Empire du soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Empire du soleil
Description de cette image, également commentée ci-après
Christian Bale jeune interprète James « Jim » Graham
Titre québécois L'Empire du soleil
Titre original Empire of the Sun
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Tom Stoppard
Musique John Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Entertainment
Warner Bros.
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 154 minutes
Sortie 1987

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Empire du soleil (Empire of the Sun) est un film américain réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1987. Il est inspiré du roman du même nom de J. G. Ballard, lui-même basé sur la vie de l'écrivain. Le film met en scène Christian Bale et John Malkovich, entre autres.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1941, James Graham, jeune Britannique, vit à Shanghai avec sa famille. La ville est devenue territoire occupé par l'armée impériale japonaise suite à l'invasion de la Chine par l'empire du Japon en 1937. Le , le Japon déclare la guerre aux États-Unis ainsi qu'à ses alliés.

L'adolescent voit alors sa vie basculer, d'autant plus quand un mouvement de foule le sépare de ses parents. Il est fait prisonnier et tente de repenser sa vie dans le camp où il est détenu. Il comprend que ses rêves de révolte et de guerre n'avaient pas de sens face à la folie destructrice de l'homme, dont il est lui-même victime. Dans son camp, il transforme sa détention en aventure, se rend indispensable à tous. Après quatre longues années de captivité jusqu'à la fin du conflit, James est libéré et prêt à entrer dans le monde des adultes.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Warner Bros. acquiert les roman semi-autobiographique Empire du soleil (Empire of the Sun, 1984) de J. G. Ballard, qui a reçu le prestigieux Prix James Tait Black Memorial. Initialement, c'est Harold Becker qui est envisagé à la réalisation avec Robert Shapiro comme producteur[3]. Une première ébauche de script est écrite par Tom Stoppard, avec la brève collaboration de l'auteur J. G. Ballard[4]. Alors que Harold Becker quitte finalement le projet, David Lean reprend la réalisation et Steven Spielberg le rôle de producteur[5]. Mais David Lean finit par abandonner à son tour : « J'ai travaillé dessus pendant environ un an et j'ai fini par abandonner parce que je trouvais qu'il ressemblait trop à un journal. C'était bien écrit et intéressant, mais je l'ai donné à Steve[3]. ». Steven Spielberg reprend alors le projet en main[3], car il y voit quelque chose de très personnel. Il y retrouve par ailleurs des similitudes avec Le Pont de la rivière Kwaï de David Lean, l'un de ses films préférés quand il était jeune. De plus, le cinéaste est fasciné par les avions militaires de la Seconde Guerre mondiale notamment après les histoires racontées par son père qui était opérateur radio sur un North American B-25 Mitchell sur le théâtre des opérations de Chine-Birmanie-Inde[3]. Steven Spielberg engage Menno Meyjes comme script doctor avant que Tom Stoppard finalise le script[4].

Attribution des rôles[modifier | modifier le code]

Ce film marque les débuts de Christian Bale, qui était alors âgé de 13 ans. Steven Spielberg a d'ailleurs eu beaucoup de mal à trouver l'interprète de ce rôle, il avait en effet auditionné près de 400 enfants[6]. C'est son épouse de l'époque, Amy Irving, qui lui aurait conseillé Christian Bale après avoir tourné avec lui la mini-série Anastasia (1986)[7].

L'auteur du roman J. G. Ballard fait un caméo dans le film dans le rôle d'un invité de la fête costumée au début du film.

Tournage[modifier | modifier le code]

Empire of the Sun est tourné dans , à Shanghai et en Espagne. Les prises de vues débutent le [8] pour une durée de 16 semaines[9]

L'équipe a fait de nombreux repérages en Asie pour trouver des décors ressemblant au Shanghai de 1941. Des négociations avec le studio de cinéma de Shanghai China Film Group Corporation débutent en 1985[10]. Après un an de contacts, une autorisation pour trois semaines de tournage est accordée pour mars 1987. C'est le premier film américain tourné en Chine depuis les années 1940[4],[6],[11]. Près de 5 000 figurants locaux sont engagés notamment pour les scènes lors de l'occupation Shanghai par les Japonais. Des membres de l'armée populaire de libération incarnent des soldats japonais[12]. Outre la Chine, les prises de vues ont lieu à Trebujena en Andalousie, ainsi qu'au Royaume-Uni : les Elstree Studios de Borehamwood, Knutsford dans le comté de Cheshire ou encore Sunningdale dans le Berkshire[10]. David Lean rend visite plusieurs fois à Steven Spielberg lors du tournage sur le sol britannique[4].

Les avions japonais utilisés dans le film, les fameux « Zéros », sont en réalité des Harvards américains modifiés[6].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Empire of the Sun

Bande originale de John Williams
Sortie 1987
Durée 54:11
Label Warner Bros. Records

Tous les morceaux ont été composés ou arrangés par John Williams. La bande originale du film est sortie en 1987 chez Warner Bros. Records. Elle contient notamment la chanson Suo Gân (cy), une célèbre berceuse galloise, choisie par Spielberg en raison des origines de Christian Bale[6][réf. non conforme].

