premiers chiffres ne sont significatifs de rien », a-t-il affirmé tout en ajoutant « le 18/20 heures est le plus difficile et en prime-time aussi c'est dur ». À titre d'exemple, la Cinq « n'est pas satisfaite » de l'audience du premier épisode de sa série-vedette « Twin Peaks » diffusée le lundi soir et rediffusée exceptionnellement hier soir. À ce sujet, la chaîne ne sait pas si elle continuera cette diffusion bi-hebdomadaire.
  76. La 5, 19 avril 1991 22.25 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 1er épisode) sur humanite.fr.
  77. La 5, 10 mai 1991 22.30 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 4e épisode) sur humanite.fr.
  78. La 5, 24 mai 1991 22.35 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 6e épisode) sur humanite.fr.
  79. La 5, 31 mai 1991 22.30 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 7e épisode) sur humanite.fr.
  80. La 5, 7 juin 1991 22.25 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 8e épisode) sur humanite.fr.
  81. La 5, 21 juin 1991 22.25 Mystères à Twin Peaks (feuilleton, 9e épisode) sur humanite.fr.
  82. « Difficile relance pour Hachette L'audience n'est pas encore au rendez-vous de la nouvelle Cinq », sur lemonde.fr.
  83. « Difficile mise en place de la grille de La Cinq », Les Echos,‎ , p. 47 (ISSN 0153-4831) Le premier épisode de la série-vedette « Twin Peaks » s'est soldé par un sévère fiasco d'audience.
  84. Christophe Petit, « Twin Peaks: Bon sang qu'il est bon ce café ! », Génération Séries, no 2,‎ , p. 16 (ISSN 1167-136X).
  85. a b c et d « 10 choses à savoir sur Twin Peaks », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  86. a et b (en) « The Secret Diary of Laura Palmer: Twin Peaks' problematic tie-in », sur theguardian.com, (consulté le ).
  87. a et b (en) « ‘Twin Peaks’ Book to Chronicle Characters’ Lives Over Past 25 Years », sur rollingstone.com, (consulté le ).
  88. a b et c « Il y a 25 ans, « Twin Peaks : Fire Walk With Me » traumatisait la Croisette », sur vanityfair.fr, (consulté le ).
  89. (en) « Remembering 'Alien,' 'Twin Peaks' actor Harry Dean Stanton », sur cnet.com, (consulté le ).
  90. « David Bowie avait donné son accord pour son cameo dans Twin Peaks », sur lesinrocks.com, (consulté le ).
  91. « «Twin Peaks: Fire walk with me» permet d'en savoir encore plus sur la série », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  92. « Prolonger la fiction : les missing pieces de Twin Peaks (David Lynch) », sur inha.fr, .
  93. (en) « REVIEW: The Secret History of Twin Peaks revealed in new book », sur dailyreview.com, 25 otobre 2016 (consulté le ).
  94. (en) « A new ‘Twin Peaks’ book is coming this fall », sur latimes.com, (consulté le ).
  95. « Kyle MacLachlan annonce le tueur de Laura Palmer au SNL », sur rockyrama.com (consulté le ).
  96. « Difficile relance pour Hachette L'audience n'est pas encore au rendez-vous de la nouvelle Cinq », sur mediatheque.ville-bourges.fr 29 épisodes en 10 cassettes vidéo (134 mn) ; coul., sonore ; VHS SECAM, édité par Sony music Vidéo - 1992.
  97. « Twin Peaks en cassettes », sur lemonde.fr.
  98. (en) « Twin Peaks : l'intégrale 12 DVD + le pilote », sur avcesar.com, (consulté le ).
  99. a et b (en) « Watch: 90 Minutes of Deleted “Twin Peaks” Scenes Coming to Blu-ray in July », sur indiewire.com, (consulté le ).
  100. (en) « Limited Edition Twin Peaks Blu-ray Box Set Goes From Z to A », sur comicbook.com, (consulté le ).
  101. (en) « Laura Dern Just Added a Crazy Twist to the Twin Peaks Canon », sur vanityfair.com, (consulté le ).
  102. Voir sur clement.blogs.com.
  103. « David Lynch To Ray Wise: "We Could Revisit Twin Peaks" ». WelcomeToTwinPeaks.com. May 30, 2013. Retrieved June 3, 2013.
  104. "« Would You Bring Back Twin Peaks? Netflix: "Absolutely!" ». WelcomeToTwinPeaks.com. May 2, 2013. Retrieved June 3, 2013.
  105. « Twin Peaks revival to air on showtime in 2016 », Cynthia Littleton, Variety, .
  106. « "Twin Peaks" : David Lynch jette l'éponge », sur Le Point, (consulté le ).
  107. (en) « David Lynch Will No Longer Be Directing the Twin Peaks Revival », sur Time, (consulté le ).
  108. « Twin Peaks, saison 3 : David Lynch fait son come back, il réalisera tous les épisodes », (consulté le ).
  109. Léo Moser, « La nouvelle saison de “Twin Peaks” repoussée à 2017 », sur lesinrocks.com, (consulté le ).
  110. « "Twin Peaks" reviendra pour une 3e saison à partir du 21 mai », sur huffingtonpost.com, 9 janvier mai 2017 (consulté le ).
