Pierre Grimblat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Grimblat
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 93 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
Jean-Jacques Grimblat (d)
Mitomi Tokoto (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
Officier de l'ordre national du Mérite (d)
Officier de la Légion d'honneur ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Grimblat est un scénariste, acteur, producteur, publicitaire et réalisateur français, né le à Paris, où il est mort le [1]. Il est notamment le créateur de séries télévisées telles que Navarro avec Roger Hanin, Le Tuteur avec Roland Magdane, ou encore L'Instit avec Gérard Klein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils unique d'immigrés juifs, il se veut issu d'un milieu populaire[2].

"Le petit juif de la rue Saint-Maur, comme il aime à se qualifier lui-même"[réf. nécessaire], naît au 116 de la rue Saint-Maur, Paris 11e, le 8 juillet 1922.

Son père Benjamin, électricien, est originaire de Pologne au moment où celle-ci était russe. Sa mère Salomé alias Simone est née à Vienne (Autriche). Ils tiennent un commerce de disques et d’électricité dans ce 11e arrondissement de Paris[3]. Son nom Grünblatt (« feuille verte ») a été francisé en Grimblat.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, en 1942, il est caché dans un premier temps, à Luchon, dans une famille française[4].

Il n’a jamais été inquiété en tant que juif car il ne porte aucun signe distinctif de ses origines, mais il est interné pour faits de Résistance. Il doit son arrestation, en 1943, à son inconscience : « J’avais une valise pleine d’armes et de faux papiers et je suis allé demander un autographe à mon idole de l’époque Georges Ulmer, promenade des Anglais ! La milice m’est tombée dessus. Il y a toujours en moi un mélange de frivolité et d’héroïsme ! »[5]. Jugé et condamné à mort à Nice par le tribunal de la Milice, passant 92 jours en cellule, il y écrit ses premiers poèmes. Il est libéré par les Italiens lors de leur reddition à l'armée américaine.

En 1946, de retour à Paris, il récite ses poèmes aux terrasses et dans les caves de Saint-Germain-des-Près. En 1947, il est remarqué par Boris Vian et Raymond Queneau en déclamant ses propres poèmes dans la rue, à Saint-Germain-des-Prés. Puis il entre à la radio et devient l'assistant de Francis Blanche[6]. En 1948, sa première œuvre écrite, réalisée et diffusée : Monsieur Gershwin, s'il vous plait, raconte la vie et l'œuvre de George Gershwin avec Michel Legrand dans le rôle du jeune Gershwin, pour la radio, puis la télévision. En 1950, la RTF le sélectionne pour un stage de six mois à la NBC à New York. En 1951, malgré le contrat proposé par la NBC, il revient à Paris, à la RTF, où il écrit, présente et réalise jusqu'à treize émissions par semaine (radio et télévision), dont la célèbre Avant-Première, une fête hebdomadaire de la création française dans tous les domaines qui durera 12 ans. En 1966, parallèlement à ses activités à l'ORTF, Marcel Bleustein-Blanchet créé pour lui le Bureau des idées de Publicis (il y crée des campagnes publicitaires pendant dix ans) et Jacques Canetti lui confie la direction artistique des disques Philips (département : vedettes de la chanson). Il obtient deux Grands Prix du disque. En 1969, il fonde Hamster Films, sa maison de production pour la télévision, le cinéma et les films publicitaires avec la CLT (Luxembourg). Entre 1969 et 1997, Hamster produira plus de 500 films, diffusant la création française dans le monde entier. Le groupe audiovisuel américain ABC devient son actionnaire principal. Hamster Films devient le n° 1 de la production européenne de fictions. En 1995, il est élu Producteur de l'année par la Procirep. En 1996, il est élu International Man of the Year au MIPCOM TV à Cannes. En 1997, il cède Hamster au groupe AB pour revenir à l'écriture et à la réalisation. En 2003, il revient à la télévision pour créer la série Le Tuteur, leader de l'audience annuelle téléfilms de France 2 dès sa première diffusion, le 12 mars 2003. Elle obtient le Grand Prix de la Série au Festival du film de télévision de Luchon 2004.

Sa dernière épouse est Elizabeth Royer-Grimblat, galeriste traquant les œuvres spoliées pendant l'Occupation[7].

Il a été marié 5 fois. De ses mariages et nombreuses conquêtes, il a plusieurs enfants, entre autres Jean-Jacques Grimblat ( - 2015), publicitaire, producteur et même parfois acteur, mort d'un cancer le 10 octobre 2015 à l'âge de 58 ans . Son dernier enfant, Mitomi Tokoto[8], fils qu'il a eu avec un ancien mannequin japonais, est un DJ star[9] qu'il appelle le « David Guetta de l'Extrême-Orient »[10].

Il est élevé au grade d'officier de la Légion d'honneur le par Jean-Jacques Aillagon[11].

Il est élevé au grade d'officier dans l'ordre national du Mérite le [12].

Pierre Grimblat meurt le 4 juin 2016[13] à Paris.

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Court métrage - réalisation[modifier | modifier le code]

Longs métrages - scénario et réalisation[modifier | modifier le code]

Principales créations, réalisations et productions TV[modifier | modifier le code]

Et plus de vingt collections et deux cents films unitaires.

Acteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point.fr, « Le producteur Pierre Grimblat est mort », sur Le Point,‎ (consulté le 4 juin 2016)
  2. « Décès du père de Navarro et de L'Instit », sur Le Huffington Post (consulté le 5 juin 2016)
  3. « Pierre Grimblat, Hamster jovial! - Cinélivres », sur livres-et-cinema.blogs.nouvelobs.com (consulté le 5 juin 2016)
  4. « Pierre Grimblat : « J'avais 12 ans, j'étais caché à Luchon » », sur ladepeche.fr (consulté le 5 juin 2016)
  5. « Les quatre cents coups de Pierre Grimblat », sur The Jerusalem Post,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  6. « Décès du père de "Navarro" et de "L'Instit" », sur Le Huffington Post (consulté le 5 juin 2016)
  7. Marie-Christine Tabet, « Royer-Grimblat : à la recherche des toiles volées par les nazis - leJDD.fr », sur LeJDD.fr (consulté le 5 juin 2016)
  8. « Mitomi Tokoto », sur facebook (consulté le 5 juin 2016)
  9. « Mitomi Tokoto », sur SoundCloud (consulté le 5 juin 2016)
  10. « Pierre Grimblat : Mort de son fils Jean-Jacques, emporté par un cancer », sur www.purepeople.com (consulté le 5 juin 2016)
  11. « PHOTOS - Jean-Jacques Aillagon et Pierre Grimblat - Remise de la légion d'honneur à Pierre Grimblat à son domicile par Jean-Jacques Aillagon à Paris le 17 décembre 2012. », sur www.purepeople.com (consulté le 5 juin 2016)
  12. « PHOTOS - Pierre Grimblat, fait Officier de l'Ordre National du Merite et sa femme, à Paris le 16 avril 2003. », sur www.purepeople.com (consulté le 5 juin 2016)
  13. « Décès de Pierre Grimblat, producteur de "Navarro" », sur lefigaro.fr, 4 juin 2016

Liens externes[modifier | modifier le code]