  1. Suo Gân – 2:19
  2. Cadillac Of The Skies – 3:48
  3. Jim's New Life – 2:33
  4. Lost In The Crowd – 5:39
  5. Imaginary Air Battle – 2:35
  6. The Return To The City – 7:45
  7. Liberation : Exultate Justi – 1:46
  8. The British Grenadiers (traditionnel) – 2:25
  9. Toy Planes, Home And Hearth (Frédéric Chopin, Mazurka, opus 17 n° 4) – 4:37
  10. The Streets Of Shanghai – 5:11
  11. The Pheasant Hunt – 4:24
  12. No Road Home / Seeing The Bomb – 6:10
  13. Exultate Justi – 4:59

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada 22 238 696 $[13] [14] 7[14]
Drapeau de la France France 1 329 673 entrées[15] - -

Monde Total mondial 65 838 696 $[13]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[16].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Meilleur film
Meilleur réalisateur : Steven Spielberg
Meilleur jeune acteur : Christian Bale
  • Christopher Awards 1987 :
Meilleur film
Meilleure photographie d'un film : Allen Daviau
Meilleur réalisateur : Steven Spielberg
Meilleure photographie : Allen Daviau
meilleure musique de film : John Williams
Meilleur son : Charles L. Campbell, Louis L. Edemann, Robert Knudson et Tony Dawe
Meilleur film familial dramatique
Meilleur jeune acteur d'un film dramatique : Christian Bale

Nominations[modifier | modifier le code]

Meilleure direction artistique : Norman Reynolds et Harry Cordwell
Meilleure photographie : Allen Daviau
Meilleure création de costumes : Bob Ringwood
Meilleur montage : Michael Kahn
Meilleure musique de film : John Williams
Meilleur mixage de son : Robert Knudson, Don Digirolamo, John Boyd et Tony Dawe
Meilleur film dramatique
Meilleure musique de film : John Williams
Meilleur réalisateur : Steven Spielberg
Meilleurs costumes : Bob Ringwood
Meilleure direction artistique : Norman Reynolds
Meilleur scénario adapté : Tom Stoppard
Meilleur album écrit pour le cinéma ou la télévision : John Williams

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce film fait partie intégrante des œuvres « sérieuses » de Steven Spielberg, dans la lignée de Rencontres du troisième type, de La Couleur pourpre, et qui se trouve dans le même esprit de respect de l'histoire que Il faut sauver le soldat Ryan ou La Liste de Schindler. Ce film est aussi une œuvre profondément imprégnée du style de son auteur, tant côté visuel que pour les thèmes de prédilection. On parle souvent de l'enfance, de la guerre, de la séparation d'avec les parents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Empire du soleil sur l’Internet Movie Database
  2. (en) Release infos sur l’Internet Movie Database
  3. a b c et d McBride 1987, p. 392.
  4. a b c et d McBride 1987, p. 394–398.
  5. McBride 1987, p. 391.
  6. a b c et d Secrets de tournage - AlloCiné
  7. Wills, Dominic. "Christian Bale Biography" « https://web.archive.org/web/20080913060828/http://www.tiscali.co.uk/entertainment/film/biographies/christian_bale_biog.html »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), . Tiscali. Retrieved: September 16, 2008.
  8. « Empire of the Sun - Miscellaneous Notes » [archive du ], sur Turner Classic Movies (consulté le )
  9. Andrew Yarrow, « Boy in 'Empire' calls acting 'really good fun' » [archive du ], sur The New York Times, (consulté le )
  10. a et b Walker 1988, p. 49.
  11. (en) « Steven Spielberg’s China-set Empire of the Sun – the first American film to be shot in Shanghai since the 1940s – forgot one important element: the Chinese », sur South China Morning Post, (consulté le )
  12. Sheen, Martin (narrator), Steven Spielberg, J.G. Ballard, and Christian Bale. The China Odyssey: Empire of the Sun American Broadcasting Company, 1987.
  13. a et b (en) « Empire of the Sun », sur Box Office Mojo (consulté le )
  14. a et b (en) « Empire of the Sun - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le )
  15. « Empire du Soleil », sur JP's Box-office (consulté le )
  16. (en) « Awards for Empire of the Sun », sur Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J.G. Ballard, Empire of the Sun, first edition, London, Victor Gollancz Ltd., (ISBN 0-575-03483-1)
  • Steven Bull, Encyclopedia of Military Technology and Innovation, Santa Barbara, California, Greenwood, (ISBN 978-1-57356-557-8)
  • Edward F. Dolan, Hollywood Goes to War, London, Hamlyn, (ISBN 0-86124-229-7, lire en ligne Inscription nécessaire)
  • Alun Evans, Brassey's Guide to War Films, Dulles, Virginia, Potomac Books, (ISBN 1-57488-263-5)
  • Lester D Friedman et Brent Notbohm, Steven Spielberg: Interviews, Jackson, Mississippi, University Press of Mississippi, (ISBN 978-1-57806-113-6, lire en ligne Inscription nécessaire)
  • Andrew Gordon et Frank Gormile, The Films of Steven Spielberg, Lanham, Maryland, Scarecrow Press, , 109–123, 127–137 (ISBN 0-8108-4182-7)
  • Jack Hardwick et Ed Schnepf, The Making of the Great Aviation Films (General Aviation Series, vol. 2), , « A Viewer's Guide to Aviation Movies »
  • Dean A. Kowalski, Steven Spielberg and Philosophy: We're Gonna Need a Bigger Book, Lexington, Kentucky, University Press of Kentucky, (ISBN 978-0-8131-2527-5)
  • Joseph McBride, Steven Spielberg: A Biography, New York, Faber & Faber, (ISBN 0-571-19177-0)
  • Jeff Walker, « Empire of the Sun », Air Classics, vol. 24,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]