  111. (en) « 'Twin Peaks' Season 3 Finale: The Curtain Call », sur nytimes.com, (consulté le ).
  112. « « Twin Peaks »: un ovni de l’histoire de la télévision », sur lesinrocks.com, (consulté le ).
  113. « "Twin Peaks": aux sources du mythe », sur teleobs.nouvelobs.com., 17 2017 (consulté le ).
  114. (en) « Spot The Reference: Art-related Easter Eggs in David Lynch’s Twin Peaks », sur magazine.artland.com (consulté le ).
  115. a b c d et e (en) « The Lowdown on TV’s ‘Twin Peaks’ : Fullerton Man Offers Newsletter for Show’s ‘Junkies’; For Busy Dad, the Deadline Work Can Be Murder », sur latimes.com, (consulté le ).
  116. Sarah Sepulchre, « Twin Peaks (Mystères à) », sur Aux frontières des séries, (consulté le ).
  117. (en) « ‘Twin Peaks’: Breaking Down Cooper’s Possible Fates and How He’ll Return to Twin Peaks », sur indiewire.com, (consulté le ).
  118. a b c et d « Il y a vingt-cinq ans, « Twin Peaks » révolutionnait la télé », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  119. « X-Files et Twin Peaks : nous vieillirons ensemble », sur playlistsociety.fr, .
  120. « 13 séries qui n'auraient peut-être jamais existé sans Twin Peaks », sur allocine.fr, (consulté le ).
  121. (en) « David Chase on the Legacy of Twin Peaks », sur vulture.com, (consulté le ).
  122. a et b « L'hommage de "Psych" à "Twin Peaks" », sur allociné.fr, (consulté le ).
  123. (en) « PSYCH: "Dual Spires" Review », sur ign.com, (consulté le ).
  124. a et b (en) « A Red Room, a Dream, and The Simpsons' Lasting Twin Peaks Connection », sur esquire.com, .
  125. (en) « That Time Scooby Doo Crossed Over Into Twin Peaks! », sur ihorror.com, .
  126. « Olivier Baroux : Bullit et Riper reprennent du service sur Canal + », sur radiofrance.fr, (consulté le ).
  127. « Angelo Badalamenti est mort : «Twin Peaks» et David Lynch perdent leur chef d'orchestre », sur vanityfair.fr, (consulté le ).
  128. « Odezenne en concert : Le clip de ’Je veux te baiser’ », sur evous.fr.fr (consulté le ).
  129. (en) « Feature: How David Lynch’s Twin Peaks Influenced The Legend Of Zelda Series », sur nintendolife.com, .
  130. « Anecdote The Legend of Zelda Nº20 : Link's Awakening est inspiré de la série Twin Peaks », sur gamereactor.fr, .
  131. a b c d et e (en) « Eight Games Inspired By Twin Peaks' Weirdness », sur gameinformer.com, (consulté le ).
  132. a b et c (en) « How Life is Strange channels Twin Peaks », sur pcgamer.com, .
  133. (en) « 'Control' Feels Like What Would Happen if David Lynch Made a Video Game », sur time.com, (consulté le ).
  134. « Test : Life is Strange - Episode 1 », sur gamekult.com, (consulté le ).
  135. « "Thimbleweed Park", le Twin Peaks absurde et rigolo du jeu vidéo », sur www.franceinter.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stefan Peltier, Twin Peaks : une cartographie de l'inconscient, DLM, « Le guide du téléfan », 1996 (très bon guide, en français - épuisé)
  • Jennifer Lynch, Le Journal secret de Laura Palmer, Presses Pocket, 1991 (écrit par la fille de David Lynch) (ISBN 2266042335)
  • L'Autobiographie de l'agent très spécial Dale Cooper : ma vie, mes enregistrements tels que Scott Frost les écouta, Presses Pocket, 1991 (épuisé)
  • Guy Astic, Twin Peaks. Les laboratoires de David Lynch. Rouge Profond, 2005 et 2008 (réédition revue et augmentée) (ISBN 978-2-915083-31-6)
  • (en) Full of Secrets : Critical Approaches to Twin Peaks, sous la direction de David Lavery, Detroit, Wayne State University Press, 1995 (ISBN 9780814325063)Une approche plutôt universitaire et psychanalytique des nombreuses facettes de Twin Peaks.
  • Raphaël Contesso, Twin Peaks : Architecture de l’étrange, Cornillet Éditions, 2003
  • Éric Dufour, David Lynch : Matière, temps et image, Éditions Vrin, 2008 (chapitre VI : « Qui a tué Laura Palmer ? ») (ISBN 2711619958)
  • Pacôme Thiellement, La Main gauche de David Lynch - Twin Peaks et la fin de la télévision, PUF, 2010 (ISBN 213058151X)

Essai sur les conséquences matérielles et spirituelles de la fin de la télévision, à travers la série Twin Peaks, vue comme l'incarnation de la crise télévisuelle.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Analyses[modifier | modifier le code]